Partagez | .
 

 Home, Sweet Home.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Home, Sweet Home.   
Sam 11 Jan - 21:42


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 175
avatar
Emir



Home, Sweet Home.




La découverte de Siobhán concernant son véritable prénom s'était finalement pas si mal passé, selon Emir. Alors certes, elle ne l'avait pas, et ne l'avait probablement toujours pas digéré, mais Emir savait qu'ils n'en reparleraient plus. Du moins pas tout de suite. La présence de Sashka ayant sûrement plaider en sa faveur, Emir ne préférait ne plus s'étendre la dessus.

Lui présenter Sashka était très important pour Emir. Concilier ses deux mondes l'avait toujours effrayé, mais au vue de ce qu'il s'était récemment passé, il avait préféré ne plus attendre comme le lui avait conseillé Sashka. Siobhán l'avait tout de suite accepté, et malgré leur petit dispute, elle semblait également très bien l'apprécier, tout comme Sashka semblait l'avoir tout de suite adopté.

La soirée s'était bien passée. Ils parlèrent beaucoup, rirent beaucoup, s'écoutant beaucoup les uns, les autres, spécialement Siobhán qui avait énormément de questions sur Emir, comme sur Sashka, désireuse d'en savoir un peu plus sur la vie qu'ils avaient mené jusqu'à maintenant. Les heures filèrent rapidement, et Emir finit par demander à Sashka de les laisser pour que Siobhán puisse se reposer. Elle était humaine, et avait besoin de beaucoup de repos. Plus qu'eux-même en avaient besoin, et c'était une chose qu'un vampire a tendance à oublier.

Au petit matin, lorsque Siobhán s'était levée pour aller travailler, Emir l'avait observé, se mettant de côté pour ne pas la gêner, cueillant chacun de ses baisers lorsqu'elle avait quelques instants pour lui.

Emir était sous le charme. Il ne disait rien, mais la réaction de Siobhán la veille avait fait son bout de chemin au travers de ses pensées. Elle semblait réellement prête à le suivre, à vivre avec lui. Elle lui en avait parlé à plusieurs reprises, mais jamais il n'avait lu ce document, ce bail, dont elle avait fait encore une fois mention la veille.  Il était trop occupé à la regarder, se berçant de sa voix, trop absorbé par sa présence pour faire réellement attention à ce genre de détails. Elle était éphémère. Il lui fallait à tout prix s'en imprégner le plus possible.

C'est donc avec un programme fort chargé, comme si la nuit lui avait porté conseil, qu'ils se quittèrent ce matin-là. Elle alla rejoindre le Ministère, et lui, alla rejoindre quelques unes de ses connaissances pour mettre à bien ce qu'il avait en tête.

Ainsi, lorsque vint l'heure pour Siobhán de rentrer, Emir la rejoint à leur appartement avec le plus grand des sourires, impatient de voir chacune de ses réactions, surtout celle qu'elle aurait lorsqu'elle ouvrirait la porte de leur appart' vide de tout. Il s'était fait spécialement beau pour l'occasion, s'habillant d'une façon très classe, très noble, le changeant de ses tenues plus simples qu'il avait habituellement. Il avait dans son regard sombre une douce lumière pleine de chaleur. Enfin, lorsqu'elle rentra, Emir s'approcha instantanément d'elle.

La réaction de Siobhán ne se fit pas attendre. Emir eut un sourire à lui fendre le visage, puis il l'enlaça de ses bras, déposant ses lèvres sur les siennes d'une manière sensuelle, avant de finalement lui dire : « Hier, quand tu as parlé de mon nom sur le bail, que tu voulais que je lise, je t'ai fais beaucoup de mal en t'apprenant mon nom véritable. J'ai donc beaucoup réfléchi cette nuit, et je nous ai trouvé une autre maison pour nous deux. »

Il lui fit un sourire à la fois amusé, désolé et timide. Emir baissa le regard, avant de finalement lui avouer : « J'aurais du t'en parler. Je ne voulais plus de secret entre toi et moi. mais je peux t'assurer que ce n'était pas fait dans le but de te blesser. »

Emir leva son visage, avant de lui demander pardon : « Tu me pardonnes ? »


uc.
 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Sam 11 Jan - 22:17


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
En se levant ce matin-là, Siobhán avait embrassé Emir en coup de vent, comme d'habitude, avalé son café d'une traite, comme d'habitude, et kidnappé une brioche pour la route. Au moment de partir, parce que comme d'habitude, elle avait attendu la troisième sonnerie du réveil pour se lever. En passant la porte, toute fois, son regard s'était attardé sur Emir, et tout en croquant dans sa brioche, elle s efit cette réflexion que ce " comme d'habitude " avait exactement le goût de reviens-y qu'elle avait tant attendu.

C'est le coeur léger que notre auror prit son serice. L'ombre de la dispute de la veille s'était largement laissée chasser par la compagnie agréable de Sashka, la fille d'Emir, et, malgré ce sentiment d'étrangeté qu'elle avait quand elle prononçait son prénom, Siobhá semblait avoir plutôt bien digéré la chose. « Débrif' Siobh. Visiblement Cooper nous envoie sur un cambriolage. » annonça la voix chantante de Kaprice qui se faufilait entre les portes de l'ascenseur. « Un cambriolage ? Je me demande ce qu'en pense Ansgard, tiens ! »

Les deux jeunes femmes arrivèrent dans la salle de débriefing ensemble. Siobhán jeta une brioche à Jinan, qui allait enfin sortir sur le terrain puis le chef d'équipe résuma le plan de mission et en moins de deux, tout le monde avait plié boutique. Une journée ordinaire au bureau des aurors en somme.

