Partagez | .
 

 Homely Lovely (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Homely Lovely (pv)   
Dim 20 Oct - 22:49


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain


Homely Lovely




Ce matin-là, Aileen Mc Gill Fhaolain était aux fourneaux, comme presque tous les matins en vérité. Il faisait une chaleur à mourir dans la vieille cuisine qui se trouvait en sous-sol. Le four à pain crachait des lueurs rougeoyantes et des fumets de croissants tous chauds que les enfants allaient engloutir sans se poser de question. On ne pinaillait pas sur les repas chez les Mc Gill Fhaolain et d'ailleurs on avait pas intérêt dans laisser dans l'assiette.

A l'étage, tandis que les enfants mettaient la table, les soeurs Mc Gill Fhaolain discutaient bon train. C'est qu'on commençait sérieusement à s'inquiéter de la disparition de Moony et Jinan. Entendons-nous bien, quand nous parlons de disparition, nous parlons d'une malheureuse semaine de vacances dont les deux jeunes avaient averti le clan avec un malheureux petit mot. Le vieux Cináed l'avait dit : ils auraient de ses nouveaux ces deux sacripants. Si tout le monde prenait ça tant à coeur c'était aussi à cause de ce qui s'était passé à la bibliothèque juste avant le départ précipité des deux gamins pour Merlin savait où.

« Allez vous laver les mains les jumelles. On passe à table. »

La voix de Noamhán Mc Gill Fhaolain ne donnait pas envie de tergiverser cent sept ans. Les deux petites poupées blondes de Saoirse allèrent à la petite cuisine au pas de course. Quand elles revinrent, les mains propres, tout le monde était à table. C'est juste à ce moment-là que la porte d'entrée s'ouvrit et qu'on entendit la voix de Moony appeler :

« Hey? 'Man ? »

Tout le monde se regarda et la seconde d'après un tonnerre de raclements de pieds de chaises et de plancher battu fondait droit vers les trois nouveaux arrivants. Il avait suffit de ça pour que le visage de Moony s'illumine de bonheur. Elle redevenait tout à coup la fée bleue que tout le monde avait tant aimée à Byzance.

La seconde d'après, Moony, Jinan et Imran avaient disparus sous une masse de bras aimants et de cheveux longs cheveux blonds. Il y avait autant de bisous que de réprimande là-dedans. On disait à Jinan qu'on s'était fait un sang d'encre pour lui, à Moony qu'elle aurait pu écrire, à Imran qu'on était content de le rencontrer.

« Ne me refaites jamais un coup pareil tous les deux !! Allez allez, maintenant tout le monde à table! PAPI!! Rajoutez un couvert s'il vous plait ?! »

Chez Moony c'était toujours très bruyant, très vivant, très chaleureux. La jeune femme adressa un petit sourire à Imran pour voir si ce n'était trop pour lui juste quand on entendait le vieux Cináed se récrier :

« Papi ? Je suis le laird de ce clan moi ma brue, je ne m'occupe pas des tâches ménagères!! Et qu'est-ce que c'est que tout ce ... AH! », le vieux s'interrompit en voyant un nouveau visage.

Immédiatement il se rapprocha sur son fauteuil volant, pointant le bout de sa canne sur Imran :

« Vous êtes irlandais ? »
« Voilà qu'il remet ça... », soupira Aileen en rajoutant le couvert que son abominable beau père n'avait pas daigné mettre, « Et toi tu ne dis toujours rien! », pesta-t-elle à l'encontre de son mari qui observait tout cela d'une air goguenard.
« Mais grand-père, vous voyez bien qu'il n'est pas irlandais. », protesta Moony pour la défense d'Imran, « T'en fais pas il pose la question à tout le monde. Il fait une espèce de fixette... »,souffla Moony entre ses dents comme si elle avait espéré que ça passe inaperçu, ce qui n'empêchait pas le vieux de les détailler avec son air de vieux cabot hargneux.
« Allez à table, les croissants ne vont pas rester chaud jusqu'à la saint glinglin! »

Les chaises se mirent à taper du pied sur le plancher, comme pour appuyer la remarque de la matrone qui gérer cette énorme famille.


 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Dim 20 Oct - 23:57


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
Lorsqu'ils arrivèrent devant le manoir McGill Fhaolain, Imran croisa le regard de Jinan. Il en avait plein le coeur, et il semblait vouloir le garder pour lui, car quand il vit que son frère le regardait, il eut un sourire amusé, lui montrant le dragon un peu plus loin. Imran suivit son regard, ouvrant la bouche, l'air stupide. Il y avait un putain de dragon dans les jardins de la résidence, et tout semblait normal. Imran, qui n'avait jamais vu de dragons, sinon dans les livres, trouvait cette idée à la fois loufoque et terrifiante. Qu'est-ce qu'il se passerait si jamais le dragon devenait fou tout à coup, comme piquer par la rage ? Jinan secoua la tête avec un sourire, suivant Muadhnait qui ouvrait la porte de cette immense bâtisse, qu'Imran trouvait à la fois amusante, et étrange. Un château comme on en parlait dans les livres de l'occident dans la bibliothèque du Palais. Enfin, un petit château. Les portes ouvertes, Jinan laissa passer Imran, qui leva les yeux au plafond, puis vers les escaliers, et enfin vers les salles ouvertes qu'il percevait de là où il était. L'ambiance était loin de Byzance, mais la vie semblait y être reine, et quelque part, il se sentit, pour la première fois depuis qu'il était arrivé, réellement bien. Il y avait beaucoup de Lumières, beaucoup d'amour, quelque chose de forts entre les gens qui vivaient ici, et lorsque Moony annonça leur présence, et qu'ils entendirent un vacarme ahurissant venir d'une des pièces à côté de celle où il se trouvait, Imran se tendit sur ses pieds, comme pour les voir arriver, l'air curieux.

C'était très certainement les plus belles femmes qu'il ait vu. Imran ne ressentait pas réellement une quelconque attirance, mais elles dégageaient toutes quelques de spéciales, d'uniques. Peut-être plus celle qui se présenta comme étant Siobhán. Elle avait quelque chose de chaud, de brûlant en elle. C'était intriguant, mais il n'en dit rien, ravi de faire la connaissance de toutes les sœurs de Muadhnait, de ses parents, puis des plus vieux. Imran les trouvait marrant, surtout la petite vieille qui semblait déjà vouloir lui faire du charme. Il avait très certainement le double de son âge, mais elle semblait si chétive, si sénile, qu'il lui pardonnerait tout. Tout comme Jinan la première fois, Imran lança un curieux regard, comme impressionné quand il vit la tête du père de Muadhnait. Il avait quelque chose de puissant, d'impressionnant, et de froid. Comme un de ces feux dont on parlait dans certaines légendes du Nord, qui ne s'éteint jamais, immuable dans le temps, peu importe le combustible qu'on y pose. Puis, il posa ses yeux sur les deux petites jumelles qui venaient d'entrer dans le salon et ses yeux s'émerveillèrent tout de suite, comme ravi. Il n'avait que très peu vu d'enfants à Byzance, et comme à chaque fois, les enfants étaient toujours très choyé, très aimé. On leur pardonnait tout, et on était très souvent à leur écoute.

Jinan lui montra la cuisine pour aller se laver les mains. La cuisine était fabuleuse. Des objets étaient animés de magie, s'activant dans leur tâche. Il ne put s'empêcher de dire à Jinan qu'il trouvait la magie tout simplement fabuleuse. Ils se lavèrent les mains, puis se dirigèrent dans la salle à manger où on leur avait installé des places. Jinan croisa le regard de Moony avec un petit sourire tendre, avant de s'asseoir en face d'elle. Imran s'assit à côté de Moony, lançant des regards curieux à la table, émerveillés de voir autant de choses. « Vous êtes irlandais ? » Imran sursauta lorsqu'il vit la canne devant ses yeux. Il secoua la tête, se demandant alors ce que c'était qu'un irlandais, tandis que la mère de Muadhnait disait : « Voilà qu'il remet ça... » Elle regarda son mari pour lui dire : « Et toi tu ne dis toujours rien! » Imran posa les yeux sur Moony, qui lui disait doucement : « Mais grand-père, vous voyez bien qu'il n'est pas irlandais. » Imran eut un sourire. « T'en fais pas il pose la question à tout le monde. Il fait une espèce de fixette... » Il approcha ses lèvres de l'oreille de Moony et il lui murmura : « Je sais pas ce que c'est qu'un irlandais. »

« Allez à table, les croissants ne vont pas rester chaud jusqu'à la saint glinglin ! » Imran se figea tout d'un coup, se rappelant de ce que Moony avait dit. Automatiquement, il se recula sur sa chaise, tout en montrant les croissants qu'on lui tendait : « Non, non, faut pas les manger, c'est une tuerie ! » Jinan, qui était en face de lui, et à côté de son père, ne put se retenir. Il éclata tout bonnement de rire. il rit si fort, qu'il tomba à la renverse, se relevant tout en se tenant les côtes. Imran se sentit tout à coup petit, se faisant la réflexion qu'il devait peut-être un jour se mettre à penser, afin d'éviter ce genre de choses. Tout le monde rit, le mettant mal à l'aise au point de voir ses joues rougir de honte. Il tendit donc sa main droite pour attraper un croissant qu'il entreprit à déchirer avec sa main gauche, sans pour autant s'en servir pour manger. Malgré ça, il se sentait gêner d'avoir utiliser sa main gauche, mais tout le monde semblait le faire ici, alors pourquoi pas lui.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Lun 21 Oct - 23:14


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
« Je sais pas ce que c'est qu'un irlandais. »
« C'est rien, ma mère est irlandaise et mon arrière-grand père est très vieux jeu. Les écossais et les irlandais s'aiment pas trop normalement. », expliqua Moony en chuchotant à l'oreille, puis juste après ça, elle lui fit signe de regarder ses parents.

Son père était quelqu'un d'assez fermé mais parfois, on pouvait le surprendre à regarder son épouse et là, il y avait comme un petit rayon de soleil dans ses yeux gris.

Justement la mère de Moony approchait avec une corbeille de croissants. Elle s'arrêta entre Jinan et son mari, posant la main sur la joue du jeune homme pour qu'il la regarde :

« Allez à table, les croissants ne vont pas rester chaud jusqu'à la saint glinglin ! »

Tout à coup, Imran fit une réaction épidermique à l'idée de manger des croissants. Tout le monde sursauta, même le père de Moony. Sa mère resta à le regarder avec de grands yeux ronds.

« Non, non, faut pas les manger, c'est une tuerie ! »

Moony et Jinan comprirent tout de suite bien que leurs réactions respectives furent diamétralement opposées. Jinan riait à s'en tenir les côtes si bien qu'il finit par se retrouver par terre à essayer de reprendre son souffle entre deux crises de rire. Moony elle arborait une moue qui criait "oh non mais... sérieux ?"...

« Imran, quand j'ai dit que les croissants étaient une tuerie... c'était une expression. Ça voulait dire "c'est trop trop bon". Tu peux en manger, il t'arrivera rien. », Moony observa longuement la figure décomposée du pauvre Imran, attendant qu'il change d'avis mais non. Finalement Moony prit un croissant chaud et... « Si j'en mange, tu en manges. »

Elle croqua dedans, ronronnant de plaisir. Ce que les croissants de sa mère lui avait manqué... Autour d'eux, tout le monde se laissait gagner par le fou rire de Jinan. Jusqu'à ce que le vieux Cináed tape du poing sur la table : on ne plaisantait pas avec le déjeuner Crénom de non !!

« Tu as une petite mine toi dis-donc. Tiens tu en auras deux pour la peine. », nota la mère de Moony une fois que le calme fut revenu.

« Vous étiez où alors ?! », demanda Tuilelaith, la deuxième née.


 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Jeu 24 Oct - 23:33


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
« Imran, quand j'ai dit que les croissants étaient une tuerie... c'était une expression. Ça voulait dire "c'est trop trop bon". Tu peux en manger, il t'arrivera rien. » Imran écarquilla les yeux, ouvrant légèrement sa bouche, comme s'il commençait enfin à comprendre. C'était une expression. Mais pourquoi parlaient-ils toujours avec des expressions ? Pour les étrangers, c'était pas facile, ça les mettait bien en dehors des conversations. Ou alors, ils étaient comme lui, et ils faisaient rire tout le monde à son insu, se couvrant alors de honte. Il n'aimait pas vraiment ça, mais finit par sourire alors que toute la famille de Muadhnait éclatait de rire.

Finalement, si Moony avait fait la même chose, il aurait sûrement rigolé aussi, c'était donc de bonnes guerres. Disons, qu'elle avait quand même de la chance qu'il l'aime beaucoup, sinon, il ne le pardonnerait pas. « Si j'en mange, tu en manges. » Moony croqua dans un. Alors, Imran en prit un qu'il coupa avec ses doigts, puis il s'en mit un morceau dans la bouche. Lorsqu'il commença à mâcher, il ne put s'empêcher de hocher la tête acquiesçant silencieusement aux ronronnements de Muadhnait. Il eut un sourire, et attrapa deux autres croissants qu'il se mit dans la bouche, en regardant la mère de Moony, puis il lui dit en terminant sa bouchée. « C'est de la tuerie ! » Il eut un petit sourire.

« Tu as une petite mine toi dis-donc. Tiens tu en auras deux pour la peine. » Dit la mère du petit clan de tête blonde, en regardant Jinan, qui jouait plus avec le contenu de son assiette qu'à manger réellement. Il se força à sourire, avant de dire :
« Non, non, tout va bien, je vous assure. » Son regard se posa rapidement sur Moony, avant qu'il ne rebaisse son visage vers son assiette, prenant un croissant avec ses doigts. Il releva son regard vers Imran, qui tendait ses mains vers un plat de bacon. Jinan lui dit : « Imran, non ! C'est pas halal ! » Imran posa son regard sur Jinan, l'air interrogateur.
« Mais... Pourquoi t'en prends ? » Jinan haussa les épaules, avant de lui dire :
« Parce que je ne pratique pas vraiment la religion. C'est du Porc. » Imran retira vivement sa main, avant de froncer les sourcils.

« Vous étiez où alors ?! » Jinan la remercia du regard, évitant alors de devoir s'expliquer plus longtemps. Imran devait sûrement être le seul pratiquant à la table des McGill Fhaolain. « On était à Byzance. » Avant même qu'elle ne lui dise comme Moony, il expliqua avec un sourire : « Si si, ça existe. Disons que je suis pas complètement sorcier. Imran est un Djinn, et mon père aussi. On est des espèces de fées, pour caricaturer un peu. » Imran releva la tête, comme s'il n'était pas vraiment d'accord. « Non. On est pas des fées, on est des Djinns. On est, du peuple Faerie, ceux qui se rapproche le plus des fils d'Adam. » Jinan le regarda, blasé, reprenant : « Si tu veux leur faire un cours explicatif sur ce que l'on est réellement, fais-toi plaisir, moi, ça me plait pas trop t'façon. Il y a des choses qui ne me plaisent pas. »

Il posa son regard sur Muadhnait, et Imran, qui suivait son regard comprit qu'il valait mieux se taire. Jinan avait le regard triste, puis il se força à sourire, reposant son regard sur Tuilelaith. « Du coup, on a prit des petites vacances bien mérités, après ce qu'on a vécut. Mon père sait se rendre utile des fois. » Imran hocha de la tête, mais n'en dit pas plus.

Imran s'apprêtait alors à se servir du jus d'orange, lorsque sa vision s'obscurcit. Jinan eut la même sensation, et ce fut la première fois qu'il ressentait cela. Il sentit comme une chaleur s'emparait de son bras. Le regard d'Imran se durcit, devenant aussi sombre que les abysses, tandis que l'on voyait au travers du tissus du tee-shirt qu'il avait prit de l'armoire de Jinan, de la lumière. Dans l'entrée, on vit apparaître Emir.

Jinan se détendit automatiquement, se levant pour aller embrasser son grand-père. Imran se leva à son tour, sa main s'illuminant vivement. Sa lumière formait une espèce de boule aux contours vagues. Emir salua la table, en s'excusant : « Vraiment désolé du retard. Je n'ai plus l'habitude de dormir, et du coup... » Il serra Jinan contre lui, alors que son petit-fils s'approchait de lui. Le vampire releva son regard vers le frère du Sadrazam, qui le toisait du regard comme s'il s'agissait de son pire ennemi. « D'accord. Alors, il va falloir que tu calmes ta lumière, car tu risques d'en ameuter beaucoup, et j'aimerais mieux éviter ça. » « Pourquoi tu as été invité ici ? Que fais-tu la, Vampire ? Et d'où tu le connais Jinan ? » Jinan se retourna vers Imran, un sourire sur ses lèvres. Il s'approcha d'Imran, lui expliquant alors : « Je t'avais parlé de mon grand-père que c'était un vampire. Bah, je te présente Emir, mon grand-père. » Emir qui se tenait derrière Jinan, avec son élégance qu'il semblait avoir voler à un empereur romain, se crispa tout à coup, comme si l’appellation de son petit-fils en publique le mettait mal à l'aise.

