Partagez | .
 

 You, Me At Six.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: You, Me At Six.   
Jeu 10 Avr - 10:23


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra



You, me at Six.



Imran Misra était bien décidé. Aujourd'hui, il allait tout pété. Ce serait sa journée, et qu'elle ne le veuille ou non, elle serait sienne. Il comptait bien mettre les bouchés doubles, jusqu'à ce qu'elle ne se rende compte qu'elle l'aimait, elle aussi, à en crever. Il esquissa un sourire, prenant plus de temps qu'habituellement dans la salle de bain. Il se rasa de prêt, faisant bien attention à ce qu'il n'y est aucune coupure. Il se parfuma, se coiffa, et s'habilla avec des vêtements un peu plus sombre qu'habituellement. La seule chose qui pourrait passé pour ridicule, mais qui allait super bien avec sa tenue, était ses chaussures tout droit sorti de Byzance. Ce n'est que lorsqu'il sortit enfin de sa chambre, qu'il vit le regard admiratif que Jinan lui lança, qu'il sut qu'il allait obligatoirement réussir quelque chose avec elle. Même un rire. Une femme qui rit, est à moitié conquise.

Rohan posa son regard sur son frère, et il lui dit : « Que tu es beau, mon frère. » Une lueur pleine de fierté et de chaleur s'installa dans les yeux d'Imran dont les lèvres s'étirèrent en un quelque chose de prétentieux. Rohan inclina sa tête sur son passage, puis, il saisit une brioche, embrassa la joue de Moony, puis d'Anita, et s'en alla, tout conquérant qu'il était. Jinan le regarda passer, avant de murmurer : « Il a vraiment un don pour les fringues. Je crois que je devrais lui demander conseils. J'm'habille comme un moins-que-rien à côté de lui. » Rohan sauta sur l'occasion en sortant une bourse pleine de pièces d'or féerique. Il en retira quatre qu'il fourra dans sa poche, puis il posa le reste devant Jinan, et il lui murmura : « Ceci est à toi. Achète-toi une vrai maison, hier j'ai vu ta salle de bain, et... Et j'aime pas ça. »

Jinan rougit, mais Imran n'entendit pas sa réaction car déjà il fermait la porte d'entrée derrière lui.


(...)

Imran ouvrit la bibliothèque comme d'habitude. Il aurait pu laisser Moony le faire, car son frère était venu expressément pour lui, mais il s'en fichait. Disons que ça lui faisait plaisir, mais être au milieu de deux couples que la Lumière avait réuni, ça le lourdait énormément. La sienne se refusait encore à lui, et c'était quelque chose qui l'obsédait, ce qui était normal chez un Djinn. Il avait ce regard assuré, un regard qu'il n'avait probablement pas souvent, car on y distinguait une petite pointe de prétention. Enfermé à l'arrière de la Bibliothèque une fois qu'il eut ouvert, il sortait les grimoires des cartons pour les étiqueter avant de les rentrer de les notifier dans l'imposante liste de livres qu'ils possédaient dans les rayons.

Ce n'est que vers dix heures qu'il sortit de son trou pour s'approcher d'un jeune garçon qui semblait perdu, comme si c'était la première fois qu'il venait ici. Imran esquissa un sourire enthousiaste, avant de prendre le temps de lui expliquer. C'est en lui montrant les différents secteurs de la bibliothèque qu'il se rendit compte que Lorelei était arrivé déjà. Il lui fit un clin d’œil avant de continuer sa route jusqu'à ce qu'il est posé le jeune homme sur un bureau où il sortait déjà ses affaires. L'instant d'après, il se revint sur ses pas pour s'approcher de Lorelei.

« Salut, Lorelei. Aujourd'hui, je me suis levé, et je me mis dans la tête de t'avoir. » Il esquissa un sourire, et s'assit à côté d'elle, approchant son visage du sien, pour ajouter : « Mon cœur brûle pour toi. » Imran baissa le regard, posant sa main sur les grimoires et les parchemins, jetant un rapide coup d'oeil sur ce qu'elle faisait. Ses yeux s'écarquillèrent légèrement, et il s'écria :
« Encore là-dessus ? Mais... Depuis que je te connais, tu fais ça ! » Il secoua sa tête légèrement vers la gauche et la droite, comme s'il réfléchissait, puis, finalement, il repoussa les parchemins refermant les grimoires et il lui dit : « Du coup, ça peut attendre une journée de plus, je pense. » Il releva le regard vers elle, se collant à elle avec un sourire amusé. « Tu veux faire quelque chose pour passer le temps ? Aujourd'hui, c'est Lundi, y a jamais foule le Lundi. » Il pourrait presque lui voler un baiser, mais il n'en fit rien.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Ven 11 Avr - 9:14


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
Les cours étaient peut-être finis mais ça ne signifiait pas que Lorelei était en vacances. Bien loin de là. En septembre, elle validerait - ou pas - sa 4e année en Photographie, et, pour la quatrième année consécutive, elle foirerait son oral de technique avancée de photographie appliquée à la cryptozoomagie, faute de photo recevable à présenter. Elle avait beau chouchouter sa dissertation elle savait que la fameuse photo était éliminatoire.

« Salut, Lorelei. Aujourd'hui, je me suis levé, et je me mis dans la tête de t'avoir.»

Lorelei releva le nez de ses parchemins et un petit sourire sympathique vint s'installer sur ses lèvres en voyant Imran Misra, l'apprenti bibliothécaire, fièrement planté devant elle. Elle prit le temps de remarquer qu'il était particulièrement bien habillé et rasé de frais avant de lui faire cette remarque :

« Tu sais Imran en général on s'abstient de prévenir les gens quand on veut les "avoir". », se moqua-t-elle gentiment, assumant d'emblée que ce qu'il entendait pas je me suis mis dans la tête de t'avoir, c'était qu'il comptait lui faire une blague.

La plupart des gens de leur âge ne faisait plus de blague depuis longtemps, sauf exception. Imran figurait dans les exceptions. Il avait une façon d'aborder le monde totalement unique. Le jeune homme vint s'asseoir à côté d'elle.

« Mon cœur brûle pour toi. »

Elle tourna brusque la tête vers lui, le dévisageant pour déceler la moindre trace de plaisanterie.

« Arrête tes conneries. »
« Encore là-dessus ? »
« Hélas... »
« Mais... Depuis que je te connais, tu fais ça ! Du coup, ça peut attendre une journée de plus, je pense. »
« C'est marrant, je savais que tu allais dire ça. »

C'était comme s'il ne pensait qu'à jouer et sortir. Elle aimait bien ce côté là chez elle mais une chose était sûre, ça ne l'aidait pas à rester studieuse, elle...

« Tu veux faire quelque chose pour passer le temps ? Aujourd'hui, c'est Lundi, y a jamais foule le Lundi. »
« On a qu'à commencer par un Wizzard Coffee, j'ai pas déjeuner et je commence vraiment à avoir la dalle... », fit-elle en jetant ses affaires dans son sac et son sac sur l'épaule...


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Ven 11 Avr - 14:39


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
« Arrête tes conneries. » Ils échangèrent un regard qui en dit long. Un de ses regards pleins de tensions silencieuses qui font qu'il y a beaucoup plus de choses entre eux qu'eux-même ne le supposeraient. Imran ne dit rien de plus, la regardant avec un petit sourire, fier de lui. Il irait toucher son coeur avec ses doigts s'il le fallait, mais il parviendrait à l'émouvoir, à la charmer, à la rendre sienne. Il était déterminé, et son regard, bien que plein de chaleurs, de naïveté, et de joie, avait ce petit quelque chose de brillant, cette flamme qu'ont les gens pleins de bonnes volontés, ceux qui ne courbent jamais l'échine, peu importe le prix que ça leur coûterait.

