Partagez | .
 

 The Importance of Being Earnest (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: The Importance of Being Earnest (pv)   
Lun 2 Sep - 14:46


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 24
avatar
Lord Brivael Grey


Brivael n'avait guère laissé de temps à Calixte Mc Swann pour s'organiser. Il ne lui avait proposé qu'une seule date mais il avait fait l'effort de la donner à Symphony immédiatement après qu'elle a posé la question. Ça n'avait pas seulement pour remettre un petit baron à sa place mais surtout parce que Brivael souhaitait éclaircir les différentes affaires qu'il avait à traiter au plus vite, à commencer par la question de la propriété des terres et biens de ses ancêtres.

Il avait choisi le château des Grey comme lieu de rendez-vous malgré le chantier qu'on y menait nuit et jour. A son retour, lord Brivael avait retrouvé la maison dans un état de ruine qui lui avait serré le coeur. Pas un elfe à son poste, à peine une gouvernante que Symphony payait de sa poche. Il avait commencé par remédier au manque de main d'oeuvre. La gouvernante avait officiellement été attachée à la maison Grey - en échange de quoi, ça, Brivael ne l'avait pas dit. La seconde chose qu'il fit fût de rappeler les elfes en nombre sous le joug du contrat qui les liait à la maison de Brivael Grey, premier du nom. Certains ne semblaient pas heureux de retrouver une maison où l'on ordonnait aux elfes de ne jamais paraître et moins encore d'avoir à obéir à un Grey qui, comme nombre de ses prédécesseurs, avait le sang des leurs sur les mains. Mais leur code d'honneur ne leur permettait pas de se refuser.

La première tâche de ce bataillon elfique fut de redonner au château son allure des premiers jours. La tâche était titanesque et elle se poursuivait jour et nuit, faisant de la vie des habitants un enfer. Murs qui tremblent. Plafonds qui sèment poussières et ciments. Planchers traîtres. Certaines parties de la demeure n'étaient même plus accessibles. Et il en allait de même au jardin. Mais Brivael ne cillait pas et il en fût de même lorsqu'il reçut lord Calixte, dans le jardin de roses. Il ne comptait rien lui épargner bien qu'il ne doutait pas de sa loyauté.

Longuement ils discutèrent les pourquoi et les comment d'un accord de principe qui pourrait restaurer la famille Grey dans ses biens. Brivael s'était attendu à ce que le jeune lord Mc Swann se montre plus boutiquier, à l'instar de ses pères avant lui. Mais il ne tarda pas à entrevoir dans les ellipses que Calixte laissait dans ses comptes-rendus qu'il avait perdu plus qu'il n'avait gagné dans le rachat des biens de leur famille.

La discussion s'acheva tard dans la nuit quand les deux hommes décidèrent de se séparer pour reconduire au lendemain le reste de ce qu'ils avaient à débattre. Calixte n'avait pas fait une seule fois allusion au mariage...

***


En passant l'impressionnant portail, ce que Calixte remarqua en premier c'était la rouille qui avait disparue et les gonds qui ne grinçaient plus. Même l'immense crâne de dragon semblait avoir retrouvé de sa splendeur. Ça n'était pas encore cela bien sûr, et d'ailleurs, quand il était venu rencontré Lord Brivael la veille, il avait trouvé le château en chantier. L'influence d'un héritier de sang pur était la seule à pouvoir faire respecter les vieilles alliance et les accords oubliés.

Il avait trouvé Lord Brivael très diminué et ce jour-là encore, il lui trouverait les traits tirés et le visage amaigri. On lui indiqua que le maître des lieux se trouvait au cimetière et c'est effectivement là que Calixte trouva Brivael, les mains dans la terre à arracher des ronces qui avaient profondément pris racine. Le trésorier s'arrêta, interdit. Qu'est-ce qui prenait à un homme comme Brivael Grey de se consacrer à ce genre de tâches. Après un petit instant, le lord rangea sa baguette, près à reprendre les discussions entamées la veille. Calixte ne fit aucune commentaire. Cette fois-ci, ils se rendirent dans le bureau de Brivael. Les secousses auxquelles étaient soumises le château semblaient avoir momentanément cessées.

« La noce n'aura pas lieu avant que les rénovations ne soient achevées. », annonça Brivael alors qu'ils avaient enfin abordé le sujet qui intéressait le plus Calixte, « D'ici deux semaines, trois peut-être. Je vous laisse fixer la date qui vous conviendra dans ce délai. Nous célèbrerons une cérémonie selon la tradition au départ du domaine Grey et je te donnerai ma soeur devant la marche de Lothian et les festivités se dérouleront à Dun Ailbearth. »
« Cela me convient. », répondit simplement Calixte qui ne s'était pas attendu à moins du comte de Gloucester.
« J'ai pris la liberté de demander à Symphony de se libérer pour que vous puissiez discuter des autres arrangements. Je serais au cimetière si vous avez besoin de moi. »

Là dessus Brivael s'éclipsa, laissant Calixte espérer l'apparition de sa promise.



Dernière édition par Lord Brivael Grey le Dim 8 Sep - 18:23, édité 2 fois
 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Mar 3 Sep - 4:03


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 146
Origine : Anglaise (Forêt de Dean).
Préférence Magique : Métamorphose.
avatar
Lady Symphony Grey


« Maman… ? » Lady Joleene releva la tête, surprise un moment. Elle n’était plus sortie depuis des mois, voir des ans, et il semblait à Symphony que cela n’indiquait rien de bon. Elle posa d’ailleurs sa main sur son chemisier blanc, son coeur s’affolant dans sa cage thoracique. « Ça va ? Qu’est-ce que tu fais... là ? »

Joleene eut un petit sourire et se tourna entièrement, dévoilant dans sa main une rose blanche aux contours rouges. Son regard vert vipère se posait sur la fleur entièrement éclose, baignant sous les lueurs du soleil. C’était une fleur magnifique, comme il n’y en avait qu’ici puisque les enfants s’étaient attachées - selon les cours qu’elle donnait de la poivrière - à essayer toute sorte de combinaisons de fleurs et de races. Celle-ci était l’une des toutes nouvelles variétés qui ne pousseraient que chez les Grey, au Manoir des siens… Elle repose ses yeux sur la fleur.

« Je divague. J’avais envie de sortir, je crois… Il fait beau, n’est-ce pas ? » Symphony eut un petit sourire amusé. Il faisait grand soleil et grande chaleur depuis près d’un mois, mais ce n’était que maintenant que la encore très jolie Lady Joleene s’en rendait compte. Comme si elle avait passé cent ans dans un coffrage de bois, dans une hibernation lente et sans couleur. « J’ai vu la voiture de Calixte se garait devant la Tête. Il vient pour le mariage ? »

Symphony eut un petit air étonné, presque trop. Elle jeta un regard sur le côté car justement, si elle venait aujourd’hui auprès de sa génitrice, c’était bien pour l’avertir de ce qui allait se tramer. Elle ravala sa salive, passant une main tremblante sur sa tempe.

« C’est Cymbeline. Elle a la langue plus pendue que toi à son âge. » Un sourire radieux maquilla le visage pâle de la veuve. « C’est une bonne chose que ce soit avec Calixte. Ça aurait été un véritable drame qu’un si beau jeune homme se marie avec une gourde de première et laissa une si belle rose fanée toute seule dans ce tombeau... »
« Allons, Maman… Brivael est sortit. Le tombeau va revivre ! On y replante, et tu as vu, les cloisons s’élèvent, et... »
« Oui... Oui, tu as raison... »

Elle jeta un regard à la roseraie, puis à la façade. Tout s’activait avec tellement d’ardeur, et elle l’avait bien vu dernièrement, réveillée dans la Poivrière par les mouvements saccadés et effrénés des petits elfes de maison qu’elle avait laissé filé. Partout on disait que Joleene Black avait perdu de sa flamme, mais pourtant, dans le jardin, elle semblait comme avant, comme si elle n’avait pas vieilli depuis la mort de son mari. Embaumée dans la tristesse, elle revivait aujourd’hui. C’était plutôt bon présage.

