Partagez | .
 

 Babylon A.D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Babylon A.D   
Dim 12 Jan - 2:41


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain



Babylon A.D



Ce dimanche-là, Jinan et Moony avaient prévu de passer un moment en amoureux à regarder les films de M. Afez. Moony ne l'appelait jamais par son vrai nom, Asad Al Saab, préférant de loin garder le souvenir du vieux bibliothécaire acariâtre de qui elle avait tout appris et pour lequel elle avait tant d'affection. Imran était sorti avec Lorelei, l'appartement devenant rapidement trop petit quand on s'y retrouvait à deux couples. Ils avaient plus où moins trouver une combine de sorte que chacun puisse en profiter à son tour même s'il n'y avait pas vraiment de "tour" défini.

Lorelei, ça n'avait rien avoir avec la première "copine" qu'avait eu Imran Polly Pocket - quoiqu'Imran s'obstine à dire qu'il n'était jamais sorti avec. Si quelqu'un pouvait bien sortir avec une fille sans s'en rendre compte c'était Imran.

« ... c'est vrai j'ai horreur de dire ça, ça me ressemble pas mais, j'espère qu'il n'en n'est pas vraiment amoureux. », avait confié Moony un nombre incalculable de fois à son chéri.

Le téléphone de Jinan venait de sonner. Moony posa son mug pour aller chercher un thermos. Le bureau des aurors n'allait pas manquer une occasion de leur voler un moment en amoureux. Elle se pinça la lèvre en voyant son Jinan revenir avec l'air tout penaud :

« C'est pas grave va, on le fera une prochaine fois. », elle le serra contre elle, posant un baiser sur sa joue puis sur ses lèvres avant de lui glisser le thermos dans les mains et un croissant. « Et puis comme ça je n'ai plus d'excuse pour ne pas aller au pressing. Allez file, tu vas te faire engueuler. Je t'aime. »

Elle l'embrassa à nouveau et le poussa vers la sortie. Elle ne voulait surtout pas qu'il culpabilise. Une fois la porte refermée, elle soupira puis se dirigea vers la chambre. Anita lui avait offert une tenue magnifique qu'elle n'osait pas laver elle-même (surtout pas avec sa nouvelle baguette), mais elle connaissait un pressing spécialisé dans les tissus un peu délicats. Il se trouvait sur Brick Lane, dans le quartier indo-pakistanais. La jolie blonde quitta donc son appartement douillet au dessus de la bibliothèque, insouciante comme toujours.

« C'est un tissu absolument - fabuleux. »
« Oui, et j'y tiens beaucoup. Si vous ne vous sentez pas de vous en occuper dites-le moi, je comprendrais. », elle sourit pour mettre la personne en confiance, attendant patiemment une réponse.




Dernière édition par Muadhnait McGill Fhaolain le Dim 2 Mar - 14:24, édité 1 fois
 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Sam 1 Mar - 21:42


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 7
Age : 28
avatar
Sharyar Alinejad
L'atmosphère de Brick lane changea tout à coup. Sans même que l'on ne le voit venir, un homme particulièrement étrange apparut alors dans le quartier indo-pakistanais de Londres, avec un regard pour le moins stupéfiant puisqu'à la place des yeux, il y avait deux lueurs d'un rouge orangé. Torse nu, les cheveux rasés sur le côté, il avançait comme s'il connaissait les lieux comme sa poche. Une aura étrange l'entourait, comme si son corps à lui seul était une source de chaleur similaire à celle d'un brasier. Il se figea quelques instants, se sentant observer par les gens qui se trouvaient dans la ruelle. Il leva les yeux vers les enseignes, puis, d'un coup, plusieurs foyers d'incendie se déclarèrent ici et là, prenant naissance dans des voitures, dans des boutiques, dans des poubelles, etc.

Aussitôt la panique commença à s'emparer de Brick lane. L'étrange homme s'approcha alors d'une enseigne de laverie pakistanaise. La porte s'ouvrit devant lui. Il entra, traversant alors la petite boutique en quelques enjambés. Les quelques habits qui se trouvaient suspendus ici et là dans un plastique protecteur prirent immédiatement feu. Son regard se posa alors sur la petite blonde qu'on lui avait demandé de trouver. Il esquissa un sourire, et avant même qu'elle n'eut le temps de saisir sa baguette, il lui prit le poignet avec force, l'attirant contre lui pour la serrer avec force. C'était comme si chacun de ses muscles étaient, en réalité de la pierre, tant le contact était douloureux. De la pierre, mais brûlante. Il posa son regard sur la fée bleue, approchant son visage du sien, comme pour mieux la regarder, avant de sourire, l'air amusé.

Il releva la tête vers le laveur, et d'un mouvement de main, les flammes qui crépitaient derrière en répandant une forte odeur de plastique jaillirent à la vitesse d'une balle sur la personne qui se mit aussitôt à brûler. L'homme enlaça la blonde de son deuxième bras, puis, ils disparurent dans un torrent de flammes.


(...)

L'endroit où ils apparurent était étrange. Pour Muadhnait, l'ambiance pouvait lui semblait quelque peu familière. Mais très peu. Au premier coup d'oeil, on remarquait tout de suite la petite trace féerique au travers du mobilier, des choix sélectionnés, mais aussi de l'endroit du monde dans lequel il devait se trouver. Si le nom de Babylone avait déjà été mentionné en sa présence, nul doute qu'elle ferait très vite le rapprochement.

La pièce était sombre malgré les braseros qui ronflaient au quatre coins de la pièce. De l'or était partout : Sur le mobilier, sur les bijoux que les gens portaient, mais aussi sur cette femme qui se dressait devant eux, sur un trône d'os en or. Un silence pesant venait de s'installer alors qu'ils apparaissaient. Une fois que les flammes disparurent du corps de l'étrange personnage, il poussa violemment la fée bleue au sol, avec un sourire moqueur, tout en murmurant :
« Maintenant, ma récompense. »


uc.
 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Dim 2 Mar - 15:23


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
Le blanchisseur ajusta ses lunettes en demi lune sur son nez comme pour mieux examiner ce tissu auquel la jeune fille semblait tant tenir. Tout à coup,il y eut comme un mouvement de panique dans la rue. L'homme releva le nez. Dehors une femme traversait la rue en courant, manquant de renverser un homme qui s'enfuyait dans la direction opposée. Moony fronça les sourcils, interrogeant le commerçant du regard tout en sortant sa baguette. C'était vraiment sans savoir pourquoi. Moony n'avait jamais été quelqu'un de courageux, encore moins le genre à jouer les héros. Malgré tout elle fit un pas vers la porte juste au moment où un homme entrait.