Imran laissa sa lumière disparaître dans le creux de sa main, avant de s'excuser. Emir balaya son excuse d'un revers de la main et il ajouta : « Encore un sous ma protection, on va finir par croire que j'élève un chenil féérique. » Imran le fusilla du regard, tandis que Jinan se mettait à rire. Il retourna s'asseoir, tandis qu'Emir accueillait les deux petites dans ses bras qu'il l'embrassa avec tendresse, avant de les prendre dans ses bras pour aller baiser le front de Muadhnait. « Content de te revoir, ma petite Moony. » La tension qui était devenue électrique, l'espace de quelques instants, se détendit assez rapidement. Emir s'assit au côté de Siobhán qu'il embrassa sur la joue.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Dim 27 Oct - 12:26


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
Finalement Imran se laissa convaincre par les croissants de Mme Mc Gill Fhaolain. Moony le regarda engloutir les viennoiseries à vitesse grand v, les yeux rieurs. Les discussions reprenaient leur cours, chacun reportant alors son attention sur son voisin de table, à commencer par la mère de Moony qui avait justement Jinan en face d'elle. Elle ne manqua pas de remarquer la lueur éteinte dans le regard du petit garçon qu'elle gavait de croissants depuis ses douze ans. Aux yeux d'Aileen, Jinan n'était ni plus ni moins qu'un membre de cette famille, il lui était arrivé de le gronder, de la même façon qu'elle l'avait fait avec n'importe quel enfant qui vivait sous ce toit. A noël, elle avait toujours un cadeau pour lui. Et quand ça n'allait pas, ce n'était pas la peine d'essayer de le lui cacher car c'était exactement comme si Jinan s'était baladé avec une cible dans le dos.

Aileen fronça les sourcils, se promettant qu'elle verrait ça avec lui au moment de faire la vaisselle puisque, miraculeusement, ça allait être le tour de Jinan ce jour-là... Elle trouverait bien un moyen d'éloigner Moony le temps qu'il faudrait. D'ailleurs elle avait déjà trouvé. Il fallait bien quelqu'un pour faire visiter le château à ce drôle de garçon qui avait peur des croissants...

La mère de Moony approuva silencieusement ce plan dont elle semblait faire part à son mari dans un regard. Noamhán acquiesça très légèrement de la tête tendant la main pour faire venir à lui la cruche de vin miellé alors que Tuilelaith posait la question que tout le monde avait sur les lèvres :

« On était à Byzance... Si si, ça existe. Disons que je suis pas complètement sorcier. Imran est un Djinn, et mon père aussi. On est des espèces de fées, pour caricaturer un peu. »

Une armée de couverts chût sur la table, puis, un grand silence épinglé d'yeux clignotants et de bouches bées retomba sur la tablée comme un drap de velours.

« Non. On est pas des fées, on est des Djinns. On est, du peuple Faerie, ceux qui se rapproche le plus des fils d'Adam. »
« Si tu veux leur faire un cours explicatif sur ce que l'on est réellement, fais-toi plaisir, moi, ça me plait pas trop t'façon. Il y a des choses qui ne me plaisent pas. »

Aileen ne manqua pas d'attraper le regard triste que Jinan lançait à Moony. Ce petit avait la mort dans l'âme et sa fille aussi d'ailleurs. Elle aurait le fin mot de cette histoire avant la fin de la journée où elle n'était pas irlandaise !

« ARRh! Qu'est-ce que je t'avais dit ma bru !! Il ne faut pas aller sur les collines à tête chauve pardi! Et qu'elle se demandait encore pourquoi le lardon était bleu!!! », maugréa le vieux, rompant le silence sans plus de cérémonie.
« Moony était un bébé bleu... enfin, elle allait très bien mais sa peau était bleue. Ça n'est pas resté très longtemps mais dans l'ancien temps ça faisait partie des signes qui permettaient de savoir si le bébé était un changeling.  »
« Elle est gauchère en plus la petite... »
« Enfin papi, Moony n'a pas été échangée par les fées, ça se voit quand même... »
« Elle est quand même anormalement chanceuse, faut le reconnaître. »
« Oui mais ça c'est son bon karma... »
« .. ou la lune bleue. On dit aussi que les enfants de la lune bleue sont toujours chanceux. »
« On ne peut pas dire que ça ait si bien commencé que ça, hein maman ? »
« Oh non, vous n'allez pas ENCORE la raconter cette histoire ? Jinan la connait par coeur, à la virgule près j'suis sûre... »
« Oui mais pas Imran, n'est-ce pas ? »
« Humpfr... »
« J'étais à deux semaines du terme, je revenais de - »

Juste à ce moment-là, malgré le brouhaha général - difficile de faire autrement quand on est plus de vingt convive - Moony reconnut un pas caractéristique dans les escaliers, ce n'est d'ailleurs qu'à ce moment-là qu'elle remarqua la place vide à côté de Siobhán. Jinan se leva, reconnaissant son grand-père, les petites de Saoirse sur les talons. Les deux gamines étaient littéralement sous le charme du vampire qu'elles avaient adoptées depuis 1888. Dès que Jinan laissa le champ libre, elles se pendirent à ses jambes comme deux grappes pour qu'il les prenne dans ses bras, réclamant des bisous et des jeux.

Moony posa sa main sur le bras d'Imran pour qu'il se calme. Après ce qu'Anita lui avait raconter, sa réaction ne l'étonnait pas le moins du monde mais il fallait qu'il puisse comprendre qu’Émir ne serait jamais une menace.

« Vraiment désolé du retard. Je n'ai plus l'habitude de dormir, et du coup... »
« Mais ça n'est pas une excuse ça jeune homme. », taquina la mère des filles en lui montrant que sa place l'attendait à côté de Siobhán.

« Pourquoi tu as été invité ici ? Que fais-tu la, Vampire ? Et d'où tu le connais Jinan ? »

Siobhán fronça les sourcils. Le dragon venait de se réveiller et il n'était pas dans le jardin mais bel et bien à table avec eux. Par chance Jinan répondit derechef :

« Je t'avais parlé de mon grand-père que c'était un vampire. Bah, je te présente Emir, mon grand-père. »
« C'est le plus super du monde Émir. », renchérit Rhona en enfouissant sa jolie tête blonde contre l'épaule du vampire.
« Ça suffit les filles, vous n'allez pas rester dans les jupes d’Émir jusqu'à ce qu'il s'en aille. Laissez en un pue pour votre tante Siobhán. », avertit Saoirse qui connaissait parfaitement bien le manège de ses filles... mais c'était peine perdue, Émir n'allait pas se défaire de ces deux grappes aussi facilement.

« Encore un sous ma protection, on va finir par croire que j'élève un chenil féérique. »

Moony fit la tête d'Imran. Visiblement il ne goûtait pas la plaisanterie. La petite fée bleue posa sa tête sur son épaule, toute sourire. Sa famille était au grand complet et ça lui faisait du bien même si elle gardait le coeur un peu lourd. Elle leva le menton pour accueillir un baiser sur son front.

« Content de te revoir, ma petite Moony. »
« Tu dors maintenant ? Il s'est passé beaucoup de choses pendant qu'on était pas là. » , répondit-elle avec une petite pointe d'on ne savait pas trop quoi dans la voix.

Elle le laissa rejoindre Siobhán, reportant son regard sur Jinan.

« Oh ben... tu peux l'embrasser sur le front hein avec le coup de la salle de bain. », se moqua Aileen en voyant son gendre si délicat.

La tablée éclata de rire puisque, bien évidemment, l'histoire de la salle de bain avait fait le tour du clan. A même temps, difficile de ne pas poser de question quand on allait à la bibliothèque pour trouver un livre ou jouer à cache cache et qu'on tombait sur un trou de la taille d'un boulet de canon qui donnait directement sur la salle de bain de Siobhán.


 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Dim 27 Oct - 21:35


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
« ARRh ! Qu'est-ce que je t'avais dit ma bru !! Il ne faut pas aller sur les collines à tête chauve pardi! Et qu'elle se demandait encore pourquoi le lardon était bleu !!! » Imran regarda Jinan, après que toute la table ait sursauté. Il ne comprenait rien de ce que le vieux chnoque venait de dire. Bru, lardon, il n'en avait jamais entendu parler, mais ce n'était rien comparé à collines à tête chauve. Autant vous dire que celle-là, il s'en souviendrait un bon moment, et qu'il s'empresserait de demander la signification de cette expression à Jinan, ou Moony, lorsqu'il le pourrait. Là, tout le clan McGill Fhaolain semblait digérer l'information, chacun à sa façon, et autant vous dire qu'au vue des expressions qu'ils faisaient tous, Jinan et Imran se mirent silencieusement d'accord quand à la surprise d'une telle révélation. Jinan n'en avait jamais parlé, car on le lui avait formellement interdit. Mais au vue de ce que Muadhnait devait faire, il n'avait pas fait dans la demi-mesure, et il avait donc fait délibérément. Imran l'avait compris sans s'en rendre compte. C'était comme s'il était plus réactif sur les sujets qui touchaient profondément ses amis. « Moony était un bébé bleu... enfin, elle allait très bien mais sa peau était bleue. Ça n'est pas resté très longtemps mais dans l'ancien temps ça faisait partie des signes qui permettaient de savoir si le bébé était un changeling.  » Imran esquissa un sourire. Beaucoup de gens pensaient à ce genre de choses, et il faut dire que c'était quelque chose que l'on croyait encore dur comme fer en dehors des peuples faeries pour la simple et bonne raison que certains le pratiquaient depuis la nuit des temps. Mais jamais sans raisons, à moins d'être ces espèces de fées noirs que l'on croisait de temps à autres. Mais à Byzance, on ne le faisait pas. On l'avait sûrement fait du temps de Rohan, mais c'était souvent pour protéger l'un des leurs d'un futur funeste lorsque la famille était traquée. C'était horrible pour le nourrisson humain, mais à l'époque, on n'avait pas la même façon de voir les choses, puis les fées ont toujours eut ce petit quelque chose qui les ont longtemps pensés supérieurs aux humains.

« Elle est gauchère en plus la petite... » Jinan lança un regard blasé à ce moment-là, à Imran. Imran manqua de s'étouffer de rire, vu que Jinan était gaucher. Ce n'était pas un tare, chez les fées, mais visiblement, chez les humains, oui. « Enfin papi, Moony n'a pas été échangée par les fées, ça se voit quand même... » Imran espérait que si. Qu'elle choisisse Jinan, à cause de cela. Mais Jinan savait très bien que Muadhnait n'avait pas changé. Elle était inchangeable, toujours fidèle à elle-même, et c'était très certainement l'une des principales raisons qui ont tant fait balancé son cœur durant son adolescence et même encore aujourd'hui. « Elle est quand même anormalement chanceuse, faut le reconnaître. » Imran eut un sourire vers Moony, tandis que Jinan continuait de mâcher. La conversation ne lui plaisait pas du tout. C'était comme si tout à coup, on les pensait monstre. Et il n'était pas différent d'eux. Il n'avait jamais voulu être un Djinn jusqu'à très récemment pour cette même raison. Vivre au dehors, être un sorcier, c'était déjà difficile, alors si en plus, on vous rajoutait l'étiquette faerie, c'était pire. Considéré comme une créature, comme un moins que rien, on en viendrait même à se demander si c'était légitime qu'il porte une baguette ou non. Il soupira.

« Oui mais ça c'est son bon karma... » « .. ou la lune bleue. On dit aussi que les enfants de la lune bleue sont toujours chanceux. » « On ne peut pas dire que ça ait si bien commencé que ça, hein maman ? » « Oh non, vous n'allez pas ENCORE la raconter cette histoire ? Jinan la connait par coeur, à la virgule près j'suis sûre... » « Oui mais pas Imran, n'est-ce pas ? » Imran leva un sourcil, regardant la mère de Muadhnait, comme pour en apprendre plus. Quel histoire d'ailleurs ? Jinan eut un sourire, en relevant son regard vers Moony. Il l'avait tant entendu qu'il la connaissait, lui aussi, par cœur. Mais à l'inverse du clan, lui, il aimait cette histoire. Il avait l'impression qu'en sachant cela, qu'en l'entendant encore et encore, qu'il se rapprochait de Moony, devenant à chaque fois plus intime, plus proche qu'il ne l'était déjà. Il se mordit la lèvre, continuant de sourire, en levant son regard vers la mère des têtes blondes. « Humpfr... » « J'étais à deux semaines du terme, je revenais de - » Imran se mit à boire ses paroles jusqu'à ce que sa vision s’obscurcisse, et qu'il voit le grand-père de Jinan. Jinan l'avait salué, tout le monde l'avait salué comme si c'était normal d'avoir un vampire à la maison. Jinan s'était rassi, lui expliquant rapidement l'histoire tandis qu'Emir s'excusait de son retard, embrassant les petites de Saoirse, avant d'embrasser le front de Moony, puis la joue de Siobhán.

« C'est le plus super du monde Émir. », renchérit Rhona en enfouissant sa jolie tête blonde contre l'épaule du vampire. Imran tiqua, baissant son regard, avant de le relever vers Jinan. Comment pouvait-on accepter une pareille chose ? Elles étaient si proches de lui, du Vampire. Comment pouvait-on être à ce point inconscient ? En deux secondes, il pourrait les vider de leur sang, sans qu'aucun n'ait eut le temps de faire quoique ce soit. Puis... Comment pouvait-il être super ? Ce n'est qu'un vampire. Ce n'est rien de plus. « Ça suffit les filles, vous n'allez pas rester dans les jupes d’Émir jusqu'à ce qu'il s'en aille. Laissez en un peu pour votre tante Siobhán. » Imran releva son regard vers Siobhán. Les yeux sombres du frère du Sadrazam cherchait le sien. Il avait envie de lui poser des questions indélicates, des questions qui la ferait sûrement rougir de colère. Mais Imran trouvait cela contre nature. Comment pouvait-elle faire ça ? Il semblait ailleurs, et ce n'est que lorsque Jinan lui donna un petit coup de pieds sous la table, qu'il commença à se détendre. Jinan lui fit un sourire, puis un clin d'oeil, avant de lui promettre qui lui ferait connaître ce dernier avant de laisser de côté tout ce qu'il devait faire en cas d'attaque de vampires. Bien qu'ici, ce ne soit en rien une attaque. C'était d'autant plus troublant pour le Djinn.

« Tu dors maintenant ? Il s'est passé beaucoup de choses pendant qu'on était pas là. » Emir eut un sourire tendre, lorsqu'il releva son regard vers Siobhán. « Ta soeur... Faudra qu'on se parle tous les deux d'ailleurs Moony. Je t'expliquerais à ce moment-là. » Ajouta-t-il, en regardant Muadhnait avec un sourire de confident. Jinan n'avait jamais comprit ce lien que tous les deux avaient. D'après ce qu'Emir lui avait raconté, cela remontait bien avant qu'il ne se mette avec Siobhán, en 1888. Imran donna un coup de pieds à Jinan pour qu'il s'oppose à cela. Mais Jinan esquissa un sourire tendre, tout en secouant la tête. Imran secoua la tête, repoussant son assiette. Il avait plus faim, pour le coup. « Oh ben... tu peux l'embrasser sur le front hein avec le coup de la salle de bain. » Jinan rougit doucement. Savoir la vie sexuelle de son grand-père, c'était quelque chose qu'il n'appréciait pas trop. Néanmoins, il préférait entendre la sienne, plutôt que celle de son père. Au moins, Emir avait un physique plutôt jeune. Le Vampire éclata de rire, ne cachant même pas ses canines. « Oui, mais... Disons que vous n'étiez pas dans la salle de bain, lorsque ça s'est passé. » Il jeta un regard de braise à Siobhán. Jinan eut un petit sourire amusé, regardant Muahnait avec un sourire du même acabit.


(...)

Emir avait fait monté Moony, dans sa chambre. Il avait vu son regard, il avait les quelques échanges qu'il y avait eut entre Muadhnait et Jinan durant le petit déjeuner. Le pas d'Emir était tranquille, ouvrant le chemin sans rien laisser présager à la jeune cadette MCGill Fhaolain. Elle avait su l'écouter lorsqu'il en avait eut besoin, elle avait su l'aider lorsqu'il le lui avait demandé, il se sentait à la fois obligé de lui rendre l'appareil, et en même temps, il en avait envie. Il avait envie d'en savoir plus sur elle et Jinan, d'en savoir plus sur sa vie, sur leur vie, d'être à la fois leur ami, mais aussi celui qui les protègerait, qui leur enseignerait ce qu'il savait de la vie, de sa manière décalée, et parfois très osée. Ouvrant la chambre de cette dernière qu'elle n'utilisait plus sauf cas exceptionnelle, il l'invita à entrer avec un sourire, puis il referma derrière lui, retirant ses chaussures dès qu'il eut fermé la porte. « Qu'est ce que tu me, nous caches Moony ? Je suis presque sûr que votre petit voyage vous a beaucoup rapproché, si ce n'est plus. » Il eut un sourire amusé, avec un regard qui en disait long. « Je l'ai bien vu dans le regard du Djinn. Il est trop protecteur avec toi, avec ta soeur, et les regards qu'il lançait à Jinan, en particulier lorsque je te parlais, en disait long. » Il esquissa un sourire, s'allongeant sur le lit, dévoilant : « J'en ai fréquenté... Dans ma vie, il y a très longtemps. Je ne l'ai su que beaucoup plus tard, mais je comprends mieux pourquoi je me sentais si bien avec mes femmes. J'adorais leur frère, d'ailleurs, avec qui j'étais plus ou moins proche. » Il mit une de ses mains derrière son crâne, avant de poser son regard sur Moony. « Bref. Je suis très content pour toi, et lui, mais... Mais, ce n'est pas de ça que je veux te parler. » Il se redressa, tapotant le lit devant lui pour qu'elle vienne le rejoindre. « Qu'est-ce que tu nous caches pour être triste à ce point, Moony ? » Le regard sanguin du Vampire était sans équivoque. Si elle voulait savoir pourquoi il dormait, à présent, elle allait devoir le lui raconter. De toute façon, lui, il avait toute l'éternité.