Imran Misra changea de sujet. Ce n'était pas encore le moment pour lui montrer ce qu'il voulait dire dans ces mots. Il mit le sujet de sa dissertation en avant, préférant alors lui changer les idées, même s'il ne laisserait pas si facilement tombé l'affaire comme ça. Elle était magnifique, et lorsqu'elle lui répondit, il ne vit pas cette lassitude qu'elle semblait avoir lorsqu'elle parlait de cette manière. Non, lui, il voyait sa beauté. Puis après, la finesse de ses traits, et son regard. Le frère du Sadrazam lui proposa indirectement alors de faire autre chose. Il esquissa un sourire, baissant le regard vers la dissertation lorsqu'elle releva son regard pour lui dire : « C'est marrant, je savais que tu allais dire ça. »

Imran attendit qu'elle ne change son regard de direction pour relever le sien plein d'amour. Il esquissa un sourire, clarifiant ses mots : « Tu veux faire quelque chose pour passer le temps ? Aujourd'hui, c'est Lundi, y a jamais foule le Lundi. » « On a qu'à commencer par un Wizzard Coffee, j'ai pas déjeuner et je commence vraiment à avoir la dalle... » Elle avait déjà jeté son sac sur son épaule. Imran se leva alors, et suivit Lorelei sans se préoccuper si Moony était descendue ou pas. Après tout, les gens pouvaient bien venir ici comme il le voulait. Ils y travaillaient, ne se parlant que très peu, ou répondant à peine à leurs salutations. Puis... Il préférait mieux passer du temps avec Lorelei. C'était sa lumière, et il allait en chier pour la convaincre. Il la suivit jusqu'au Wizzard Coffee, puis, dans la file d'attente, il lui demanda : « C'est quoi avoir la dalle ? J'ai beau secoué le problème dans tous les sens, ça veut rien dire ! »

Il se grattouilla la joue alors que ses yeux se posèrent sur les magnifiques gâteaux aux chocolats. Ici et là, de partout. Imran ne savait pas quoi regarder, ni quoi prendre. Il leva le regard vers la liste des boissons et son regard se perdit dans toutes les saveurs de chocolat qu'il y avait. Il posa son regard sur Lorelei, persuadé qu'elle refuserait ne serait-ce qu'un peu de poudre de chocolat sur sa boisson, et il finit par se décider pour une boisson au caramel et au jus de pommes chaud, avec une épaisse crème de chantilly où l'on avait mis de petit morceau de pommes pour décorer la boisson. La paille était magique. Elle était d'un vert pâle et transformait le liquide en son sein en lui donnant diverses couleurs. Il esquissa un sourire, attendant que Lorelei prenne son café pour donner les mornilles que le vendeur leur réclamait.

Alors qu'ils retournaient dehors, Imran lui demanda : « Ça consiste en quoi ta rédaction bizarre là ? » Il aspira à travers la paille pour boire un peu de son contenu. Il manqua de se brûler, et pesta dans une langue que Lorelei n'avait sûrement jamais entendu.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Ven 11 Avr - 22:48


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
A dix heure et demi du matin, les rues de Londres étaient effectivement pratiquement désertes. C'était une ambiance que Lorelei aimait bien. Il n'y avait à peu près que les moineaux et la voix mi posée mi enjouée d'Imran comme fond sonore et c'était quelque chose qui lui était agréable bien qu'elle ne s'en rendît pas spécialement compte. Par habitude, elle lui faisait le guide touristique, commentant telle ou telle façade, les vitrines des magasins de fringues, ou tout autre chose qui pourrait revêtir le moindre intérêt.

Ils poussèrent la porte du Wizzard Coffee. Il y faisait bien chaud. Ils se placèrent dans la queue, les yeux levés sur les cartes affichées au mur en attendant leur tour.

« C'est quoi avoir la dalle ? J'ai beau secoué le problème dans tous les sens, ça veut rien dire ! »
« C'est vrai j'oublie toujours que... », ce n'était pas faute de lui avoir décrypté un million d'expressions. Elle trouvait toujours ça adorable de le voir faire semblant d'avoir compris pour finalement poser la question une fois qu'il y avait épuisé toute sa détermination, « Ca veut dire que j'ai super faim. Euh... je vais prendre un grand Dharkaan avec supplément de crème, un sachet de langues de chat et... une pomme. ».

Elle avait toujours cette aisance naturelle qu'on seulement les citadins quand elle commandait quelque chose. Elle en avait toute l'allure, avec son sac sur l'épaule, son café dans une main et sa pomme dans l'autre. Elle attrapa deux touillettes en bois et se dirigea vers la sortie pour attendre Imran.

« Ça consiste en quoi ta rédaction bizarre là ? »

Elle retira le couvercle en plastique de son tumbler pour croquer dans la crème chantilly et boire une gorgée de café bien chaud. Elle passa la langue sur sa lèvre supérieure pour s'enlever la moustache de lait avant de répondre :

« Mh, en fait c'est pas la rédaction qui me pose problème. C'est juste que je suis pas motivée. Je sais que je l'aurais pas cette matière. J'ai pas le feeling pour prendre en photos des créatures rares ou des phénomènes surnaturels. C'est vraiment pas mon kiff sauf que c'est un passage obligé pour valider cette putain d'unité et mon diplôme par la même occasion. Il me reste encore un an de fac mais bon... »

Avoir bossé si dur pour ne pas avoir son diplôme, elle l'avait quand même pas mal en travers. Lorelei croqua rageusement dans sa pomme, réfléchissant encore à un moyen de prendre cette maudite photo.


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Ven 11 Avr - 23:31


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
« Mh, en fait c'est pas la rédaction qui me pose problème. C'est juste que je suis pas motivée. Je sais que je l'aurais pas cette matière. J'ai pas le feeling pour prendre en photos des créatures rares ou des phénomènes surnaturels. C'est vraiment pas mon kiff sauf que c'est un passage obligé pour valider cette putain d'unité et mon diplôme par la même occasion. Il me reste encore un an de fac mais bon... » Imran lui lança un regard profond. Ce qu'elle recherchait, ce dont elle avait besoin, c'était de lui. Même son école leur envoyait des signes. Il esquissa un petit sourire, l'écoutant parler avec un petit air rêveur. Sa façon de parler, sa façon dont ses lèvres bougées, son regard, ses cheveux qui bougeaient légèrement à mesure qu'elle parlait en observant tout autour d'elle, c'était quelque chose que la mémoire d'Imran enregistrait, retenant le moindre détail. Il baissa la tête lorsqu'elle eut terminée de lui expliquer son cursus scolaire.

Imran trempa ses lèvres dans sa boisson, jetant la paille dans la première poubelle qu'ils croisèrent. Que devait-il faire ? Devait-il lui dire qu'il était ce qu'elle recherchait ? Qu'il était un faerie ? Qu'il était un djinn ? Une fée, dans le langage commun ? Il se mordit la lèvre. Cela viendrait alors à lui parler de Byzance, et si elle en connaissait un peu sur les fées, alors elle comprendrait ce que la Lumière voulait dire. Il ne lui avait toujours pas expliqué, même s'il la trouvait stupide de pas comprendre, et de ne pas embrasser sa signification comme lui, comme n'importe quel fée (à part son fils, mais ça, c'est un autre débat, et surtout, ça n'était pas prêt de se passer). Même Rohan avait foncé, alors qu'il adorait la présence des femelles - n'importe quelle femelle faisait l'affaire. Imran trempa encore une fois ses lèvres dans sa boisson qu'il trouva délicieuse.

Finalement, il lui dit un peu plus doucement qu'habituellement quand il parlait : « Tu sais Lorelei... Je crois que je peux t'aider. » Imran lui fit un sourire, ajoutant : « Ce soir, à six heures, il faudra que tu me mènes dans une forêt, et je te trouverais ce dont tu cherches. » Il haussa des épaules , conservant son sourire amusé, tout en faisant bien attention aux mots qu'il employait : « J'ai... J'ai quelques affinités avec ce genre de créatures. » Il plongea ses lèvres dans son gobelet, regardant Lorelei comme pour voir sa réaction. A aucun moment il ne se dit qu'elle pouvait prendre les jambes à son cou en imaginant alors ce qu'il était vraiment.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Dim 13 Avr - 11:08


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
« Tu sais Lorelei... Je crois que je peux t'aider. »

Lorelei le regarda par dessus son tumbler. Il avait l'air sérieux mais avec Imran elle n'était jamais 100% sûre. Il lui sourit et clarifia sa pensée :

« Ce soir, à six heures, il faudra que tu me mènes dans une forêt, et je te trouverais ce que tu cherches. J'ai... J'ai quelques affinités avec ce genre de créatures. », conclut-il le plus naturellement du monde.

Lorelei eut un large sourire lumineux. C'était comme si Imran lui tombait du ciel chaque fois qu'elle avait besoin d'aide. Enfin du ciel... Lorelei ne croyait pas à ce genre connerie et quand on lui demandait pourquoi elle répondait tout simplement qu'il valait mieux ne pas y croire. C'était un sujet de conversation qu'ils n'avaient eu qu'une fois et qui les avait divisé. Impossible de s'entendre là dessus.

« Ça m'étonne même pas de toi ça. », fit-elle, taquine, avant de l'emmener voir d'autres choses.

Il détesta le musée de cire mais et le palais de la Reine l'avait laissé perplexe. Difficile de comprendre pourquoi on ne pouvait toucher à rien, pourquoi on ne pouvait pas tout voir, pourquoi la Reine n'était pas visible ni aucun des membres de sa famille ou de sa cour. Ils eurent quand même de bons fous rires devant la garde royale alors qu'Imran déployait tous ses efforts pour susciter une réaction chez les imperturbables beef-eaters.

Le midi, ils se retrouvaient dans la queue d'un KFC :

« Cet après midi je t'emmène faire le labyrinthe d'Henri VIII, je suis sûre que tu vas aimer. »


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Dim 13 Avr - 19:11


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Le musée de Cire était très certainement le pire endroit dans lequel Imran s'était retrouvé depuis... Depuis toujours en faites. L'ambiance était glauque, et le fait de voir ces espèces d'humains emprisonnés dans la cire était une vision effroyable pour le jeune Djinn. Il lui fallut une longue explication de Lorelei pour qu'il ne commence tout juste à comprendre qu'en réalité, il ne s'agissait que d'un double d'une personne vivante ou morte qui aurait été célèbre pour divers prouesses ou faits qu'il aurait fait dans sa vie. Comme hommage, c'était vraiment pas terrible, pensa Imran, qui, au bout de vingt-minutes, la pressa pour aller au toilette, l'invitant à le rejoindre pour se téléporter ailleurs. Loin de ce musée totalement inhumain.