Il ne lui fallut qu'un regard pour comprendre qu'elle avait à faire à un faërie ou peut-être une espèce de démon faërie. Il ne ressemblait en rien à ce qu'elle avait pu voir à Byzance et pourtant il dégageait ce quelque chose d'unique qu'elle reconnaissait facilement. La peur la saisit au coeur, elle leva la baguette mais fut arrêtée bien vite dans son élan et laissa tomber sa seule chance de se défendre quand il lui broya le poignet. Rien de cassé mais pour autant il avait fait mal et voilà que maintenant il l'attirait contre lui. Elle se débattait comme elle pu, en vain. Le rapport de force était clairement déséquilibré et elle avait beau gigoter et donner des coups, ses pieds ne touchaient même pas terre. Le contact avec la peau brûlante du faërie avait quelque chose de très dérangeant pour elle par dessus le marché. Ils échangèrent un regard qui lui parut durée une éternité surtout plongée dans ces abysses infernaux qui semblaient se moquer d'elle.

La petite fée bleue pâlit, comprenant que personne n'allait venir la sauver cette fois-ci, ce qui n'empêcha pas un long Jinaaaaaan, de s'échapper de sa bouche. Comme si elle avait eu le pouvoir de le convoquer par un seul mot. Une formule magique qu'elle chérissait plus que tout. Sans savoir pourquoi, le stress intense qui lui tombait dessus tout à coup, elle sentit qu'elle se mettait à pleurer. Sans bruit, sans cesser de se débattre jusqu'à ce qu'elle assiste, glacée d'horreur, à l'immolation du pauvre blanchisseur qui, tout compte fait, ne mourrait que parce qu'elle avait eu la stupidité de venir dans sa boutique.

Derrière eux, ils ne laissaient que l'enfer. Un immense incendie qui se propageait à une vitesse folle et semblait bondir d'objets en personne avec une intelligence et un sadisme tout sauf aléatoire.

Elle ferma très fort les yeux, retrouvant cette sensation étrange qu'elle avait connu la première fois qu'elle avait fait le voyage vers Byzance. A cela s'ajoutait la peur de l'inconnu, l'incertitude, et cette chaleur étouffante que dégageait son ravisseur. L'endroit où il l'amenait ne lui apporta aucun réconfort. Elle ouvrit les yeux sur une pièce aux dimensions monumentales où d'immenses piliers d'or massif soutenaient un plafond d'obscurité. L'atmosphère était moite et étouffante. Très vite, la peau si claire de Moony se retrouva perlée de sueur et son t-shirt lui colla à la peau. La lumière des braseros qui éclairaient ce qui se révéla être un long couloir, projetait des ombres dansantes et monstrueuses sur toute l'exubérance qui les entourait. Une odeur nauséabonde émanait des eaux brunâtres qui s'écoulaient avec paresse dans les deux tranchées qui les escortèrent jusqu'à une porte, là encore monumentale, où des chimères se suivaient en frises disciplinés dans le relief des dorures des immenses panneaux.

« Babylone... », murmura la fée bleue qui reconnaissait la porte d'Ishtar Sakipat Tebisha dont la reproduction au musée de Pergame avait fait le tour de tous les beaux livres et livres d'histoire dédiés à la cité impériale et à son illustre roi, Nabuchodonosor. Moony connaissait bien cette cité. Du moins, elle connaissait tout ce qu'on pouvait en lire dans les livres.

Ils accédèrent cette fois à une pièce encore plus immense. Cette fois-ci, il ne s'agissait pas d'un couloir mais bien d'une pièce à part entière. Là encore, la lumière des braseros ne parvenait pas à dévoiler le plafond et tout le décor se déclinait en éclat d'or et d'ombres. La chaleur était étouffante pour Moony et, si la tenue de son ravisseur avait pu la surprendre à Londres, ici, elle semblait plus qu'appropriée.

Les quelques personnes présentes arboraient d'ailleurs le même style vestimentaire très dénudé, très riche. On les suivait du regard avec visiblement un intérêt tout relatif. Il ne fallut guère de temps à Moony pour se rendre compte que la plupart des personnes présentes étaient dans un état second, entre la conscience et l'extrême veulerie. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'elle remarqua que certains braséros n'offraient que des cendres blanchâtres qui répandaient dans la pièce des volutes de fumées parfumées. Là, une vieille femme y mettait presque la tête pour mieux inhaler les essences entêtantes des fumées. Moony fronça les sourcils, ne sachant plus si elle devait arrêter de respirer tout de suite ou si ça n'était pas ce qu'elle croyait.

Son ravisseur ne lui laissa guère le temps de se décider. Ils arrivèrent auprès d'un trône d'or et d'os sur lequel siégeait une imposante femme vêtue uniquement de chaînettes d'or. Là, il l'a repoussa violemment. Moony se rattrapa sur les genoux et les mains, sur les degrés d'or qui permettaient de gravir le trône. A côté d'elle, aux pieds de la grande Yasamine de Babylone, un couple semblait endormi, encore unis l'un à l'autre dans une étreinte impudique. Moony détourna le regard, n'osant pas lever les yeux, comme s'il y avait encore une chance de ne pas attirer l'attention sur elle.

« Doucement... », intima la Reine de Babylone.
« « Maintenant, ma récompense. »
« De l'or ? Des femmes ? Tout cela est à toi, tu n'as qu'à parler... »



 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Mar 9 Sep - 20:38


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 7
Age : 28
avatar
Sharyar Alinejad
Il y avait bien des récompenses auxquels Sharyar pouvait prétendre, pourtant, aucune de celle qui vous vient en tête ne l'intéressait. Le démon inclina légèrement sa tête vers la droite, observant la Reine Yasamine avec un petit sourire sur le coin des lèvres. Il la regarda quelques instants, sans rien dire, avant de poser son regard sur la fée bleue, et il dit : « Je veux une heure de mon temps en sa compagnie. Juste une heure. »

Le démon se pencha vers la fée bleue qu'il saisit par le bras, avant de la soulever comme si elle eut été faite en sucre. Il l'attira contre lui, et de sa main libre, il lui leva le menton pour mieux l'observer. Il y avait quelque chose de malsain chez Sharyar, Muadhnait pouvait le voir. Mais lorsqu'on regardait son visage avec plus de profondeur, on y voyait autre chose... Comme s'il était constamment crispé. Il avait cette veine sur la tempe, et ce durcissement au niveau de la mâchoire...