(...)

Comme convenu donc, c'était son tour de vaisselles. Jinan avait un sourire, acceptant son tour comme n'importe quel membre du clan. Participer aux tâches ménagères, bien qu'il ne le faisait pas chez lui, avait quelque chose d'agréable, surtout lorsque l'on était de l'extérieur, et que la seule famille qu'on ait un jour connu, c'était celle de sa meilleure amie, aujourd'hui petite-copine, voir future femme. Aileen avait toujours été très sympa avec lui, le mettant toujours à l'aise, l'amenant à parler de choses qu'il aurait très certainement dû confier à un parent plutôt qu'à elle. Mais par la force des choses, Jinan n'avait jamais su parler à son père, et ce n'était que vers elle qu'il se tournait lorsque ses pensées étaient trop sombre. Elle était sa mère dans son cœur, même s'il ne l'avait jamais appelé ainsi. Imran avait aidé à débarrasser, ce qui avait surpris Jinan, étant donné l'éducation et la vie sociale qu'Imran avait à Byzance. Mais lorsqu'il avait voulu l'aider à faire la vaisselle, Aileen lui avait très gentiment demander de quitter les lieux, afin d'être seule avec Jinan.

Jinan avait comprit avant même qu'elle n'ouvre la bouche ce qu'elle voudrait entendre. Et quelque part, ça le toucha. Mais ce n'était pas lui qui ferait le premier pas. Il était beaucoup trop fier, puis il n'avait jamais été très bon pour parler de ses problèmes sans qu'on ne lui demande de le faire. Son père n'avait jamais été là pour le faire, pour lui apprendre. Alors, il frottait machinalement les bols et les assiettes sans trop se poser de questions. Puis, ça lui ferait du bien d'en parler un peu.

Imran, quant à lui, était dans la pièce d'à côté, observant les membres du clan avec de grands yeux, comme pour comprendre leur façon de vivre, de se tenir et de se comporter entre eux. C'était un bon exercice pour se rappeler de leur prénom, car bon dieu qu'ils étaient nombreux ! Malgré ça, il avait le sourire, et depuis qu'il avait quitté Byzance, c'était la première fois où il se sentait bien, apaisé, entouré de cet amour qu'il se portait les uns aux autres. Il ne comprenait pas réellement pourquoi Jinan avait si peur du choix de Moony, mais il commençait à se douter. Pour Jinan, cette famille avait dû être une véritable bouée de sauvetage quand on sait que sa propre mère n'avait jamais voulu le connaître, et que son père... Son père. C'était d'ailleurs pour cela, que, inconsciemment, Imran et Jinan étaient si proche l'un de l'autre. Au fond d'eux, ils partageaient ce même sentiment d'abandon qui était si dur à porter, certains jours. En particulier lors de dates importantes pour soit.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Lun 28 Oct - 0:28


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
Moony suivit bien volontiers Emir jusque dans sa chambre. Il lui semblait de plus en plus difficile de rire quand elle avait en face d'elle Jinan qui s'efforçait lui aussi de sourire. Ils laissèrent derrière eux le bruit des conversations pour celui de l'escalier grinçant.

La dernière fois que Moony s'était retrouvée dans cette chambre, c'était justement après cette malheureuse demi-bière qui avait bien failli lui coûter l'amitié de Jinan. Du moins c'était ce qu'elle avait cru à ce moment-là et lui aussi d'ailleurs. Émir n'y alla pas par quatre chemins. Moony le laissa faire, s'asseyant sur son lit.

« Qu'est ce que tu me, nous caches Moony ? Je suis presque sûr que votre petit voyage vous a beaucoup rapproché, si ce n'est plus. », Moony sourit. Malgré tout, Byzance s'était de très bons souvenirs.« Je l'ai bien vu dans le regard du Djinn. Il est trop protecteur avec toi, avec ta soeur, et les regards qu'il lançait à Jinan, en particulier lorsque je te parlais, en disait long. »
« Imran et Jinan sont très proches. C'est dans leur nature d'être protecteur. », elle ne savait pas vraiment par quoi commencer, tout ce qu'elle savait c'était qu'elle pouvait tout lui dire. Tout ce qu'elle ne dirait pas c'était ce que les djinns n'auraient pas voulu qu'elle dise. Non pas parce qu'elle ne faisait pas confiance à Emir mais par respect des règles de Byzance.

« J'en ai fréquenté... Dans ma vie, il y a très longtemps. Je ne l'ai su que beaucoup plus tard, mais je comprends mieux pourquoi je me sentais si bien avec mes femmes. J'adorais leur frère, d'ailleurs, avec qui j'étais plus ou moins proche. », Moony tiqua. Peut-être que s'il avait fréquenté des djinns, il comprendrait d'autant mieux le dilemme dans lequel elle se trouvait.« Bref. Je suis très content pour toi, et lui, mais... Mais, ce n'est pas de ça que je veux te parler. Qu'est-ce que tu nous caches pour être triste à ce point, Moony ? »

Moony laissa un long silence passer puis, après un long soupir elle lui raconta :

« Ça a été une semaine si parfaite tu sais... Jinan était... il était parfait et tu sais que je ne dis pas ça parce que... parce que j'en suis amoureuse. C'est vrai je suis la première à le lui dire quand quelque chose me déplait mais là. »

Elle se tordait nerveusement les doigts, ne sachant pas par quel bout prendre cette histoire. Jinan était tout pour elle, n'importe qui pouvait s'en rendre compte.

« Tu sais cette histoire que ma mère rabâche tout le temps sur la lune bleue et comment je suis née... En fait pour eux c'est vraiment quelque chose d'important. Au début, je comprenais pas pourquoi tout le monde s'intéressait tellement à ce qui se passait entre Jinan et moi. Mais en fait, pour eux, quand un enfant né une nuit de lune bleue et un djinn se mettent ensemble c'est un peu comme un rituel de... », elle ne savait pas comment formuler tout ça sans avoir l'air de se vanter. Le pire de tout c'était qu'elle n'en retirait aucune fierté en fait, seulement, le sentiment sécurisant d'être aimée spontanément sans rien avoir à faire, « ... de bonne fortune ? Tu sais, ils ont tous été incroyablement gentils avec moi. Mais au moment de partir... »

Elle savait qu'elle n'arriverait pas à le formuler. Elle glissa sa main sous sa petite veste d'été pour en sortir une petite fiole qui contenait le précieux liquide doré qui pourrait tout changer.

Finalement elle posa ses yeux bleus noyés de larmes sur Émir.

« Je peux pas choisir entre Jinan et ma famille Emir, c'est trop me demander. »

Elle avait zappé la moitié de l'explication mais l'essentiel était dit.

***

Dans la cuisine, quelques étages en dessous, Aileen Mc Gill Fhaolain regardait Jinan l'aider à la vaisselle. Il prenait toujours son tour de bon coeur contrairement à ses petits fils. Par la force des choses, Aileen commençait à connaître Jinan. Elle n'avait jamais dit quoique ce soit de sa vie de famille -si on pouvait appeler ça comme ça - car ce n'était pas sa place. Ça ne voulait pas dire qu'elle ne pouvait pas être là pour lui aussi. Un enfant de plus ne changeait rien pour elle.

« Qu'est-ce que tu as Jinan? Je ne t'ai jamais vu aussi malheureux... », demanda-t-elle en s'essuyant les mains dans son tablier, « J'avais toujours cru que ma petite Moony te rendrait heureux. Nous le croyions tous. »

Sa voix retomba doucement. Ça la peinait véritablement sans même savoir de quoi il s'agissait.

***

Un étage au dessus cette fois-ci, le nouveau venu se retrouvait le centre de l'attention des six jolies soeurs Mc Gill Fhaolain. Elles l'embarquèrent bien vite dans la cour, prétextant de lui faire visiter les lieux pour lui poser tout un tas de question. Que s'était-il passé entre Jinan et Moony exactement et dans les moindres détails ? Comment était la vie à Byzance ? Comment se retrouvait-il là lui aussi, loin de tout ce qu'il connaissait ?

Les chiens de Saoirse jappaient et bondissaient joyeusement autour d'eux. Seule Siobhán semblait avoir quelques réserves mais elle suivait le petit attroupement malgré tout.


 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Lun 28 Oct - 20:23


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
« Qu'est-ce que tu as Jinan ? Je ne t'ai jamais vu aussi malheureux... » Malheur. Que venait-elle donc de faire ? Jinan eut un sourire triste, avant de relever son regard vers elle. Devait-il lui dire ? Devait-il lui en parler ? Il ne savait pas. Il en avait envie, il en avait plus qu'envie. Elle avait toujours été là pour lui, et il ne lui avait rien caché ou presque, depuis qu'il venait ici pendant les vacances. La famille McGill Fhaolain l'avait accueilli dans leur véritable paradis sur terre, où l'amour d'un clan pour les siens était quelque chose de véritable, et qui, lorsque vous en faites parti, vous donne l'envie de pleurer de joie, d'amour, réalisant alors la chance que vous avez, mais surtout, la bonté d'âme que chacun possède en son âme. Aileen représentait énormément à ses yeux, peut-être plus qu'il ne le pensait. Elle avait été sa mère, et peut-être son seul réel parent, jusqu'à ce qu'Emir n'apparaisse dans sa vie. Il baissa le regard, puis son visage, et se retourna vers la vaisselle qu'il continuait de frotter l'air absent.

« J'avais toujours cru que ma petite Moony te rendrait heureux. Nous le croyions tous. » Pourquoi disait-elle cela ? Une larme coula le long de sa joue qu'il rattrapa du mieux qu'il put avec son épaule. Elle semblait lire dans son coeur comme si elle l'eut fait. Non, non, ce n'était pas Muadhnait. C'était ce qu'il était lui, c'était tout ce qu'il était, ce que son père absent lui avait légué. Ce pourquoi il n'en avait jamais parlé, pas même à Moony. Il avait mit tellement de temps à accepter cette héritage, que lorsqu'il parvint à le faire, on lui abattait une masse sur la tête, lui faisant alors regretter d'avoir caresser l'idée d'embrasser ce qu'il était, enfin de compte. Il secoua la tête, comme pour lui faire comprendre que Moony n'y était pour rien, que c'était autre chose. Il voulut garder le silence, ce qu'il fit un petit moment. Mais il savait qu'il ne quitterait jamais la cuisine sans lui avoir dit ce qu'il avait. D'autant plus qu'il était une vraie cuillère tellement sa capacité émotionnelle était stimulée ces derniers temps. Il se força à sourire, augmentant le débit de l'eau comme pour camoufler ce qu'il allait lui dire.

« On est ensemble, avec Moony. » Il eut un vrai sourire, quelque chose qui venait du cœur. Enfin, il avouait à quelqu'un de sa famille, l'amour qu'il échangeait avec leur petite cadette. D'après Siobhán, ils pariaient tous là-dessus depuis des années. « Je lui ai dis ce que je ressentais, et... Et voilà. » Mais ce n'était pas ça, qui le rendait triste. Il se rendit alors compte qu'il essayait de noyer le poisson dans l'eau. Il posa ses mains sur l'évier, voutant alors son dos, comme si ça allait l'aider à supporter le poids de cette douleur qui pesait sur leurs épaules à tous les deux. « On a demandé à Moony de... De... » Mais qu'est-ce qu'il était entrain de faire ? Jinan se mordit la lèvre. Il releva le regard vers Aileen, puis il reprit : « Mais c'est à Moony de vous en parler, c'est à elle de faire son choix entre... Entre vous, et... Et... Et moi. » Il ferma les yeux, sentant comme un poids se retirait de ses épaules. Il reposa son regard sur la vaisselle, qu'il recommença à frotter, comme si occuper ses mains lui permettaient aussi d'occuper son esprit.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Lun 28 Oct - 20:49


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 175
avatar
Emir
« Ça a été une semaine si parfaite tu sais... Jinan était... il était parfait et tu sais que je ne dis pas ça parce que... parce que j'en suis amoureuse. C'est vrai je suis la première à le lui dire quand quelque chose me déplait mais là. » Le visage d'Emir se fendit d'un sourire léger. Son regard devint taquin, comme si l'envie de la charrier le prenait, mais il n'en fit rien, gardant cette pulsion au plus profond de lui. Elle avait besoin de parler, pas qu'on ne lui change les idées. Du moins, pas maintenant qu'il et elle étaient entrés dans le vif du sujet, surtout qu'elle était nerveuse. Ses mains se tortillaient dans tous les sens devant lui, tandis que son rythme cardiaque ne cessait de s’accélérer, au point qu'Emir se demandait comment elle faisait pour ne pas se sentir mal. Il ne comprit pas tout de suite, mais ce qu'elle était entrain de lui dire serait sûrement la pire épreuve que son couple a peine formé aller subir. Moony semblait garder le contrôle de la situation, ses mots sortant dans un débit normal, posé, malgré cette nervosité qui s'exprimait de par son corps. « Tu sais cette histoire que ma mère rabâche tout le temps sur la lune bleue et comment je suis née... En fait pour eux c'est vraiment quelque chose d'important. Au début, je comprenais pas pourquoi tout le monde s'intéressait tellement à ce qui se passait entre Jinan et moi. Mais en fait, pour eux, quand un enfant né une nuit de lune bleue et un djinn se mettent ensemble c'est un peu comme un rituel de... »

Emir esquissa un sourire. L'histoire de sa mise au monde, même lui, il la connaissait désormais par cœur. Elle était née bleue, tout comme lui. Mais personne ne le savait. C'était quelque chose qu'il avait appris durant son enfance, et l'une des principales raisons pour lesquels au début, on l'avait prédestiné à suivre les voies religieuses, avant de celle de l'armée. On avait peur pour lui que le Sheitan n'ait prit possession de son corps. C'était dans le plus grand des silences que ses parents l'avaient vu grandir. Au final, il avait pu apprendre à manier l'épée et le glaive, et entamer une carrière de militaire très jeune, à la cour du Sultan. C'était peut-être pour cela qu'il s'entendait si bien avec elle, en dehors de tout ce qui les avait rapproché ? Emir ne comptait pas lui dire. Ce n'était pas quelque chose d'important, après tout, puis il s'agissait d'elle, pas de lui.
« ... de bonne fortune ? Tu sais, ils ont tous été incroyablement gentils avec moi. Mais au moment de partir... » Ils étaient gentils, très pieux, mais en même temps très joueurs, les Djinns avaient apportés plus de bonheurs et d'amours dans la vie des humains, que les humains dans la leur. Pourtant, ils étaient toujours là, luttant contre le temps, laissant croire à tous qu'ils faisaient partis des mythes et des légendes d'Orient. Moony pensait réellement ce qu'elle lui disait. Mais au moment de partir... Quelque chose avait explosé avec une force divine l'amour qu'elle portait à Jinan, ou peut-être même ses sentiments à l'égard de ce peuple pourtant si bon. Elle commençait à perdre de sa retenue, sa nervosité gagnant du terrain. Emir l'attira contre lui, sur le lit, pour la serrer contre lui, son dos contre son torse.

« Je peux pas choisir entre Jinan et ma famille Emir, c'est trop me demander. » Emir sentit son cœur mort s'oppressait sous la révélation. Il se redressa, posant ses yeux rouges dans les siens, avant de se relever du lit, pour mieux l'observer. Que pouvait-il lui dire ? Puis... Quel était cette proposition ? Était-ce... Non... Les Djinns ne transformaient jamais, ou presque, les humains. il se passa une main sur ses lèvres, avant de demander : « Ils t'ont proposé quoi pour que tu ne doives choisir qu'entre ton amour pour Jinan, et celui que tu portes à ton clan ? Ils veulent que tu vives à Byzance ? » Il en savait un peu. Depuis qu'il s'était "réconcilié" avec son fils, Atesh, et Jinan, il en avait apprit un peu plus, et en savait déjà pas mal. Notamment comment fonctionner la ville, les mœurs, etc, etc. Emir s'approcha alors de la porte, l'ouvrant tout en passant sa tête vers l'extérieur, comme pour être sûr que personne ne les écoutait. Il referma la porte, se retournant vers Moony, alors qu'il s'appuyait dessus, posant ses fesses sur ses mains.