Par la suite, ils visitèrent le palais de la Reine. Enfin visiter était un bien grand mot puisqu'il fallait suivre un circuit bien indiqué, empêchant alors toute exploration dans les profondeurs du château. Pour Imran, c'était incompréhensible. Lui, qui, à Byzance, était habitué à tout le contraire, là, c'était comme irréel. Elle était leur Reine, mais on ne la voyait pas. On ne pouvait se balader dans son Palais, mais surtout, c'était payant. Il fallait payer pour entrer dans le Palais de la Reine. Pour Imran, bien qu'il trouva l'intégralité de la visite très beau, magnifique, avec un mobilier exquis - Bien que ce ne soit pas du tout dans ses goûts -, c'était... Il ne savait se l'expliquer. Avec tout cela, ils montraient du doigt un peu plus l'écart qu'il y avait entre les gens comme Lorelei, et... Eux. Comment pouvait-il laisser une pareille personne à la tête de leur pays ?

Une autre chose l'intrigua beaucoup, c'était ces espèces de gardes surmontés de ces machins noirs tout moches qui ne semblait avoir aucune expression. Cela le fit beaucoup rire, et il ne put s'empêcher de vouloir s'amuser à les faire rire. Lorelei et lui eurent énormément de fou rire là-dessus, mais le Garde, la pauvre victime d'Imran, ne cilla pas une seule fois, restant aussi droit qu'il l'était avant qu'ils ne débarquent, gardant cet air très sérieux. Imran n'avait put s'empêcher de demander à Lorelei devant le garde comment ce dernier faisait, s'il avait une envie pressante, ou s'il était amené à roter ou péter. Après des éclats de rire, Lorelei le mena dans une espèce de Wizards Burgers qu'il n'y avait que chez les gens sans pouvoir.

« Cet après midi je t'emmène faire le labyrinthe d'Henri VIII, je suis sûre que tu vas aimer. » Imran tourna la tête vers Lorelei, un sourcil levé. Henri VIII ? « Ses parents étaient trop feignant pour lui donner un nom ? Henri VIII... » Il secoua la tête, comme blasé. L'Angleterre n'avait rien de si cool que ça. Il comprenait pas trop pourquoi Jinan en avait toujours parlé avec un sourire sur ses lèvres. La simple idée que Moony y habite ne lui avait traversé l'esprit. Il regarda les menus avec des yeux suspicieux, avant de reprendre : « Puis, c'est comme votre Reine. Vous l'aimez tous alors qu'elle veut même pas vous voir, elle vous fait un parcours dans son Palais pour ne pas se mélanger à vous, et en plus, le pire dans tout ça, c'est qu'elle vous fait payer l'entrée. C'est une honte. Moi, le Sult-... Oublie. »

Tout à coup, il était énormément intrigué par les menus, et fit mine de se mettre sur la pointe des pieds. Imran avait failli, il s'était manqué, et avait laissé sous entendre quelque chose sur ses origines réelles. Comment lui expliquer tout cela ? Il ne pouvait pas vraiment. Surtout dans un endroit où les gens ne croyaient pas en la magie, si ce n'est pour imaginer. Puis Lorelei était une sorcière, il fallait faire attention à ce qu'il lui disait. Les Faeries se méfiaient beaucoup des sorciers. Certains d'entre eux se servaient d'eux pour pouvoir les vendre ou se servir de leur sang, et autres pour leurs potions, etc. Bon, il savait que Lorelei n'était pas de ce genre-là, mais... Non, il ne préférait pas qu'elle sache maintenant. Et si elle n'aimait pas l'idée d'être amoureuse d'un Faerie ? Si un tant soit peu, un jour, elle accepterait cette idée ? Imran ne préférait pas trop y réfléchir. Surtout maintenant.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Lun 14 Avr - 8:56


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
« Ses parents étaient trop feignant pour lui donner un nom ? Henri VIII... », demanda Imran tandis qu'ils faisaient ENCORE la queue mais cette fois pour acheter de quoi manger.

La question donna le sourire à Lorelei :

« C'est aussi ce que je pensais au début, jusqu'à ce qu'à ce que j'apprenne à l'école que c'était plutôt parce que certains prénoms étaient considéré comme plus royaux, ayant déjà été porté par un illustre membre de la famille. Tu sais, c'est ce que le guide expliquait tout à l'heure devant la tapisserie... On va prendre un menu bucket together, celui qui est moit' moit' et euh... épicé ? Epicé. », renseigna-t-elle après avoir consulté Imran.

Elle l'envoya chercher les boissons tandis qu'elle se posait à une table derrière la baie vitrée au soleil. Imran ne tarda pas à venir :

« Puis, c'est comme votre Reine. Vous l'aimez tous alors qu'elle veut même pas vous voir, elle vous fait un parcours dans son Palais pour ne pas se mélanger à vous, et en plus, le pire dans tout ça, c'est qu'elle vous fait payer l'entrée. C'est une honte. Moi, le Sult-... Oublie. »

Le sult' quoi ? Sultan ? Elle ne faisait peut-être pas d'étude de géopolitique mais à sa connaissance c'était un président en Turquie. Les yeux verts de Lorelei détaillèrent un petit moment Imran, qui semblait décidément bien occupé à regarder ailleurs, avant de finalement se décider à faire comme si de rien n'était :

« Mais c'est que tu serais presque un révolutionnaire. », se moqua-t-elle en sirotant son orangina, « Ici c'est comme ça, tout se paye. Et j'imagine que la reine ne peut pas faire chauffeur de bus donc il faut bien qu'elle trouve un moyen de se remplir les poches. »

Il fallait dire que la royauté n'était pas son sujet préféré. Elle aimait bien mais sans plus.

« Tu verras, là où je t'emmène après manger ça sera pas pareil. », fit-elle en piochant un morceau de poulet.

Le repas bouclé, elle lui tendit la main pour transplaner à Hampton Court, cela ne dura qu'une fraction de seconde puisqu'ils étaient arrivés en un battement de cil. Il faisait beau. Ils étaient toujours à Londres mais loin de tout semblait-il, on se serait cru à la campagne.

« Attends moi là. », demanda-t-elle en l'abandonnant sur le parvis du château pour aller acheter des tickets pour la visite du jardin.

A 50£ la visite intégrale et sachant ce qu'Imran avait pensé du chateau de Winsor, elle allait peut-être attendre un peu pour la visite du chateau. Avec les tulipes multicolores, les pergolas de glycines roses et le labyrinthe, elle était sûre de taper dans le mille.


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Mar 15 Avr - 20:09


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
« Mais c'est que tu serais presque un révolutionnaire. »Se moqua Lorelei, en sirotant son orangina. Imran trempa ses lèvres dans son gobelet d'eau, la regardant par dessus. Non, il n'était pas révolutionnaire, il était juste quelqu'un d'entier qui ne comprenait pas ce monde-là. Tout du moins, par pour l'instant. C'était quelque chose qui lui passait encore trop au-dessus, il n'était pas encore vraiment dedans. Il n'avait pas vraiment de motivation réelle pour s'insérer dans la société britannique. Il ne connait rien de la Grande-Bretagne sauf ce que l'on en disait dans la Bibliothèque sans fond du Sultan Al'Farsi. Mais ce qu'il en voyait, à l'heure actuelle, ne lui donnait pas envie d'approfondir ses connaissances là-dessus. Puis il était là uniquement pour elle, Jinan et Moony. Les autres, il s'en fichait bien comme de sa première chaussette. Quel couleur était-ce déjà... Se demanda alors Imran, l'air sérieux tout à coup.

« Ici c'est comme ça, tout se paye. Et j'imagine que la reine ne peut pas faire chauffeur de bus donc il faut bien qu'elle trouve un moyen de se remplir les poches. » Les impôts ? Cela ne suffisait-ils pas ? Pourquoi en voulait-elle plus ? Etait-elle cupide ? Tant de questions germèrent dans son esprit, mais il ne lui en dit aucune, préférant la regarder plonger sa main dans cet espèce de seau étrange pour en sortir un morceau de poulet. Imran écarquilla les yeux avant de déchirer l'emballage contenant du papier lavant au citron. Moony lui en avait déjà montré l'usage, et il s'en servit pour se laver les mains. Il plongea à son tour sa main dans le seau pour en sortir un morceau de poulet intriguant. Lorsqu'il croqua dedans, arrachant une partie des os qui n'étaient pas si dur que ça, il ne put s'empêcher de pousser un petit soupir de ravissement. C'était bon en bouche. Ses yeux brillèrent quelques instants, puis on ne l'entendit plus du repas. Seul son regard semblait faire autre chose que regarder le seau pour se perdre sur le visage de Lorelei avant de former un sourire à peine visible derrière son os de poulet.


(...)