Il esquissa un sourire, puis il lui lâcha le visage pour lui remettre ses cheveux derrière ses oreilles avant de regarder la Reine Yasamine.


uc.
 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Mar 9 Sep - 23:23


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
La reine de Babylone était à la fois la créature la plus magnifique que la petite bibliothécaire eût vu et la plus répugnante. Un frisson d'horreur pure lui hérissait la peau mais elle n'osait pas détourner le regard comme de peur que quelque chose d'aussi terrible que définitif ne lui tombe encore dessus.

Elle n'osait pas bouger, regardant à peine l'ombre par dessus son épaule, celle qui l'avait jetée ici. Elle pouvait sentir sa chaleur lui brûler la peau alors même qu'il ne faisait que lui barrer la route, sans la toucher. Voilà qu'à présent, il réclamait une récompense. Moony ne comprenait rien des enjeux de son rapt. Sa réaction la plus spontanée ne fut pas l'indignation mais la peur. Comme si elle avait pu deviner ce qu'il allait sortir de la bouche de Sharyar :

« Je veux une heure de mon temps en sa compagnie. Juste une heure. »

Inutile de dire que la petite fée bleue ne voyait aucun bon augure là dedans et elle ne savait plus vers qui se tourner. Tout autour d'elle ne semblait qu'être que plaisirs malsains et égoïstes. Il lui restait peut-être encore l'espoir que si l'on s'était donné tant de mal pour la ramener ici, on ne la jetterait au premier faune mal léché qui se présenterait. Mais l'espoir était trop mince. Les doigts de la reine se délièrent avec une grâce lascive en signe d'indifférence. Moony opposa une résistance vive en sentant une main d'acier se refermer sur son bras. Elle tirait à s'en faire mal pour fuir dans la direction opposée, presque vers celle qui la condamnait si facilement. Les doigts du djinn se refermèrent sur son visage, dégageant cette chaleur insupportable qu'elle avait déjà remarquée. Elle se défendait du regard, refusant de céder quoi que ce soit.

« Un instant ! », imposa la voix de la reine, « Veille à ce que vos petits jeux ne portent pas atteinte le précieux cadeau de notre invitée ... »

Déjà la voix de Moony s'élevait en véhémentes protestations et questions qui restaient désespérément sans réponse...




 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Jeu 11 Sep - 22:18


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 7
Age : 28
avatar
Sharyar Alinejad
« Un instant ! » Le démon leva le regard vers la Reine de Babylone avec une arrogance que personne, ici, n'osait se permettre de peur de finir dans l'espèce de grosse vache en cuivre, là-bas, derrière eux. Il savait tout aussi bien qu'elle à quel point il pouvait être inestimable pour elle, de se vanter de l'avoir sous sa coupe. D'autant plus qu'il s'agissait de Sharyar Alinejad, le cerveau de la seule et unique révolte qui eut à Babylone. Une révolte qui avait bien fallu lui coûter son règne sur la sublime porte. « Veille à ce que vos petits jeux ne portent pas atteinte le précieux cadeau de notre invitée ... »

Sharyar reposa alors son regard avec dédain sur la fée bleue. Ses yeux descendirent sur le ventre de la blonde. « Je n'en ai rien à faire de l'enfant qu'elle porte. Ce n'est pas pour la baiser, que je veux la voir. » Puis, sans attendre, il la saisit d'un bras pour l'attirer contre lui comme s'il s'agissait d'un tas de chiffons. Il la balança sur sa forte épaule, et quitta la salle des trônes.


Le Palais de Babylone était à l'image de ce qu'était devenu cette ville dont la décadence et la déchéance semblaient s'y être installé en même temps que le règne de Yasamine commença. Il y avait de l'or partout, de belles décorations - bien que suggestives - et on avait l'impression de se retrouver dans un de ses vieux bordels de riches. Tout était somptueux, mais tout semblait sale tant le vice semblait s'être incrusté de partout.

Ils croisèrent des gens, ici et là. Certains pas très bavards, vêtu très légèrement. D'autres entrain de se toucher, de se tripoter ou de baiser - puisque là, ce n'est vraiment pas faire l'amour - sans que rien ne les gène. Il y avait ce parfum dans l'ère qui faisait tourné la tête lorsque l'on y était pas habitué. C'était un spectacle déplorable quant on connaissait à quel point le palais de Babylone était réputé, il y a plus de mille cinq cent ans, maintenant.

Il poussa une porte dans un étage en-dessous et il la jeta sur une chaise, qu'il rattrapa avant qu'elle ne tombe à la renverse sous le poids. Sharyar s'approcha de Moony, lui tirant les cheveux en arrière avant d'approcher son visage du sien, et il lui demanda : « Parle-moi de toi... De toi, et de ce qui te fait aussi importante pour les Faeries. » Le Démon la lâcha, avant d'aller se tapir dans l'ombre, où il s'assit sur tabouret. Ses yeux rouges brillaient de mille feux, de mille flammes, tel un aperçu de l'enfer dans ses orbites.


uc.
 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Jeu 11 Sep - 23:05


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
Ce que le démon répondit à la reine lui glaça le sang. Moony serra les poings, se fermant complètement. Dans ce décor où tout n'était qu'or et faste débordant à l'excès, la fée bleue paraissait une esquille de glace. Elle était froide. Le bleu de ses yeux semblaient jeter sur toute sa personne un voile austère couleur du temps. Lors que le démon s'empara à nouveau d'elle, son corps était tendu bien qu'elle ne semblait opposer aucune résistance. Comme si elle abandonnait déjà. Mais elle ne lâchait rien. Simplement, qu'aurait-elle pu faire face à la bande de satyres de la Reine de Babylone. La chaleur étouffante l'empêchait de discerner correctement les choses mais Moony avait déjà éprouvé ce qu'était le pouvoir d'un sultan. Mieux valait attendre que le nombre de ses opposants soit réduit au plus petit. Et c'était bien l'opportunité que Sharyar avait décidé de lui offrir. Tandis qu'il l'emportait à travers les couloirs, elle observait tout, se promettant qu'il ne poserait pas la main sur elle.