« Tu le gardes pour toi. Mais... Ta sœur est prête. Si je lui demandais, là, aujourd'hui, ce qu'elle choisirait entre devenir un vampire pour vivre éternellement à mes côtés et ton clan, elle renoncerait à sa vie pour moi. » Il baissa son regard, la tristesse se lisant sur son visage. « Mais moi... Moi, je ne veux pas de ça. Je me berce de douces illusions... Elle, durant nos ébats, j'ai goutté à son sang. Depuis... j'ai l'impression de devenir humains. Je ressens mon cœur battre, mon corps se réchauffait, j'ai besoin de dormir, et je commence à mieux supporter la présence de viande, par exemple, lorsque je suis à table avec vous. J'aimerais tant redevenir humain pour la voir vieillir. Avoir des enfants, avoir un travail, me marier dans votre église pour lui offrir ce que je lui ai retiré il y a deux cents ans. » Il eut un sourire, se rapprochant de Moony, avant de la prendre dans ses bras. « Si tu as besoin de parler de ça, fais-le. Je pense comprendre ta douleur. » Il lui caressa les cheveux, tout en lui murmurant : « Mais si t'en venais à choisir ton clan, je suis persuadé que Jinan acceptera de vivre comme j'espère le faire auprès de ta sœur. D'autant plus que l'amour d'un Djinn est éternel, alors il approuvera ton choix. » Il eut un sourire, rajoutant sur le même ton de voix : « Je n'imagine même pas la culpabilité qui doit le ronger. Si tu le choisis, il sera content, mais toi, tu resteras dans cette prison dorée qu'est leur tanière où ils se cachent du mal qui arpentent le reste du monde. » Il revoyait encore Jinan se disputait avec Atesh, avant qu'il ne se mette à changer.


uc.
 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Lun 28 Oct - 21:10


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Être entouré de toutes ses femmes avaient de quoi raviver la lumière d'Imran. Il savait, cependant, qu'aucune d'entre elles ne serait SA lumière, qu'il ne trouverait pas son amour dans la fratrie de la belle fée bleue. Pourtant, il aimait leur compagnie, et il espérait que c'était quelque chose qu'elles partageraient. Alors, lorsqu'elles le prirent pour lui faire le tour du propriétaire, Imran se montrait curieux. Il posait des questions sur le domaine, sur son existence, sur son histoire, sur leur histoire à elles. Enfin, lorsqu'elles n'en pouvaient plus de rester dans l'ignorance totale de ce qui c'était passé entre Jinan et Moony, elles commencèrent à l'assaillir de questions auquel il prit un plaisir à répondre. Que s'était-il passé entre Jinan et Moony exactement et dans les moindres détails ? « Jinan et Moony sont ensemble, ça y est. Il lui a fait sa déclaration devant tout le monde après avoir frappé Makram devant tout le monde. Mais Moony n'a pas aimé qu'il se batte, pourtant, les femmes aiment d'habitude quand on se bat pour elle. Mais bon, ça ne l'a pas empêché de le suivre en dévalant les escaliers. J'avais donné la clé du Prince à Jinan pour la remise, et là, il lui a sortit le grand jeu avec le tapis volant. Jinan m'a raconté, ils ont pas fait que parler si vous voyez ce que je veux dire. » Il eut un petit rire, revoyant la timidité dans l'oeil de Jinan, avec les flammes de passion qui illuminaient ses yeux.

Comment était la vie à Byzance ? « C'est quelque chose de magique. On est sous la bénédiction d'Allah, et la lumière nous entoure tout le temps. Il nous arrive d'être triste, mais on est le plus souvent entrain de rire, de s'amuser, de faire la fête. On est un peuple qui aime faire la fête. On aime aussi étudier, mais le fait qu'on ne puisse pas sortir de Byzance, normalement, fait qu'on en fait vite le tour, et au bout de trois cents ans, on a tous envie de sortir des murs blancs, au moins une fois. Mais c'est super Byzance. Quand je suis arrivé à Londres, que j'ai vu les gens tout le temps pressés, je me suis dis que ça ne me plairait pas trop, en faites. Mais après on est venu ici, et je crois que c'est l'endroit qui se rapproche le plus du bonheur que l'on ressent lorsque l'on est à Byzance. Vous l'expliquer, je ne peux pas vraiment, je crois qu'il faut le vivre pour le comprendre. De toute façon, vous viendrez pour le mariage de Moony et Jinan. » Fit-il avec un sourire entendu.

Comment se retrouvait-il là lui aussi, loin de tout ce qu'il connaissait ? « En faites, je veux la même chose que Jinan. Moi aussi je veux trouver ma Lumière, mon âme sœur, je crois que vous dites ici, et vivre éternellement à ses côtés. J'ai envie d'aimer, et de faire ma propre famille. C'est quelque chose que je pouvais pas avoir à Byzance. Puis, j'aime beaucoup trop Jinan pour ne pas le suivre cette fois. Et Moony est tellement adorable... Elle m'a ouvert les yeux sur l'amour, je pense. Elle est rêveuse, et j'aime ça. Elle a tout de suite accepté, et n'a pas réfléchi plus que ça. Elle est grande dans son cœur. Je veux ça aussi. C'est pour ça que je suis parti de Byzance pour découvrir ce que Jinan a trouvé. » Il ressemblait beaucoup à Moony, en faites. Il était tout aussi rêveur qu'elle, tout aussi ouvert d'esprit qu'elle. Il suivait de son regard les chiens qui couraient autour d'eux, les petites jumelles ouvrant le chemin avec la joie que possèdent les enfants quand il joue. Il en voulait aussi, des enfants. C'était quelque chose de magique. Comme la consécration d'une vie. De sa vie.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Mar 29 Oct - 0:51


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
« On est ensemble, avec Moony. »

Aileen eut un large et tendre sourire, aussi sucré que ses pancakes. Elle avait envie de lui dire qu'elle n'avait pas attendu cette confession pour le savoir mais elle le connaissait trop bien pour le couper dans son élan et le laisser se refermer comme une huître.

« Je lui ai dis ce que je ressentais, et... Et voilà. »

Malgré tout, elle voyait bien qu'il tournait autour du pot et que ça ne le divertissait pas de sa mélancolie.

« On a demandé à Moony de... De... »

Elle voyait bien qu'elle lui en demandait trop. Contrairement à ce qui aurait pu motiver une de ses filles, Aileen Mc Gill Fhaolain ne posait pas toutes ces questions pour satisfaire sa propre curiosité mais pour crever l'abcès.

« Mais c'est à Moony de vous en parler, c'est à elle de faire son choix entre... Entre vous, et... Et... Et moi. »

La révélation lui fit un petit sursaut au coeur parce qu'elle ne s'était attendue à ça. Il y eut un petit silence puis, doucement, elle posa la main sur le bras de Jinan pour qu'il arrête de se réfugier dans la vaisselle et le serra dans ses bras :

« Là, là. C'est dans l'ordre naturel des choses de quitter sa famille quand on est prêt à fonder la sienne Jinan. Ne te mets pas dans tous tes états va. Tu n'as aucune raison de culpabiliser. C'est très bien ce qui vous arrive Jinan. Très très bien. »

Elle était très émue elle aussi, mais plutôt en bien visiblement. Elle lui prit le visage et lui baisa généreusement le front.

***

Émir la serra tout contre lui pour la réconforter et pour la première fois, Moony s'y sentit au chaud en plus d'en sécurité. Il s'était décidément passé beaucoup de chose cette semaine.

« Ils t'ont proposé quoi pour que tu ne doives choisir qu'entre ton amour pour Jinan, et celui que tu portes à ton clan ? Ils veulent que tu vives à Byzance ? »
« Non même pas, enfin... ce n'était pas la clause principale de ce que j'ai compris. Ils m'ont proposé de devenir l'une des leurs pour pouvoir rester avec Jinan. Si je choisissais ma famille, je ne pourrais pas rester avec Jinan parce qu'il est immortel et moi pas et... je sais qu'il resterait jusqu'à la fin mais je veux pas ça et - si nous avions des enfants... je ... je - », Moony se prit la tête entre les mains, les larmes coulants à flot et les mots s'entrechoquant sur au bord de ses lèvres sans rien construire d'intelligible.

Émir se leva pour vérifier quelque chose. Moony suivit son manège du regard sans vraiment comprendre. Elle renifla, essayant de sécher ses larmes du revers de la main.

« Tu le gardes pour toi. Mais... Ta sœur est prête. Si je lui demandais, là, aujourd'hui, ce qu'elle choisirait entre devenir un vampire pour vivre éternellement à mes côtés et ton clan, elle renoncerait à sa vie pour moi. »

Siobhán avait un sacré caractère. Sa petite soeur le lui enviait dans des moments comme celui-là. Elle posa les yeux sur son vampire de beau frère, devinant que tout comme elle, il ne trouvait pas son compte là-dedans.

« Mais moi... Moi, je ne veux pas de ça. Je me berce de douces illusions... Elle, durant nos ébats, j'ai goutté à son sang. Depuis... j'ai l'impression de devenir humains. Je ressens mon cœur battre, mon corps se réchauffait, j'ai besoin de dormir, et je commence à mieux supporter la présence de viande, par exemple, lorsque je suis à table avec vous. J'aimerais tant redevenir humain pour la voir vieillir. Avoir des enfants, avoir un travail, me marier dans votre église pour lui offrir ce que je lui ai retiré il y a deux cents ans. »

D'ordinaire Moony aurait protesté. Elle qui n'aimait surtout pas parler de la vie "trop privée" des autres voire de la sienne, se retrouvait toujours avec des personnes qui excellaient dans l'art de raconter leurs ébats. Mais là c'était différent. Déjà, il ne donnait pas de détails sordides. C'était plus une confession.

Elle se laissa aller contre lui, un peu plus tranquille, comme si savoir qu'elle n'était pas seule au monde était déjà un bon début.

« Si tu as besoin de parler de ça, fais-le. Je pense comprendre ta douleur. Mais si t'en venais à choisir ton clan, je suis persuadé que Jinan acceptera de vivre comme j'espère le faire auprès de ta sœur. D'autant plus que l'amour d'un Djinn est éternel, alors il approuvera ton choix. Je n'imagine même pas la culpabilité qui doit le ronger. Si tu le choisis, il sera content, mais toi, tu resteras dans cette prison dorée qu'est leur tanière où ils se cachent du mal qui arpentent le reste du monde. »

Moony haussa doucement les épaules.

« Ça me serait égal tu sais si je ne savais pas à quel point ma famille allait me manquer... et d'un autre côté, si je ne peux pas vivre éternellement, est-ce que je n'aurais pas mieux fait de ne jamais - Non. C'est trop stupide. »

Moony accrocha un sourire à ses lèvres. Ça ne servait à rien de ressasser tout ça pour en faire quelque chose de pire. Ce que Jinan et elle avait été plus précieux que tout, jamais elle ne pourrait le renier.

Elle laissa passer un silence, blottie dans les bras d’Émir comme si elle n'allait jamais en partir.

« Tu sais ce que tu dis, sur le fait de te sentir vivant avec Siobh', moi je trouve pas ça si idiot que ça. C'est vrai, tu constates toi-même les changements. Et ça serait cohérent avec tous les trucs que j'ai lu. Tu sais sur les dragons. Il y a plein de légende qui associent les dragons avec des dons extraordinaires d'extraordinaire longévité, de guérison ou même le souffle de vie ! »

Cette nouvelle conversation avait l'intérêt de la distraire un peu de ses pensées mélancoliques.

« J'ai fait des tas de recherches pour savoir comment Siobhán pouvait faire son truc avec les dragons. Les charmeurs de dragons que j'ai trouvé dans les livres ont tous suivi de très longues formations. C'est même le plus souvent un héritage de famille. On ne s'improvise pas charmeur, déjà que c'est rare. Les dompteur et les chevaucheurs c'est la même chose. A moins d'avoir fait un échange avec un dragon. J'en ai trouvé des exemples dans des parchemins qui remontaient au moyen âge. Un palefrenier qui avait reçu la moitié d'un coeur de dragon. Un prince qui était devenu invulnérable en prenant un bain dans le sang d'un dragon... C'est possible. Ça se pourrait. Et si c'est vrai alors tout est possible !»

Le petit ange blond souriait malgré les larmes dans ses yeux. Elle y croyait et elle voulait qu'il y croit aussi.


 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Mar 29 Oct - 10:12


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
« Jinan et Moony sont ensemble, ça y est.»
« Hiiiiiiiiiiii on en était sûres !!!! »

L'euphorie gagna les six jeunes femmes comme une épidémie foudroyante. Elles évoquaient un pari, se donnaient des petits coups de coudes mais surtout : elles voulaient en savoir plus !

« Il lui a fait sa déclaration devant tout le monde après avoir frappé Makram devant tout le monde.»

« Haaan c'est trop romantique. »
« Il s'est battu ?!! »
« On aurait aimé être là... ça a dû être quelque chose. »

« Mais Moony n'a pas aimé qu'il se batte, pourtant, les femmes aiment d'habitude quand on se bat pour elle. »
« Qu'est-ce que j'aimerai qu'un garçon se batte pour moi ! »
« Mais bon, ça ne l'a pas empêché de le suivre en dévalant les escaliers. J'avais donné la clé du Prince à Jinan pour la remise, et là, il lui a sortit le grand jeu avec le tapis volant. Jinan m'a raconté, ils ont pas fait que parler si vous voyez ce que je veux dire. »
« Un tapis volant ?!! »
« Ca c'est ce qui s'appelle s'envoyer en l'air... »
« Les filles notre petite Moony a passé le cap. »
« Elle nous racontera rien du tout, on la connait. »
« Ça c'est sûr tu peux t'asseoir dessus. »
« Depuis le temps qu'on attendait ça. »

Finalement ce fut Tuilelaith qui fit dévier la conversation -on ne s'en étonnera pas - sur Byzance. Les cinq autres filles écoutèrent avec tout autant d'intérêt. Niamh plébiscitant l'idée d'une grande ville où on faisait beaucoup la fête, sans doute parce qu'elle ne se représentait pas bien ce que c'était que Byzance.

« Ca m'étonnerait que tu trouves des boîtes de nuit à Byzance Niamh... enfin, non ? Par rapport à la religion et tout ça... », expliqua Tuilelaith en s'en remettant à l'appui d'Imran.
« De toute façon, vous viendrez pour le mariage de Moony et Jinan. »
« IL VA FAIRE SA DEMANDE ?!!!! », s'exclamèrent les filles comme un seul homme.

La conversation les avait mené au pied de la petite colline chauve qui était au centre de l'histoire que la mère adorait tant raconter.

« Tiens, justement. C'est ici qu'est née notre Moony. », expliqua Aoibheann en baissant d'un ton.

Elle chuchotait presque et autour d'elles ses soeurs faisaient de même. Elle conduisit le petit groupe au sommet de la colline. A mesure qu'ils progressaient, le gazon vert tendre cédait la place à des esquilles de roche friable qui donnait effectivement l'impression que la colline était chauve. Tout en haut, un grand cairn se dressait comme pour indiquer le sommet. Delà, on voyait toutes les terres des Mc Gill Fhaolain, le château planté sur un roc qui trempait les pieds dans le puzzle de terre moussue et de rivière, et même au delà, on devinait les cheminées de la ferme du vieux Mc Donald.

« Nos anciens pensaient que les collines à tête chauve étaient le lieu de réunion des Faëries autrefois. Mais c'était il y a bien longtemps. Les Faëries ne viennent plus désormais mais on continue de croire que ces endroits sont imprégnés de leur magie c'est pour ça qu'il faut être très respectueux. On ne sait jamais à quel genre de magie s'attendre, même si ici, elle a toujours eu la réputation d'être protectrice... »
« Ce qui n'est pas le cas partout. »
« Vous vous rappelez de cette histoire sordide d'enfants disparus du côté de la colline de Barrow Down ? »
« Brrr, ne m'en parle pas. J'en ai encore froid dans le dos. »

Saoirse prit ses deux petites dans les bras. Les chiens attendaient sagement au pied de la colline, comme s'ils avaient su. Ils restèrent un peu, expliquant que Moony venait ici tous les soirs de lune bleue et que c'était pour elle comme un petit rituel d'anniversaire. Puis, ils redescendirent et les questions reprirent :

« Et Moony est tellement adorable... Elle m'a ouvert les yeux sur l'amour, je pense. Elle est rêveuse, et j'aime ça. Elle a tout de suite accepté, et n'a pas réfléchi plus que ça. Elle est grande dans son cœur. »
« Moony a toujours été comme ça. »
« Ca ne lui a pas toujours été bien rendu d'ailleurs... »

Une petite parenthèse fut faite sur l'histoire d'Asad Al Saad et le pourquoi du comment Jinan et Moony s'étaient retrouvé à partir en vacances sans rien dire à personne.