Pour une fois, Siobhá ne rentra pas trop tard. Elle aurait pu prendre le temps de se mettre un coup de baguette sur ses vêtements mais elle avait bien trop hâte de retrouver son Emir. C'est donc une écossaise presque tout droit sortie de ses marécages qui fit irruption dans un appartement complètement vide.

Sur le coup, sortant à peine du travail, sa première hypothèse fut celle du cambriolage, mais l'amusement d'Emir la détrompa rapidement. Ça aurait été un comble d'être auror et de se faire cambrioler. « Hier, quand tu as parlé de mon nom sur le bail, que tu voulais que je lise, je t'ai fais beaucoup de mal en t'apprenant mon nom véritable. J'ai donc beaucoup réfléchi cette nuit, et je nous ai trouvé une autre maison pour nous deux. » « Une maison ? » répéta l'écossaise d'une voix blanche, comme elle réalisait que son petit ami ne se rendait pas bien compte de ce que pouvait être la paie d'un auror.

« J'aurais du t'en parler. Je ne voulais plus de secret entre toi et moi. mais je peux t'assurer que ce n'était pas fait dans le but de te blesser. »

Emir leva son visage, avant de lui demander pardon : « Tu me pardonnes ? » Elle fondit sans qu'il ait à se donner trop de mal, venant chercher un baiser et une épaule contre laquelle se lover.
« Bien sûr que je te pardonne mais... J'ai pas vraiment les moyens de louer une maison, tu sais... »




 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Sam 11 Jan - 22:33


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 175
avatar
Emir
Siobhán semblait terrifier à l'idée d'avoir une maison. Emir ne put s'empêcher d'esquisser un léger sourire avant de finir ce qu'il avait à dire. Le fait est qu'Emir avait beaucoup plus réfléchit sur leur histoire qu'elle ne l'avait fait. Pourtant, elle avait prit cet appartement et l'avait mis sur le bail par amour pour lui, alors qu'elle ne sortait avec lui que depuis trois, quatre semaines tout au plus.

Mais pour lui, c'était différent. Deux siècles les unissaient, tout du moins dans son cœur et pour Emir, c'était un tiers de sa vie.

Alors lorsqu'il avait comprit qu'elle n'avançait pas à la même vitesse que les autres femmes, et qu'elle semblait tout aussi passionnée et amoureuse que lui, il n'avait pas hésité une seule seconde. Contempler l'anneau de sa mère l'avait très certainement aidé à prendre cette décision et avec elle, aussi éphémère que chimère que la pourrait être, il était capable de redevenir humain, à penser, à peu de chose près, comme eux. Ainsi, Emir allait prendre les devant et elle n'était très certainement pas au bout de ses surprises.

« Bien sûr que je te pardonne mais... J'ai pas vraiment les moyens de louer une maison, tu sais... » Emir sourit, la serrant contre lui avec amour et tendresse. Elle semblait le suivre et ça le rassurait pour la suite des événements.
« Moi, je les ai les moyens, Siobhán. Tu n'as pas à t'en faire, bien au contraire. »

Il lui fit un sourire qui dévoila toutes ses dents, l'air de dire qu'il avait plus d'une ressource dans son sac, et qu'il comptait bien évidemment sur ses dons de vampire. « J'ai une longue vie, Siobhán. J'ai suffisamment d'or, d’œuvres d'art et autres en plus de ma persuasion pour t'offrir tout ça. »

Il lui sourit, puis, il fourra sa main dans sa poche. de ses doigts, il effleura l'anneau de sa mère. C'était le moment. Il le sentait dans ses tripes qui se contractèrent violemment. Emir l'embrassa avant de poser son genou à terre, prenant délicatement sa main, avec une timidité romantique.
« Pour le moment, tu vis. Ta vie durera pas éternellement, et un jour, je le sais, je devrais te transformer. »

Emir déglutit péniblement. Ses doigts dans sa poche se refermèrent sur l'anneau. « Laisse-moi donc faire de ta vie un comte de fée. Siobhán, je... »

Emir baissa le regard et sortit doucement l'anneau de sa mère. Le bijou était resplendissant. Tout d'or surmonté d'un petit rubis finement ouvragée, d'un coup d'oeil, on pouvait voir ô combien l'anneau était précieux et probablement fait par des orfèvres d'une autre époque, très certainement magique, féérique. Il lui fit un sourire pas du tout confiant, et il lui demanda :
« Siobhán McGill Fhaolain, veux-tu devenir ma femme ? »

Les yeux dans les yeux, Emir n'avait alors, jusque-là, jamais semblé aussi humain, qu'à cet instant, tant il débordait d'émotions.


uc.
 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Lun 13 Jan - 18:25


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
Elle s'était attendue à ce qu'il lui fasse ce genre de réponse. D'un point de vue pratique, Emir n'avait pas besoin de travailler. Et il n'avait pas besoin d'argent non plus. Mais il aimait les jolies choses et cela allait au delà des fringues. Elle l'avait noté en deux ou trois occasions déjà et à l'âge qu'il avait, elle n'osait pas imaginer ce qu'il avait pu amasser comme trésor. Son cœur de dragon en devinait quelque chose. Et de toute façon, il le lui avouait si sincèrement qu'elle n'aurait jamais eu le cœur à lui en faire le reproche. Ça n'était pas une question d'emprise. Bien loin de là. Dans leur couple, il aurait été difficile de dire de qui menait l'autre par le bout du nez. C'était simplement le besoin de s'investir dans leur relation, de la voir évoluer et surtout ce sentiment que cette histoire-là ne pouvait pas avoir de fin. Sentiment qu'Emir devait partager bien malgré lui.