Il l'emmenait dans les sous-sols, ou la chaleur ne se faisait que plus insupportable, comme une infection qui aurait gangréné les tripes d'un malade. Ils passèrent une porte mais il ne lui laissa le temps de rien pour la jeter sur une chaise. Sans savoir comment, sa main se referma sur une statuette d'or élancée que ses yeux n'avaient même pas vue mais Sharyar ne lui laissa pas la possibilité d'en faire quoique ce soit. Moony serra les dents lorsque sa patte d'ours la tirer par les cheveux pour l'obliger à prêter une oreille :

« Parle-moi de toi... De toi, et de ce qui te fait aussi importante pour les Faeries. »

La petite fée bleue serra les dents mais quelque chose dans ces mots changeait tout. Le démon lâcha prise brusquement pour aller se poster face à elle, à quelque distance dans l'ombre où seule la lueur infernal de ses yeux rouges perçait.

Moony passa une main lasse dans ses cheveux. Un sourire navré c'était peint sur sa pâle figure, elle qui, sous le ciel brut d'Ecosse ressemblait à un rayon de soleil.

« Vous ne savez même pas pourquoi je suis là ? Vous ne faites qu'exécuter les ordres... sans poser de question ... », elle eut comme un soupir de dépit...

Il ne fallait pas espérer convaincre l'homme de se rallier à sa cause - si homme il y avait derrière ce monstre : ça n'était qu'un pantin. Mais il ne la toucherait pas. Elle n'en doutait plus une seconde.


 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Dim 21 Sep - 18:30


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 7
Age : 28
avatar
Sharyar Alinejad
« Vous ne savez même pas pourquoi je suis là ? Vous ne faites qu'exécuter les ordres... sans poser de question ... » Sharyar esquissa à son tour un petit sourire. Sauf que son sourire n'avait rien de pâle comme elle avait pu l'afficher quelques instants avant. Lui, il était fier, et visiblement, il y avait autre chose derrière ses propres agissements.

Les fées de la Lune Bleue ont toujours eut un pouvoir qui les dépassaient au point même de leur paraître inaperçue de sorte que si elles ne sont jamais découvertes, elles passent toute leur vie sans même s'en rendre compte, allant mourir normalement, comme le font les autres humains - étant donné qu'elles partagent cette condition jusqu'à ce qu'elles tombent entre les mains du Faerie qui saura l'aimer sous la lumière.

Leur rareté était un mythe, et donc leurs pouvoirs n'étaient qu'imaginables. Sharyar le savait, et c'était pour cela qu'il allait essayer de la comprendre. Le démon en lui n'en avait jamais vu, il n'en avait qu'entendu parler entre deux conversations ici et là, sans que cela ne retienne réellement son attention. Pourtant, maintenant qu'il l'avait sous les yeux, à porté de mains, ça l'intéressait. Le bien le plus précieux de Byzance était entre ses mains, et visiblement, la Reine Yasamine était prête à tout pour l'obtenir. De quoi éveiller un soupçon de curiosité chez quiconque, même la plus stoïque personne.

« Je me fiche du pourquoi tu es là. Je me doute qu'il s'agit de ce que tu as dans ton ventre, vu qu'ici, il n'y en a plus eut depuis presque mille ans. » Il se pencha un peu vers l'avant, mettant son bras en appuie sur sa cuisse, tandis qu'il posait son visage dans sa main. « Non, moi, ce que je veux savoir, c'est ce qui te rend si importante aux yeux des Faeries. Tu as cette image de briser des malédictions dont tu n'as pas idées. Parle. »


uc.
 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Dim 21 Sep - 18:43


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
« Je me fiche du pourquoi tu es là. Je me doute qu'il s'agit de ce que tu as dans ton ventre, vu qu'ici, il n'y en a plus eut depuis presque mille ans. »
« Il n'y a rien. », opposa la fée bleue fermement.

Elle ne savait pas pourquoi mais elle sentait qu'il n'y aurait pas pu y avoir pire moment pour avoir un enfant. Elle n'y était pas prête et elle n'arrivait même pas à se représenter un sourire sur le visage des gens qu'elle aimait si elle devait leur annoncer un "heureux" événement maintenant. Ca n'avait même rien à voir avec Babylone. Mais quelque part, on lui avait toujours décrit la reine Yasamine comme un monstre de vice. Pourquoi n'aurait-elle pas pu mentir ? Ou se tromper ?

Ses yeux bleus dardaient droit devant, plus sombre tout à coup. Elle ne voulait pas subir. Elle ne voulait pas qu'on la juge à cette apparence de fleur fraîche et délicate que ses parents lui avaient donnée en cadeau. Elle était la petite dernière. Cela ne voulait pas dire qu'elle était sans défense.

« Moi, ce que je veux savoir, c'est ce qui te rend si importante aux yeux des Faeries. Tu as cette image de briser des malédictions dont tu n'as pas idées. Parle. »
« Si vous savez que je n'en ai pas idée pourquoi vous obstiner ? Je ne crois pas avoir brisé quoique ce soit. Pour briser une malédiction parfois, il suffit simplement d'y croire. Si j'ai fait quelque chose c'est uniquement montrer que ça existait toujours. Et je ne l'ai pas fait seule d'ailleurs. Ça n'a rien de magique ça, l'inspiration. », répondit-elle assez sèchement.

Dans le fond c'était ce qu'elle pensait même si elle n'aurait jamais osé le dire à Byzance de peur de heurter quelqu'un. Le respect ou l'admiration qu'on lui témoignait la mettait plus souvent mal à l'aise qu'autre chose.


 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Dim 21 Sep - 20:32


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 7
Age : 28
avatar
Sharyar Alinejad
La croyance était une puissance magique d'une incommensurable force. Et beaucoup d'Hommes dans leur arrogance en ont payé le prix fort en la sous-estimant. C'est ce que l'on a toujours enseigné aux gens, c'est ce, sur quoi est fondé la croyance en Dieu. Le démon le savait, et c'était d'autant plus vrai lorsque l'on en connaissait le fin mot de l'histoire. Là où les plus fermés d'esprits diront que ce n'est que du vent pour apater les populations naïves, d'autres diront qu'au moins, ils sont préparés à tous, et que la vérité se trouve dans les livres Saints que Dieu a descendu sur Terre au cours des deux derniers millénaires.