Je veux ça aussi. C'est pour ça que je suis parti de Byzance pour découvrir ce que Jinan a trouvé. »
« Moi je suis sûre que tu trouveras. Les filles aiment qu'on soit romantique avec elle et il faut être honnête : y a pas tant de garçons romantiques que ça. Tu auras du succès. »
« C'est bien je trouve d'avoir déjà la tête sur les épaules à votre âge. Généralement, à vingt-ans on pense plus à s'amuser qu'à fonder une - »
« ... les filles ... »
« HOLY CUN'!! »

Un curieux nuage beigeâtre courrait sur l'horizon avec désordre et précipitation. Le troupeau !

« Je vais chercher Fluffy ? »
« OH QUE NON! La dernière fois que tu as ramené ton dragon, il a croquer un mouton! Les dragons ne sont pas des chiens de berger Siobhán, ça se saurait. »
« Pff, c'est un bébé, il ne faut pas trop lui en demander. »

Pour la peine se furent Siobhán et Imran qui furent laissés en arrière avec les jumelles. Les petites filles ne remarquèrent rien du mouvement de panique de leur mère, tantes et chiens, continuant de courir après les papillons sous les yeux de la charmeuse de dragon.

L'euphorie était toute retombée. Siobhán ne disait rien, risquant simplement quelques coups d'oeil vers Imran de temps à autre...




 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Mer 30 Oct - 23:03


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
Lorsqu'elle avait posé sa main sur son bras, Jinan sentit sa lèvre se mettre à trembler comme une pauvre feuille sous un vent battant. Il ferma les yeux, voulant éviter de se ridiculiser devant la mère de Moony. Les hommes de cette famille étaient tous des gros barbares incapables de ressentir quelque chose. S'il se mettait à montrer publiquement ses propres émotions, on allait encore le charrier. Déjà qu'il essayait déjà de se convaincre de porter une stupide jupe pour aller balancer des troncs d'arbres... « Là, là. C'est dans l'ordre naturel des choses de quitter sa famille quand on est prêt à fonder la sienne Jinan. Ne te mets pas dans tous tes états va. Tu n'as aucune raison de culpabiliser. C'est très bien ce qui vous arrive Jinan. Très très bien. » Elle lui fit poser l'éponge, puis l'assiette qu'il tenait dans levier, pour l'attirer contre lui. Il se blottit sans chercher à se débattre, comme si elle avait été sa mère, cachant son visage contre son cou. Il retenait ses larmes, étouffant un sanglot qui ne demandait qu'à sortir. Le voilà encore entrain de ressentir comme une fille. L'amour était beaucoup violent pour lui. Il se demandait vraiment pourquoi Imran cherchait à trouver le sien, tant il souffrait depuis que le Sultan avait fait part de la volonté du conseil. Il était presque persuadé que M'hamed n'avait pas voulu le faire, et qu'il avait lui-même voulu qu'on lui propose ce choix au lieu de lui imposer ce choix.

Il la serra un peu plus fortement lorsqu'il se remit à penser au choix de Moony, puis, Jinan quitta ses bras à contrecœur, se retournant vers levier, tout en lui disant : « C'est plus qu'un simple choix, c'est... Ils veulent... Enfin, le Sultan lui a proposé un choix que je ne pensais même pas possible. Au début, j'étais très heureux, puis j'ai entendu le choix qu'elle devrait faire, et là... Là, je peux pas lui demander de me choisir. Ce serait égoïste. Elle devrait prendre sur elle, et acceptait le fait de vous voir partir. Moi... Moi qui je suis pour lui demander de vous quitter en sachant que je ressens de l'amour pour vous tous. » Il se retourna, faisant genre qu'il cherchait une serviette pour s'essuyer les mains. Il se frotta l'épaule contre la joue, avant de continuer son speech sans pour autant la regarder. « Du coup, je culpabilise. Mais quoiqu'elle choisisse, je resterais toujours près d'elle, même si je dois la regarder mourir. » Il se retourna, puis, dans un faux sourire, il lui dit : « Excusez-moi, je... Je vais prendre un peu l'air. De toute façon, j'aurais pas du vous en parler. C'est trop... C'est... Muadhnait. » Il se retira sans attendre quoiqu'elle ait pu dire à sa dernière phrase, et s'en alla le cœur épuisé, les yeux fatigués, pour aller prendre l'air dans leur grande cour.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Jeu 31 Oct - 11:05


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 175
avatar
Emir
Muadhnait était dans le même cas que lui, mais il voyait le point de vue Siobhán, qui, elle, ne se l'était même pas posé. Emir ne parvenait pas à comprendre la réaction de sa tendre charmeuse de dragon, elle fonçait, ne réfléchissant pas une seule seconde aux conséquences qu'être un vampire impliqué. C'était l'une des principales raisons pour lesquels il n'aimait pas transformé à la pelle comme le faisait certains vampires, juste pour avoir le plaisir d'avoir un clan, d'être plus fort, de bénéficier des divers puissances que procuraient un clan sur un vampire. Emir la regardait se débattre avec ses mots avant de la prendre dans ses bras lorsqu'elle craqua, se mettant à pleurer toutes les larmes de son coeur, des larmes qu'elle avait visiblement gardé pour elle auparavant, pour ne rien montrer à Jinan, qui lui, avait du réagir directement. Il eut un pauvre sourire en pensant à son petit-fils. Sans savoir ce qu'il le chagrinait, il imaginait déjà toute la culpabilité qu'il devait avoir. D'autant plus qu'être un Djinn était peut-être ce qu'il pouvait arriver de mieux à Muadhnait. Ce n'était pas Siobhán, qui, elle, avait un peu plus de soixante-six pour-cents de chance de devenir un vampire, et donc... de Mourir. Il sentit son propre coeur se briser dans sa poitrine, et murmura un léger : « Aïe, putain. »

Il l'avait ensuite lâché, pour lui parler de chose qui lui tracassait l'esprit. Ce n'était pas vraiment de l'écoute du coup, qu'il faisait, il en était conscient, mais peut-être que s'il lui racontait ce qu'il ressentait, ce pourquoi elle n'était pas bien. Il lui raconta alors que Siobhán, elle, était prête, que ce que cela incombait, puis, il lui raconta alors son propre rêve d'un jour redevenir humain, de pouvoir vieillir avec elle, et pourquoi pas, avoir des enfants. Il regrettait tellement ce temps d'une autre époque, qu'il était prêt à tout, même à donner son éternité, pour pouvoir mourir à ses côtés comme n'importe quel couple normal. Jinan n'aurait pas non plus cette chance, et suivant le choix que Muadhnait ferait, il vivrait éternellement avec cette peine au coeur, si jamais il se battait pour les enfants qu'ils auraient. Car ils en auraient, Emir en était persuadé. Il retourna près d'elle, lui expliquant alors ce que Siobhán faisait sur lui. Qu'elle le rendait plus humain, plus vrai. Qu'elle lui donnait, enfin de compte, un sens à sa vie. C'était quelque chose de fort auquel il ne parviendrait très certainement jamais à mettre des mots dessus.

« Ça me serait égal tu sais si je ne savais pas à quel point ma famille allait me manquer... et d'un autre côté, si je ne peux pas vivre éternellement, est-ce que je n'aurais pas mieux fait de ne jamais - Non. C'est trop stupide. » Emir lui caressa la joue, et il lui murmura doucement : « Je sais ce que tu vas choisir, mais je reste persuadé que tu ne feras que des heureux dans ton choix. » Il lui embrasse le front, avant de se laisser tomber à côté d'elle, sur le lit, croisant ses bras sur son torse, l'air fatigué. Il soupira. L'amour, tout le monde le cherchait. Toutes les créatures le cherchaient. Mais pourquoi faisait-il si mal ? Il esquissa un sourire, défaisant ses bras, pour les mettre le long de son corps.
« Tu sais ce que tu dis, sur le fait de te sentir vivant avec Siobh', moi je trouve pas ça si idiot que ça. C'est vrai, tu constates toi-même les changements. Et ça serait cohérent avec tous les trucs que j'ai lu. Tu sais sur les dragons. Il y a plein de légende qui associent les dragons avec des dons extraordinaires d'extraordinaire longévité, de guérison ou même le souffle de vie ! » Emir se redressa, tournant doucement sa tête vers elle. Il sentait son corps reprendre sa roideur. Il eut un soupir, entendant chacun de ses mots qui lui arrachèrent finalement un sourire. Les dragons, il en était sûr. C'était ce qu'il lui avait dit, qu'il avait commencé à la questionner, mais Siobhán... Enfin, cela impliquait de lire, de faire des recherches dans des livres et... Siobhán.

« J'ai fait des tas de recherches pour savoir comment Siobhán pouvait faire son truc avec les dragons. Les charmeurs de dragons que j'ai trouvé dans les livres ont tous suivi de très longues formations. C'est même le plus souvent un héritage de famille. On ne s'improvise pas charmeur, déjà que c'est rare. Les dompteur et les chevaucheurs c'est la même chose. A moins d'avoir fait un échange avec un dragon. J'en ai trouvé des exemples dans des parchemins qui remontaient au moyen âge. Un palefrenier qui avait reçu la moitié d'un coeur de dragon. Un prince qui était devenu invulnérable en prenant un bain dans le sang d'un dragon... C'est possible. Ça se pourrait. Et si c'est vrai alors tout est possible !» Elle avait continué sans qu'il ne prenne la parole. Finalement, il leva son bras pour l'attirer contre lui, et il lui murmura : « Faut que Siobhán se mette à lire. Moi, je ne lis pas bien l'anglais. Mais tu sais ce que ça veut dire... Siobhán préfèrerait que je lui crève le cœur plutôt qu'elle ne se mette à lire. » Il eut un petit sourire, se relevant rapidement pour aller près de la fenêtre. Il jeta un bref regard vers le dragon au dehors, et il reprit, un peu plus haut cette fois : « Elle est si chaude... Plus qu'une simple humaine. Puis... Elle a dans son regard une passion et une fougue que je n'avais jamais vu chez une femme. Un de ces regards qui te prend les tripes, et... Elle en fait ce qu'elle veut. » Emir esquissa un sourire, rajoutant doucement : « Je suis à ses pieds. Mais je vais tenter de lui expliquer ce que tu viens de me dire... Peut-être qu'elle voudra le faire pour moi. Je veux pas.... Je ne veux surtout pas être obligé de la transformer. »

Il baissa son visage, rajoutant encore plus bas, de sorte à ce que seule Moony puisse l'entendre, si jamais l'on écoutait leur conversation. « Je lui ai promis que je ne la contraindrais plus d'oublier cette discussion. On s'est disputé à ce sujet, et... De toute manière, je ne peux pas lui faire oublier éternellement ce sujet-là. Elle vieillit, et y pensera toujours quoique je fasse. » Emir releva son visage, se forçant à sourire, à affronter ça, car il n'avait pas le choix de toute manière. « Je me force à croire que je préfèrerais la voir mourir de vieillesse que de la transformer, mais... » Il se frotta les yeux, avant de reprendre : « Mais tout mon corps me dit de faire le contraire. J'ai envie de la posséder, de la faire mienne à tout jamais. » Il se retrouva l'instant d'après près de Moony, posant sa tête contre son épaule, et rajouta dans un murmure :
« Seulement... Moi, j'ai des chances de la dénaturer. Toi... Non. » Il redressa la tête, et reprit :
« Oublie ce que je viens de dire. » Il retourna aussi vite qu'il n'était revenu vers elle près de la fenêtre, s'asseyant sur l'espèce de fauteuil que formait l'alcôve de la fenêtre.


uc.
 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Jeu 31 Oct - 12:05


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Imran passa un très bon moment auprès des sœurs de Muadhnait. Elles avaient toutes une personnalité bien forte, et même les plus effacés par rapport aux plus fortes têtes, savaient se faire entendre lorsqu'elles avaient quelque chose à dire. Pour un peu, il leur aurait trouvé une aura féérique, que personne d'autres que lui, ne pouvait voir. Pourtant, elles étaient elles-aussi, placés sous la protection de la Lune Bleue. Après tout, elles étaient les sœurs de Moony, d'une fée bleue. Il eut un sourire, rigolant à leur réaction, arrachant parfois un rire, surtout lorsqu'elles parlaient toutes à l'unisson. Cela donnait un petit effet qu'il trouvait marrant, renforçant ainsi son idée autour des sœurs de Moony. Puis elles étaient toutes blondes. Il ne pouvait pas s'empêcher de les détailler, de les observer, de les regarder avec de grands yeux. Il n'en avait jamais vu, si ce n'est l'une des femmes que son frère gardait jalousement dans son harem. Cela faisait son petit effet sur le petit Djinn qui était venu à Londres pour trouver l'amour de sa vie. L'exotisme ne l'effrayait pas, bien au contraire. Ça l'attirait. Il était tellement curieux, il était tellement ouvert d'esprit, que ses goûts en matière de femmes étaient diverses et variées. Il savait qu'il ne trouverait pas l'amour parmi l'une d'elles, mais l'idée de s'amuser avec l'une d'entre elles si jamais l'une d'entre elles le lui demandait lui traversa l'esprit, et il se surprit presque à trouver l'idée alléchante. Il eut un sourire, baissant son regard, se promettant alors qu'il prierait pour cette pensée déplacée.

Enfin, lorsqu'elles le menèrent sur la fameuse colline à tête chauve, il se figea, n'osant pas la gravir. Il y avait une énergie qui le prit au cœur, l'étouffant presque. C'était la première fois qu'il voyait un point aussi concentré en énergie féérique, qu'il semblait en perdre ses mots. Il ne capta pas tout de suite ce qu'elles lui racontèrent à propos de cette endroit. À ses yeux, l'endroit n'était pas comme elles, elles le voyaient. L'herbe était bleuté, comme celle de Byzance, alors que tout l'herbe qu'il avait vu autour de leur manoir était d'un beau vert. La pierre, le sol était sombre, mais puissante, dégageant un magnétisme si intense que tout son corps souhaitait s'unir à lui, pour écouter la terre parler. La poussière qui virevolté sous les pas des soeurs McGill Fhaolain était d'un jolie bleu clair. La brise était énergisante, il se sentait revigoré. C'était plus intense, plus vivant, plus puissant que l'atmosphère de Byzance. Il ne comprenait pas réellement ce qui se passait en lui.

Imran, qui commençait à gravir la colline pour en arriver au bout, regarda les sœurs de Moony s'activaient lorsque le troupeau s'agita. Il ne comprit rien de ce qu'elles racontèrent, car elles parlaient trop vite, et trop bruyamment pour que son maigre anglais ne pouvait comprendre. Il les vit partir en courant, regardant Siobhán et les petites jumelles restaient à côté de lui. Il leur fit un sourire, avant de s'agenouiller au sol, posant sa main sur la pierre. Il ferma doucement ses yeux, sentant vibrer la pierre à son contact. C'était la première fois qu'il sentait son côté féérique s'exprimait ainsi. Il ré-ouvrit les yeux, regardant les petites jumelles avec un sourire, et il leur dit alors : « Venez me voir, donnez moi la main. » Il leur tendit sa main avec un bon sourire, avant de sentir leurs petites mains dans le creux de la sienne. Il referma délicatement ses doigts dessus, avant de fermer les yeux, sa respiration se stoppa.

Aussitôt, une douce lumière jaillit d'Imran. Une lumière bleutée, tintée d'un orange particulièrement chatoyant comme s'il n'était pas clairement définissable. Ses tatouages visibles sur son bras gauche et son cou, sur le côté droit, s'illuminèrent faiblement, dans une chaude lumière dorée. La lumière se concentra d'abords délicatement dans sa main qui tenait celles des jumelles, puis plus intensément, jusqu'à ce qu'il ouvre les yeux. D'un coup, la lumière déferla sur toute la colline comme un halo, pénétrant les jumelles, puis Siobhán. L'espace d'une dizaine de minutes, elles virent ce qu'il voyait de l'endroit. Tout semblait tout droit sortit d'un plan qui leur était fermé habituellement. Autour d'eux, la végétation semblait changée. L'air qui leur caressait le visage était à la fois doux et chaud. Les fleurs se balançaient gaiement au grès de la petite brise, alors que des papillons d'une intense couleur bleue voletaient autour d'eux, se posant de temps à autres sur les fleurs. L'amour et la bienveillance transcendaient l'endroit, leur faisant ressentir alors des choses que seul lui pouvait ressentir tout à l'heure. Ici, la Lune bleue avait béni Moony, et leur mère, bénissant ainsi toute sa famille, et toutes les personnes qui seraient chères au cœur de Moony.