« Attends moi là. » Ils venaient de transplaner. C'était une sensation qu'Imran trouvait horrible. Comment pouvaient-ils utiliser un moyen de transport qui soit si... Ca lui donnait littéralement envie de vomir à chaque fois, bien que cette fois non. Certainement qu'il commençait à enfin s'y habituer. La tête lui tourna, et il s'assit pour l'attendre.

Lorsqu'elle revint, il se releva avec un sourire, pour mieux s'approcher d'elle. Ils passèrent une très bonne après-midi. Imran adorait ce jardin aux fleurs multiples avec ces couleurs et sa verdure. Les pergolas étaient magnifiques, et le labyrinthe le rendit tout enthousiaste. Sans même attendre qu'elle ne dise quoique ce soit, il se mit à courir dedans en lui criant : « Trouve-moi, Lorelei. » On le vit disparaître au fond, vers la droite, puis plus rien, si ce n'est ses rires que l'on entendait un peu partout. Un de ces rires que le vent portait avec grâce, comme une douce mélodie pour le coeur. Usant sans vergogne de ses talents féeriques, il traversait les haies jusqu'à trouver une cache parfaite. Alors, il pensa fortement à Lorelei et il lui murmura dans sa tête : « Allez, Lorelei. Trouve-moi, et je te dirais un secret sur moi. »


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Mar 15 Avr - 22:26


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
Quand elle le regardait faire, Lorelei avait l'impression qu'Imran était le garçon le plus facile à satisfaire du monde. Deux papillons, une fleur, un terrain de jeu. La jeune anglaise secoua la tête. Un vrai gamin celui-là. Pour autant elle ne se fit pas prier pour le suivre. Ce n'était pas le genre de journée qu'elle revivrait avant un moment. Déjà parce qu'elle n'avait pas l'intention d'avoir des enfants - seule raison qui aurait pu la ramener dans ce labyrinthe - ensuite parce que sans qu'elle se rende compte par quel moyen, Imran avait l'art et la manière de rendre un moment banal étrangement unique.

« Trouve-moi, Lorelei. », lança Imran en disparaissant dans le labyrinthe.

A nouveau, Lorelei leva les yeux au ciel, amusée. Finalement, elle se laissa prendre au jeu, partant en courant à la poursuite comme une gosse. L'adrénaline gagnant très vite, sans qu'elle se pose la question de savoir pourquoi ou comment, elle cherchait de tout son coeur, languissant le moment de le débusquer. Elle ne se serait posé aucune question si à un moment, sans crier gare, la voix d'Imran ne s'était insinuée dans sa tête : Allez, Lorelei. Trouve-moi, et je te dirais un secret sur moi.

Lorelei s'arrêta net, se demandant si elle n'avait pas pris un coup de soleil sur le haut du crâne.

« Imran ? »

Elle chercha encore un petit moment, mais l'étrange intrusion avait coupé son élan spontané, si peu habituel chez elle. Un instant elle hésita à jeter l'éponge mais poursuivit encore un peu. C'est là qu'elle le trouva, dans un petit renforcement de verdure qui semblaient avoir été faits pour lui. Elle resta un petit instant à le dévisager :

« J'ai cru que tu m'avais parlé... », confessa-t-elle à demi mots, cette étrange petite expression de défiance sur le visage. Celle qui revenait si souvent chez Lorelei ...


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Mar 15 Avr - 22:54


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Imran était comme un gamin. Naïf, innocent, jouant dans les arbustes, se déplaçant dans les haies en riant, attrapant de temps à autres une petite marguerite sur le sol pour la jeter derrière lui dans un rire. Il jouait, et peut-être même qu'il souhaitait qu'elle découvre réellement ce qu'il était. Il voulait qu'elle entende dans son coeur ses origines. Il voulait qu'en le trouvant, elle ait toutes les réponses qu'elle cherchait probablement sur lui. Il le savait, elle avait relevé qu'il avait failli sur le mot Sultan. Puis cette journée était magique. Il la passait à ses côtés. Ils avaient beaucoup ris, ils avaient beaucoup parlé, se confiant aussi sur des trucs anodins. Alors lorsqu'il pensa avoir trouver la bonne place pour qu'elle ne le trouve, il s'assit en tailleur, le regard grand ouvert, et un sourire sur ses lèvres.

Ce n'est que lorsqu'elle apparut au bout du chemin, qu'il se redressa avec un grand sourire. « J'ai cru que tu m'avais parlé... » Imran courut vers elle avec un grand sourire, tout en s'écriant : « Tu m'as trouvé, tu m'as trouvé, Lorelei ! » Il lui prit les mains, la faisant danser avant de lui tourner autour avec joie. Pour lui, ça signifiait beaucoup. C'était comme si, marchant à taton dans les ténèbres, Lorelei l'avait trouvé, avait trouvé sa Lumière en lui. Elle ne le comprendrait certainement pas ainsi, mais il s'en fichait, et n'y pensait même pas. Il lui dit : « Mais oui, je t'ai dis : Allez, Lorelei. Trouve-moi, et je te dirais un secret sur moi. »

Il esquissa un sourire avant de la prendre dans ses bras pour ensuite se reculer tout en posant ses mains sur bras et il lui dit : « J'ai 356ans, Lorelei. Voilà mon indice. » Imran la lâcha, avant de se reculer, mettant les mains sur ses yeux, et il lui dit d'un ton enjoué : « Allez, va te cacher que je te retrouve Lorelei ! »


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Mer 16 Avr - 22:49


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
« Tu m'as trouvé, tu m'as trouvé, Lorelei ! »

L'enthousiasme d'Imran était parfois déroutant. Malgré tout, Lorelei finit par sourire, comme si sa bonne humeur était communicative et puis parce que quand il était comme ça, Imran était comme un souffle de bonheur éclatant, jeté à votre visage. Quand Imran était comme ça c'était comme si aucun nuage ne pouvait venir voiler la clarté du soleil ni le bleu du ciel. Cela faisait du bien à voir. Plus encore quand tout cela était dirigé vers vous. Ce n'était pas une chose à laquelle la jeune anglaise avait été habituée. Devant lui, elle se sentait parfois un peu comme un enfant fasciné devant un papillon et qui, maladroitement, l'écraserait entre ses doigts, en voulant juste le toucher pour mieux le voir.

Sans se rendre compte de tout ce qui pouvait passer par la tête de la jeune femme, il lui prit la main pour la faire tourner et danser. Elle éclata de rire, ne comprenant pas qu'il se mette dans tous ses états juste parce qu'elle l'avait trouvé, et surtout, toujours intriguée par cette étrange sensation qu'elle avait eu de l'entendre chuchoter à son oreille un peu avant qu'elle ne tombe sur lui :

« Mais oui, je t'ai dis : Allez, Lorelei. Trouve-moi, et je te dirais un secret sur moi. »

Lorelei s'arrêta net, interdite. Etait-il aussi légilimens par dessus le marché ? Ca ne ressemblait pas à ça même si elle n'en avait jamais fait l'expérience de toute façon.

« J'ai 356ans, Lorelei. Voilà mon indice. », annonça-t-il le plus naturellement du monde. Lorelei le regardait avec deux grands yeux en soucoupe couleur pistache, comme si elle venait de recevoir une grande tape dans le dos mais cela ne sembla pas perturber le jeune turc, « Allez, va te cacher que je te retrouve Lorelei ! »

Il fera les yeux mais Lorelei ne broncha pas. Bien sûr, elle avait déjà remarqué deux ou trois trucs suspects chez Imran. Par exemple, ne l'avoir jamais vu utiliser sa baguette alors que la bibliothécaire le faisait tout le temps. Le fait qu'il ignore un certain nombre de choses dont elle était sûre que le monde entier connaissait l'existence. Sa naïveté à toute épreuve aussi. Ce petit tour de passe passe qu'il faisait quand il la touchait et qui donnait l'illusion qu'une fine poussière d'or se soulevait à chaque contact...

Tandis qu'elle rassemblait tout cela dans sa tête, elle n'avait pas bougé d'un pouce, planté devant un Imran aux yeux fermés. Qu'était-il finalement ? Pas un vampire, elle en était sûre, mais quoi ? Elle leva doucement la main, comme pour ne pas attirer son attention, puis elle en posa le dos sur sa joue, comme pour voir s'il avait de la fièvre...



RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Mer 16 Avr - 23:08


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Imran ferma les yeux derrière sa main attendant alors qu'elle ne s'en aille pour aller la chercher. Il imaginait déjà où elle pourrait se cacher, et il se demanda alors s'il serait réglo de traverser les haies pour la retrouver plus facilement et plus rapidement. Il avait envie de jouer et cela se voyait très certainement sur son visage grâce à son sourire qui s'étirait d'un côté et de l'autre de son adorable bouille. Imran resta ainsi quelques instants, puis lorsqu'il n'entendit plus rien, il se dit qu'il était peut-être temps de partir à sa recherche. Il retira ses mains de devant ses yeux, qu'il garda clos, se concentrant alors sur Lorelei pour espérer la retrouver rapidement, usant alors de son coeur, comme s'il s'agissait d'un aimant.