Prophètes, Messie, Hommes de Foi, Livres Saints, tant de choses qui ont pourtant donné un sens à la vie de milliards de gens au cours des siècles dont un nombre important n'aura probablement jamais rien vu de tout cela durant sa vie. Le démon l'avait comprit, et visiblement, même cette petite fille semblait le comprendre.

Un sourire mauvais se dessina sur ses lèvres, tandis qu'il se redressait de son tabouret pour s'approcher d'elle. « Assez parlé. »

Le démon leva son bras à la hauteur du front de la fée bleue, puis aussitôt son visage perdu de sa lumière, se noircissant à vitesse grand V,  lui faisant perdre le peu de beauté qu'il avait. Autour de son bras, une lumière noire jaillit tel un serpent avant d'arriver à la hauteur de ses doigts pour ensuite entrer dans la paume de sa main. Les veines sorties, le souffle court, il referma son poing avant de l'ouvrir d'un coup, comme si la charge magique qu'il retenait était beaucoup trop lourde, trop dur à supporter. Aussitôt, des flammes noirs jaillirent vers Moony.

Rien ne se passa. Tout du moins pas tout de suite. Car au bout de quelques secondes, une violente lumière bleue émergea derrière les flammes qu'il crachait par sa main. Comme un bouclier, d'abord invisible, puis grandissant, la lumière bleue se dressait entre Moony et le Démon. Voyant cela, il souffla comme pour relâcher de la pression, et les flammes s'intensifièrent. Le bouclier ne céda pas. Au contraire, l'instant d'après, une explosion retentit dans la pièce, envoyant le Démon à l'autre bout de la pièce où il alla s'écraser dans une armoire qui céda sous la violence de l'impact.

Moony, elle, n'avait pas bougé d'un pouce sinon, baissait doucement les bras qu'elle avait levé, comme pour se protéger.

Le Démon mit quelques instants avant de redonner un signe de vie. Les égratignures se refermèrent toutes seules. Mais quelque chose avait changé sur son visage. Ce dernier semblait crispé. Sa peau dorée était toute pleine de sueurs mélangés au sang qui avait coulé des blessures, et son regard semblait avoir perdu de son intensité.

Ce n'est que lorsqu'il se releva que Moony put voir quelque chose qui dépassait même l'entendement d'une sorcière. Il y avait derrière Sharyar, une créature d'ombre. Son ombre s'était transformé, dévoilant alors le véritable visage du Démon.


uc.
 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Dim 21 Sep - 21:25


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
Ce qui se passa Moony n'aurait pas vraiment su l'expliquer. Il avait suffi qu'il lève la main pour ça se produise. Peut-être parce qu'intimement, elle savait qu'il était dangereux. Elle sentait quelque chose d'ancien émaner de lui et ce quelque chose la remplissait d'une peur salvatrice. Elle se protégea de ses avant bras, cherchant du regard une arme pour se défendre mais elle n'en eut pas besoin. Cette espèce d'onde bleue qui faisait mur entre eux. Sur le moment elle semblait aussi surprise que lui mais lorsqu'il redoubla ses attaques, à nouveau elle chercha par réflexe à se protéger ce qui lui épargna sans doute d'être le dommage collatéral de l'explosion qui suivit, soufflant tout le mobilier sur son passage.

Moony ne resta pas hébétée bien longtemps. Le djinn était inconscient. Il n'y avait donc personne pour la surveiller et, même si elle savait que certainement comme à Byzance, Babylone devait être fermée, elle avait espoir que, si être une fée bleue pouvait lui servir à quelque chose, ç'aurait pu être à s'échapper de ce maudit enfer. Si petite que soit l'opportunité elle la saisirait. Ce n'est qu'un grognement douloureux dans son dos qui l'empêcha de franchir le pas de la porte. Il revenait déjà à lui. Pas question de lui tourner le dos. On ne l'y reprendrait pas. Ses yeux bleus piquèrent droit sur lui. Mais très vite ils dévièrent vers son ombre, qui semblait se relever plus vite que lui. Moony fronça les sourcils. Il y avait quelque chose qu'elle ne comprenait pas. Elle porta à nouveau son attention sur le djinn à terre. Il semblait si différent tout à coup. Elle pouvait le sentir. C'était de l'ombre qu'il fallait se méfier. Sans réfléchir elle se rua vers le brasero où dansait une belle flamme d'or sur un lit d'huile bouillante. A peine l'avait elle touché que la flamme, versant sur le démon, s'activa dangereusement, virant au bleu.

Moony recula brusquement, tirant le djinn par le bras sans d'abord s'expliquer pourquoi. Elle regretterait probablement ce geste de compassion.


 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Sam 1 Nov - 14:45


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 7
Age : 28
avatar
Sharyar Alinejad
Lorsque la main de Moony se referma sur le poignet de Sharyar, le démon émit un hurlement de douleur. Comme si son maître lui-même les lui appliquait sur ce qui lui servait d'âme, de sorte à ce que son premier réflexe fut de se retirer dans l'ombre de la pièce, retirant tout lien avec le corps du Djinn. Mais le vacarme dans la pièce attira la garde, et lorsqu'ils entrèrent, ils repoussèrent Moony pour extirper de son influence le corps du Djinn qui sombra dans l'inconscience. Le Démon saisit cet instant pour lui bondir de nouveau dessus afin d'en faire son pantin.