Elle se sentit rougir en le voyant poster un genou à terre. Mais tout ce qu'il lui vint d'avoir, ce fut l'envie de lui à quel point elle le trouvait beau à jouer le prince charmant pour elle. Alors elle ne dit rien du tout, ne voulant surtout pas gâcher ce moment avec quelque chose d'aussi futile, même si ça venait du cœur. « Laisse-moi donc faire de ta vie un comte de fée. Siobhán, je... »

Elle sourit de plus belle, refusant de croire malgré tout les signes avant coureur de qu'il s’apprêtait à faire ce qu'il allait faire. Mais quand il lui présenta l'anneau son coeur ne fit qu'un bond. Elle e se posa absolument aucune question, faisant tous les efforts du monde pour ne pas lui donner son avis avant qu'il n'ait posé la question, même si tout en elle, la trahissait. « Siobhán McGill Fhaolain, veux-tu devenir ma femme ? »

« Oui. Cent millions de fois oui !!! » Elle lui tendit sa main tremblante pour qu'il lui passe l'anneau au doigt, et lorsque ce fut fait, elle s'agenouilla également pour lui sauter au cou au point de le renverser au sol, serré amoureusement dans ses bras. Et alors elle sentit les yeux humides. Humides et rieurs.




 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Lun 13 Jan - 18:58


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 175
avatar
Emir
La réaction de Siobhán lui fit un bien fou, dissipant alors tout ce stress, qui tout d'un coup, s'était accumulé au point de lui contracter chacune des fibres de son corps mort. Une intense sensation de chaleur l'avait envahi et ses yeux s'humidifièrent de sang vermeil. Alors, il lui enfila l'anneau, ayant appartenu à sa mère de son vivant, avec une profonde satisfaction, qui s'installa en lui.

Emir la serra alors contre lui lorsqu'elle s'agenouilla pour lui sauter au cou, tombant alors contre le sol. Il eut un petit sourire satisfait, mais surtout amoureux. Il ne savait quoi dire, quoi faire, s'il devait laisser perdurer ce moment ou non. Finalement, il se redressa, la redressant en même temps que lui, pour lui prendre ses mains dans les siennes afin de lui caresser délicatement le dos de ses mains avec ses pouces, les yeux dans les yeux. Il baissa légèrement la tête, admirant quelques instants de plus la bague de fiançailles qui ornait dorénavant la main de Siobhán.

Son cœur se serra. Une profonde envie de lui faire l'amour s'empara de lui, mais il lui suffit de tenir ses yeux clos quelques instants pour finalement l'enlacer de ses bras. Emir la souleva comme une princesse sans le moindre effort, puis, il s'approcha de la fenêtre ouverte. Il plia ses jambes une fois sur le mini-balcon, et ils disparurent dans la lumière du crépuscule naissant.



Emir déposa Siobhán sur ses pieds, devant un magnifique manoir anglais dans l'un des endroits les plus huppés et les plus riches de Londres. Le jardin était irréprochable. Des roses se tenaient là, un arbre magnifique se tenait ici, un gazon coupé au ciseau entouré un chemin de pierres menant vers un perron en fer forgé. Emir lui lança un sourire en l'amenant en direction du manoir. Un manoir typiquement britannique.

Ce n'est que lorsqu'il ouvrit la porte que le dépaysement commença pour Siobhán. En effet, des l'entrée, on voyait la décoration qu'Emir avait installé avec tout un tas d'objets récupérés au travers des siècles. Des œuvres d'arts méditerranéennes obtenues de façon plus ou moins légales semblaient annoncés la couleur sur ce qu'allait être le reste du manoir. Il tourna la tête vers elle, un fin sourire sur ses lèvres, puis, il lui fit le tour du propriétaire, lui décrivant tout, lui expliquant alors comment, quand et où il les avait obtenu, le pourquoi les avoir acheté/volé/pris ses œuvres d'art et ses objets.

Il n'omit rien si ce n'est de lui dire à quel point il était excité de connaître son avis. Ce n'est que lorsqu'ils franchirent la porte de ce qui devait être leur chambre qu'il s'immobilisa, lui laissant contempler la beauté du lit (d'un bois noir, profond, ornés de gravures magnifiques représentant des formes plus ou moins abstraites au premier regard), se perdant dans une grande pièce sobre où s'affrontaient deux courants : L'Orient et l'Italie.

« Tu en penses quoi ? » Son avis comptait pour Emir qui malgré l'aide de son sorcier, y avait passé beaucoup de temps, mais surtout, parce qu'il avait mis du cœur à décorer l'endroit.


uc.
 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Dim 2 Fév - 21:39


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
Siobhán passa docilement les bras autour du cou d'Emir, curieuse de savoir vers quelle nouvelle aventure il l'emmenait. Elle adorait qu'il la fasse se sentir importante, qu'il la traite comme une princesse tout autant qu'il se conduise comme un mauvais garçon. Son coeur d'artichaut trouvait son compte dans tout cela.

Ils arrivèrent devant une maison bourgeoise fièrement dressée au milieu d'un quartier qui avait tout pour rappeler les décors et les rues huppées de la série télé préférée de Siobhán. La pelouse n'aurait pas été mieux entretenue si on l'avait taillée avec un peigne et une paire de ciseau. Même le gravier du petit chemin qui menait du portail monumentale à l'entrée semblait trop propre pour qu'on marche dessus. Siobhán regardait tout cela d'un œil attentif, la mains dans celle d'Emir.