Lorsqu'il se rendit compte qu'elle n'avait pas bougé et qu'il s'apprêtait à ouvrir les yeux, Imran sentit la main de Lorelei sur sa joue. Aussitôt, il ouvrit ses paupières, souriant de plus belles. Il se plongea dans ses yeux pistaches sans réfléchir. Au contact de sa peau contre la sienne, de la poussière doré s'éleva pour danser au dessus des doigts de la jeune londonienne. Imran perdit doucement son sourire, sentant alors la situation lui échappait. Une furieuse envie de l'embrasser se fit sentir. Machinalement, il posa ses yeux sur ses lèvres, avant de les relever comme s'il demandait la permission de le faire.

Imran resta quelques instants ainsi, son ventre se serrant de plus en plus. Il finit par ciller, n'osant pas l'embrasser, affichant un sourire timide sur ses lèvres, avant de bazarder son regard quelque part dans la haie à sa droite. D'un coup de sa tête, imitant alors un chat, il chercha une caresse de Lorelei sur sa joue, avant de lever sa main pour la poser sur la sienne. La poussière d'or qui dansait doucement autour des doigts de la jeune modèle sembla s'excité tout à coup. L'intensité de la lumière s'éleva alors. Il la regarda du coin de l'oeil comme s'il s'agissait de la plus belle chose au monde, avant de les retirer de sa joue. Il releva le regard vers elle, puis il lui dit : « Il se fait tard, Lorelei, je pense que nous devrions aller dans la forêt avant que les Fées n'aillent se coucher. » Il lui fit un large sourire, qu'il perdit lorsqu'il l'attira contre lui pour l'enlacer de ses bras. « Transplane, Qalbi. »

Imran ferma les yeux. La lumière sembla les entourer pour mieux les envelopper de son amour l'espace de quelques instants.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Jeu 17 Avr - 22:29


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
Elle aurait pu se douter de la réaction d'Imran mais ça ne lui fit pas tilt avant qu'il n'ouvre les yeux, accrochant un sourire radieux à ses lèvres. C'était à se frapper. Comment se faisait-il qu'elle n'ait pas anticiper ça? Son regard sur ses lèvres, ce petit air gêné, autant de signes qui ressemblaient pour Lorelei à autant de panneaux stop clignotants. Elle allait retirer sa main pour mettre fin à l’ambiguïté juste au moment où lui venait quémander une caresse. Elle n'eut pas le coeur de le repousser pour autant et il fallut qu'il lui prenne la main pour qu'elle amorce un geste pour rompre le contact.

« Il se fait tard, Lorelei, je pense que nous devrions aller dans la forêt avant que les Fées n'aillent se coucher. »
« Oui, tu as r-. »

Voilà qu'il la prenait dans ses bras maintenant. Elle ne dit rien, presque tentée de se laisser faire. Les garçons qu'elle avait l'habitude de fréquenter n'étaient pas si tendres ni si attentifs. Mais ces garçons-là étaient faits pour elle. Ils ne s'effarouchaient jamais de rien, ils n'étaient jamais dégoûtés de rien, tout simplement parce qu'ils ne la regardaient pas avec les yeux qui brillent d'Imran. Ils ne la plaçaient pas sur un piédestal, ils ne la regardaient pas comme si elle était la seule femme du monde, comme si elle était un trésor. C'était plus simple comme ça.

« Transplane, Qalbi. »

Qalbi? Le mot résonna dans sa tête, cherchant à ne surtout pas se trouver une signification mais il avait été dit avec trop de bon coeur pour ne pas être clair comme de l'eau de roche. La seconde d'après, ils se retrouvaient dans une forêt du Nord de l'Angleterre que Lorelei avait vu en photo à l'agence de voyage.

« Ca veut dire quoi ? Qalbi... », demanda-t-elle non sans écorcher ce joli mot de son accent anglais naturel.

Elle fronçait légèrement les sourcils, comme en signe d'avertissement... mais sans faire la gueule non plus.




RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Sam 19 Avr - 12:25


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Lorelei procéda au transplanage d'escorte, et sans s'en rendre compte, Imran la serra un peu plus forte. Il n'aimait pas du tout leur façon de se déplacer, c'était au delà de ses forces. Il ne le lui dirait plus, car il ne voulait pas passer pour un peureux, mais vraiment, la sienne était bien mieux. Au moins, il n'avait pas à avoir la tête dans tous les sens avec des couleurs qui se mélangeaient un peu partout, tout en étant obligé de rester droit pour ne pas se tromper d'endroits au risque d'y perdre un membre. Il s'éloigna d'elle, retirant ses bras avec délicatesse, avant de passer sa main sur sa tempe. Une fois que tout fut stabilisé en lui, il leva le regard vers Lorelei qui lui demandait : « Ça veut dire quoi ? Qalbi... »

Imran esquissa un petit sourire plein de chaleur, avec une petite lueur dans le regard. Il resta longtemps ainsi, avant de finalement retirer son tee-shirt qu'il lui lança dessus en riant. « Tiens-moi ça, Lorelei, je vais chercher tes fées. » Des tatouages étaient dessinés un peu partout sur son corps dans une encre noire mais différente de celle que l'on trouvait dans ce plan-ci. Il passa à côté d'elle, pour lui répondre finalement : « Tu le sauras quand on sera ensemble, et que je t'apprendrais les langues que je maîtrise, Qalbi. » Il lui fit un petit clin d’œil espiègle, avant de disparaître derrière elle, dans un fourré particulièrement sombre.

Le frère du Sadrazam marcha peut-être cinq minutes avant de trouver une clairière particulièrement bien ombragée tout en étant suffisamment éclairée par le ciel pour être appelé ainsi. Il s'avança jusqu'au milieu, et aussitôt, il se mit à chanter. Un chant d'amour, un chant de joie, un chant de bonheur dans une langue peu commune voir presque plus du tout dans ce plan. Lorelei pouvait l'entendre. Une de ses voix magnifiques et douces mais puissantes et pleines de chaleurs émanaient autour d'elle. Elle pouvait reconnaître son timbre de voix si particulier sans pour autant en reconnaître la langue et ce qu'il était entrain de dire. Un chant qui touchait le coeur et l'âme, les unifiant l'une à l'autre comme si elle vous lavait de toutes mauvaises pensées, de tous stress, de toutes douleurs.

Les tatouages d'Imran s'illuminèrent peu à peu à mesure qu'une petite brume dorée s'élevait tout autour du corps du Djinn à mesure que sa voix s'élevait. Elle virevoltait autour de lui, tout aussi joyeuse que ses mots. Puis, petit à petit, tout un tas de petites fées apparurent ici et là, voyant voir leur frère de race leur chantait des paroles chaudes, des paroles festives et pleines de frivolités dont ils raffolaient tous.

Les fées étaient d'une beauté resplendissantes malgré leur petite taille. Ils/elles avaient la peau très clairs, et le regard plein de couleurs. Des cheveux et une coiffure d'une rare beauté aux couleurs chaudes, ainsi que des petites ailes lumineuses (allant de l'or au vert en passant par le rouge, le rose et l'orange), ils/elles étaient vêtus de magnifiques petites tenues. Faisant des petits bruits très singulier à leur espèce, ils/elles dansaient autour d'Imran avec grâce, bien qu'ils/elles semblaient surexcité(e)s.

Imran finit alors par se taire, s'inclinant avec grâce, ravi de voir que ce sort-ci marchait toujours, qu'elles existaient toujours, cachés aux yeux de tous pour mieux survivre comme les Djinns ou les Fées de Brocéliande le faisaient. Il se mit alors à leur parler, leur demandant de se montrer à celle qu'il aimait pour espérer conquérir son cœur. Il s'engagea à les protéger, à veiller à ce qu'elle n'en dise rien à personne sinon aux personnes de confiance. Il s'engagea aussi à les inviter à son union sacré avec elle, sous la bénédiction de la lumière.

Une des fées s'avança à la hauteur de son visage. Elle était plus jolie que les autres, et sa coiffure était surmontée d'une petite tiare d'argent. Elle avait le visage fin, semblable à la description d'Elfes comme on en trouvait dans la littérature. Elle s'inclina devant Imran après que ce dernier l'eut fait, puis elle lui dit qu'ils/elles feraient ce qu'il était venu leur demander à condition qu'ils ne parlent pas de l'endroit, ni même qu'ils n e s'y aventurent trop souvent de peur d'éveiller des soupçons. Elle lui demanda également de reprendre le chant tout en émettant cette magnifique lumière qui ornait son corps le temps qu'il aurait besoin d'eux.

Imran hocha brièvement de la tête avant de se remettre à chanter, accentuant un peu plus la lumière qu'il faisait émaner de lui-même. Il revint sur ses pas, faisant attention aux branches et aux feuilles pour ne pas freiner leurs venues. Enfin, une lumière dorée jaillit dans le champs de vision de Lorelei, puis elle put voir se dessiner la silhouette d'Imran qui continuait de chanter. Il semblait heureux, et princier. Il avait quelque chose de noble quand on le regardait, et son regard semblait alors dessiné par Dieu-lui-même. Il esquissa un sourire vers Lorelei, lui intimant de faire vite ce dont elle avait à faire.