La garde se retira, soutenant du mieux qu'ils purent le corps du Djinn, laissant alors la Fée bleue seule l'espace de quelques instants. Deux gardes survinrent, au bout d'une trentaine de secondes dans un halo doré noirâtre, la saisirent, et se téléportèrent de nouveau. Mais cette fois, Moony pouvait se douter qu'il s'agissait de sa chambre. Tout était richement décoré, comme s'il s'agissait d'une princesse. Le summum de l'élégance s'il n'y avait pas eut ces grilles aux fenêtres, ou cet énorme verrou sur la porte. La garde se retira alors, fermant derrière eux. A travers la serrure, elle put voir un faisceau lumineux comme s'il bloquait d'eux même la porte, et ce fut le silence le plus complet pour la demoiselle. Au loin, elle pouvait entendre des cries de souffrance, des gloussements de plaisirs, voir même des rires pervers ainsi qu'une musique douce, mais entêtante.


uc.
 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Sam 1 Nov - 15:18


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre qu'il se passait quelque chose. Mais personne ne semblait vouloir lui dire quoi, et se sentir exclus, encore une fois, lui mettait les nerfs à vif. On lui avait demandé de se mettre dans cette pièce-là, celle qui leur servait de salle de pause où ils prenaient le café, où ils mangeaient, et il attendit. Jinan ne faisait que ça. Attendre. Et être exclus. Boudant, rageant, pestant, soufflant, tapotant du poing sur la table, ou bougeant mécaniquement sa jambe, tant il se sentait inutile, il finit par se dire qu'il n'avait rien à faire-là, et qu'il lui faudrait très prochainement se trouver un autre travail. Il savait que ce n'était qu'une étape, que le commencement, et que c'était ainsi que ça se déroulait. Mais l'exclusion, il la vivait difficilement. Mais surtout, il n'aimait pas cette impression que les autres lui donnaient : Le fait d'être inférieur, parce qu'il venait d'être Auror, parce qu'il n'avait pas encore pu faire ses preuves.

Jinan donna un coup de pieds dans la chaise en face de la sienne sous la table avant de lâcher un juron qui aurait fait pâlir plus d'un écossais bourré. C'est à ce moment-là que Siobhán entra dans la pièce. « Tu vas enfin me dire ce qu'il se passe ? » Lui lâcha-t-il, plus qu'agacé. Siobhán le fusilla du regard, avant de lui répondre : « On m'a fait quitté mon poste pour me dire de venir ici. » Ils échangèrent un long regard, et aussitôt, leurs yeux s'illuminèrent comme si tout coulait sous le sens. « Moony ! » Il n'y avait qu'elle qui les reliait comme ça. S'il avait su d'un autre membre de la famille de Siobhán, seule, elle aurait été enfermé. Jinan se mit aussitôt à se ronger le frein, tentant vaguement de la contacter par son esprit.

Il n'y arrivait pas. Il la sentait vivante, mais quelque chose de très sombre et de lointain lui empêchait tout bonnement de faire quoique ce soit pour lui parler. Il insista, recommença, jusqu'à ce que d'un coup, il se mit à pousser un cri de douleur, se plaquant les mains sur les tempes. Un filet de sang coula de son nez, et c'est à ce moment-là, qu'Imran lui murmura dans sa tête : « Ji... Elle est où Moony ? Elle m'avait dit qu'elle serait là à 9h 30 et c'est bientôt 12h... » Jinan sentit ses yeux le piquaient. Les larmes lui montèrent, mais il ne dit rien, sinon, qu'il ne savait pas où elle était. Jinan lui demanda de se renseigner, ce qu'Imran partit aussitôt faire.

Une trentaine de minutes plus tard, leur supérieur, Mustang, entra dans la pièce, la mine déconfite. « Hm, euh... Il y a eut une explosion dans un quartier pakistanais de Londres, et Muadhnait y a été vu peu de temps avant, dans la boutique où ça a sauté. » Jinan blêmit, devenant aussi blanc que Siobhán en tant normal, ce qui lui donnait presque l'air d'un mort, ou d'Emir n'ayant pas bu depuis des mois. Siobhán se leva aussitôt. Ansgad leva la main, et leur dit : « Mais... On a pas trouvé son corps. Des enquêteurs sont entrain d'essayer de comprendre ce qui se passe. Je ne peux pas vous en dire plus. »

Aussitôt, Siobhán se mit à exploser, hurlant sur Ansgard pour qu'il la laisse partir, qu'elle aille voir ce qui se passe, qu'elle les aide du mieux qu'elle pouvait. Mais Mustang leur stipula que c'était contre le règlement et qu'il ne pouvait pas les laisser faire quoique ce soit. Que leurs sentiments pour Moony risqueraient de leur causer du tord voir même la réussite de l'enquête. Jinan finit par revenir à lui. A l'annonce de cette nouvelle, il eut l'impression qu'on venait de lui arracher son coeur. C'est à ce moment-là qu'Imran l'appela. « Ji'... Faut à tout prix que tu viennes sur place, j'ai... Je crois qu'on va avoir un gros gros problème. » « Siobhán, je vais voir ce qui se passe. J'en ai rien à foutre des lois et des règlements sorciers. » Il posa sa baguette magique sur la table, puis sa plaque d'Auror, et il ajouta : « Puis j'en ai marre de moisir dans ces murs parce que je suis inexpérimenté. Il est temps pour moi d'accepter mon héritage magique, et de faire tout ce que je peux pour sauver celle que j'aime plus que ma propre vie. » Avant même que quiconque ait pu dire quelque chose, sans même cacher la lumière qu'il faisait apparaître sous la forme de poussière, virevoltante tout autour de lui, il disparut dans un halo de lumière d'une rare intensité.



Lorsque Jinan réapparut, Imran était là, dans une ruelle, faisant les cent pas. Une expression terrifiée sur son visage, quelque chose qui ne lui allait pas du tout. « Va falloir qu'on fasse ça ici. Ce que je dois te montrer. Y a trop de sorciers là-bas. » Imran lui tendit la main que Jinan saisit, et il expliqua : « On va utiliser notre lumière pour voir ce qui s'est passé, tu sais comment on fait ? » Jinan hocha la tête, en repensant à la Bibliothèque, la fois où il avait du enquêter sur cette tentative de vol. Imran ferma les yeux, et Jinan fit pareil. L'instant d'après, ils revivaient la scène.

Jinan sortit de la ruelle, suivi d'Imran, pour voir un homme au yeux rouges, le torse nu, habillé comme un Djinn, marchait dans la rue comme si le monde lui appartenait. L'air autour de lui était nauséabond, brûlant. Avec un vilain sourire, il allumait divers flammes un peu partout dans le quartier, semant la panique générale. Ils le suivirent dans un pressing spécialisé. Là, ils virent Moony. Aussitôt, Jinan tenta d'attraper le Djinn pour le repousser mais sans succès. Imran lui demanda de s'arrêter, qu'il se calme sinon l'enchantement céderait. L'instant d'après, il saisissait Moony, foutait le feu au pressing, et disparaissait dans un torrent de flamme.