La porte s'ouvrit laissant entrapercevoir bien d'avantage. Chaque pièce dans laquelle il la conduisait recelait un trésor. parfois, un petit quelque chose qui lui appartenait venait se perdre au milieu de tout le reste, sans jamais s'intégrer tout à fait, bien malgré les efforts qu'Emir semblait avoir fait pour mettre tout cela en scène. « Tu en penses quoi ? »

Siobhán se cogna à son vampire de fiançée en se reculant pour avoir une meilleure vue d'ensemble de la chambre. Elle éclata de rire pour finalement répondre : « Emir... Je crois que tu n'as absolument aucune idée de ce que peut-être le salaire d'un Auror. »




 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Dim 2 Fév - 21:56


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 175
avatar
Emir
« Emir... Je crois que tu n'as absolument aucune idée de ce que peut-être le salaire d'un Auror. » Emir cueillit son rire avec un sourire. Il se déplaça rapidement pour se mettre en face d'elle, puis il leva lentement sa main vers sa joue pour la lui caresser avec son index. Avec un petit sourire canaille, il lui répondit : « Quand je t'ai demandé ta main, je t'ai dis que je ferais de ta vie un comte de fée. » Rapidement, il la saisit pour l'allonger sur le bord du lit. Il posa un genou à côté d'une de ses jambes, un regard félin qui en dit long sur ce qui va se passer ensuite. Emir s'approcha tout doucement de son cou, lui effleurant la peau avec son nez pour finalement placer son visage juste au-dessus du sien. « Tu m'as dit oui, Siobhán... Tu as accepté ma close. »
Un petit rire, il lui caressa le nez avec le sien avant d'incliner sa tête pour l'embrasser avec fougue, tandis que de son autre main, il fit tinté sa ceinture en la dégrafant.


uc.
 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Dim 9 Fév - 15:30


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
Vivre un conte de fée. Avec Emir c'était exactement le cas. Il faisait de chaque moment un trésor et livré à sa fantaisie, le quotidien devenait l'exception. Quand elle se réveilla ce matin-là, un rayon de soleil tiré sur l'épaule en guise de drap, il fallut quelques minutes à Siobhán avant de se rappeler que cet immense lit d'inspiration hybride était désormais le leur. Ce n'est peut-être qu'en voyant sa longue chevelure blonde répandue sur le torse de son amant endormi qu'elle se sentit enfin chez elle. Comme si les hybridités de la décoration, entre néo-classicisme et tradition orientale, n'étaient qu'un reflet du couple qu'ils formaient.

Ils s'assemblaient si bien tout en ayant de prime abord rien en commun. Aux yeux des autres rien ne les rapprochait. Ni la culture. Ni les origines. Ni les activités. Même leurs attentes initiales ne les rapprochaient pas. Emir la voyait comme une, aussi fragile et précieuse que les danseuses de cristal des boîtes à musique malgré tout ce que Siobhán faisait pour casser ce fantasme. Siobhán le voyait comme l'indestructible prince charmant dont elle rêvait depuis qu'elle était petite et Emir faisait tout pour coller à ce fantasme.

Le petit sifflement caractéristique de son portable la tira de sa contemplation. La photo d'Ansgard Mustang s'affichait à l'écran, sonna d'avance la fin de l'idylle. Ce n'était pas la première fois que ça arrivait. Emir avait même plus que l'habitude que le chef d'équipe ne vienne bousiller les weekends en amoureux, les bains collé-serré romantique, ou les câlins pantouflards sur le canapé. Il avait même un regard assassin spécialement attribué à l'agaçante sonnerie que Siobhán attribué à son chef. Par réflexe, la jeune auror bondit pour attraper l'objet du crime et lui éviter une mort certaine et définitive contre le mur de leur chambre toute neuve.

Elle adressa un petit sourire désolé à Emir avant de relever le sms d'Ansgard : épinglé par CM pr congés annuels. A ds 15 jrs.

Elle posa son téléphone sur le chevet, prenant l'air le plus extrêmement désolé du monde. Le même air qu'elle prenait chaque fois qu'elle s'échappait de ses bras pour aller courir après des criminels bien moins séduisants qu'Emir (il n'y avait vraiment que dans Amour Gloire et Sorciers que les criminels étaient de beaux ténébreux à tomber par terre, parole d'auror). Elle tendit la main pour attraper son jean, lamentablement abandonné sur le sol en marbre la veille, comme si elle s'apprêtait à rejoindre Ansgard :

« Je suis vraiment désolé mais va falloir encore...ME SUPPORTER PENDANT DEUX SEMAAAAAAAAAAAAAAAAAAAINES!!!!! », s'exclama-t-elle renvoyant le jean dans les oubliettes du marbre noir et en jouant des sourcils sur ses yeux bleus comme pour lui dire "tu t'y attendais pas à ça hein ?".




 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Lun 10 Fév - 13:34


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 175
avatar
Emir
Jamais, Emir n'avait ressenti pareil chose pour une femme. Et Siobhán serait très certainement la dernière. Être un vampire avait beaucoup d'avantages, peut-être même plus que d'inconvénients une fois que l'on était en phase avec le fait de boire du sang humain pour survivre dans ce monde où la vie se dessine sur un arrière-plan macabre et profondément sombre. Mais avec elle, il ne voyait plus tout cela, et savait même se détacher de certaines passions, de certains penchants qu'il aimait avoir lorsqu'il n'était qu'un vampire à part entière. Être tombé sur Siobhán, dans cette église, il y a, déjà, quelques siècles, Emir l'avait vécu, à nouveau, comme une renaissance. Une deuxième renaissance, comme s'il abordait aujourd'hui, une troisième vie qui serait probablement la meilleure des trois. Dans son cœur, il le savait. Il y avait réfléchi, et si Siobhán était alors amené à mourir, il irait dormir dans un cercueil, caché de tous, pour ne jamais se réveiller. Siobhán avait su, comme un ingénieur, emboîter sa vie vampire avec ses sentiments humains qu'il avait depuis longtemps laissé de côté.