« Tu devrais aller quérir ton chevalier avant que Cymbeline ne te le vole. » Un petit rire ponctua les lèvres de Symphony faisait sourire davantage sa mère.
« Viendras tu m’accompagner en magasin ? Pour…Pour choisir ma robe ? »
« Ce n’est pas véritablement une question, ça, Symphony... »

Lady Joleene eut un sourire, alors que Symphony souriait de nouveau, gonfler de l’allure que prenait les choses. Elle se demandait amèrement pourquoi il avait fallu huit ans de leur existence pour en arriver là, mais se gonflait d’orgueil à voir le Manoir reprendre de si belles couleurs. Il était certes loin du faste et de l’abondance à l’époque de Lester, mais elle était sûr que leur père serait fier d’eux à ce moment.

Elle détourna finalement son attention et alla quérir son chevalier. Cymbeline, comme prévu, était postée à l’entrée et guettait d’un oeil curieux la scène et le moindre mot, épiant mieux qu’une pie encore les deux adules dans leur conversation. Aloysius, plus bas, faisait le guet, surprenant avec son air désinvolte qui ne le donnait pas coupable dès le début.

« Cymbeline Grey.... » siffla la voix claire de la musicienne. La jolie blonde sursauta et s’affola, tombant en arrière du petit muret. Elle se releva aussi sec, toute droite, et jeta un regard profond à sa tante, les joues rougies.
« Oh, Symphony, tu es… là… »

Le regard céruléen transperça de part en part un Aloysius reculant, l’air de rien.

« Allez donc faire quelque chose de constructif au lieu de vulgairement épier. D’ailleurs, Cymbeline, va aider Lady Joleene. Je ne sais pas ce qu’elle essaye de faire, mais ne la laisse pas arracher toutes les fleurs qu’elle trouve belle, sinon on aura plus aucune fleur à la fin de l’été ! »

Un petit rire barbouilla le visage de la blonde alors qu’elle disparut. Aloysius eut un sourire et finalement ses pas le menèrent jusqu’au cimetière, un endroit qu’il aimait pour sa tranquillité. Il pouvait parfois y hurler contre les tombes fermées. Parfois même il y croisait un fantôme. Un jour il s’était juré avoir vu une Banshee, mais Symphony n’avait jamais voulu le croire.
Dans la roseraie, Cymbeline veillait sur Lady Joleene et toutes deux riaient tout bas, de bêtises de petites filles et de chevaliers. Aloysius, lui, regarda quelques longues secondes Brivael défaire de ses doigts les ronces qui importunaient les morts. Il croisa son regard, avant de se décider. Il ne savait pas comment s’y prendre avec les adultes, car dans le fond il n’avait jamais connu qu’Etàn et Symphony. Il savait également que Brivael n’était pas son père, et qu’il avait même des griefs contre lui. Pour autant, il ignorait si’l en avait également contre lui. Il pensait que c’était aussi légitime qu’illogique, mais pour vérifier ce genre de théorie, il n’y avait que la pratique. Il se pencha alors à son tour, un peu plus loin et commença à mimer les mouvements de son oncle, silencieux.

Symphony, elle, abandonna les deux enfants au muret pour finalement entrer dans la demeure des siens. Elle grimpa à l’intérieur, passa par sa chambre. Elle était toujours horriblement en retard avec Calixte, et il n’y avait bien qu’avec lui. Elle poussa, discrètement, la porte du bureau de Brivael et eut un petit sourire en coin en voyant son promis l’attendre. Elle entra à l’intérieur et referma la porte calmement.

« Je vais me répéter, mais excuse-moi pour le retard. C’est… un peu mouvementé, en ce moment. »

Sa voix chantait. En un mois, elle avait connu tellement de changement que c’en était troublant. Sans doute était-elle assez mûre maintenant pour relâcher la pression et prendre du temps pour elle, juste pour elle? Elle déposa sur le bureau le petit carnet d’images qu’elle avait commandé trois jours plus tôt. Timide, elle déposa un baiser doux et rapide - quoi qu’un peu moins que les premiers et plus appuyés - sur la bouche de son aimé.

« Tu m’as manquée. Les jours sont chargés pour cent hommes, mais je trouve encore du temps pour penser à toi, alors qu’on ne vienne pas me dire que je ne t’aime pas ! » Un petit rire sans doute, clin d’oeil cinglant à l’article de Rita Skeeter qui avait démonté sans état d’âme le petit rendez-vous à Mocca comme une conclusion de mariage parfaitement vénale avec le bel héritier. S’ils savaient…« Alors avant même que Brivael n’est donné son accord, j’ai fait deux trois recherches pour la thématique du mariage que je vois assez blanc. J’ai beaucoup, beaucoup recherché, et y aura donc beaucoup de chose où il faudra me dire non, sinon tu vas te retrouver avec un mariage bordélique, et il n’est pas question que le plus beau jour de notre vie se retrouve être… bordélique. »

Aussi droite que sa mère à l’époque, aussi autoritaire dans la voix aussi, mais avec cette délicatesse qui n’était qu’à elle. Elle tira une chaise et s’y posa, ouvrant la pochette, alors que ses yeux balayaient le visage de Calixte, curieuse.

« Tu vas bien ? Tu es toujours d’accord ? » Un petit sourire moqueur pour agrémentait le tout. « Si tu es fatigué dis-le, on peut aussi bien remettre à plus tard tout ça. Brivael dit qu’il y aura de toute façon trois semaines de préparation, mais les délais pour avoir une robe est quand même relativement serré, alors il ne faudrait pas trop tarder. Au moins pour ça. »

Elle repoussa une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle avait l’air tellement décidé… Est-ce qu’il aurait fini par glisser dans son thé du filtre d’amour ou bien ?



- SYMPHONY Aubade GREY -
Avec ses vêtements ondoyants et nacrés, Même quand elle marche on croirait qu'elle danse, Comme ces longs serpents que les jongleurs sacrés Au bout de leurs bâtons agitent en cadence.
merci ♥ silver lungs

 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Mar 3 Sep - 12:24


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 69
avatar
Calixte Mc Swann
De longues minutes passèrent avant que Symphony n'apparaisse enfin. Cela laissa à Calixte tout le loisir de promener ses yeux sur l'ameublement simple et sobre du bureau de Brivael. Autrefois, il avait travaillé auprès de son parrain, Ducan Hemmington, dans la finance. Comme si les riches familles de sang pur avaient une prédilection dans ce domaine. Tout laissait à croire que Brivael n'avait pas encore repris cette activité, sans doute parce que ses différents devoirs ne lui en laissaient pas le temps.

Calixte s'approcha de la fenêtre, écartant le rideau d'organdi. La fenêtre avait vu sur le cimetière et l'ancienne roseraie. En arrière plan, la forêt de Dean découpait un cocon sécurisant dans lequel le domaine Grey était venu se lover. De là où il était, Calixte pouvait voir les enfants de Brivael traverser les pelouses en courant pour rejoindre la roseraie nouvelle où Lady Joleene faisait une sortie. Calixte ne l'avait plus vu paraître depuis semblait-il la mort de Lord Lester. Bien sûr, il n'avait que peut rendu visite au domaine pour savoir ce qu'il en était vraiment mais cette vision lui fit chaud au coeur. Il semblait que le retour de Brivael avait enfin replacé la maison Grey sous de bons augures.