Imran ne broncha pas, ne bougeant pas d'un pouce. Il resta là, agenouillé, lâchant leurs mains pour qu'elles profitent de l'endroit. De temps à autres, des petites lumières s'élevaient des fleurs, leur caressant la peau pour se perdre dans leurs chevelures dorées, qui se tintés faiblement de bleue. Il eut un sourire. C'était comme s'il était en accord avec la terre-mère, et même si c'était quelque chose que son peuple ne faisait plus, ayant définitivement tourné leur vie vers Allah, il ne se sentait pas impur, en désaccord avec son Dieu. C'en était même tout le contraire. Il savait qu'elles ressentiraient ce même état d'amour, de bienveillance, et d'apaisement dans lequel il était. Imran se releva doucement, et tout cessa enfin. Il souffla, comme en paix avec lui-même, un sourire sur ses lèvres. Il caressa les cheveux des petites avant de s'approcher de Siobhán, murmurant tout bas : « Comment tu fais pour aimer un Vampire ? Est-ce qu'il est bon avec toi ? Est-ce qu'il se nourrie de toi ? Ma première impression fut de penser que tu étais contrainte, que vous l'étiez tous, qu'il faisait son propre troupeau... Puis Jinan m'a dit que c'était son grand-père... Et enfin, j'ai vu des sentiments dans ses yeux alors que je pensais ça impossible. Les Vampires sont mauvais, tu sais. Je te dis ça, parce que je m'inquiète, et qu'ils... Enfin, tu dois le savoir tout ça. » Il parlait trop, mais il ne voulait pas que les petites entendent. Il reprit, sur un ton d'excuse. « Ca ne me regarde pas, je sais... Mais, c'est bizarre. Les vampires ne sont pas bien vus par mon peuple, je pensais que les sorciers ne les aimaient pas non plus. » Il leva un regard vers Siobhán. Il n'y avait rien de mauvais qui s'exprimait dans les traits du jeune frère du Sadrazam, si ce n'est de l'incompréhension. Lui, on lui avait dit ce qu'était réellement un vampire. Mais il n'avait que la version des traqués. Enfin, une version qu'on lui avait dit universelle. C'était ça qu'il ne comprenait pas. Puis, il semblait vraiment ressentir des choses, et être bienveillant avec la famille de Muadhnait. C'était vraiment étrange. Il voulait comprendre. Il le voulait, car la famille de Moony était la sienne, c'était comme ça qu'il le voyait, maintenant. Elle serait la femme de son frère Jinan, elle serait de sa famille, elle était sa famille. C'était son devoir de veilleur sur elle, elles.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Sam 2 Nov - 13:06


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
Aileen gardait Jinan serré contre son coeur tandis qu'il parlait. Les larmes venaient tout naturellement comme elle s'y était attendue. Il était vrai que les hommes du clan ne pleuraient pas sinon dans la solitude ou sur les genoux de leur épouse dans l'intimité. Mais Jinan était une telle boule de nerfs et de frustration qu'il ne pouvait pas faire autrement. Personne n'aurait pu contenir un tel flot.

Il ne parlait qu'à demi-mot mais cela n'empêchait pas Aileen de comprendre qu'il y avait quelque chose de réellement grave là dessous. Ce n'était pas qu'une histoire de quitter le nid mais ce n'était pas à elle d'aborder le sujet. Moony le ferait quand elle serait prête.

Doucement, Aileen frotta le dos de Jinan pour le réconforter puis elle finit par le laisser s'échapper pour chercher un peu de solitude. Quand on vivait a vingt, fut-ce dans un château, on connaissait la saveur de chaque petit moment de tranquillité.

***

« Siobhán préfèrerait que je lui crève le cœur plutôt qu'elle ne se mette à lire. »

Moony eut un petit sourire chafouin :

« T'es un vampire ou quoi ? »

La dernière fois qu'ils avaient parlé de ses dons, Moony lui avait plus ou moins interdit de s'en servir pour séduire sa soeur et là, voilà qu'elle l'encourageait à les utiliser. Elle eut une petite mine d'excuse adorable.

« C'est pour une bonne cause là... »

Elle le regarda aller se mettre à la fenêtre.

« Elle est si chaude... », pendant une fraction de seconde Moony pensa "oh non, mais pourquoi..." puis Emir poursuivit.... « Plus qu'une simple humaine. Puis... Elle a dans son regard une passion et une fougue que je n'avais jamais vu chez une femme. Un de ces regards qui te prend les tripes, et... Elle en fait ce qu'elle veut. »

Moony sourit. Elle aimait le voir amoureux. L'amour chez lui semblait différent de ce qu'elle avait pu voir chez d'autres hommes. Un peu à la manière de ce qu'elle avait pu voir chez Jinan quand ils étaient à Byzance mais d'une autre façon. Quand Emir parlait de Siobhán, c'était comme s'il parlait de l'air qu'il respirait, comme s'il parlait d'une divinité qu'il aurait pu toucher et adorer pour l'éternité entière. C'était à la fois terrifiant cette façon qu'il avait de l'aimer et très beau. C'aurait sans doute été trop pour la plupart des femmes mais Siobhán semblait avoir appris à faire avec, à le réfréner autant qu'à le laisser faire.

« Je suis à ses pieds. Mais je vais tenter de lui expliquer ce que tu viens de me dire... Peut-être qu'elle voudra le faire pour moi. Je veux pas.... Je ne veux surtout pas être obligé de la transformer. »
« Siobhán est peut-être un peu barbare à sa manière et peut-être qu'elle ne te le dira pas mais je pense qu'il n'y a rien qu'elle ne ferait pas pour toi Emir, même pas lire... », répondit Moony, plus sincère que jamais.

« Je me force à croire que je préfèrerais la voir mourir de vieillesse que de la transformer, mais... Mais tout mon corps me dit de faire le contraire. J'ai envie de la posséder, de la faire mienne à tout jamais. »

Il revint près d'elle, posant sa tête sur son épaule, tout aussi perdu qu'elle. Moony passa son bras autour de ses épaules et sa tête blonde sur la sienne.

« Seulement... Moi, j'ai des chances de la dénaturer. Toi... Non. »

Elle savait qu'il avait raison. Combien de fois Siobhán était revenue la mine décomposée pour leur raconter des histoires de ghoules et de gamins accro au V. C'était de sales histoires qui se finissaient toujours mal. Emir ne pourrait jamais se le pardonner si Siobhán devait se retrouver de l'autre côté de la baguette, probablement face à Ansgard, à la suite d'une transformation ratée. Ça n'avait aucune chance de lui arriver à elle avec la potion des djinns.

« Oublie ce que je viens de dire. »
« Non tu as raison. », opposa-t-elle doucement. Elle baissa les yeux sur ses genoux et Emir s'éloigna pour aller s'asseoir dans le vieux fauteuil. « Siobhán est au courant de ce qu'elle risque. Je ne sais pas si elle te parle souvent de ce qu'elle fait chez les aurors mais parfois c'est vraiment pas joli. Parfois, j'aimerai être un peu plus comme elle. Siobhán a toujours l'air de savoir ce qu'elle veut et elle a toujours le courage d'aller jusqu'au bout si c'est vraiment important. Moi ça me prend toujours plus de temps, il faut que je pèse le pour et le contre et le plus souvent ça n'aide en rien et je reste dans l'indécision.»


 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Sam 2 Nov - 14:59


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
Siobhán gardait un oeil sur ce qui se passait avec le troupeau, secouant la tête d'un air désapprobateur. Ce n'était pas faute d'avoir une meute de chiens parfaitement bien dressés mais les moutons s'affolaient d'un rien. Elles se seraient donné bien moins de peine à recadrer tout ça avec un dragon.

Rhona et Blair elles n'étaient pas si préoccupées parce qui se passait en contrebas. Elles s'amusaient à se souffler au visage les aigrettes des pissenlits et leur jeu se ponctuait de petits rires aux anges. Ce n'est que lorsqu'Imran s'accroupit et leur demanda de venir qu'elles se calmèrent et vinrent lui donner la main en toute sérénité. Les petits bouts de chou avaient tout de ces chérubins qu'on voyait sur les cartes de voeux à noël. Les boucles blondes aussi claires que celles de Moony qui avait gardé sa couleur de l'enfance, les cheveux tous fins, les joues rosées et bien rebondies, un petit nez irlandais et les yeux toujours rieurs. Leurs petites figures poupines tournées vers Imran, elles avaient l'air d'attendre quelque chose d'extraordinaire.

Siobhán posa un oeil sur cette drôle de scène sans bouger d'un pouce. Tout doucement, le paysage autour d'eux commença à se transformer. Une lumière de bleu et d'orange mêlés se dégager des mains du djinn puis de ses tatouages et alors ce fut comme si elles avaient été transportées en Faerie. Les petites n'avaient semble-t-il aucun mal à en croire leurs yeux et très vite, elles courraient parmi les papillons dans l'herbe qui leur paraissait naturellement bleue. Siobhán elle, qui n'avait plus son âme d'enfant, en resta quelques secondes interdites. Elle n'avait jamais rien vu de si beau même si, comme elle ne connaissait ni ne maîtrisait rien, elle avait un peu tendance à rester sur ses gardes mais elle laissa profiter les petites qui étaient vraiment ravies.

Dans ce décor féérique, même si elle ne pouvait pas s'en rendre compte, elle ressemblait plus à ce dragon qui avait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui, ses yeux bleus fendus d'une pupille de saurien se retournèrent vers Imran. Elle était posée et tranquille malgré tout.

« Comment tu fais pour aimer un Vampire ? Est-ce qu'il est bon avec toi ? Est-ce qu'il se nourrie de toi ? Ma première impression fut de penser que tu étais contrainte, que vous l'étiez tous, qu'il faisait son propre troupeau... Puis Jinan m'a dit que c'était son grand-père... Et enfin, j'ai vu des sentiments dans ses yeux alors que je pensais ça impossible. Les Vampires sont mauvais, tu sais. Je te dis ça, parce que je m'inquiète, et qu'ils... Enfin, tu dois le savoir tout ça. Ca ne me regarde pas, je sais... Mais, c'est bizarre. Les vampires ne sont pas bien vus par mon peuple, je pensais que les sorciers ne les aimaient pas non plus. »

Siobhán laissa passer un long long silence avant de répondre. Ces questions elle y était sans cesse confrontée, que ce soit dans le regard d'Ansgard, son chef et meilleur ami, dans celui de Kaprice parfois. Même dans celui de ceux qui ne savaient pas.

« J'ai connu beaucoup d'hommes. Des violents, des buveurs invétérés, des connards de toute espèce. Ça n'a jamais duré. J'en ai connu de bons aussi mais ça n'a marché avec aucun. Les gens sont très superstitieux par ici, ils ont fini par croire que j'étais maudite et qu'il valait mieux me laisser avec mes dragons. Pas tous bien sûr, mais certains. Émir lui n'a jamais eu peur de ça. Au début j'étais comme toi, je l'ai rejeté, je le trouvais monstrueux, j'ai même essayé de le tuer parait-il. Il a travaillé dur pour me convaincre tu sais. Il aurait pu me contraindre. Ça aurait été facile mais il ne l'a pas fait. »

Elle retourna son regard vers le château où Fluffy dormait, enroulé autour d'un chêne séculaire.

« Les "monstres" ne sont pas toujours ceux qu'on croit... »




 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Mar 5 Nov - 14:27


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Le temps qu'elle mit à lui répondre lui permit de passer plus de temps à la regarder. Sous cette lumière, elle montrait un visage particulier, presque reptilien. Sûrement ses yeux... Ses yeux avaient quelque chose de terrifiant, mais en même temps, ils étaient beaux. C'était quelque chose d'exceptionnel. Imran était content d'être là. Voir toutes ses choses qu'il n'aurait probablement jamais vu en restant à Byzance, lui firent chaud au cœur, comme si indirectement, on lui confirmait qu'il avait eut raison d'avoir fait ce choix-là. Siobhán était très belle, peut-être même la plus belle de toute la fratrie McGill Fhaolain. Elle avait quelque chose d'à la fois fragile, mais forte, et d'impériale. Elle aurait pu faire une magnifique reine dans d'autres temps, et il était persuadé que l'or lui irait particulièrement bien. Il esquissa un sourire. Imran n'avait pas voulu la blesser, ni quoique ce soit d'autres. Il était juste curieux, et là, il y avait matière à l'être. Être amoureuse d'un Vampire c'était quelque chose de très peu commun. Du moins, réellement. Elle, elle l'était vraiment, il l'avait vu dans son regard lorsque le grand-père Jawhari était entré dans la pièce. Au final, l'amour semblait être encore plus puissant qu'il ne l'aurait pensé un jour. Pouvoir naître dans une créature aussi malfaisante que l'était les Vampires... C'était un message d'espoir pour des jours meilleurs. Imran l'espérait, il le croyait. C'était un utopiste.

« J'ai connu beaucoup d'hommes. Des violents, des buveurs invétérés, des connards de toute espèce. Ça n'a jamais duré. J'en ai connu de bons aussi mais ça n'a marché avec aucun. Les gens sont très superstitieux par ici, ils ont fini par croire que j'étais maudite et qu'il valait mieux me laisser avec mes dragons. Pas tous bien sûr, mais certains. Émir lui n'a jamais eu peur de ça. Au début j'étais comme toi, je l'ai rejeté, je le trouvais monstrueux, j'ai même essayé de le tuer parait-il. Il a travaillé dur pour me convaincre tu sais. Il aurait pu me contraindre. Ça aurait été facile mais il ne l'a pas fait. » Maudite, disait-elle ? Non... Non. Il ne ressentait rien de noir en elle. Elle était pure. Son cœur l'était, tout du moins. Il avait levé la main, comme pour lui effleurer le bras, mais il se retint. Imran baissa alors le visage, souriant sincèrement. « Les "monstres" ne sont pas toujours ceux qu'on croit... » Imran suivit son regard, et lorsqu'ils se posèrent sur le Dragon.

Imran reposa son regard sur Siobhán, l'air visiblement inquiet pour sa santé mentale, puis il sourit. Jinan lui avait expliqué dans quel branche les faeries étaient répertoriés, et c'était aussi dégradant que l'était le Dragon, une des créatures des plus puissantes, des plus sauvages, et des plus terrifiantes de ce monde. Des créatures, en d'autres termes des monstres soumis à des lois qui leur étaient propres. C'était dégradant pour Imran, ce que Jinan comprenait et pensait. Ils étaient tous frères devant Dieu, car au final, ils n'étaient que les descendants de ses propres enfants. Finalement, il entoura Siobhán de ses bras avant de lui dire : « Tu as raison, Siobh... Siob... » Il retire ses bras, levant ses mains à la hauteur de ses lèvres, les yeux bloqués sur un élément du décors. Imran n'arrivait pas à prononcer son prénom. « ... Soeur de Moony. » Il haussa les épaules, désolé. « Si tu as ton bonheur, ta Lumière, alors tu ne dois pas être gêner de l'aimer. Puis, c'est le Papi de Jinan, ça peut qu'être quelqu'un de bien. » Ajouta-t-il, comme pour clore la discussion. Il posa son regard sur elle, lui faisant un sourire chaleureux, un de ses sourires dont il semblait être souvent animé. La magie féérique se dissipa peu à peu, laissant une douce poussière bleutée sur leur peau. Les petites étaient magnifiques. Imran leur caressa les cheveux avec un sourire, se penchant vers elle, pour leur parler. Siobhán savait alors quel personne Imran était : Quelqu'un de bon.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Mar 5 Nov - 21:11


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
A l'observer sans en avoir l'air, Siobhán se rendait bien compte qu'Imran était quelqu'un de spontané qui disait probablement ce qu'il pensait et poser les questions qui l'effleuraient tout naturellement, sans envisager qu'elles puissent être mal reçues. Quelque part ça lui rappelait assez Moony dans sa période "pourquoi", quand elle se lever le matin et jetait son dévolu sur la première personne qu'elle voyait pour lui coller aux basques toute la journée à trottiner derrière elle pour lui poser les questions existentielles qu'on se pose entre trois et cinq ans. Parfois Siobhán regrettait ce petit bout de chou minuscule avec sa bouille d'ange, puis elle regardait sa petite soeur et se disait que finalement, elle n'avait pas tellement changé depuis.

C'était le même regard bienveillant que Siobhán posa sur la main qu'Imran avait une seconde envisagé poser sur elle en signe de réconfort. Il n'en ferait rien. Sans doute parce qu'il ne la connaissait pas encore suffisamment pour cela. Et puis, elle pouvait comprendre qu'il ait quelques appréhensions à son égard compte tenu de sa relation avec Emir.

Au loin, le troupeau rentrait en ordre de marche, bien encadré par les chiens de Saoirse. Finalement, Imran se ravisa et la prit dans ses bras. Siobhán resta interdite une seconde puis se détendit. Tout finissait bien tout compte fait.

« Tu as raison, Siobh... Siob... »

Siobhán le regarda faire et sa bille de clown la fit éclater de rire. Il n'arrivait pas à prononcer son prénom. Parfois elle se demandait s'il y avait une seule langue sur terre pour laquelle cette prononciation venait tout naturellement. En dehors du gaélique bien sûr.

« ... Soeur de Moony. », se rattrapa-t-il

Le rire de Siobhán était haut, clair et franc. Il aurait pu fracasser des montagnes ce rire, même sans être tonitruant.