Elle était, pour lui, son conte de fée. Celui que chaque vampire aspire à connaître, tant la solitude des siècles pouvait parfois être particulièrement pesante sur leurs fortes épaules.

Ce matin-là n'avait rien de différent par rapport à ce qu'il connaissait désormais, au côté de Siobhán, si ce n'est le cadre dans lequel ils dormaient. Les yeux clos, l'air cadavérique, il se reposait, bercé par les battements de coeur de Siobhán, lorsqu'il entendit cette sonnerie significative qui le mettait tant en boule. Il sentit Siobhán se levait d'un bond, tandis qu'il ouvrait doucement les yeux, comme pour éviter de se brûler les rétines avec la lumière du soleil. Machinalement, il se recula dans le lit, s'adossant sur la tête de lit, évitant ainsi la lumière solaire. Son anneau était toujours à son doigt, mais il n'en restait pas moins craintif.

Ses yeux se posèrent alors sur Siobhán, qui mettait son jean. Son regard se perdit quelques instants sur les fesses de cette dernière, avant de relever le regard avec arrogance vers le visage de sa bien-aimée, alors qu'elle se retournait pour lui dire : « Je suis vraiment désolé mais va falloir encore...ME SUPPORTER PENDANT DEUX SEMAAAAAAAAAAAAAAAAAAAINES !!!!! » Au début, il secoua légèrement la tête, serrant sa mâchoire comme profondément énervé, prêt à éclater, et à exploser le téléphone contre le mur, jurant sur tous ses aïeux qu'il tuerait chaque auror qui se présenterait à la maison pour venir chercher Siobhán. Mais lorsqu’elle se mit à hurler, éveillant sa curiosité alors qu'il posait son regard sur la jolie blonde, son visage se fendit d'un sourire profond, et son cœur eut un battement douloureux. Il porta la main sur son sein gauche, comme pour se masser, avant de la voir jeter son jean à l'autre bout de la pièce pour venir le rejoindre dans le lit.

Emir posa ses yeux sanguins dans les yeux bleues de Siobhán, qui semblait toute fière de sa connerie, puis, après quelques secondes de non-réaction et de non-expression de la part d'Emir, ce dernier éclata de rire, avant de passer ses bras autour d'elle pour la coucher dans le lit. Il esquissa un sourire amusé, puis il lui dit, d'une voix coquine : « Un programme chargé s'annonce, alors... » Il l'embrassa dans le cou, avant de se relever d'un bond, se retrouvant dans la seconde près de la porte qu'il venait d'ouvrir, ce même sourire toujours sur ses lèvres. « Bien, viens déjeuner. » La seconde d'après, il se trouvait dans la cuisine, lui préparant le café, toujours en caleçon.


uc.
 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Mar 11 Fév - 23:17


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
Au début, Emir ne semblait pas goûter la plaisanterie mais très vite, il se mit à sourire. Visiblement, il ne manquait pas d'idées concernant ce qu'il allait faire des deux semaines à venir... ou plutôt ce qu'il allait faire d'elle. Siobhán croqua dans ce sourire enjôleur de son fiancé...

« Un programme chargé s'annonce, alors... »

Elle se mordit la lèvre, acquiesçant largement, avant de s'abandonner à un baiser dans le cou. Elle était toujours plus docile au réveil, quand elle n'était pas encore tout à fait dans les starting blocks.

« Bien, viens déjeuner. »
« Je te préviens : pas de steak à sept heure du mat' ! »

Voilà que l'adorable amoureuse docile s'était volatilisée. Siobhán bondit hors du lit à la suite d'Emir, comme si elle avait pu rivaliser de vitesse avec lui. Elle sourit, voyant qu'il lui préparait le café.

« Tu n'as pas à faire ça... », fit-elle en l'enlaçant et en posant sa main sur la sienne. Mais finalement elle le laissa faire, sortant deux larges mugs après avoir ouvert les portes de quasiment tous les placards. Dans l'un, elle versa un quart de la bouteille de sang qui se trouvait au frigo. L'autre, elle le posa à proximité d'Emir pour qu'il le remplisse pendant qu'elle donnait un coup de baguette au déjeuner de son vampire de petit ami afin qu'il soit à l'idéal température de 37.5° sans lui donner ce mauvais goût de réchauffer dont le micro-ondes avait le secret. Bien sûr, pour Siobhán ça ne faisait aucune différence, mais elle savait que ça en avait pour lui.




 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Ven 21 Fév - 22:24


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 175
avatar
Emir
« Tu n'as pas à faire ça... » Emir posa son index sur ses lèvres, avec un petit sourire. C'était lui qui dirigeait désormais. Elle avait accepté sa volonté en venant vivre avec lui, alors on jouerait avec ses règles. Tout du moins, dans un premier temps. C'était comme ça qu'il le voyait, qu'il le voulait, alors ça se passerait ainsi. Elle était fragile, elle était sa princesse, et elle pouvait se mettre aussi forte qu'elle le voulait, pour Emir, elle n'était rien qu'un petit bout de femme avec plein de rêves plein la tête, mais surtout, plein le coeur.