Le maître de maison se trouvait toujours au cimetière mais Aloysius, son neveu, l'avait rejoint. Brivael s'était approché de l'enfant, semble-t-il pour lui expliquer quelque chose à en juger par les gestes amples qu'il faisait pour aider l'enfant à porter son regard sur les bonnes choses. Calixte crut même voir un éclat de rire mais la seule idée d'un éclat de rire sur la face émaciée du Lord lui paraissait presque incongrue. Une telle ribambelle d'enfants était aux yeux de l'héritier Mc Swann une bénédiction.

Ses pensées s'étaient arrêtées sur cette heureuse perspective quand la voix de Symphony l'interpella :

« Je vais me répéter, mais excuse-moi pour le retard. C’est… un peu mouvementé, en ce moment. »

Il passa une main autour de sa taille pour cueillir le baiser qu'elle lui offrait. Elle lui paraissait toujours plus merveilleuse à chacune de leurs entrevues.

« Tu m’as manquée. Les jours sont chargés pour cent hommes, mais je trouve encore du temps pour penser à toi, alors qu’on ne vienne pas me dire que je ne t’aime pas ! »
« Laisse donc dire, il faut bien que cette vieille mégère de Rita Skeeter se mette quelque chose sous la dent. Depuis que Rowena la reléguée au journal télévisée, on entend plus parler d'elle. »

Calixte était très ami avec le couple Whisper. Il avait fait Poudlard sur les mêmes bancs qu'eux et avait même été le témoin de Hoyt à leur mariage. Cette amitié improbable, compte tenu des naissances modestes de Hoyt et Rowena Whisper, s'était confirmé au fil du temps, notamment quand Hoyt avait embrassé la carrière de courtier, Sven celle de diplomate et Calixte celle de gestionnaire de patrimoine.

« Et tu imagines ce que ce doit être pour une fouine pareille de savoir qu'elle va manquer le plus beau mariage noble de ces dix dernières années ? »

Là dessus Symphony se lança dans les préparatifs du mariage avec un enthousiasme qu'il ne lui avait encore jamais. Il ne savait pas si il allait être capable de porter son attention sur toutes les choses qu'elle promettait de lui présenter sans être tenté de fermer les écoutilles pour la regarder, magnifique et pleine d'allant qu'elle était. Pour le début, il n'eût aucun effort particulier à faire. Il ne l'interrompit pas jusqu'à ce qu'elle stoppe d'elle même.

« Tu vas bien ? Tu es toujours d’accord ? Si tu es fatigué dis-le, on peut aussi bien remettre à plus tard tout ça. »
« Continue, nous remettrons plus rien à demain à partir d'aujourd'hui. », il souriait aussi amusé que sous le charme.
« Brivael dit qu’il y aura de toute façon trois semaines de préparation, mais les délais pour avoir une robe est quand même relativement serré, alors il ne faudrait pas trop tarder. Au moins pour ça. »
« Je connais quelques grands couturiers chez qui je m'habille régulièrement qui ne rêvent que de te faire la robe de tes rêves dans les délais les plus improbables que tu pourrais exiger. », répondit-il en sortant une liasse de cartes de visite paraphées d'un petit mot de la main même des créateurs chez qui il s'habillait.

Il n'en avait encore rien dit à Symphony mais la nouvelle de leur prochain mariage s'était répandue plus vite qu'il n'aurait cru et tout le monde se pressait à sa porte pour être celui ou celle qui auraient signé le repas, la robe de la mariée, la pièce montée, les alliances, les faire-part et même les services les plus inattendus. Jamais Calixte n'avait eu autant de sollicitation à gérer. Il allait donc pouvoir prendre part à la préparation du mariage, fût-ce de loin, en connaissance de cause.

Il sourit, attendant la réaction de la belle future épouse.



« Gold gives to the ugliest thing a certain charming air,
For that without it were else a miserable affair. »


 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Mar 3 Sep - 14:51


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 146
Origine : Anglaise (Forêt de Dean).
Préférence Magique : Métamorphose.
avatar
Lady Symphony Grey


« Et tu imagines ce que ce doit être pour une fouine pareille de savoir qu'elle va manquer le plus beau mariage noble de ces dix dernières années ? »

Un petit sourira patina ses lèvres de rose. C’était vrai que ça devait être un calvaire à vivre, mais au moins cela avait le mérite d’illustrer à la perfection : dans la vie, on a que ce qu’on mérite. Elle repoussa une mèche de cheveux en ricanant, de ce petit rictus de Black.

« Un vrai supplice. Et c’est tant mieux. »

De ce petit caractère trempé dans l’essence, il n’en sortait que rarement de gentils mots pour qui elle considérait comme la plaie du monde, à savoir ses ennemis. Sven Mustang d’ailleurs en faisait souvent les frais et les deux finissaient par se chamailler comme de véritables enfants. Ce n’était pas encore une personne à qui elle pensait systématiquement, sous doute car elle oubliait volontairement que Calixte ait pu être le parrain du rejeton de cet abominable personnage - bien qu’elle n’eut rien contre l’enfant elle-même, ça aurait été absurde et mal placé.

« Tu vas bien ? Tu es toujours d’accord ? Si tu es fatigué dis-le, on peut aussi bien remettre à plus tard tout ça. »
« Continue, nous remettrons plus rien à demain à partir d'aujourd'hui. », sans doute avait-il peur qu’elle ne prenne la fuite ? Elle eut un petit sourire charmé.
« Brivael dit qu’il y aura de toute façon trois semaines de préparation, mais les délais pour avoir une robe est quand même relativement serré, alors il ne faudrait pas trop tarder. Au moins pour ça. »
« Je connais quelques grands couturiers chez qui je m'habille régulièrement qui ne rêvent que de te faire la robe de tes rêves dans les délais les plus improbables que tu pourrais exiger. »

Elle eut un petit “mh” un peu surpris, quoi que cela lui semblait quelque part logique. Si Calixte n’était pour elle que Calixte, elle en oubliait quelque peu cette longue liste de chose qui faisait de lui un si bon partit. Elle se les rappelait, mais ne préférait pas y penser. Elle n’avait pas envie de se sentir diminuer, de se sentir inférieure même si pour le coup, il n’y avait que le titre qui la maintenait à un rang honorable.

Elle attrapa chaque carte et les déposa sur le bureau, curieuse. Ses yeux courus les petits mots et eut un petit rire, son sourcil se haussant dans une drôle de mimique.

« C’est tout à fait adorable… Je ne suis même plus sûr. Rappelle-moi Calixte, je ne suis ni princesse ni reine, pas vrai ? » Taquine comme toujours, elle reposa son attention sur les cartes. Elle aimait tellement de chose qu’il aurait été difficile pour elle de choisir entre plusieurs maisons. Elle fit une petite moue et finalement opta pour une maison française, car c’était là le pays de Channel qui, outre le fait qu’elle fut moldue, était tout de même une grande femme.