Il continua le chant jusqu'à ce que Lorelei eut fait ce dont elle avait besoin. Puis, lorsqu'il se retourna vers les faeries qui avaient entouré l'endroit, s'approchant avec joie vers Lorelei, jouant avec ses cheveux en lui caressant, observant ce qu'elle faisait, détaillant ses vêtements, il s'inclina de nouveau, et se tut.

Les petites fées virevoltèrent une dernière fois devant eux, avant de disparaître à nouveau dans la quiétude des arbres sous ce soleil crépusculaire. Imran se retourna vers Lorelei, faisant cesser la lumière qui émanait de ses tatouages, ainsi que la brume qui virevoltait avec grâce autour de lui. « Tu as pu obtenir la photo que tu voulais, Lorelei ? » Un sourire sur ses lèvres, il se baissa pour prendre son tee-shirt.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Sam 19 Avr - 23:31


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
Elle n'avait pas vraiment besoin qu'il lui réponde. C'était surtout histoire de mettre les choses au clair.

« Tiens-moi ça, Lorelei, je vais chercher tes fées. », fit-il en lui jetant son t-shirt presque à la figure. Elle n'en revenait pas. Mais quel culot ! Elle le regardait, bouche bée, s'étonnant de ses tatouages. S'il y avait bien quelqu'un qu'elle n'imaginait jamais en avoir c'était bien lui. Imran était décidément plein de surprise.« Tu le sauras quand on sera ensemble, et que je t'apprendrais les langues que je maîtrise, Qalbi. »

Elle le fusilla du regard, le t-shirt froissé entre ses mains. Elle ne voulait pas prendre cette direction-là, mais quand elle le regardait lui sourire elle voyait bien que lui avait déjà fait tout le chemin et l'attendait au bout, confiant et sûr de lui. Elle passa une main dans ses cheveux, attendant patiemment qu'il revienne, ce qui lui laissait le temps de réfléchir à ce qu'elle allait faire. Pas aussi longtemps qu'elle l'aurait pensé. Très vite une voix aux accents chauds et envoutants se fit entendre. Elle reconnaissait la voix d'Imran quoique, là encore, elle n'eût jamais soupçonné qu'il pût chanter si bien. En fait, ce n'était pas le genre de choses qu'elle imaginait.

Contrairement à lui, elle était très terre à terre. Depuis toute petite d'ailleurs. L'attitude de Franck n'avait guère laissé de place à la fantaisie. Elle avait vite compris qu'apprendre ses tables de multiplication allait lui être plus utile que colorier des licornes toute la journée. Bien sûr elle n'avait jamais manqué de rien, du moins matériellement, mais pour tout ce qui n'était pas matériel, elle n'était pas un as. Elle se contentait de très peu, elle donnait très peu et elle n'attendait rien. Ce n'était pas ce dont Imran avait besoin. Lui, attendait quelque chose. C'était sans doute ce qui était si beau à regarder chez lui.

Pendant un petit instant, elle n'entendit plus rien. Elle releva le bout du nez, posant le t-shirt d'Imran sur la souche où elle s'était assise comme pour se préparer à aller le chercher. Elle ne savait pas s'il y avait des fées dans la forêt mais elle savait qu'il y avait d'autres créatures bien moins sympathiques dans le genre. Imran se remit tout à coup à chanter. Lorelei se rassit, les bras croisés sur sa poitrine.

Sans savoir pourquoi, elle se mit à armer son appareil photo. Elle releva les yeux, interpellée par un bourdonnement joyeux. En face d'elle, une partie de la forêt s'éclairait d'une aube dorée et surnaturelle, dans la direction qu'avait prise Imran. Bientôt, elle put voir sa silhouette se découper dans ce halo d'or. Il dansait, et tout autour de lui, des petites étincelles minuscules se détachaient pour l'accompagner. A y regarder de plus près, c'était des fées. Lorelei n'avait jamais rien vu de semblable. Ce n'était pas la première fois qu'elle voyait des fées. N'importe quel sorcier en avait vues sur les arbres de noël. Mais ça n'avait rien de commun avec ça. Peut-être pour la première fois de sa vie, Lorelei avait une de ces expressions émerveillées qu'on ne voit que chez les petits enfants. C'était fugace. Mais c'était bien présent.

Elle en oubliait presque sa photo, détournant le regard d'Imran, elle pressa la détente métallique, prenant quelques précieux clichés qu'elle développerait à la fac. Là son attention était toute entière à ces minuscules petites créatures qui semblaient ravies de venir danser sur ses épaules et dans ses cheveux, la chatouillant. Elle éclata de rire puis Imran s'inclina et toute l'euphorie retomba en douceur. Elle les suivit du regard comme pour ne pas les laisser partir mais quand elle posa à nouveau les yeux sur Imran, ils se retrouvaient seuls tous les deux. Ou du moins, elle se retrouvait seule devant une forme de magie majestueuse, dont elle ne connaissait rien. Elle détailla un instant ses tatouages qui s'éteignaient progressivement puis lui, dans toute sa personne...

« Tu as pu obtenir la photo que tu voulais, Lorelei ? »

Elle ne répondit pas, continuant de le détailler avant de poser son appareil photo sur ses cuisses.

« Tu es quoi au juste ? Le Roi des Fées ? »


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Lun 21 Avr - 12:42


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Imran éclata tout simplement de rire. Un de ces rires joyeux, un de ces rires qui vous tirent le sourire sur les lèvres. Il enfila machinalement son tee-shirt, avant de s'asseoir devant elle, en tailleur, comme tout à l'heure. Il avait dans son regard cette petite lueur d'amour que l'on a que pour l'être aimé. Il ne dit rien tout de suite, avant de se mettre à joindre ses mains devant lui. Un faisceau de lumière jaillit des jointures de ses mains. L'instant d'après, il les ouvrait pour laisser paraître un magnifique loup qui se mit à courir en l'air, avant de se diriger vers Lorelei, gambadant gaiement autours d'elle, comme s'il s'agissait de son animal totem du même acabit qu'un patronus, sauf qu'il était doré. « Je ne suis pas le roi des fées. On en a plusieurs, mais on en a une seule véritable, Lorelei. »

Il s'allongea dans l'herbe, avant de taper le sol de ses paumes de mains. Des dizaines de petites boules lumineuses jaillirent du sol pour se mettre à léviter au-dessus de leur tête. La lumière les éclairèrent bien mieux que les derniers rayons crépusculaires qui traversaient les arbres. A l'est, le ciel était déjà noir. Le loup continuait de gambader gaiement jusqu'à s'arrêter en face de Lorelei. Ce dernier se mit à pousser un hurlement, avant de s'approcher du nez de la jolie britannique pour le lui lécher avec douceur. Aussitôt, une sensation de chaleur, de joie, de douceur pouvait l'envahir sans que rien d'autre ne se passe. On entendit seulement la voix d'Imran qui disait : « J'en étais sûr, Lorelei. Tu es comme une louve. »

Imran se redressa sur ses coudes, un sourire sur ses lèvres. « Tu es belle, Lorelei. J'aime te regarder. » Son sourire était sincère, plein de bons sentiments. Son regard lui disait autre chose, plein de chose. Il croisa ses bras derrière sa tête tout en s'allongeant de nouveau dans l'herbe. Il lui retourna la question : « Pourquoi me demandes-tu si je suis le Roi des Fées, Lorelei ? »


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Lun 21 Avr - 13:05


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
« Je ne suis pas le roi des fées. On en a plusieurs, mais on en a une seule véritable, Lorelei. »

Elle écoutait sans vraiment cesser de le détailler, comme si quelque chose l'intriguait et lui inspirait de la méfiance en même temps. Elle le regarda exécuter cet étrange patronus sans d'abord se demander pourquoi un loup. L'animal gambadait, pas vraiment à la façon d'un vrai loup mais plutôt de la façon dont Imran aurait pu le faire s'il avait été un fauve.

« J'en étais sûr, Lorelei. Tu es comme une louve. »
« Pourquoi tu dis ça ? », demanda-t-elle en fermant les yeux comme le loup lui donner un coup de langue sur le nez. Une caresse chaude et apaisante. Étrange. Tout semblait étrange ce soir.

Le crépuscule ne semblait jamais venir sur eux même si dans le dos de Lorelei, l'obscurité tombait. C'était la lumière du djinn qui les gardait dans cette étrange ambiance mais elle ne s'en rendait pas encore vraiment compte, son attention sans doute trop focalisée sur le centre du tableau.

« Tu es belle, Lorelei. J'aime te regarder. », fit-il tout en la sondant du regard.

Il était intriguant. Sa bouche disait quelque chose mais son regard en disait encore d'avantage. Elle détourna le regard après quelques instants.

« Pourquoi me demandes-tu si je suis le Roi des Fées, Lorelei ? »
« Je sais pas. Comme ça. », répondit-elle spontanément, plus pour répondre quelque chose que pour vraiment répondre d'ailleurs, « Je sais pas qui tu es. », finit-elle par dire presque comme un constat pour elle même...