« C'est rien. Même mon meilleur ami ne sait toujours pas le prononcer correctement. Au boulot il m'appelle Fionna alors... ça se prononce Shé-vaune. Mais sinon Fionna ou "soeur de Moony" c'est ok pour moi. »

Elle haussa les épaules, visiblement pas vexée pour un sous. Elle et Saoirse étaient régulièrement confrontées au problème.

« Si tu as ton bonheur, ta Lumière, alors tu ne dois pas être gênée de l'aimer. »
« Ça ça n'arrivera jamais. », répondit-elle, confiante.

La seule chose qui la mettait quelque peu mal à l'aise c'était sa propre réaction lorsqu'il lui demandait de boire son sang. Ce n'était même pas à cause de tous les junkies accro au sang qu'elle croisait dans les petites ruelles sombres. C'était juste ... se retrouver incapable de s'arrêter d'elle-même, réclamer un peu une fois que c'était fini, perdre le contrôle en somme et un peu de sa dignité mais ça c'était quelque chose qu'elle ne partageait qu'avec Émir.

« Puis, c'est le Papi de Jinan, ça peut qu'être quelqu'un de bien. »

Elle sourit tendrement, tandis que Rhona commençait à minauder pour avoir les bras d'Imran. Les jumelles étaient de vraies spécialistes en mimique à croquer et visiblement, le djinn n'était pas avare de gentillesses.

« Il fait vraiment de son mieux avec tout le monde. C'est important pour lui d'avoir une "famille". », répondit simplement Siobhán en avisant Aoibheann qui lui faisait signe en contrebas. « Je crois qu'il est temps de rentrer. Allons voir si ce pauvre Jinan a survécu à l'interrogatoire-vaisselle de maman ! », proposa-t-elle avec un clin d'oeil.

***

Siobhán s'assit tout doucement sur le lit de Moony. Quelques mois auparavant, les Mc Gill Fhaolain auraient poussé des cris d'horreur en découvrant leur petite dernière adorée blottie dans les bras de ce qui avait tout l'air d'un cadavre. Même Siobhán avait mis un petit moment à s'y faire. Au début, elle se réveillait en plein milieu de la nuit et secouait Emir comme un prunier de peur qu'il ne soit vraiment mort. Aujourd'hui, elle souriait posant une caresse sur le front de Moony. Il lui sembla qu'elle avait un peu de fièvre, ou peut-être était-ce elle qui avait fini par prendre l'habitude de la peau glacée d’Émir.

« Gros chagrin ? », devina-t-elle à les voir tous les deux.

Emir ouvrit les yeux. Elle savait qu'il ne dormait pas même s'il avait perdu ce petit quelque chose qui lui donnait l'air d'être si... humain.




 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Jeu 7 Nov - 14:45


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 175
avatar
Emir
« Il fait vraiment de son mieux avec tout le monde. C'est important pour lui d'avoir une famille. » Imran croisa le regard de Siobhán avec une profonde tristesse, malgré un sourire sur ses lèvres. La famille avait toujours été un sujet tabou pour lui. C'était quelque chose dont il ne parlait jamais, même s'il n'avait jamais ressenti une quelconque pointe de jalousie pour les autres qui en avaient réellement une. Le fait d'avoir vu ses parents s'éteindre aussi simplement que l'on éteint une bougie l'avait profondément traumatisé au plus profond de lui, et c'était depuis ce jour-là, quelque chose qui l'avait toujours mis mal à l'aise. Il n'aimait pas en parler, ni que l'on prononce ce mot en sa présence. Imran n'avait eut que son frère, Rohan, qui, par la force des choses, lui avait aussi servi de Père et de Mère. Rohan était tout pour lui, c'était à la fois le grand frère avec qui il avait grandit, mais aussi l'autorité d'un père, celui qui vous dit quoi faire, comment vous comportez, et qui n'hésitera pas à vous en mettre une si vous vous éloignez un peu trop du chemin qu'il vous a tracé, et enfin la tendresse d'une mère, lorsque les pensées sont bien trop sombres pour être garder, qui vous rassure et vous prend dans ses bras lorsque la nuit vous ne trouvez pas le sommeil. C'était quelque chose qui éveillait tant d'émotions en lui, qu'il préféra ne rien dire, voyant Emir d'un nouvel angle. Il comprenait donc pourquoi Jinan n'avait aucune crainte lorsqu'il le voyait, n'hésitant pas à aller mettre son cou en évidence. Emir ne le mordrait jamais.

« Je crois qu'il est temps de rentrer. Allons voir si ce pauvre Jinan a survécu à l'interrogatoire-vaisselle de maman ! » Elle lui fit un clin d’œil, et toutes ses obscures pensées s'en allèrent aussi vite que le mot famille avait emmené en lui. Elle était sacrément jolie, quand même. Moony avait de sacré sœurs. Il lui rendit son clin d’œil par un sourire, sentant alors que désormais, leur relation serait tout aussi normal qu'elles l'étaient avec le reste de ses sœurs. Imran se demandait bien ce qu'était qu'un interrogatoire-vaisselle, mais il ne lui posa pas la question de peur de se faire encore vanner. Il était tellement ignorant, pensa-t-il, que même lui, ça le faisait rire, quand il y pensait, car il savait que si Moony, ou une autre personne venait à Byzance pour leur poser des questions sur leur culture, ou sur les mots qu'ils employaient, il serait pareil. Imran respira profondément, avant de s'amuser avec les petites, sur le chemin du retour, faisant jaillir de temps à autres des petites boules lumineuses de ses mains pour les faire tourner autours d'elles, et en feignant des les rattraper, en se jetant par terre.


(...)

« Gros chagrin ? » Emir ouvrit les yeux, et aussitôt, toute la couleur qu'il n'avait plus sous cet air cadavérique qu'il prenait lorsqu'il se reposait, revenait sur ses joues, ses yeux, et ses lèvres comme si on venait de lui lancer un pot de peintures. Il posa son regard sur Siobhán, un petit sourire se dessinant sur ses lèvres. Elle était magnifique. Il se redressa quelques instants, se frottant les yeux, tout en regardant Muadhnait qui dormait poing fermé. Il sourit, lui répondant alors : « Oui. Et pour tout te dire, je comprends réellement ce qu'elle ressent. » Il lui caressa le front, comme s'il s'agissait à lui aussi, de sa petite soeur, continuant alors : « Mais je me mets à la place de Jinan, et je me dis que ça doit être... Non, c'est la pire situation qui puisse arriver dans un couple. » Il leva son regard vers Siobhán, tendant ensuite sa main vers son visage pour l'amener près du sien. Emir déposa un baiser, avant de se lever pour s'étirer. S'ensuivit un concert de craquement d'os de toutes ses articulations, même à des endroits dont on ne soupçonnait rien. Il eut un sourire, s'approchant de la fenêtre. « Bientôt à son zénith. » Il tira le rideau pour se préserver de la lumière du Soleil, et se retourna vers Siobhán.

« Tu sais... La discussion dont on parlait l'autre fois, sur les Dragons, sur l'effet physique - à tous les niveaux - Souligna-t-il, avec un regard brûlant. j'aimerais vraiment que tu t'y intéresses, car il semblerait que leur magie puisse aller là où les règles de la nature ne peuvent aller, sans pour autant briser un quelconque équilibre entre les deux forces. » Il eut un sourire, repensant à Moony qui lui avait très justement fait remarquer qu'il était un vampire, et qu'il n'avait qu'à la contraindre. « Moi aussi, je dois faire un choix, que toi, tu as déjà pris. Mais s'il y avait une autre alternative, un autre destin possible, je prendrais ce chemin sans hésiter une seule seconde. » Emir contourna le lit, lui prenant son visage de ses deux mains avant de déposer ses lèvres sur son front. Il sourit, avant d'attirer son visage contre son torse. « Je suis prêt à donner mon immortalité pour vivre avec toi, pour vieillir avec toi, et pour avoir des enfants avec toi. Quitte à devenir un... Un moldu, je crois, à tes yeux, je le ferais sans hésiter une seule seconde. » Il la serra doucement, lui caressant les cheveux avec tendresse. Pour Emir, c'était hors de question de la transformer. Mais si la magie draconique n'y pouvait rien, alors... Alors, il le ferait.


uc.
 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Ven 8 Nov - 10:09


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 119
avatar
Siobhán Mc Gill Fhaolain
Emir reprit des couleurs. C'était comme s'il y avait un interrupteur pour lui rendre la vie et lui faire abandonner cette apparence de cadavre que Siobhán n'aimait pas mais à laquelle elle avait fini par s'habituer. Si seulement, pensa-t-elle.

« Oui. Et pour tout te dire, je comprends réellement ce qu'elle ressent. »

Siobhán fronça les sourcils. Elle n'était pas au courant de ce qu'ils s'étaient dit ni de ce qu'il se passait de si terrible entre Jinan et Moony. Ils étaient ensemble, tout aurait dû être parfait. Surtout au début. Emir couvait sa petite soeur du regard comme elle, aurait pu le faire. Il était vraiment super avec elle, depuis le début. Il se leva sans la réveiller, s'étirant de tout son long pour délasser son corps.

« Tu sais... La discussion dont on parlait l'autre fois, sur les Dragons, sur l'effet physique - à tous les niveaux - »
« Mh ? », la première fois qu'ils en avaient parlé elle était trop absorbée par ce qu'il se passait chez Emir pour vraiment écouter. Les gens se faisaient des légendes sur les dragons, de toute sorte. Certaines avaient un fond de vérité mais la plupart...
« ... j'aimerais vraiment que tu t'y intéresses, car il semblerait que leur magie puisse aller là où les règles de la nature ne peuvent aller, sans pour autant briser un quelconque équilibre entre les deux forces. »

Il vint poser un baiser sur ses lèvres et instantanément elle se mit à sourire, comme si c'était sa réaction naturelle à ce geste de tendresse.

« Moi aussi, je dois faire un choix, que toi, tu as déjà pris. Mais s'il y avait une autre alternative, un autre destin possible, je prendrais ce chemin sans hésiter une seule seconde.»
« Jinan a demandé à Moony de changer... », finit-elle par comprendre compte tenu des révélations qui avaient été faites au petit déjeuner. Siobhán ne posa pas plus de questions. Ça l'étonnait de Jinan mais ce n'était pas le sujet de la conversation.
« Je suis prêt à donner mon immortalité pour vivre avec toi, pour vieillir avec toi, et pour avoir des enfants avec toi. Quitte à devenir un... Un moldu, je crois, à tes yeux, je le ferais sans hésiter une seule seconde. »

Elle sourit à nouveau et passa ses bras dans une caresse douce. Ses mains étaient chaudes et douces malgré les mauvais traitements qu'elle leur faisait subir en courant avec ses dragons.

« C'est important pour toi, pour nous. Je m'y pencherai. »


***

Lorsque Moony ouvrit les yeux, il était tard dans l'après midi. Emir n'était plus là. La petite blonde s'essuya le visage avec le revers de sa manche et se releva. Ses yeux étaient rouges comme toutes les fois où elle pleurait. Elle accrocha un sourire à ses lèvres et descendit. Il était grand temps de rentrer.

Elle trouva Jinan et Imran avec les petites de Saoirse et les garçons d'Aoibheann.

« On y va ? J'aimerai bien passer prendre deux trois trucs à mon appartement. On pourra revenir plus tard. », promit-elle plus pour Imran qu'autre chose. Jinan savait qu'ils reviendraient vite, comme toujours.

Les jumelles essayèrent de les convaincre de les amener avec eux mais c'était peine perdue. Une fois qu'ils eurent dit au revoir à tout le monde, il suffit d'un battement de cil et ils retrouvaient la grisaille de Londres. Il pleuvait et tout le monde se précipitait dans les rues. Les parapluies étaient de sortie, mettant des couleurs dans le gris du béton.

« On prend le magicobus ? J'ai encore des tickets ! », proposa l'écossaise dans l'idée de faire découvrir des trucs à Imran.

C'est ainsi qu'ils se retrouvèrent à attendre à l'abri d'un parapluie magique, à attendre le fameux bus. Dans les cinq minutes qu'il fallut au bus pour venir les chercher, ils virent passer des dizaines de personnes devant eux, qui ne leur prêtèrent aucune attention contrairement à Imran qui avait un commentaire pour presque tous...[/color]




 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Sam 9 Nov - 13:14


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
« C'est important pour toi, pour nous. Je m'y pencherai. » Emir lui redressa alors le visage, lui embrassant le bout du nez, puis ses lèvres, avant de poser son front contre le sien. Il sourit, avant de poser sa bouche dans son cou, lui mordillant la peau, témoignant plus une envie de jouer qu'une réelle envie de la mordre. Il lui murmura tout bas : « Oui, c'est très important pour moi... Mais ça l'est encore plus pour nous deux, Siobhán. Si je peux te faire mienne devant n'importe quel église, ce sera probablement, le plus beau cadeau que tu puisses me, nous faire. » Il la serra contre lui, puis, il la tira en dehors de la chambre, pour laisser sa sœur dormir tranquillement dans les bras de Morphée. Elle était jeune, très jeune, elle n'avait aucune expérience de la vie, et la voilà déjà confronter à la mort prochaine des siens. Comme si à son âge, on était censé y penser. Elle avait peut-être vingt ans, mais aux yeux d'Emir, elle en aurait probablement toujours seize. Il se souvenait alors de la première fois où ils s'étaient parlés. Il se souvenait du pourquoi, et il se souvenait aussi de sa candeur qu'elle avait arboré quelques secondes dans son rôle de demoiselle d'honneur lorsqu'elle était rentrée en compagnie de sa sœur dans l’église. Emir embrassa Siobhán sur la joue, avant de refermer la porte derrière eux, souhaitant à Moony tout le bien que l'on pouvait souhaiter à une personne qui vous ait chère.


(...)

La matinée avait bien avancée, et rapidement, Imran et Jinan se retrouvèrent à table, pour le repas du midi. Un regard interrogateur vers Emir et Siobhán pour savoir où se trouvait Moony, ils leur expliquèrent brièvement et sans donner de détails ce qui s'était passé, et qu'elle dormait à présent. Imran croisa le regard de Jinan comme pour lui témoigner son soutient silencieusement, mais cela ne suffit pas à Jinan pour baisser le regard, la mort dans l'âme. Le repas s'était passé sans encombre, Jinan évitant à Imran de manger certaines choses, bien qu'Aileen ait fait en sortes que chacun des plats puissent être manger de tous. Emir avait longuement regardé Imran, se demandant pourquoi il lui était si familier. Jinan avait sourit lorsqu'Emir lui avait demandé comment c'était passé leur vacance, et il avait alors dit ce qu'ils avaient fait durant ces vacances, sans pour autant trop en dire. Emir eut un petit sourire joueur, se mordant la lèvre, en imaginant très bien ce qu'il ne leur raconta pas. Imran manqua à plusieurs reprises de vendre la mèche, mais les coups de pieds de Jinan suffire à le faire taire, malgré ses regards lourd de reproches alors qu'il se massait les tibias. Au final, le repas se passa sans encombre, malgré les regards fuyant de Jinan lorsqu'il croisait le regard d'Aileen, et une furieuse envie d'aller lever Moony, pour partir.

Enfin, le repas fut terminé, et ils se retrouvèrent dans le salon à jouer avec les enfants du clan. Imran était comme un fou, n'hésitant à se mettre par terre, utilisant sa lumière pour faire rire ou captiver les enfants. Jinan eut un sourire tendre, en le regardant ainsi faire. Il avait quelque chose de profondément bon en Imran, qu'il n'avait jamais vu chez personne. Quelque chose qui le rendait à la fois candide, naïf, mais pourtant si fort, si lumineux. Jinan était persuadé qu'il finirait par trouver sa propre lumière, et à fonder sa propre famille. Imran avait un petit truc qui semblait plaire aux enfants. Peut-être le fait que malgré ses trois cent cinquante-six ans, il n'hésitait pas à se rouler au sol et à faire le pitre ? Jinan finit par le suivre dans ses conneries, allégeant alors son coeur de toute tristesse, ce qui ne devait pas à manquer aux regards de la Matriarche du Clan qui veillait sur lui comme si ce fut elle qui l'avait fait. Jinan se sentait entouré, et cela lui fit énormément de bien.

Puis... Muadhnait finit par descendre. Jinan releva son regard vers elle, souriant tant bien que mal. Lorsqu'il vit ses yeux, il sut de quoi elle avait parlé avec Emir, et quelque part, ça lui fit très mal. Il sentit son coeur se tordre dans sa poitrine, tandis qu'il se relevait doucement. Imran s'immobilisa, observant Moony avec un sourire, puis il fit disparaître toutes ses lumières avant de se relever.
« On y va ? J'aimerai bien passer prendre deux trois trucs à mon appartement. On pourra revenir plus tard. » Imran eut une petite moue de reproche, visiblement désireux de rester avec les enfants, mais Moony lui promit qu'ils reviendraient très vite. Il eut un sourire, embrassant les enfants comme si c'était les siens, avant de se rapprocher de Jinan. Et après un au revoir lourd et douloureux pour le fils d'Atesh, Jinan les fit transplaner quelque part sur Londres.