« Pour la robe, j’avais pensé à.. à une assez longue traîne, blanche, avec beaucoup de drapées légers, car les froufrous et les plumes à risque de faire un peu trop vieille pie. » Un petit rire de nouveau alors qu’elle montrait l’image à Calixte du modèle de robe : « Pour le torse, je voyais bien un corset cela dit. Un corset fermé à l’arrière avec des petites roses un peu tout autour, blanches elles aussi. Je trouvais ça assez.. intéressant. » Elle tapotait sur le bureau et ses ongles quoi que courts faisaient un bruit régulier, presque inaudible. « Pour les cheveux, j’hésite entre une décoration florale simple à l’arrière du crâne, ou alors une coiffe spéciale avec une sorte de fil piqués de rose qui le maintiendrait en place. Il faudrait dans les deux cas que ce soit des fleurs blanches de toute façon. La seule question que je me pose véritablement, c’est pour le bouquet. Est-ce que je penche sur un bouquet très rouge passion, ou alors je reste sur le bouquet blanc et pastel. Ou alors, on tranche la pomme en deux et on opte sur un bouquet de rose rose... » Symphony se tapote le menton, pensive une seconde, avant de rire un peu. « Enfin, au moins j’ai trouver la paire de chaussure parfaite, c’est déjà ça. »

Tellement de photos prenaient place sur la table, et ce n’était - hélas pour Calixte - que le début de leurs ennuis.


- SYMPHONY Aubade GREY -
Avec ses vêtements ondoyants et nacrés, Même quand elle marche on croirait qu'elle danse, Comme ces longs serpents que les jongleurs sacrés Au bout de leurs bâtons agitent en cadence.
merci ♥ silver lungs

 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Dim 29 Sep - 22:15


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 69
avatar
Calixte Mc Swann
Quand il lui proposa son carnet d'adresse, Symphony eut un petit temps d'hésitation. Il semblait que ce doive toujours être sa réaction lorsqu'il s'agissait d'accepter quelque chose venant de Calixte. Il sourit, se demandant si ce serait toujours comme ça... Elle prit malgré tout le soin de passer les cartes de visites en revue et le jeune homme crut même desceller quelques petites étincelles dans son regard quand elle s'arrêtait brièvement, sans en avoir l'air, sur l'un ou l'autre des couturiers préférés de Calixte.

« C’est tout à fait adorable… Je ne suis même plus sûr. Rappelle-moi Calixte, je ne suis ni princesse ni reine, pas vrai ? »
« Tu es bien plus que les deux Symphony. », fit-il en glissant sa main dans sa poche l'air de rien.

La future mariée jeta son dévolu sur un grand couturier français que Calixte connaissait bien. Pour une robe de mariée, il avait espéré qu'elle choisirait le Tailleur-Fée mais qu'importe, elle serait le centre de toutes les attentions quoiqu'il en soit, sa beauté naturelle se suffisant à elle même pour éclipser tout du monde. Enthousiaste, elle lui décrit ensuite sa robe telle qu'elle la voyait et se faisant, parfois, elle le quittait du regard pour poser ses yeux clairs sur cette robe rêvée et lui, en profitait pour s'écarter d'elle. Trois fois rien. Juste assez pour pouvoir mettre genou à terre et attendre qu'elle ne s'aperçoive qu'il lui tendait quelque chose.

Il n'avait jusque là pas eu l'occasion de faire sa demande en bonne et due forme. Il fallait dire qu'elle ne lui en avait guère laissé l'opportunité. Dans un petit écrin de velours, il lui présentait une bague d'une étonnante simplicité. C'était d'autant plus surprenant quand on connaissait Calixte McSwann. La bague était un simple anneau d'or blanc gravée de motif floraux qui n'en finissaient plus d'éclore et de renaître. Il n'y avait aucune pierre mais c'était un choix délibéré de la part de Calixte. Il entendait bien qu'une fois mariés, Symphony porte les deux bagues au même doigt, hors, compte tenu de son choix pour l'alliance, il fallait quelque chose de modeste pour s'y assortir. Pour autant, cette bague était très précieuse à sa manière puisque :

« C'était l'alliance de Lady Desdemonia, le Grand Amour que Lord Manfred regrette chaque jour de sa vie. Je serais très honoré que tu l'acceptes Symphony Grey, et que tu deviennes officiellement ma fiancée. »

Il sourit, espiègle, ne s'attendant bien sûr pas à ce qu'elle l'éconduise encore.






« Gold gives to the ugliest thing a certain charming air,
For that without it were else a miserable affair. »


 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Mar 1 Oct - 1:29


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 146
Origine : Anglaise (Forêt de Dean).
Préférence Magique : Métamorphose.
avatar
Lady Symphony Grey
Il ne l’écoutait pas. Elle le sentait bien. Ou bien s’il l’écoutait, ce n’était jamais que d’une seule oreille, trop lointaine pour convenir à mademoiselle. Aussi, une fois les chaussures de nouveau regarder, elle détourna la tête, prête à faire cingler un coup de fouet comme elle savait si bien faire, mais au lieu de ça, il l’observait là, à genoux. Elle pencha la tête, curieuse de ce qu’il allait encore inventer, curieuse aussi parce que cette scène, elle l’avait rêvé cent fois, et malgré tout, elle n’arrivait pas à y croire. Même l’écrin sous les yeux, elle se disait encore qu’il devait préparer un autre plan. Peut-être allait-il lui passer au pieds d’une chausse pour la taille, ou pour la couleur, ou… non. Pas une bague. Elle ravale difficilement sa salive, observant la bague qui malgré sa modeste apparence était magnifique. Son petit coeur se serra, et comme un citron trop pressé rendit son acide et son amertume dans tout le corps de la jeune fille prête à s’enfuir en courant comme à chaque fois qu’il avait osé lui présenter quelque chose de pareille sous le nez. Elle prit un petit air interdit, déposant sur sa bouche une main nerveuse et tremblante.

« Calixte, enfin… » sa voix mourut dans sa gorge comme il la fixait droit dans les yeux, faisant mourir en même temps toutes protestations qui, somme toute, auraient été bien inutiles.
« C'était l'alliance de Lady Desdemonia, le Grand Amour que Lord Manfred regrette chaque jour de sa vie. Je serais très honoré que tu l'acceptes Symphony Grey, et que tu deviennes officiellement ma fiancée. »

Elle le fixa quelques longues secondes, les globes oculaires ronds ce qui avait au moins le mérite de faire ressortir le bleu céruléen de ses prunelles. Ses doigts lentement quittèrent sa bouche mais elle tremblait vraiment, comme à chaque fois qu’elle avait été en face de quelque chose d’important et qui la dépassait. Plus aussi assurée que la figure qu’elle faisait voir à tous, mais pas non plus apeurée. Au contraire même. Elle était, à vraie dire, étrangement touchée.

« Je… J-je ne… enfin… je… c’est… » Elle bafouillait comme une enfant, et son teint de porcelaine prenait des allures de pivoine et de rose en pleine éclosion, surtout ses deux pommettes qui n’étaient finalement plus que deux coquelicots. Elle se racla la gorge et repoussa négligemment une de ses mèches de cheveux par dessus son oreille mais sans l’accrocher, si bien qu’elle glissa de nouveau devant ses yeux. Elle les ferma fort quelques secondes encore, avant de se mordre la lèvre et de lâcher un petit : « Oui. » Il fallait que ça sorte. Au moins une fois. Elle le fixa, là, l’air un peu penaud, comme si elle se rendait compte finalement que ce n’était pas aussi compliquée qu’elle ne l’aurait cru… La vérité, c’était que c’était ça : ce n’était pas aussi compliqué. « Oui, je le veux. Je l’ai toujours voulu. »

Comme elle disait cela, elle se penchait et venir cueillir un baiser sur les lèvres de son aimé, pour lui faire oublier quelques secondes ses joues rouges et ce petit air crispé que lui donnait les poussées d’anxiété.