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Lun 21 Avr - 13:50


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Imran éclata de rire. « Moi, je sais qui je suis. C'est le principal. Et toi, tu sais qui tu es ? » Son rire résonna quelques instants, avant qu'il ne se lève pour se rapprocher d'elle. Son regard noir plongé dans les yeux d'une si belle intensité de Lorelei. Il esquissa un sourire, avant de lui prendre doucement la main. « Viens t'asseoir à côté de moi, et je commencerais par me présenter comme il le faut, Lorelei. » Sa main était chaude, dégageant cette espèce de lumière doré que provoqua le contact de leur main l'une dans l'autre.

Il l'emmena au centre de la petite clairière, l'invitant alors à s'allonger à côté de lui. Imran ne pensait plus vraiment. Il était bien, là, installé près d'elle, lui tenant toujours la main. Il avait sa tête contre la sienne, tandis que ses pieds étaient tournés vers le Sud, tandis que ceux de Lorelei étaient tournés vers le Nord. Le bras au dessus de sa tête pour continuer de tenir la main de Lorelei, il laissa un petit silence s'installait entre eux. Enfin, il leva sa main libre vers les petites boules lumineuses, puis il dit : « Je suis Imran Misra. Je suis un Djinn de la cité de Byzance. »

Les lumières au-dessus de leur tête s'agitèrent rapidement, tournoyant les unes autours des autres, avant de se stabiliser doucement, comme si elles avaient terminé de tisser, de fils d'or, une peinture. Il bougea sa main comme si le vent l'a lui poussé à gauche avant de la reposer sur son torse. Dans la lumière dorée, une lumière blanche apparut doucement, puis l'on vit le Palais du Sultan Al'Farsi sous un ciel bleu et resplendissant. Il eut un petit sourire, ajoutant : « Mon frère, Rohan, est le Sadrazam de notre Sultan. Et Jinan, c'est mon frère, bien que ce soit un peu plus compliqué. » Les lumières s'agitèrent à nouveau, avant de représenter un Soleil doré. Imran esquissa un sourire, et avant que l'on ne voit d'avantage le portrait de Lorelei se dessinait, il éclata ses lumières en ouvrant son poing sur sa poitrine.

« Tu as peur de moi, Lorelei ? Est-ce que cela t'effraie de savoir que je suis un Faerie d'Allah ? » Il tourna la tête sur le côté pour mieux voir le visage de Lorelei. Son visage se fendit d'un sourire bon, tandis que de ses yeux, il caressait chaque trait du visage clair de Lorelei. Il se pencha un peu, déposant ses lèvres sur ses joues pour y déposer un baiser. Une brume doré s'éleva alors sous le petit rire amusé d'Imran, qui recula son visage pour mieux voir la réaction de Lorelei. Il ne voulait pas l'effrayer. Il ne savait même pas, d'abords, que l'on pouvait être effrayé par des fées. Imran ne pensait jamais aux mauvais côtés que son peuple pouvait représenté dans certaines légendes, comme avec les Changeling, ou les Korrigans, par exemple.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Lun 21 Avr - 14:17


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
« Moi, je sais qui je suis. C'est le principal. Et toi, tu sais qui tu es ? »

Elle laissa son regard glisser avec dépit sur le côté. Lorelei avait toujours détesté cette question. Peut-être parce qu'elle savait trop bien qui elle était. Tellement bien qu'elle avait convenu, à un moment ou un autre, qu'il valait mieux rester la seule à le savoir. Elle ne répondit pas, se laissant faire, pour une fois, comme en guise d'échange pour la réponse qu'elle n'avait pas donnée.

Sa main dans la sienne était chaude. Elle n'avait pas envie de la lâcher tout de suite et ça n'était pas une sensation qui lui plaisait. S'attacher avait toujours eu des inconvénients pour elle. Elle s'allongea dans l'herbe, écoutant les récits d'Imran illustrés d'enluminures féériques. Il lui parlait dans sa langue à elle mais ses phrases fleurissaient d'arabesques de mots qu'elle ne connaissait pas et qu'elle ne chercherait pas à comprendre. Comme pour ne pas les dévêtir de leur magie. Vers la fin elle crut apercevoir le visage d'une femme dans la lumière mais ça n'était qu'un mirage qui se dissipa aussitôt.

« Tu as peur de moi, Lorelei ? Est-ce que cela t'effraie de savoir que je suis un Faerie d'Allah ? »

Elle fronça les sourcils, le sentant s'approcher d'elle, mais elle ne tourna la tête qu'après qu'il a posé un baiser tendre sur sa joue. Un silence passa.

« Est-ce que je devrais avoir peur ? Si tu m'enlèvais pour m'emmener dans son palais dans le ciel, tu le regretterais probablement tous les jours de ta vie. » s'amusa-t-elle.

Les contes de fées regorgeaient d'histoires de ce genre mais curieusement Lorelei n'avait pas l'air bien effrayée. Qu'elle ait ou non accordé crédit à tout cela, elle savait qui elle était et elle savait qu'elle s'en sortait toujours quoiqu'il arrive. Elle se redressa pour mettre un peu de distance entre eux.

« Je suis peut-être jolie à regarder mais je suis pas un cadeau tu sais. », conclut-elle sans plus de commentaire.


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Lun 21 Avr - 15:30


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Lorelei s'éloigna. La louve. Imran ne pouvait s'empêcher de sourire. Il ne pensait plus vraiment, comme si son côté féerique avait complètement prit le dessus. Il était là, toujours aussi innocent, toujours aussi naïf, mais il dégageait un petit truc qu'il ne dégageait pas jusqu'alors. Il ne cachait plus son côté féerique comme Jinan et Moony lui avaient demandé pour qu'il n'évite de se mettre dans l'embarras, non. Là, il était lui-même. Le frère de Rohan, le frère du Sadrazam, un Misra.

« Est-ce que je devrais avoir peur ? Si tu m'enlèvais pour m'emmener dans son palais dans le ciel, tu le regretterais probablement tous les jours de ta vie. » Imran éclata à nouveau de rire. Il s'assit à son tour, se rapprochant d'elle pour réduire l'écart qu'elle souhaitait garder. Elle ressentait quelque chose. Il n'aurait su dire quoi. De la peur ? De la surprise ? De l'inquiétude ? De l'amour ? « Je suis peut-être jolie à regarder mais je suis pas un cadeau tu sais. »

Imran gloussa, approchant son visage du sien, pour lui murmurer tout bas : « Tu crois que je suis un cadeau, moi ? » Leur visage sont si proches l'un de l'autre. Imran regarda ses lèvres, avant de sourire. Il recula un peu, avant de dire : « Je suis un Djinn. Je suis un enfant d'Allah. Tu sais qui est Allah, n'est-ce pas ? » Il eut un petit rire en haussant les épaules. « Bien sûr que tu le connais, tout le monde le connaît. On l'appelle tous différemment, pourtant, il n'a qu'un nom, qu'une personne. Mais c'est LA personne. » Il s'inclina en lançant un regard vers les cieux, avant de rajouter  : « Tu es un cadeau, Lorelei. Tu es mon cadeau. Tu ne le sais pas encore, c'est tout. »

Le jeune Djinn leva une main pour lui remettre une mèche derrière son oreille, avant de lui caresser le bout du menton. Il esquissa un petit sourire en regardant la brume dorée s'élevait, puis, il se releva. Les boules lumineuses se mirent à danser autour de lui. Imran posa son regard sur ces dernières avant de regarder Lorelei tendrement. « Pourquoi penses-tu ne pas être un cadeau, Lorelei ? »


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Lun 21 Avr - 18:27


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
Il ne la laissait pas s'éloigner d'un centimètre. Elle sourit comme voyait clair dans son jeu qu'il avait au moins le mérite de jouer avec galanterie. Une chose à laquelle les filles comme Lorelei n'était guère habituée.

Il était si différent de ce qu'il donnait à voir au quotidien, bien loin du gamin perdu dans la grande ville qu'elle connaissait.

« Tu crois que je suis un cadeau, moi ? »

Elle haussa un sourcil, plus que sceptique, avant d'éclater de rire. A ses yeux, Imran n'était pas un cadeau. C'était un de ces nuages de barbe à papa, doux et sucré, dont un jour quelqu'un ne ferait qu'une bouchée. On ne restait pas longtemps dans cet état de grâce et d'innocence dans lequel elle l'avait trouvé en attendant le bus. Il se trouvait que lui, probablement de part sa nature féérique, avait réussi à y rester plus longtemps que la moyenne. Et, depuis le début, Lorelei s'était plus ou moins fait un devoir de faire en sorte qu'il y reste.