Imran lâcha la main de Jinan et aussitôt, ils revinrent à la réalité dans cette ruelle moldue. Jinan mit quelques secondes à s'en remettre. Imran murmura : « Je crois qu'on a de quoi mériter une audience avec le Sultan Ji'... » Les yeux de Jinan s'embuèrent de larmes. Imran l'attira contre lui pour le serrer très fort, et ils disparurent dans un halo de lumières.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Sam 1 Nov - 21:46


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
L'état de panique dans lequel se trouvait Jinan était phénoménal. Jamais, de sa vie, il n'avait ressenti ça. Pas même la fois précédente, où Moony s'était fait enlevé. Là, il avait vu ce que le Djinn avait fait, et jamais, il n'aurait pensé que cela puisse être fait par un des leurs. Imran avait tenté de le rassurer en attendant que le Sultan termine sa rapide réunion avec les membres du conseil, concernant cette histoire. Il n'avait pas eut à épiloguer cent dix ans pour obtenir une quelconque réaction de la part du Sultan qui s'était tout de suite assombri, faisant un signe à un des gardes pour sonner le conseil d'urgence.

Jinan était comme un lion en cage. Imran tapotait sa tête contre le mur en le regardant faire, ne sachant pas quoi dire ni quoi faire pour lui permettre de souffler cinq minutes. Le feu... Imran lui expliqua alors la cité de Byzance et de ce qu'on y trouvait. Il lui expliqua que là-bas, les Faeries étaient dirigés par une personne très mauvaise, qui invoquait les mauvaises magies, et les démons, afin de faire ployer quiconque lui résistait. Qu'elle avait plusieurs fois essayer, de par le passé, de proposer un mariage avec le Sultan afin de joindre les deux pouvoirs les plus puissant du monde faerie, mais qu'à chaque fois, le Sultan avait décliné la proposition, préférant, jusqu'à maintenant, vivre dans cette douce nostalgie qu'était Asin désormais.

Imran avait peur aussi. Mais il parla. Il parla pendant une heure pleine sans jamais s'interrompre. Jinan ne parla pas, émettant parfois un son, ou une question rapide pour qu'Imran s'explique un peu mieux. Mais il n'était pas vraiment présent. Sa pauvre Moony était bien loin de lui, et là où elle était, aux dires d'Imran, elle semblait être dans un enfer sans nom. Jinan se mit le visage dans ses mains.

Quelques minutes plus tard, les portes s'ouvrirent, et c'est un Roshan inquiet qui leur fit signe de les suivre. Jinan courut presque pour entrer dans la salle, suivi de près par Imran.

La pièce du grand conseil n'avait rien de grandiloquent. Tout était très sobre, et pour tout vous dire, il n'y avait pas grand chose, sinon des coussins par terre, faisant un rond, avec celui du Sultan dans une couleur visible. Le Sultan leur signe de s'asseoir tandis que Rohan indiquait la place où ils devaient le faire. Ils s'assirent en tailleur une fois leurs chaussures retirés.

Le Sultan plongea son regard dans les yeux de Jinan. Un regard qui ferait baisser le visage de n'importe qui. Mais le fils d'Atesh resta droit, soutenant le regard de M'hamed avec une aisance qui fit sourire Rohan malgré la situation. Le Sultan finit par lui dire d'un air très sérieux : « Nous allons aller la chercher. Mais nous voulons aussi te dire qu'il va te falloir attendre, car nous n'irons pas tête baissé. » Le visage de Jinan, qui s'était d'abord tiré d'un sourire se rembrunit. « Mais... Elle va... Vous avez vu par quoi elle a été enlevé ? Nos souvenirs ne vous ont-ils rien montré ? » Une vague de protestation se leva au sein des conseillers. Comment osait-il parler au Sultan ? M'hamed ne se laissa pas démonter pour autant, et continua d'expliquer. « Nous allons y aller dans trois jours. Il me faut réunir ma garde et la garde des ombres, et voir ce que je peux savoir de mes informateurs sur place afin de préparer au mieux notre attaque. Si nous y allons, ce n'est pas uniquement pour récupérer Moony, même s'il s'agit de notre motivation première. Nous y allons pour mettre fin aux agissements de la Reine Yasamine qui ne cesse de me chercher, de me provoquer depuis des siècles. Cette fois, elle s'en prend à la Fée Bleue, à ta petite Moony, c'est comme si elle s'en prenait à toute notre cité. Surtout depuis ce qu'elle a fait pour nous. »

Jinan bouillait. Il n'avait pas envie d'attendre aussi longtemps. Mais Rohan lui imposa le silence en levant la main. Il se tourna vers Imran qui posa sa main sur son genou. Son ami lui faisait très bien comprendre que c'était la plus sage des décisions mais qu'il ne devait pas le prendre aussi personnellement. Ils étaient de son côté, et preuve en était, le Sultan et le conseil souhaitaient également mettre un terme aux agissements de la Reine déchue.

Jinan se leva sans attendre qu'on le lui dise, et disparut après avoir saisi ses chaussures.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   
Dim 2 Nov - 0:21


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
Jinan ne tenait pas en place, et ce n'était très certainement pas à Byzance qu'il souhaitait être, aussi paisible et tranquille qu'un tel endroit faisait sur l'âme et l'esprit. Non, lui, il avait le sang en feu, il avait l'envie de se battre, de récupérer sa Moony, et sans elle, il ne savait plus vers qui se tournait. Ansgard avait tenté de le contacter au cours des jours qui ont suivi, mais Jinan lui avait très clairement dit que ce n'était pas la peine de le contacter tant qu'il ne l'aurait pas retrouvé. Il était allé voir un médecin agréé à Sainte Mangouste pour obtenir son congés maladie, si tant on pouvait appeler cela comme ça, afin qu'on lui fiche la paix dont il avait besoin.

Même chez les McGill Fhaolain, il n'arrivait pas à se poser, à avoir l'esprit clair. Ils étaient tous dans le même cas que lui, et ça se voyait peut-être plus chez eux que chez lui. Non, la seule personne vers qui il se tourna, était son grand-père. Emir. Ce vampire sept fois centenaire qui sut ce qu'il fallait faire lorsqu'il le vit devant son manoir, l'air terriblement perdu.