- SYMPHONY Aubade GREY -
Avec ses vêtements ondoyants et nacrés, Même quand elle marche on croirait qu'elle danse, Comme ces longs serpents que les jongleurs sacrés Au bout de leurs bâtons agitent en cadence.
merci ♥ silver lungs

 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Lun 7 Oct - 8:48


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 69
avatar
Calixte Mc Swann
Elle eut cet adorable petit air emprunté qui montrait pour elle qu'elle était toute retournée. Pour Calixte c'était déjà un début de oui mais il sourit, patient. Il ne voulait rien précipiter.

« Oui, je le veux. Je l’ai toujours voulu. »
, finit-elle par répondre.

Elle se pencha pour avoir un baiser puis il lui prit la main et lui passa la bague au doigt en toute délicatesse avant de se relever, l'air satisfait. Pour la première fois depuis longtemps, il était sûr que les choses se passeraient bien. Le temps où il remuait ciel et terre pour seulement se faire rabrouer par la belle Symphony était fini. Il pourrait maintenant se consacrer à des choses plus essentielles pour eux. L'endroit où ils vivraient. Les enfants qu'ils auraient, même si ce n'était pas à l'ordre du jour pour l'instant.

« Je pense qu'il vaut mieux ne pas trop m'en dire sur la robe. Ne nous portons pas malheur. », inutile d'expliciter cette drôle de remarque, tout le monde connaissait cette superstition, même les moldus (c'était dire...), « Lord Brivael souhaite un mariage traditionnel, une procession du domaine Grey au domaine Mc Swann. Cela règle la question du lieu mais je pense qu'il nous reste largement de quoi nous occuper avec la liste des invités, le plan de table et le dîner. Peut-être même l'ordre du jour si tu souhaites quelque chose de spécial. »

Les fonds ne manquaient pas chez les McSwann mais Calixte se garderait bien de le rappeler pour ne pas la mettre mal à l'aise. Elle le savait déjà et en devenant son épouse, elle pourrait s'en faire une idée plus précise.

Restait encore une épineuse question...

« As-tu déjà choisi tes témoins ? »

Lui ne se posait pas la question. Il savait depuis longtemps qui serait son témoin et il n'y avait pas à discuter. Il se demandait seulement comment il allait bien pouvoir faire passer la pilule à Symphony avec le caractère docile et conciliant qu'elle avait...

Avec un peu de chance, elle allait en déduire d'elle-même que le choix de son futur époux ne pouvait que s'arrêter sur Sven Mustang puisqu'il était son meilleur ami et également le père de sa nièce. Quant à parler de son rôle dans l'arrestation des Blake, Calixte avait un avis bien arrêté sur la question.


« Gold gives to the ugliest thing a certain charming air,
For that without it were else a miserable affair. »


 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Mer 16 Oct - 22:05


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 146
Origine : Anglaise (Forêt de Dean).
Préférence Magique : Métamorphose.
avatar
Lady Symphony Grey


Elle eut un petit sourire satisfait en voyant la très jolie bague à son doigt. Même si elle était simple, elle imaginait bien l’amour indécent et incommensurable qui avait pu animer la grand-mère de Calixte en son temps. Elle passa son doigt dessus avec un petit rougissement, un peu bête mais surtout doux. Elle pourrait être avare, et vouloir mieux, mais le travail a abîmé le petit cygne qu’elle était, et aujourd’hui malgré les apparences elle était reconnaissante de tout ce qu’on lui donnait, elle qui avait tant manqué. Elle n’aurait jamais été plus douce qu’à l’heure actuelle car même si elle avait quelque peu du mal à imaginer jusqu’à quel point Calixte était riche - ce n’était pas faute de l’entendre dire mais de là à vérifier par des chiffres… c’était indécent - elle n’en voyait pas encore l’utilité.
Cela viendrait, avec le temps. Quand ses caprices grandiront jusqu’à voir le sourire de Calixte devenir une grimace à l’idée de dépenser autant pour un simple violon sans doute. Si jamais un jour il grimace…

« Je pense qu'il vaut mieux ne pas trop m'en dire sur la robe. Ne nous portons pas malheur. » Elle hocha la tête, entendue. « Lord Brivael souhaite un mariage traditionnel, une procession du domaine Grey au domaine Mc Swann. Cela règle la question du lieu mais je pense qu'il nous reste largement de quoi nous occuper avec la liste des invités, le plan de table et le dîner. Peut-être même l'ordre du jour si tu souhaites quelque chose de spécial. »

Elle eut un petit sourire, toute excitée à l’idée d’inviter toutes les personnes avec qui elle avait coupé les ponts. Ce n’était d’ailleurs généralement pas pour des raisons d’amitié, mais elle avait eu pendant longtemps trop de travail à côté et avait préféré prétexter, jusqu’à que les liens ne s’étiolent. Elle avait fini un peu seule, coincée entre Theli Adler et Etàn Grey. C’était mieux comme ça, mais elle s’était souvent sentie seule dans le fond, elle qui avait toujours été entourée.

Elle jeta un regard finalement aux cartons, imaginant très mal à vraie dire le dîner et le plan de table. Il y avait tellement de chose, et pour autant elle aurait aimé que ce fusse demain. Elle pinça les lèvres, avant de relever le regard vers Calixte.

« As-tu déjà choisi tes témoins ? »

Ses yeux devinrent ronds et elle gonfla légèrement les joues dans cette moue de presque enfant. Les témoins… Elle penche la tête et lui vint l’image de ses deux seules amies… et puis du meilleur ami de Calixte. Elle inspira profondément et sa main se leva. Comme à chaque fois qu’elle était nerveuse, elle se mit à gratter sa nuque, légèrement.

« C’est à dire que je n’y avais pas réfléchi, mais qu’à bien y réfléchir… » Elle n’avait pas vraiment quelqu’un. Son frère aurait fait l’affaire. Ses deux frères plus exactement. Mais il en manquait toujours un à l’appel. « J’aurais imaginé demander à Theli et Etàn, mais j’imagine que tu vas choisir Sven, et je ne crois pas qu’elles apprécieraient de se trouver, tu sais, face à… quelqu’un… de l’autre bord… Et puis de toute façon je ne l'aime pas. »

Était-ce à cause des mots de son frère ou tout simplement cette horrible arrogance dont il se paraît sans cesse ? Elle l’ignorait. Mais de toute façon, elle n’avait pas vraiment envie d’en parler. Tout d’un coup, son visage s’affichait plus morne, presque fatiguée. Elle papillonna des yeux et détourna le regard, le posant sur un des cartons.

« Je n’ai pas envie d’avoir Sven en témoin, et je n’ai pas envie que tu me dises combien il est ton meilleur ami, alors on devrait repousser cette discussion, et voir ça quand j’aurais un peu réfléchi parce que… parce que ça va nous mettre tous les deux horriblement en colère - ou tout du moins moi - et ce n’est pas ce dont j’ai envie. Pas aujourd’hui. »

Elle avait parlé d’une toute petite voix. Pas par peur d’une quelconque remontrance - de la part de Calixte c’était même plutôt risible - mais surtout car elle ne se sentait pas d’humeur à faire quoi que ce soit qui aurait pu gâché ce jour. Et parler de Sven Mustang était une des choses qui aurait pu gâcher ce jour.