Des rêves qu'elle partageait avec lui, dont il souhaitait être le principal acteur de toute sa vie, tout en étant son scénariste, son producteur, et son metteur en scène. Il était ainsi, il aimait diriger. Il ne voulait pas la soumettre, il ne voulait que la préserver de tout. Sa vie serait courte, surtout à ses côtés, il lui fallait donc tout faire pour qu'elle en profite un maximum. C'était comme s'il se faisait pardonner de lui retirer sa vie dans les jours, dans les semaines qui viendraient.

Elle lui remplit un mug de sang qu'elle chauffa grâce à sa baguette magique. Il esquissa un sourire, saisissant le mug avant de s'asseoir en face d'elle. Elle buvait son café sous son regard à demi-caché par son propre mug, qu'il tenait près de ses lèvres. Emir souriait, avant de finalement baisser son regard pour lui dire doucement : « Je vais aller faire les courses, Siobhán. » Il trempa ses lèvres dans le sang tiède, avant une bonne rasade qui eut tôt fait de raviver l'éclat sanguin dans ses iris. « Toi, tu vas aller te faire couler un bon bain chaud, y mettre quelques huiles essentielles, et je viendrais te rejoindre. » Il esquissa un sourire, posant sa tasse sur la table.

Emir se leva rapidement pour s'agenouiller devant Siobhán, avant qu'elle n'ait pu dire quoique ce soit. Il posa son doigt contre ses lèvres, l'empêchant alors de parler, puis, il se redressa légèrement vers son visage, pour lui murmurer tout doucement : « Ne résiste pas, Canım… Sinon, je te laisse toute seule pendant deux semaines. » Il se passa la langue sur les lèvres, avant de se reculer pour se retrouver, l'instant d'après, en appuie sur le plan de travail, les bras croisés, ses yeux dans les siens, avec une petite moue amusé.








Canım… : Mon/Ma Chéri/Chérie.


uc.
 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Dim 23 Fév - 1:16


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
« Je vais aller faire les courses, Siobhán. », elle fronça les sourcils. Quel genre de courses pouvait-il bien avoir besoin de faire ? « Toi, tu vas aller te faire couler un bon bain chaud, y mettre quelques huiles essentielles, et je viendrais te rejoindre. »

La belle blonde posa son mug de café sur la table  avec cette lenteur calculée qui laissait tout de suite deviner la suite de la conversation. Elle avait un petit sourire en coin moqueur mais sincèrement amusé.

Emir posa le doigt sur ses lèvres comme si ça allait suffire à convaincre sa fiancée de se faire docile. Au lieu de cela, ça ne lui inspira rien d'autre que de croquer gentiment ce bout de doigt, avec une lueur coquine dans le regard. Ça! il n'était pas question de le laisser tout diriger.

« Ne résiste pas, Canım… Sinon, je te laisse toute seule pendant deux semaines. »

Elle le toisa, jaugeant ce petit sourire provocateur dont il la narguait :

« Canım... tu oserais me laisser toute seule ? Tu sais que la solitude ne me réussit pas. Je serais obligée de ... sortir pour m'occuper. Sans toi en plus... alors que tu pourrais tout simplement aller nous faire couler un bon bain chaud dans lequel je te rejoindrai en revenant des courses. Des courses ! ... tu finiras par me proposer d'aller chez l'esthéticienne à ma place. », elle le gratifia d'un sourire sincèrement amoureux tout en se replongeant dans son café.




 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Dim 23 Fév - 16:36


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 175
avatar
Emir
Emir se mordit la lèvre. Elle lui résistait, et ça le rendait fou. Il en était frustré, au point de vouloir la contraindre à ce qu'elle ne fasse que ce qu'il ne veuille. Mais il savait aussi que c'était ça qu'il aimait principalement chez Siobhán. Elle n'avait pas peur de lui. Elle faisait ce que personne encore n'avait fait en sa présence. Et rien que pour ça, il était prêt à abdiquer devant elle. Mais ce qu'il ressentait en lui n'était que plus profond, plus terrible, plus passionné. Il l'aimait à en mourir, et ce sentiment ne cessait de croître au cours de ces petits jeux qu'ils avaient. Puis elle était si belle à regarder avec cette moue coquine...

Emir se redressa, l'attirant contre lui avec un sourire amusé. Qu'il aille se baigner pendant qu'elle ferait les courses, c'était une idée qui offrait des avantages. Il irait se prélasser dans un eau beaucoup trop chaude pour Siobhán, qui viendrait alors le rejoindre lorsqu'elle serait à température pour elle, puis, ils caresseraient sans pour autant lui faire l'amour, juste à passer du temps, dans le plus grand des silences, ou alors, en parlant de tout et de rien, voir même de leur relation future, de ce qu'ils feraient dans un futur prochain.

Mais elle restait humaine. Elle était fragile, et la moindre chose pourrait lui ôter la vie. Devoir la transformer était une chose qu'il souhaitait repousser le plus possible, et avec le métier qu'elle faisait, c'était déjà suffisamment difficile de se dire que si ça se trouve, il devrait aller la transformer au cours de la journée, que rien que l'idée de la laisser sans sa surveillance lui était difficile. C'était d'ailleurs l'une des principales raisons pour laquelle dès qu'elle le quittait la journée, il se laissait à dormir dans cet espèce de repos éphémère qu'ont les vampires. La présence de Jinan, de temps à autres, lui permettait de se changer les idées.