Et c'est d'ailleurs à cet instant précis qu'Emir le prit pour la première fois dans ses bras, même si ce fut bref. Il y avait quelque chose de très paternel, de très compréhensif, et il n'eut pas besoin de lui dire quoique ce soit pour combler ce vide que Jinan avait en son coeur. Emir connaissait cela. ET sa simple présence réchauffait le coeur du petit turc, qui trouva le sommeil devant la télé, à côté du vampire. Il dormit peu, mais il parvint à dormir ce qu'il fallait pour qu'il se sente reposé.

Lorsqu'il se réveilla, il n'y avait plus d'Emir. Siobhán était assise en face de lui, et elle lui murmura : « Un Djinn est venu pendant que tu dormais... Tu sais, celui qui était venu-là, le frère d'Imran... Roan, je crois. » « Rohan. » Corrigea machinalement Jinan. « Peu importe. Ils ont beaucoup parlé avec Emir, et puis ensuite, ils sont partis. Ils m'ont dit de les attendre là, qu'ils allaient sûrement avoir besoin de moi. » Jinan fronça les sourcils. Qu'est-ce qu'une sorcière pouvait bien faire dans les histoires de Fée ? Il secoua la tête. C'était ridicule. Elle était sa belle-soeur, elle était aussi sa belle-grand-mère, elle était importante pour Moony, elle avait largement le droit de les aider. Jinan hocha de la tête, avant de se lever pour s'étirer.

« Va te doucher, tu pues, Jinan, ça fait deux jours que tu te laisses aller, je vais commander quelque chose à manger en attendant. » Jinan se traîna en dehors du salon. Il se retourna, se rappelant alors qu'il n'avait pas d'affaire de rechange, et surtout qu'il ne savait pas où était cette fichue salle de bain. Mais Siobhán semblait avoir prévu le coup. « Tu es plus petit qu'Emir, mais pas de beaucoup, ça devrait t'aller. Je vais te montrer où est notre salle de bain, tu n'auras qu'à te servir dans son armoire. » A nouveau, il hocha de la tête. Il semblait avoir perdu l'envie de parler. Son visage était similaire à celui que l'on arborait dans un enterrement, et il n'arrivait pas à allumer ses yeux qui semblaient mort, peu importe sous quelle luminosité on le regardait.

Lorsqu'il entra dans la salle de bain d'Emir et Siobhán (enfin, dans l'une des salles de bain), Jinan ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux suffisamment longtemps pour lui permettre d'oublier Moony l'espace de vingt minutes. Tout était fait dans un beau marbre italien. Les poignets des meubles et les robinets étaient faits en or massif, et la luminosité de la pièce était agréable. Devant le miroir et le lavabo qu devait être à Emir, il y avait une tonne de fragrance différente, ainsi que des pots de gels de toutes les couleurs. Il y avait aussi deux montres qu'il ne pourrait jamais probablement s'offrir, des lunettes, divers crèmes de beauté et même un coupe ongle en or. Jinan ne put s'empêcher de rigoler en imaginant son grand-père s'en servir. Tape-à-l'oeil, hein... Mais cela fit du bien à Jinan de voir cela, voyant alors que malgré tout, malgré le fait qu'il soit un vampire, qu'il soit sanguinaire et qu'il soit aussi son grand-père, c'était avant tout un être humain, qui aimait prendre soin de lui. Peut-être même un peu trop... Pensa Jinan avant de se déshabiller.

Le pieds sur le carrelage chaud, il rentra dans la baignoire, et aussitôt il actionna la douche. L'eau coula sur ses cheveux noirs de jais, puis le long de son corps doré. Cela lui fit le plus grand bien. Il en ferma les yeux de plaisir, sentant comme une partie de ses soucis, de ses problèmes, s'en allaient avec l'eau dans le conduit. Lorsque ce fut fini, qu'il alla dans la chambre d'Emir et Siobhán, pour s'habiller, il entendit la porte d'entrée s'ouvrir, puis se refermer. Instinctivement, il su qu'Emir était rentré. Jinan les rejoint dans le salon, terminant à peine de mettre son tee-shirt.

Emir le regard de bas en haut, puis, il murmura : « Ca te va bien... Mais je le porte quand même mieux que toi ce tee-shirt. » Jinan esquissa un léger sourire, tournant la tête vers Rohan, puis son père, qu'il vit assis dans le canapé alors qu'il entrait dans le salon. Un regard interrogateur s'afficha dans ses iris. Atesh inclina légèrement sa tête, tandis que Rohan lui disait : « Ils vont nous aider. Ziad, la Reine des Damnés, Siobhán et son dragon. » Jinan fronça les sourcils, tournant la tête vers le Sadrazam. « Comment ? Je croyais que toutes les cités féeriques étaient dans le plan... ? » Atesh acquiesça, mais ce fut Rohan qui continua de parler. « Effectivement. Mais on peut les en sortir, tout du moins suffisamment pour qu'elles soient à l'image des cités ou des endroits magiques que les sorciers camouflent à ceux qui en sont dénués. » Jinan croisa alors le regard d'Emir, qui dévoila ses deux canines d'un blanc étincelant. « J'ai cru qu'on allait pas m’inviter à la petite fête. »

Jinan ferma les yeux. Son visage sembla se détendre. L'annonce de la participation d'Emir à la récupération de Moony signifiait énormément pour Jinan. Peut-être plus qu'il ne le pensait lui-même. Mais Emir semblait comprendre l'intensité de la situation, et Rohan aussi. Car une petite intuition lui fit comprendre que le conseil de Byzance était loin de se douter de voir venir des vampires et un dragon dans l'une des plus vieilles cités féeriques du monde.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Babylon A.D   



Contenu sponsorisé
 
 

Babylon A.D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti 2010 Elections: Babylon makes me draw bad cards!
» [Flood] Le jukebox
» Dalton (Dalton) VS The Whores of Babylon (Grognards)
» LES JARDINS SUSPENDUS DE BABYLONE (vers -580?) Merveille du Monde Antique
» gen lè king posse ap travay a babylon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AD NOX : THE AURORS. :: Le Reste du Monde. :: Le Reste du Monde.-