« On prend le magicobus ? J'ai encore des tickets ! » Imran était là, les bras levés, sentant la pluie lui mouillait le tee-shirt, le visage et les bras, tout sourire. Jinan esquissa un sourire amusé, avant de l'attirer avec eux, au lieu de rester comme un demeuré sous la pluie, comme si c'était la première fois qu'il en voyait. Ils se mirent à l'abri, tandis qu'Imran regardait les gens passaient, rigolant de leurs tenues, sans pour autant être réellement moqueur. Tout était triste, ici. Le ciel était gris, les murs de Londres étaient sales, et même le sol semblait noir, bien que pavé à certains endroits. Les gens s'habillaient de sombres couleurs, et même les rares couleurs qu'il voyait semblaient tristes. Jinan, qui avait remarqué que Moony était particulièrement distante, se rapprocha d'elle pour lui passer un bras autour d'elle, avant de poser ses lèvres sur sa joue, lui demandant alors : « Ça va ? Qu'est-ce qui ne va pas ? » Il savait. Mais il voulait la faire parler. Puis, il se remit à penser à l'idée qu'il avait eut en parlant avec Imran ce matin. Il se mordit la lèvre, serrant alors Moony contre lui, blottissant son visage contre son cou. Son cœur saignait si intensément, qu'il avait l'impression qu'il allait finir par mourir.

« Ji', ton bras. » Jinan posa son regard sur l'étrange tatouage qui était apparu à Byzance lors de la Lune bleue au contact de la main de Moony. Il se mettait à luire. Aussitôt, il se recula, observant sa petite amie avec un sourire plein d'amour, malgré la tristesse qui ne semblait plus quitter ses yeux sombres. Il secoua son bras comme si cela allait suffire à faire disparaître la lumière, lorsqu'il entendit Imran dire : « Oh lala ! Regardez-moi, ça ! Elle a un cul... Je lui rentrerais bien dedans. Même son tee-shirt mouillé ! » Jinan manqua de s'étouffer, se retournant en voyant la fille dont parlait son frère. Imran avait bon goût, cela ne faisait aucun doute. Puis, il n'avait pas tord sur ses fesses. Le tee-shirt mettait en valeur ses formes, et rapidement, il se mit à lever un sourcil, l'air appréciateur, avant d'entendre la réaction de Moony. Imran ne se démonta et rajouta, l'air rêveur, tandis que la jeune femme se mettait non loin d'eux : « I love London ! » Jinan éclata de rire, tandis qu'Imran affichait un sourire attendri, comme si son âme était enfin en paix.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Dim 10 Nov - 0:40


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
Lorsque Jinan se rapprocha d'elle Moony sembla reprendre des couleurs. Elle se blottit volontiers contre son épaule pour se faire câliner. Elle en avait besoin.

« Ça va ? Qu'est-ce qui ne va pas ? »

Elle sourit et posa sa joue contre le dos de sa main mais à peine avait-elle ouvert la bouche pour répondre qu'Imran leur coupa la chique avec son :

« Oh lala ! Regardez-moi, ça ! Elle a un cul... Je lui rentrerais bien dedans. Même son tee-shirt mouillé ! »

Mais revenons un peu en arrière...

« Je peux vraiment la garder ?!!! »

Le styliste eut un petit sourire amusé. Chez Rumplestitskin, il n'était pas rare qu'on fasse des petits cadeaux aux mannequins quand ils travaillaient bien, et Lorelei avait véritablement été fantastique ce jour-là. La nouvelle ligne pop rock candy allait faire un carton et la jeune étudiante avait gagné des places sur la liste des égéries potentielles de l'année prochaine. Mais ça personne n'allait le lui dire. On se contentait de lui offrir les tenues qu'elle avait porté pour le shoot et qui lui allait si bien et c'était suffisant pour elle.

Lorelei fila aux vestiaires récupérer ses affaires. Son cours à la fac commençait dans quinze minutes et elle ne pouvait pas se permettre d'être en retard. Pas le temps de faire la belle plus longtemps, la jeune femme ne se changea pas et se précipita dehors, son sac sur l'épaule.

Elle portait des baskets bleu électrique assorties de chaussettes amples rose fushia bien chaudes mais pas suffisamment pour compenser le minuscule short étoilé et le petit t-shirt de rien du tout qu'elle avait sur le dos. Et dehors il pleuvait littéralement des cordes. Lorelei se mit à courir, espérant pouvoir choper le magicobus à temps. En moins de cinq minutes de ce petit jogging improvisé, elle était littéralement douchée et ses cheveux collaient à son visage et à son décolleté que le poids de l'eau échancrer encore un petit peu plus jusqu'à laisser voir un petit bout de soutif vert pomme.

« Oh lala ! Regardez-moi, ça ! Elle a un cul... »

Lorelei s'arrêta, séchée. Soyons clair, ce n'était pas la première fois qu'on lui glissait ce genre de compliment et pour tout le temps qu'elle passait à la salle de gym, elle espérait bien avoir "un cul..." comme il disait. Mais généralement les mecs n'osaient pas dire tout haut ce qu'ils pensaient.

Elle fronça les sourcils se demandant quel genre de demeuré irait crier ça sur les toits et se retourna. Notre poète du dimanche était un petit bout de mec pas forcément très épais mais un peu plus grand qu'elle qui avait l'air d'un gosse devant un gros cadeau de Noël...

« Je lui rentrerais bien dedans. Même son tee-shirt mouillé ! »

A côté de lui, une jolie blonde rouge comme une tomate lui collait la main sur la bouche avec un sourire hyper gêné et un autre mec qui en restait con mais que ça n'empêchait pas de viser la marchandise devant sa copine qui, elle, n'allait pas le louper.

« I love London ! »

Lorelei éclata de rire. Le magicobus venait juste de s'arrêter. Elle le tourna le dos et monta. A quoi bon, il n'avait pas l'air bien méchant ce type après tout...

***

« Oh lala ! Regardez-moi, ça ! Elle a un cul... Je lui rentrerais bien dedans. Même son tee-shirt mouillé ! »

Moony crut s'étouffer. Elle savait Imran relativement porté sur la "chose" mais de là à ...

« Non mais ça va pas! », s'écria-t-elle en lui collant la main sur la bouche avant de regarder la fille en question avec un sourire d'excuse.

C'était typiquement le genre de fille énervante. Vous savez, celles sont plus grandes que vous et qui arrivent à avoir un joli teint dorée alors que, comme vous, elles habitent à LONDRES! LONDRES!! Le genre qui peut porter des chaussures bleues avec des chaussettes roses, un short avec des étoiles multicolore et un soutif vert et ne pas avoir l'air d'un clown. Oui oui... ce genre de filles là que même votre copain est en train de reluquer allègrement alors que vous êtes à côté :

« Ahem... », fit-elle à l'attention exclusive de Jinan, « Il est... pas d'ici. », expliqua Moony pour éviter à Imran de s'en prendre une.

« I love London ! »

Visiblement Imran n'avait pas pigé la manœuvre, heureusement pour lui, la fille se contenta de rire - parce que ce genre de filles là se doit d'être super cool en même temps qu'inaccessible - et de monter dans le bus.

« Imran, je peux te donner un conseil ? La prochaine fois qu'une fille te plait ne refais pas ça, surtout si tu espères la convaincre de sortir avec toi. Ça fait... gros pervers, tu vas les faire fuir. »

Elle jeta un petit coup d'oeil à Jinan qui montait lui aussi dans le bus et malgré elle, jeta un petit coup d'oeil à la fille qui venait de mettre ses écouteurs. Pendant une semaine passée à Byzance entourée de femmes plus magnifiques que des déesses elle n'avait jamais été jalouse et là... elle se dépêchait d'aller se coller à Jinan comme pour que tout le monde sache que c'était le sien.

Un petit regard complice à Imran et elle rajouta :

« Tu en trouveras plein des filles ici. Suffit que tu sois un peu moins... "spontané" disons. On est pas habituées à ça ici. »


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Lun 11 Nov - 21:51


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 161
avatar
Imran Misra
Muadhnait n'appréciait visiblement pas ce qu'il venait de dire, mais Imran ne l'écoutait pas. Ses yeux étaient rivés sur le cul de la demoiselle, avant de le baisser doucement le long de ses jambes, puis de le remonter vers son jolie visage qui devait alors s'inscrire profondément dans sa mémoire. Sur sa figure, on y voyait rien de mauvais. Il n'était pas mal intentionné, et ce n'était vraiment pas Imran que de mettre les gens mal à l'aise. Non, on voyait très bien qu'il était juste très vrai, et qu'il était particulièrement séduit par ses formes, et sa mise en valeur par ses petites tenues et la pluie qui lui collait ses vêtements sur sa peau. Imran rougit légèrement lorsqu'il croisa son regard, avant de la détailler une nouvelle fois. Elle portait de magnifiques couleurs qui la rendait véritablement unique aux yeux d'Imran, qui l'espace de cinq minutes ne devait voir qu'elle. Elle semblait dégager une joie de vivre, quelque chose que ses couleurs laissaient entendre. On ne voyait qu'elle sous la grisaille londonienne, et ça, c'était quelque chose qu'Imran aimait. Les couleurs étaient bonnes pour l'âme, et représentaient très facilement les états d'esprit dans lequel on était lorsque l'on faisait ses choix le matin pour la journée. « Imran, je peux te donner un conseil ? La prochaine fois qu'une fille te plait ne refais pas ça, surtout si tu espères la convaincre de sortir avec toi. Ça fait... gros pervers, tu vas les faire fuir. »

Imran leva son regard vers elle, tout en portant ses deux à son coeur, montrant alors, théâtralement, que la jeune femme lui avait prit son coeur. Jinan eut un petit rire, tandis que Muadhnait expliquait à Imran qu'il ne devait pas se comporter ainsi. Elle était outrée, et même son raclement de gorge lorsqu'elle l'avait surpris entrain de reluquer la fille aux chaussures bleues avait provoqué un petit rire de sa part. Elle était belle, Moony, quand elle prenait cet air de maman. Il esquissa un petit sourire, baissant son regard. Elle serait peut-être comme ça avec leurs enfants... Imran répondit : « Elle m'a volé mon coeur, Moony ! » Cela suffit à achever Jinan, qui ne put se contenir plus longtemps, éclatant alors dans un grand rire qui fit rire d'autres personnes autour d'eux sans savoir réellement pourquoi il rigolait. Ils montèrent dans le bus, puis s'assirent et Monny dit à l'intention d'Imran : « Tu en trouveras plein des filles ici. Suffit que tu sois un peu moins... "spontané" disons. On est pas habituées à ça ici. » « C'est justement ça qui manque ici. » Souligna Imran, tandis qu'il délogeait son regard de la jeune femme pour regarder Muadhnait. « Le seul coin de sympa que j'ai vu ici, pour le moment, c'est chez tes parents. Après, là, les gens ils sont tous mal heureux, ou alors, ils vont très vite, ne prenant pas le temps de regarder autour d'eux. Puis, t'as vu comment c'est gris, ici ! » Pour lui, cela sonnait comme la pire des insultes. Quand on sortait de Byzance et de ses couleurs toutes relevés par la blancheur des murs de la cité le jour, venir à Londres, c'était comme passé en noir et blanc.

Jinan posait son regard sur Imran, puis sur Muadhnait. Il lui embrassa la joue en lui murmurant : « Laisse-le, il faut qu'il apprenne par lui-même. » Il fourra sa main dans la sienne, avant de poser sa tête contre son épaule, réclamant son attention. Jinan avait peur que ce choix ne les sépare. Pourtant, il savait que c'était aussi le meilleur chemin pour lui de l'encourager à choisir sa propre famille. Cruel dilemme, quand on sait que sur ce coup-là, il n'hésiterait pas une seule seconde à être le pire des égoïstes. Mais son bon sens et l'amour qu'il portait à sa famille le lui en empêchait, le faisant alors agir comme quelqu'un de bon, de réfléchi, lui donnant alors un temps qu'elle se devait avoir. Mais c'était tout le contraire. Du moins, ça l'aurait été s'il n'aimait pas autant son clan. Imran qui avait posé ses pieds sur le siège en face de lui, à côté des jambes de Jinan, se redressa, et se dirigea vers la jeune femme.

« Excusez-moi, mademoiselle. » Elle avait des trucs bizarres dans ses oreilles, il n'était pas sûr qu'elle l'entende. Il lui fit un sourire, avant de lui dire : « Mon amie m'a dit que c'était pas bien ce que j'ai dis tout à l'heure, que vous aviez plus l'habitude d'être... Euh... Enfin, que vous n'aimiez pas qu'on dise tout ce que l'on pense. » Il cherchait ses mots. De plus, il avait un petit accent étrange, un de ses accents que l'on a jamais entendu dans les environs de Londres. Il était loin du pakistanais ou de l'indien que l'on entendait assez souvent dans certains quartiers de la capitale britannique. Lui, c'était autre chose, mais ça restait tout de même plein de chaleur. « Je suis pas un gros pervers... Disons que vous êtes très belle, et vous portez très bien les couleurs ! » Lui avoua-t-il avec un sourire sincère et sans arrière pensée. Imran montra le siège devant elle, et lui demanda : « Je peux m'asseoir avec vous ? » Une invitation à se connaître pour oublier tout ça ? C'était ce qu'il avait en tête. Imran conservait son sourire, tandis que Jinan tenait la main de Moony, tout en posant son autre main sur sa cuisse pour qu'elle ne bouge pas, et qu'elle le laisse faire. Jinan posa ses lèvres sur les siennes, avec un sourire amusé.


- Lookin' For Love -

This loneliness is killing me,
and heartbeats are on the rise, my peace is long lost.
Light is the flame of hope, yet, I fear the hurricane.
I hope the flame doesn't extinguish.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   
Lun 11 Nov - 23:20


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 89
avatar
Lorelei Kyle
« Laisse-le, il faut qu'il apprenne par lui-même. »

Moony eut un petit sourire. Son regard s'attarda longuement sur Jinan en même temps qu'elle se le représentait un peu plus vieux, assis dans ce même bus avec elle en train de regarder une miniature d'eux-même s'essayer à quoi que ce soit qui aurait pu faire dire ça à Jinan. Son sourire fana quelque peu au moment où elle se dit que ce ne serait probablement pas dans le magicobus et qu'avant ça il faudrait d'abord qu'elle trouve le courage de parler à sa famille. Mais juste à ce moment-là, Jinan se rapprocha d'elle, câlin et attentionné, exactement ce dont elle avait besoin.

Pendant ce temps-là, Imran jugea bon de mettre à profit les remontrances de notre écossaise pour rattraper sa boulette :

« Excusez-moi, mademoiselle. »

Lorelei ne remarqua pas tout de suite le jeune homme, ce n'est qu'en passant une main dans ses cheveux - qu'elle avait séchés d'un coup de baguette - qu'elle avisa une silhouette un peu penchée au dessus d'elle. Elle retira ses écouteurs rapidement, enlevant son sac d'à côté d'elle par réflexe. Elle lui fit un petit sourire pour débloquer la conversation, histoire de dire qu'elle n'était pas le genre de personne qui vous agresse dans le bus :

« Mon amie m'a dit que c'était pas bien ce que j'ai dit tout à l'heure, que vous aviez plus l'habitude d'être... Euh... Enfin, que vous n'aimiez pas qu'on dise tout ce que l'on pense. »

Mon dieu c'était quoi ce type ? Allons, allons Lorelei, tu vas pas commencer à le casser le pauvre il a l'air gentil comme tout, un peu demeuré mais gentil :

« Non mais y a pas de soucis. T'façon c'était plutôt flatteur...»
« Je suis pas un gros pervers... Disons que vous êtes très belle, et vous portez très bien les couleurs ! »

Lorelei éclata de rire. Elle ne savait pas d'où sortait ce type mais il était vraiment impayable à dire tout ce qu'il pensait. C'était comme s'il n'avait pas de case "analyse de situation". Un gros pervers... qui se présentait en vous disant "bonjour, je vous jure que je ne suis pas un pervers" sans se douter que ça allait tout de suite faire pervers. Enfin probablement pas avec cette petite tête désolée.

« Je peux m'asseoir avec vous ? »
« Ben oui vas-y, y a pas mon nom sur le siège. Puis tu peux aussi me tutoyer je pense. », fit-elle avec un clin d'oeil. Elle rangea ses écouteurs définitivement et reporta son attention sur ce drôle de type : « C'est la première fois que tu viens à Londres ? T'es d'où ? », demanda-t-elle par pure curiosité.


RUMPLESTILTSKIN'S WEAR

merci ♥ silver lungs.

 
MessageSujet: Re: Homely Lovely (pv)   



Contenu sponsorisé
 
 

Homely Lovely (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Lovely Imoto (Gwenaëlle Nathan)
» Lovely Summer ~ Grace
» (M) MALEK - my lovely creature
» ? playlist
» Riley ? isn't she lovely?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AD NOX : THE AURORS. :: Le Reste du Monde. :: Les Résidences.-