Il baissa alors le regard, la serrant contre lui, avant de lui murmurer tout bas : « J'ai pas envie de te perdre. Alors, on va y aller tous les deux, et on prendra ce bain ensemble, au retour. » Emir lui baisa le front, avant de disparaître dans la chambre à la vitesse de l'éclair, pour se vêtir simplement. Un long sweet-shirt noir, un pantalon bleu nuit. Il alla ensuite l'attendre dans le salon, jouant avec la branche de ses lunettes de soleil, pour qu'on ne remarque ses yeux étranges pour le commun des mortels. Il n'aurait su dire ce qu'il ressentait actuellement. Le fait qu'elle s'oppose à lui lui faisait plaisir, mais le fait qu'elle veuille à tout prix sortir, c'était à chaque fois les mêmes pensées qui lui revenait en tête. Il esquissa un sourire avant de poser ses lunettes sur la table basse pour lacer ses chaussures. Non, il était là, pourquoi devait-il avoir peur ?

Comme un mauvais pressentiment qui n'a pas lieu d'être, son ventre était compressé par de vieux démons.


uc.
 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Dim 23 Fév - 20:42


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
Elle voyait bien dans son regard que c'était plus compliqué qu'une simple histoire de domination. Là où il n'y avait pour qu'un jeu d'échec au roi, lui semblait aux prises avec ses démons intérieurs. Pour la première fois, Siobhán sentit qu'elle n'était pas des deux la plus parano. Au contraire, elle commençait, peut-être pour la première fois de sa vie, à s'installer dans une relation en laissant de côté ses craintes d'abandon. Mais lui ? quels cauchemars le tourmentaient à l'idée de la voir franchir le pas de la porte :

« Ce ne sont que trois malheureuses courses Emir... », fit-elle d'un ton plus doux, comme pour l'inviter à se confier.

Il la serra contre lui, fort comme toujours même si elle savait pertinemment qu'il était toujours attentif à ne pas lui faire mal.

« J'ai pas envie de te perdre. Alors, on va y aller tous les deux, et on prendra ce bain ensemble, au retour. »

Elle lui passa la main doucement sur le visage, plus sérieuse, avant de plonger dans ses yeux. Puis un sourire éclaira son visage comme chassant les nuages de mauvais augure qu'Emir amenait au dessus de leur tête dans ces derniers mots.

« C'est encore une bien meilleure idée, comme ça je ne perds pas une seconde de ta compagnie. »

Sauf peut-être le temps de sauter dans un jean et un t-shirt. Siobhán avait cette chance de n'avoir besoin de quasiment rien pour être belle. Sa longue chevelure indisciplinée suffisait en toute circonstance. Ca ne l'empêchait pas de pouvoir passer des heures dans la salle de bain pour se faire belle mais pour aller faire les courses... disons qu'elle réservait son inspiration à d'autres circonstances.

C'était bien sûr sans se rappeler qu'elle n'était plus dans les faubourgs londonien dont elle avait l'habitude mais dans un quartier bourge mais l'oeil venimeux d'une petite vieille postée à sa fenêtre suffit à le lui rappeler. Elle leva les yeux au ciel plus amusée qu'autre chose et glissa sa main dans celle d'Emir ce qui eut pour effet d'achever d'outre la commère qui tira les rideaux et disparut aussitôt. Allez savoir, elle n'appréciait peut-être pas le petit couple mixte à tout point de vue qu'Emir et Siobhán formaient.

La première supérette qu'ils rencontrèrent étaient une épicerie de luxe. Siobhán éclata de rire en voyant qu'Emir avait sérieusement l'intention d'y faire ses courses. Selon elle, le gel douche au caviar n'était pas un indispensable. Selon lui...




 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Lun 24 Fév - 18:02


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 175
avatar
Emir
Si les gens au dehors, dans le quartier, ne semblait pas apprécier leurs tout nouveaux voisins, les principaux concernés semblaient s'en foutre complètement. Emir, qui avait revêtit des lunettes de soleil pour cacher ses iris rougeoyantes, eut, d'abords, un geste craintif, de recul, lorsqu'il sentit le soleil sur sa peau. Quelques picotements, son anneau qui se met à luire faiblement, il prit rapidement la confiance nécessaire qu'il arborait chaque jour. Le comportement des gens au dehors ne lui échappa pas, et il ne put s'empêcher de chuchoter à l'oreille de Siobhán qu'ils n'avaient pas fini de jaser sur eux. Un sourire sur ses lèvres, la provocation était de son domaine. Et si le fait qu'un couple mixte aussi... Bizarrement vêtu pour l'endroit dans lequel ils vivaient, faisait jaser, alors qu'allaient-ils dire s'il sortait en tenu religieuse islamique ? Sans oublier le fait qu'à côté de lui se dressait fièrement une écossaise de noble lignée, le quartier avait fini d'être calme.

Rapidement, et main dans la main, ils arrivèrent dans une espèce de supérette tout simplement hors de prix. Si le vendeur tiqua en les voyant entrer avec l'envie de leur dire ici qu'ils n'étaient pas dans un Lidl, il se ravisa quelques instants lorsqu'il vit la marque des lunettes de soleil qu'Emir continuait d'arborer comme l'un de ses modèles dont on croise les affiches un peu partout en ville.

Il ne demandait rien à Siobhán. Ce qu'il aurait du faire. Pour lui qui n'avait plus mangé depuis un moment, il avait très vite mis de côté tout ce qui était connaissance en matière de nourriture pour ne se nourrir qu'exclusivement de sang allant même jusqu'à en déterminer les rhésus, voir même si la personne avait des soucis hormonaux. Mais niveau alimentaire, c'était le zero complet. Alors, lorsqu'il commença à mettre tout et n'importe quoi dans leur panier, que Siobhán ne put s'empêcher d'éclater de rire avant de le reprendre pour lui faire part de ses goûts, il esquissa un léger sourire plein d'excuse, avant d'être un peu plus sérieux.