- SYMPHONY Aubade GREY -
Avec ses vêtements ondoyants et nacrés, Même quand elle marche on croirait qu'elle danse, Comme ces longs serpents que les jongleurs sacrés Au bout de leurs bâtons agitent en cadence.
merci ♥ silver lungs

 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Jeu 17 Oct - 0:12


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 69
avatar
Calixte Mc Swann
Sa Symphony lui paraissait un petit angelot à cet instant et toutes les autres formes diaboliques sous lesquelles elle avait pu se montrer par le passé n'étaient qu'un lointain souvenir, relégué pour information dans un coin de la mémoire de Calixte. Si le vieux Manfred avait était là, s'il avait pu voir cela, sûr qu'il aurait mis son véto à ce mariage car dans les yeux amoureux de Calixte, il aurait vu la ruine prochaine des Mc Swann. Les femmes étaient bien souvent capricieuses et quand on les aimait de trop, il était d'autant plus difficile de ne pas céder. Calixte l'apprendrait rapidement mais pour l'heure, il savourait ce moment parfait avec sa fiancée, sans aucun nuage à l'horizon. Enfin...

« J’aurais imaginé demander à Theli et Etàn, mais j’imagine que tu vas choisir Sven, et je ne crois pas qu’elles apprécieraient de se trouver, tu sais, face à… quelqu’un… de l’autre bord… Et puis de toute façon je ne l'aime pas. »

Voilà pour ce qui était du nuage à l'horizon. La question Sven était, pour Symphony, comme une bouse d'oliphan au milieu du champ de fleurs dans lequel elle voulait bien se marier. Pour Calixte s'était tout simplement la seule et unique clause de leur mariage. Ce qui, forcément posait problème. Mais, loin de s'emporter ou de lui jeter des mots à la tête, Calixte fit l'effort de comprendre. Bien sûr qu'il comprenait le ressenti et tout le reste. La position inconfortable dans laquelle il la mettait en choisissant Sven Mustang comme témoin. Hoyt Whisper, lui, ne poserait aucun problème et d'ailleurs s'il était l'ami de Calixte, sa place à ses côtés le jour du mariage ne serait qu'un choix par défaut.

Celle de Sven en revanche, était un choix du coeur. Elle n'était donc pas discutable et quelque part, Symphony l'avait déjà compris même si elle ne trouvait pas en elle de faire avec.

« Je n’ai pas envie d’avoir Sven en témoin, et je n’ai pas envie que tu me dises combien il est ton meilleur ami, alors on devrait repousser cette discussion, et voir ça quand j’aurais un peu réfléchi parce que… parce que ça va nous mettre tous les deux horriblement en colère - ou tout du moins moi - et ce n’est pas ce dont j’ai envie. Pas aujourd’hui. »
« Alors n'en parlons pas aujourd'hui. », conclut-il en prenant son visage entre ses mains en coupe. Il lui posa un baiser sur le bout du nez et demanda, plus pour changer de sujet qu'autre chose, « Parle-moi donc de ses recherches que tu as faites, que l'on fasse un peu le tri de toutes ces idées. »


« Gold gives to the ugliest thing a certain charming air,
For that without it were else a miserable affair. »


 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Jeu 17 Oct - 3:45


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 146
Origine : Anglaise (Forêt de Dean).
Préférence Magique : Métamorphose.
avatar
Lady Symphony Grey


« Alors n'en parlons pas aujourd'hui. » Elle eut un petit sourire et ferma les yeux quand il embrassait son nez, amusée dans le fond bien qu’elle n’oubliait pas qu’il allait lui imposer Sven et qu’elle ne l’accepterait jamais sans doute. « Parle-moi donc de ses recherches que tu as faites, que l'on fasse un peu le tri de toutes ces idées. »

Elle remit derrière son oreille une mèche de cheveux trop longues, jetant un regard à ses cartons. Elle n’avait cependant plus vraiment envie d’en parler. Elle inspira de nouveau, profondément et bruyamment cette fois-ci, alors que ses doigts repoussaient machinalement les papiers un peu plus loin. Elle avait la mine déconfite qu’elle arborait quand rien d’autre ne lui seyait plus.

« Je ne sais plus… Je… » Elle semblait réfléchir, et en connaissant Symphony on aurait pu jusqu’à se demander ce à quoi elle pouvait bien réfléchir. Annuler le mariage sur un coup de tête était bien ce dont elle était capable à vrai dire. Elle passa sa main dans ses cheveux, désinvolte, le regard perdu sur un ailleurs invisible. « De quoi veux-tu que l’on parle ? Du plan de table alors ? Voilà. On a qu’a parler du plan de table, ça sera long et effroyable mais au moins ça nous occupera… Et l’on placera Sven Mustang au fond de la classe… »

Elle grimaça. Elle semblait froissée mais comme souvent elle se froissait seule et en pensée.


- SYMPHONY Aubade GREY -
Avec ses vêtements ondoyants et nacrés, Même quand elle marche on croirait qu'elle danse, Comme ces longs serpents que les jongleurs sacrés Au bout de leurs bâtons agitent en cadence.
merci ♥ silver lungs

 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Jeu 17 Oct - 3:50


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 140
Origine : Anglaise (Gloucester).
Préférence Magique : Mage Noir.
Familier : n/a.
avatar
Lord James A. Grey


« Tu es bien sûr d’y aller maintenant… ? » James jeta un regard à Audrey par dessus son épaule. Celle qui avait depuis le début était sa meilleure amie faisait triste mine, jouant en silence avec un drôle de petit vif en argent. Le Grey ne répondit pas mais sa main se tendit, rapide, et attrapa le vif qu’il fourra dans sa poche, sifflant.
« Ça fait huit ans que j’attends ce moment, alors ne me demande pas si oui ou non je veux y aller. C’est facile pour toi de dire ça… »

Audrey fit une petite moue offusquée. Elle savait bien ce que James pensait sans qu’il n’ait eut besoin de dire un seul mot. Il fallait dire qu’elle était avec Theli une des dernières Blake encore en vie, quoi que contrairement à Theli, ça, personne ne le savait. Pas encore.
Et accessoirement, elle n’avait jamais pris le temps de fonder une famille. On ne l’avait forcé à rien, elle ne s’était jamais forcée en retour. Au final elle était libre et droite, comme l’air, comme une tornade sur terre.

« Fais quand même gaffe James. Ce monde n’est pas aussi inoffensif qu’il n’y paraît, et - bien que je suis sûr que Monsieur Corbeau est aussi fort qu’il ne le pense - ce serait dommage de faire un aller retour aussi bref… » Un silence pesa. « A ce niveau là d’ailleurs, tu n’auras pas le droit à un recours gracieux, James. Tu sais ce qui t’attends si on t’attrape… »

James siffla et secoua la main, d’un air agacé.

« Ne joue pas au devin avec moi, je n’suis pas si bête. Je sais. Je sais très bien. Et puisque je le sais, si jamais demain je devais me faire chopper… » il remit en place les manches de sa veste « … j’aurais au moins aimé les revoir une dernière fois. »

Audrey détourna le regard avec ce petit air de chippie. Il n’écoutait encore que lui. James avait toujours été un électron libre, mais l’âge et la puissance n’avaient fait qu’empirer ce petit côté de lui. Il était insupportable et pourtant adorable. Sans doute qu’avec un peu de recul, il était la seule personne qu’Audrey n’est jamais qui eu ressemblait autant à un ami.

« Tu rentres ce soir ? »

Un petit ricanement mauvais grimpa sur les lèvres de James.

« Tout dépendra de mon frère. » Le regard vert de jade de la Blake se leva au ciel. « Je risque de revenir assez vite… Il doit m’en vouloir. Il va m'en vouloir. »
« Bien sûr qu’il t’en veut ! à cause de toi, il a eu le cul huit ans au frais ! »
« Ce n'est pas ça qui va m'empêcher de voir mes mioches et Symph'. »

James siffla, et Audrey se tu aussitôt. Elle gonfla les joues mais ne rétorqua rien, laissant James sortir dehors, comme ça, comme une ombre sans consistance. Était-il un homme ou un diable ? Elle l’ignorait. Un pas dehors, le démon transplana.