Elle vit le regard qu'il posa sur ses lèvres mais elle ne voulait surtout pas de ça. Pour elle, un baiser ne valait rien en soit. On lui demandait d'en échanger plus souvent qu'à son tour avec ses partenaires de mannequinat ou du moins de faire semblant. Ca ne voulait rien dire. Mais ce baiser-ci aurait voulu dire quelque chose. Tout simplement parce que pour lui, ce baiser-ci aurait eu de l'importance. Elle ne voulait pas avoir à le lui refuser, ce qu'il sembla bien comprendre implicitement :

« Je suis un Djinn. Je suis un enfant d'Allah. Tu sais qui est Allah, n'est-ce pas ? », voilà qu'il ramenait Dieu sur le tapis... « Bien sûr que tu le connais, tout le monde le connaît. On l'appelle tous différemment, pourtant, il n'a qu'un nom, qu'une personne. Mais c'est LA personne. »
« Mh mh. », se contenta de répondre Lorelei qu'il ne voulait surtout pas lancer un débat philosophique. Elle n'essayait de convaincre personne - surtout pas lui d'ailleurs - mais elle ne voulait pas qu'on essaye de la convaincre et, d'expérience, quand elle s'aventurait à dire ce qu'elle pensait sur ce genre de sujets ses interlocuteurs finissaient immanquablement par se fâcher.
« Tu es un cadeau, Lorelei. Tu es mon cadeau. Tu ne le sais pas encore, c'est tout. »

Elle rit de bon coeur :

« A ta place je me sentirais arnaquée mon pauvre Imran. J'espère que t'as d'autres cadeaux qui t'attendent quand même. »

Mais quoiqu'elle puisse dire, lui la couvait du regard débordant d'amour. C'était plaisant de se sentir le centre de son univers, son cadeau comme il disait. Mieux valait toute fois jouer franc jeu et ne pas le laisser tirer des plans sur la comète.

« Pourquoi penses-tu ne pas être un cadeau, Lorelei ? »

Elle se rembrunit, ramenant ses genoux à elle tandis que lui se relevait.

« Il y a des univers qui ne sont pas vraiment faits pour se rencontrer. Ils se croisent tout au plus mais c'est tout. Je suis pas la princesse que t'aimerais que je sois Imran. J'ai pas ton éducation, ni rien du tout. Je suis une fille qui aime les mauvais garçons. Sûrement parce qu'on se ressemble bien eux et moi. C'est comme ça. Et il y a tellement de choses dont je pourrais jamais te parler... »

Elle le regardait droit dans les yeux comme la louve farouche qu'il avait dépeinte. Plus un animal craintif que le monstre que les contes de fées voulaient faire voir.


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Lun 21 Avr - 20:02


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
« Il y a des univers qui ne sont pas vraiment faits pour se rencontrer. Ils se croisent tout au plus mais c'est tout. Je suis pas la princesse que t'aimerais que je sois Imran. J'ai pas ton éducation, ni rien du tout. Je suis une fille qui aime les mauvais garçons. Sûrement parce qu'on se ressemble bien eux et moi. C'est comme ça. Et il y a tellement de choses dont je pourrais jamais te parler... » Imran fronça les sourcils, avant de s'avancer vers elle. Il s'agenouilla, passant son doigt délicatement sous le menton de Lorelei pour la forcer à le regarder droit dans les yeux. Il secoua la tête, se demandant bien ce qu'elle pouvait avoir dans la sienne pour ne pas vouloir franchir toutes ses barrières que la vie imposait.

Il se pencha vers son oreille, et il lui murmura tout bas : « A moi, tu peux tout me dire. » Imran se recula, avant de s'asseoir à côté d'elle. Il esquissa un sourire en croisant son regard, puis il lui dit : « Tout le monde a le droit au bonheur. Tout le monde, Lorelei. Même toi. » Il pencha sa tête vers la sienne, lui effleurant le front avec le sien, puis, il posa sa tête sur son épaule, et il ajouta : « Je suis un Djinn, Lorelei. Ca veut dire que c'est aussi dans mon devoir de guérir tes maux. Avant, quand on ne vivait pas en autarcie comme on le fait actuellement, on vivait parmi les Hommes, les Femmes, les autres créatures que Dieu a façonné pour diverses raisons. Notre but à nous, était de veiller sur vous. »

Imran releva la tête de son épaule, pour mieux la regarder. Avec une de ses mains, il caressa doucement le bout de son nez à elle pour laisser voir la Lumière dansait faiblement dans un nuage de poussière féerique. « Laisse-moi être celui qui t'aidera, Lorelei. Laisse-moi être ton pilier dans ce monde obscure. Je serais ton phare, ta lumière dans les ténèbres. Je te promets de te protéger tout en adoptant des airs de vilains garçons. » Il esquissa un sourire sincère, un véritable sourire qui venait du coeur. Il secoua la tête à nouveau, passant un de ses bras autour de ses épaules, le regard rêveur.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Lun 21 Avr - 20:47


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
Il finirait par l'amadouer avec ses caresses et ses ronronnements s'il elle n'y prenait pas garde.

« A moi, tu peux tout me dire. »
« Non Imran. Il y a des choses que je ne veux partager avec personne. C'est comme ça. Ce n'est pas contre toi. », répondit-elle plus tendue qu'auparavant.
« Tout le monde a le droit au bonheur. Tout le monde, Lorelei. Même toi. »
« T'inquiète pas pour moi. Je le trouve mon bonheur dans les choses que je fais. J'ai pas besoin de plus. »
« Je suis un Djinn, Lorelei. Ca veut dire que c'est aussi dans mon devoir de guérir tes maux. Avant, quand on ne vivait pas en autarcie comme on le fait actuellement, on vivait parmi les Hommes, les Femmes, les autres créatures que Dieu a façonné pour diverses raisons. Notre but à nous, était de veiller sur vous. »

Elle le laissa parler, détaillant ce visage qui essayer de la convaincre. Malgré tout, elle savait que le conte de fées allait s'arrêter à la seconde où il verrait que le carrosse n'était en fait qu'une pauvre citrouille et le fier équipage, un équipage de rats des villes lardés de cicatrices et de souvenirs de vieilles bagarres. Pour le moment il se lover contre son épaule, lui permettant de sentir cette douce chaleur sur son coeur. Mais ça n'allait durer qu'un temps, aussi tentant que ce soit. Elle sentit sa gorge se nouer tandis que lui reprenait :

« Laisse-moi être celui qui t'aidera, Lorelei. Laisse-moi être ton pilier dans ce monde obscure. Je serais ton phare, ta lumière dans les ténèbres. Je te promets de te protéger tout en adoptant des airs de vilains garçons. »

Elle sourit, amusée qu'il aille jusqu'à lui promettre de ne pas être le gentil garçon qu'il était. Doucement sa main vient prendre le visage d'Imran en coupe. Une caresse donnée du pouce et elle se pencha, posant longuement ses lèvres sur son front avant de se lever d'un bond :

« Oublie-ça. Allez viens, on rentre. Il y en a qui vont se demander où tu es passé... », décida-t-elle en offrant une main tendue.

L'ambiance n'y était plus. C'était ce qu'elle voulait. Une excuse pour ne pas avoir à lui montrer ce qu'elle ne voulait pas. Pourtant, dans sa tête, une idée commençait à faire son chemin. Il fallait qu'elle y réfléchisse plus posément.


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   
Lun 21 Avr - 21:58


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Lorsque Lorelei se leva pour lui prendre le visage entre ses mains, Imran ferma doucement les yeux. Une profonde tristesse s'installa sur son visage basané. Il ouvrit les yeux lorsqu'elle parla, mais il baissa le regard, ne voulant surtout pas la regarder. Il ne voulait pas qu'elle le voit faible, vu qu'elle aimait les mauvais garçons, il fallait qu'il se tienne comme l'un d'eux. Mais ce n'était pas l'envie de partir en courant qui lui manquait, bien au contraire. Il avait véritablement l'impression qu'elle lui brisait le coeur. Une douleur dans la poitrine, son estomac qui se serrait. Il ne broncha pas tout de suite. Et lorsqu'elle lui tendit la main pour l'aider à se relever, Imran ignora superbement son aide pour se relever tranquillement.

Il releva le regard vers Lorelei, s'essuyant les fesses et les genoux rapidement. « Tu... 'Fin, Lorelei, je... » Imran se mordit la joue avant de se passer une main dans les cheveux, à l'arrière de son crâne. Que devait-il dire ? Que devait-il faire ? N'avait-elle donc pas compris que ses sentiments étaient réels ? Ou... Peut-être qu'elle ne voulait pas le mettre mal à l'aise car elle ne ressentait pas encore ce qui lui-même ressentait pour elle ?

Imran lui murmura : « De toute manière, je t'attendrais. J'ai le temps, et je ne suis pas vraiment pressé. J'ai tellement envie que tu... » Il finit par sourire. D'un claquement de doigts, les lumières qu'il avait élevé tout à l'heure en tapotant le sol de ses mains retourna vers la terre. Il rajouta : « Tant que je ne t'effraie pas, de toute manière... Mais je trouverais un moyen de t'avoir. Ton coeur sera mien, Lorelei. » Il lui tendit la main à son tour. Il ne voulait surtout pas utiliser sa magie à elle pour rentrer. C'était tellement affreux.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: You, Me At Six.   



Contenu sponsorisé
 
 

You, Me At Six.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AD NOX : THE AURORS. :: L'Angleterre :: London City.-