Emir lui montra alors les légumes un à un, mais il ne fallait pas sortir d'Harvard pour comprendre que Siobhán n'en était pas fan. Il esquissa un sourire amusé, avant d'en mettre quelques uns dans leur panier contre le grès de la jolie blonde, puis, il lui prit quelques morceaux de viandes (de l'agneau principalement, comme s'il lui restait des restes de ses goûts de lorsqu'il était vivant) sans même se soucier du prix. Ils se dirigèrent vers les produits corporelles où là, Emir n'eut besoin de personne pour savoir quoi prendre. Entre deux remarques faites à Siobhán sur les gens qui se trouvaient dans le magasin sans se soucier de baisser le ton, deux conneries qu'elle lui disait provoquant leur hilarité, ou quelques uns de ses regards complices que seuls eux pouvaient comprendre, ils finirent vite par arriver à la caisse, où le vendeur les regarda avec de grands yeux, tant leur panier était blindé.

Emir posa son regard dans celui du vendeur, qui, même à travers les verres bruns de ses lunettes de soleil, sembla tout de suite intimidé, le fuyant instantanément du regard. L'ottoman ne put s'empêcher de sourire, approchant son bassin de celui de Siobhán, tandis qu'elle rangeait tout dans des sacs en plastique. Enfin, quand vint le moment de payer, et qu'il sentit le regard insistant de Siobhán pour lui faire comprendre qu'il allait payer et ne pas s'en tirer dans une pirouette vampirique, il éclata tout bonnement de rire, avant de sortir un porte-feuille de sa poche arrière. Il l'entrouvrit, laissant apercevoir une liasse de billets comme jamais le vendeur n'avait sûrement du avoir dans sa poche, puis, il en sortit quatre, qu'il posa sur la caisse, avant de pousser Siobhán d'un geste tendre, vers la sortie.

Une fois dehors, Emir continuait de rire : « Pas la peine de me lancer ce genre de regard, hein. J'ai pas envie de me disputer, je comptais bien entendu payer. » Il lui fit un sourire plein de mystères, laissant alors le doute planait quand à ses réelles intentions avant d'éclater de rire. Il l'embrassa avant de lui prendre les sacs des mains. « Je vais sûrement faire venir Moony et Jinan, je sais pas cuisiner, et toi, je pense pas que tu saches faire cuir ne serait-ce qu'un œuf. Ça te dérange pas ? Ou alors, nous irons chez tes parents... Ta mère doit bien cuisiner vu comme vous engloutissez tout ce qui sort de ses fourneaux. »


À ses côtés, Emir ne donnait pas l'impression d'être différent d'un humain normal. Il était même tout ce qu'il y avait de plus normal, si ce n'est sa beauté parfaite, et ses origines qui semblaient briller sous ce soleil estival.


uc.
 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   
Mar 25 Fév - 9:56


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
Siobhán était légèrement sceptique quant à cette épicerie de luxe. Elle n'aimait déjà pas les légumes (sauf la pizza qui, comme nous le savons tous EST un légume), mais les légumes à ce prix là! Elle n'avait pas intérêt de les cuisiner elle-même. A ce prix là ç'aurait vraiment été du gâchis.

C'est comme ça qu'en arrivant à la caisse, Siobhán avait résolu de ne pas venir en aide au gérant quand Emir lui ferait sa petite entourloupe. Le problème fut que lorsqu'il se retourna vers elle, Emir pensa que sa tête de dragon tueur lui était destinée à lui, alors qu'en vérité elle ne faisait que dire "ah ah bien fait pour vous !". Mais elle ne s'en rendit pas compte tout de suite et crut tout bonnement que leur conversation au Portugal avait suffisamment marqué son chéri pour le rendre honnête.

« Pas la peine de me lancer ce genre de regard, hein. J'ai pas envie de me disputer, je comptais bien entendu payer. », signala le vampire en sortant.
« Ben pas moi. Ce type est un escroc!! Qui vend des carottes à ce prix-là ? Elles sont en or à l'intérieur ou elles poussent dans des arbres j'espère... », se moqua la blonde.

Emir éclata de rire et lui posa un baiser sur le front avant de la débarrasser des sacs de courses. D'ordinaire, elle aurait signalé qu'elle pouvait très bien porter la moitié des sacs. Mais quelque chose en elle lui dit de le laisser faire.

« Je vais sûrement faire venir Moony et Jinan, je sais pas cuisiner, et toi, je pense pas que tu saches faire cuir ne serait-ce qu'un œuf.»
« Ca fait toujours plaisir... mais bon c'est pas faux. »
« Ça te dérange pas ? Ou alors, nous irons chez tes parents... Ta mère doit bien cuisiner vu comme vous engloutissez tout ce qui sort de ses fourneaux. »
« Comme tu préfères. De toute façon il faudra bien dire à Moony et Jinan qu'on habite plus sur Broad Street. Ça sera l'occasion. Et puis ma mère va automatiquement nous remplir le frigo. Elle désapprouve complétement mon régime alimentaire, si elle n'est pas encore venu c'est juste parce qu'elle sait que je ne vis pas seule et qu'elle n'a pas envie de faire irruption dans notre vie de couple. », expliqua la jolie blonde en sortant les clés de la maison de la poche arrière du jean d'Emir (pour le plus grand plaisir des voisines postées à leur fenêtre).

Elle poussa la porte d'entrée et curieusement, elle se sentit chez elle...




 
MessageSujet: Re: Home, Sweet Home.   



Contenu sponsorisé
 
 

Home, Sweet Home.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home
» Home sweet home. — Heaven & Tala
» Home, Sweet Home

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AD NOX : THE AURORS. :: Le Reste du Monde. :: Les Résidences.-