----------------------------------------

« Mais tu vas veniiiiiiiiir ouiii… » Alors que le jeune Aloysius tirait aussitôt que ses maigres forces le pouvaient, la racine pleine d’épine lâcha et on vit un petit noble faire un bond en arrière, atterrissant les fesses dans la terre les deux fers en l’air. La scène était sans doute comique oui, mais il fallait dire aussi que Aloysius Grey n’avait jamais été très bon cultivateur. D’ailleurs, il n’était pas bon à prendre soin des choses. Souvent il se faisait gronder par Symphony car il ne tenait en place jamais ses habits, trouer ses pantalons même les plus résistants et abîmer ses chaussures même les plus chères. Bien sûr sa tante n’était jamais très longtemps en colère contre cette petite moue triste. Il avait pourtant bien essayé de se tenir à carreaux, mais la vie lui jouait toujours un tour.
Quand il arrosait une plante, une sorte de vieille malédiction tombait sur cette dernière et dans la semaine il aurait fallu la couper ou la brûler avant que sa maladie n’entâche les autres pieds. De même, il avait eu une année un chat pour son anniversaire. Une semaine plus tard, le chat ne revenait plus jamais au château et Symphony le retrouvait noyé sur une rive en contrebas.

Elle l’avait alors emmené voir un marabout, puis un exorciste, et enfin un scelleur, mais tous étaient formels : l’enfant n’avait rien. Ni malédiction, ni possession, ni quoi que ce soit. Il était juste comme ça.

Beaucoup aurait pu en rire et dire qu’Aloysius, à l’inverse d’Avalon, tenait de son père plus que la face parsemée de froid et ses grands yeux bleus serpentins. Sa figue pâle et longue et son corps longiligne ne l’aidaient pas vraiment à se différencier de ce qu’avait été James Grey jeune. La seule chose qui le sauvait finalement était ses cheveux raides.

« Fouterie de bonsoir de… » Le gamin fit la moue en croisant le regard de son oncle. Un petit déglutit plus tard, il se redressait avec un sourire d’excuse, priant dans le fond qu’aussi loin Brivael était il n’avait que vaguement entendu les jurons.

« Ce n’est pas une façon de parler, ça, Aloysius Grey. »

La voix était différente. Il tourna la tête vers Brivael, levant un sourcil, avant de surprendre le regard de son oncle vers une tierce personne. Aloysius suivit la trajectoire de ses yeux avant que son souffle ne se coupe, et son petit coeur d’enfant ne se brise.
Avançant vers lui, James Grey. En chair et en os. Pas un fantôme, pas un…

Les yeux d’Aloysius Grey s’emplirent de larmes sincères et tristes. Ses doigts venaient de lâcher le petit sécateur et ses jambes ne soutenaient plus qu’une moitié de corps alors qu’il se mit à courir. Il arriva si vite et si fort, son petit corps s’écrasa si puissamment contre les cuisses de James qu’il eut un mouvement de recul avant d’avoir un rire, de se pencher et de serrer contre lui son fils aîné, nichant dans sa nuque sa tête. L’éloignement d’Azkaban n’avait jamais pâlit l’affection des enfants de James pour leur père, et le mythe qu’avait construit Symphony autour de lui n’avait finalement fait qu’emplifier cet amour.
Aloysius lui même tenait une rancoeur d’enfant contre ce gouvernement qui avait emmené au loin son père, meurtrier ou non.

« Ça me fait plaisir aussi de te voir, fils… »

Aloysius pleurait de trop pour dire un seul mot mais James comprenait. Il se redressa et garda contre son ventre la tête de son héritier qui mouillait largement la chemise noire de l’ancien criminel.

Le regard de James, cependant, croisa celui de Brivael.

« Brivael… Mon frère. »

Le domaine n’était qu’un tas de ruine en reconstruction. Ses yeux étaient passés sur la roseraie en avançant sur le sentier mais il ne s’y était pas arrêté. Il avait vu de loin les enfants, et Joleene. Sa mère aussi l’avait vu, mais elle n’avait rien dis. Elle l’avait suivi du regard comme il passait comme une ombre sur le petit chemin…
Et voilà à quoi Brivael en était réduis. A mettre ses mains dans la terre. James Grey ravala difficilement sa salive, baissant les yeux pendant quelques secondes avant de les relever de nouveau, écartant d’un mouvement tendre son fils. Aloysius partit en courant, sans doute pour appeler les autres.

« Je… »

James Grey inspira profondément mais à regarder autour de lui, et à voir son frère là, il ne trouvait rien à dire.

Rien.

C'était le mot.


- ANGER IS MY MISERY -
Anger is an acid that can do more harm to the vessel in which it is stored than to anything on which it is poured.
merci ♥ silver lungs

 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Dim 20 Oct - 14:13


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 24
avatar
Lord Brivael Grey
Des trois enfants de Lord Lester Jr, Brivael avait été probablement celui qu'on avait le plus malmené sans pour autant qu'il ne se soit jamais plaint de rien. Se plaindre n'était de toute manière pas admis. Depuis tout petit, on lui avait appris que le poids du domaine tout entier reposerait bientôt sur ses épaules. Alors, il ne s'était jamais imaginé que cela signifierait se retrouver à quatre pattes dans la terre à nettoyer les tombes de ses ancêtres. Mais là encore, Brivael ne se plaignait pas. Il n'avait pas eu le loisir d'enseigner cela à son fils ainé, Miracle et, du point de vue du Lord, si Miracle restait le premier héritier de la maison Grey, ses épaules seules ne suffiraient pas à porter toutes les responsabilités qui écherraient.

Lui-même, savait encore avoir de longues années devant lui pour remettre les choses en bon ordre de marche mais, penché sur les tombes des plus illustres Grey, il se rendait compte qu'un jour il lui faudrait passer la main et, puisque les choses ne s'étaient pas déroulées selon le plan initial, il faudrait forcément repenser les choses différemment. Une seule main de fer ne pouvait plus suffire. Il faudrait probablement que la plus jeune génération soit capable et solidaire. C'était ainsi, et seulement ainsi que, malgré les revers de la vie, la maison Grey serait restaurée à sa splendeur d'antan.

Brivael porta son regard sur son neveu, Aloysius. L'enfant était, tout comme les siens, l'incarnation même de ce qu'avaient été les plus nobles des Grey. Il le portait dans son physique mais aussi dans la rigueur de son caractère :

« Fouterie de bonsoir de… »

Brivael s'apprêtait à reprendre son neveu, désireux de lui apprendre aussi tôt que possible, qu'à se maîtriser jusque dans les mots, on maîtrisait mieux l'ensemble des choses. A commencer par l'image que l'on donnait de soit aux autres.

Mais la silhouette d'épouvantail de James Grey lui enleva les mots de la bouche et le visage avenant que Lord Brivael avait pour la ribambelle d'enfants qui avait été trop longtemps privée de la sécurité que la maison Grey aurait dû leur apporter, s'envola pour laisser place à une expression sévère et fermée.

Pourtant, Brivael ne fit rien pour interrompre les retrouvailles d'Aloyisius et de son père. En son âme et conscience, il était trop juste pour priver l'enfant de ce droit fondamental. Sans doute n'était-il pas aussi dur que Lord Lester de son temps.

Aloyisius partit, Brivael se releva, secouant la terre de ses mains. Il y avait quelque chose de fort et d'implacable dans la silhouette amaigrie de l'aîné Grey. Brivael n'avait au demeurant jamais été très épais, mais le châtain clair de ses cheveux avaient toujours été comme un rayon de soleil contre le ciel gris et dans ses yeux, jamais auparavant James n'avait pu lire de la lassitude. Aujourd'hui, éprouvé par Azkaban, il était probablement plus différent que James ne l'était.

« Brivael… Mon frère. »

Brivael ne cilla pas. Il était tout à fait capable de pardon, mais il ne lui faciliterait probablement rien. Son pardon avait un prix et il n'était pas encore sûr que James soit prêt à s'en acquitter.

« Je… »
« J'espère que tu reviens vers nous dans dispositions différentes de celles dans lesquelles nous nous sommes quittés, James. », répondit le Lord sans fermer complètement la conversation.

Pour le moment, il n'avait arrêté aucune décision. Ca n'était pas si facile après tout car il s'agissait de son frère et qu'il avait également envers lui un devoir de protection. Mais son allégeance allait d'abord à l'ensemble de la famille hors, la présence de James ici, ne pouvait que leur nuire puisqu'il n'avait très certainement pas été relaxé pour bonne conduite vu les hauts-faits de barbarie dont il avait noirci le blason de la famille.




 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Mar 29 Oct - 23:18


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 140
Origine : Anglaise (Gloucester).
Préférence Magique : Mage Noir.
Familier : n/a.
avatar
Lord James A. Grey
Il n’avait pas changé. Peut-être pris un peu de l’âge, mais lui-même avait pris un sacré coup de vieux à l’intérieur d’Azkaban. La prison n’avait pas été douce, ni pour son frère, ni pour lui. Il baissa les yeux avant de relever les yeux, mais les prunelles de Brivael étaient froides comme la Géhenne seule pouvait l’être. Il ravala difficilement sa salive, mal à l’aise soudain.

« J'espère que tu reviens vers nous dans dispositions différentes de celles dans lesquelles nous nous sommes quittés, James. »

James Grey ne cilla pas. Il le fixa, de longues secondes, avant de se reconnecter à la réalité. Il jeta un regard à son accoutrement et eut un petit rire, malade, triste. La folie ? Non, pas encore. Il aurait tout le temps par la suite de s’enfoncer là-dedans pour lui céder dès maintenant. Il inspira profondément et finalement releva les yeux, d’un air mitigé. Il n’allait pas lui mentir. Pas à lui.
Ses yeux jetèrent des regards à sa droite et à sa gauche pour vérifier qu’aucune oreille trop pendue n’écoutait. Il jeta finalement un regard à une tombe, avant de lâcher d’un ton acerbe :

« Je vais y retourner Brivael. En prison. D’ici peu. Je ne pense pas… je ne veux pas de rédemption. Je veux juste saluer une dernière fois Symphony, et embrasser mes enfants. » Son être était fourbu. Il avait si mal. Ses épaules tenaient mais il ignorait par quel miracle. « Je sais qui a tué papa… »

Il l’avait sans doute coupé dans son élan, mais à présent, il avait au moins toute l’attention de Brivael. Ses poings se serrèrent, doucement, en imaginant Logan Avery entre ses doigts le supplier de mourir… puis il chassa cette image de son crâne et se détendit.

« Je vais les tuer. Un à un. Ça… ça me coûtera sans doute… le baiser du détraqueur. Alors j’aimerais juste voir mes enfants et Symphony. Au moins une dernière fois. Je sais que j’ai eu tords, et que… j’ai causé beaucoup de tords. Mais c’est trop tard maintenant. C’est trop tard pour regretter. Je le vengerais au moins lui, au moins, avant de partir. Je ne suis pas sûr que les mangemorts acceptent avec le sourire la disparition de cinq d’entre eux. Dont Logan Avery. »

Il semblait si sérieux, mais retenait tant à la fois. James cherchait à ne pas s’agacer mais il devait l’avouer : parler de son père lui faisait toujours un mal immense. Ils s’étaient quittés en mauvais terme, et il n’avait même pas pu assister à son enterrement. D’ailleurs, il ne voulait pas voir la tombe. Il voulait oublier, ne plus se concentrer que sur la haine et la colère pour s’en nourrir comme un diable.

Il leva les yeux sur la bâtisse, immense, avec un air sinistre.

« Regarde ce qu’ils ont fait… Maman ne méritait pas la moitié de tout ça. »

Bien sûr, il n’allait pas non plus rajouter que Brivael avait été une victime par défaut de tout cet engrenage. Il n’avait pas l’attention de tergiverser davantage. Il jeta un dernier regard à Brivael et finalement fit un premier pas vers la bâtisse, sans plus un mot. Il n’avait pas peur.


- ANGER IS MY MISERY -
Anger is an acid that can do more harm to the vessel in which it is stored than to anything on which it is poured.
merci ♥ silver lungs

 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   
Dim 24 Nov - 13:55


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 24
avatar
Lord Brivael Grey
Brivael n'avait guère espoir de voir son frère revenu à la raison. James avait toujours était d'un tempérament difficile et il s'était souvent appliqué à s'enfoncer dans ses erreurs plutôt que de reconnaître un tord. C'était d'ailleurs ce qui l'avait mené à cette dernière dispute avec feu Lord Lester junior. Aussi, le chef de famille ne fut guère surpris par la réponse de son frère. Il ne dit cependant rien, souhaitant mesurer tout l'égoïsme de cette folie avant de prononcer sa sentence.

Savoir qu'on tenait enfin celui qui avait mené l'expédition punitive contre leur père aurait pu suffire à lui imposer plus de clémence mais Brivael ne pouvait se permettre d'agir comme James. Il avait une famille à relever et à soutenir. Sa vengeance, il prendrait le temps de la fomenter de sorte qu'elle ne puisse en rien éclabousser ses accomplissements personnels et encore moins leur famille.

« Regarde ce qu’ils ont fait… Maman ne méritait pas la moitié de tout ça. »
« Tu ne fais que couver du regard la surface visible des choses James. Le mal est bien plus grand qu'il n'y paraît et je doute qu'en menant cette vendetta à ta façon, comme tu l'as toujours fait, tu ne nous aides à sortir la tête hors de l'eau. Notre mère n'a pas besoin d'ajouter une stèle de plus dans ce triste jardin. Quant à tes enfants, revenir pour repartir l'instant d'après et leur promettre de nous ne nous rendre à visite que les pieds devant... mais à quoi penses-tu James ? »

Brivael n'avait pas le ton sévère qu'il avait pu avoir autrefois. Il semblait simplement extrêmement las, comme écrasé par les responsabilités qui pesaient sur ses épaules. Il soupira profondément et repris, essayant au mieux de montrer à son frère qu'il pouvait encore tourner le dos à ses erreurs de jeunesse :

« Crois moi, il est déjà bien assez difficile de renouer avec des enfants qui te connaissent à peine. Tu as une famille ici James. Cela signifie aussi des responsabilités, d'autant plus en ces temps difficiles. Chacun, du plus jeune jusqu'à moi, porte sur ses épaules les agissements de ses pairs. Ne nous rends pas les choses plus difficiles encore. », il ne reparlerait pas du passé. Pas encore. « Si tu as un minimum de bon sens tu sauras qu'il y a une chambre qui t'attends ici et beaucoup de travail même si cela signifie vivre caché... »

Intimement, Brivael savait que James ne ferait pas le choix du bon sens...




 
MessageSujet: Re: The Importance of Being Earnest (pv)   



Contenu sponsorisé
 
 

The Importance of Being Earnest (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AD NOX : THE AURORS. :: L'Angleterre :: Ici et là en Angleterre...-