Partagez | .
 

 Blue Moon Shines.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Blue Moon Shines.   
Dim 18 Aoû - 23:39


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari


« Moony ? » Jinan la cherchait de partout à travers les bois de cette étrange forêt. Il passait sa tête par de là un tronc, puis un autre, avec un sourire quasi-féérique sur ses lèvres. Il se sentait bien, comme s'il était en accord avec ce qu'il ressentait en ce moment-précis. Mais elle n'était pas là, elle se cachait de lui, comme si elle avait peur que ce soit le grand méchant loup qui vienne la chercher. Jinan ne désespérait pas, l'appelant de temps à autres, continuant sa recherche derrière les arbres, derrière les buissons, les branchages, dérangeant parfois une chouette ou un daim qui s'en allait aussi vite qu'il le pouvait pour ne pas être déranger par la présence de l'étrange garçon qu'il était, brillant d'une étrange lumière comme si elle émanait de chacun des pores de sa peau.

Enfin, ses pas le menèrent vers une clairière. Dégageant une branche qui lui barrait la route, il aperçut Muadhnait, dans une étrange tenue d'un blanc éclatant, brillant d'une étrange lumière à son tour. Elle était magnifique sous cette lune pleine. Quelque chose de magique émanait d'elle, l'empêchant de faire un pas de plus, le regard plein d'amour et d'admiration. La bouche légèrement entre-ouverte, une étrange étincelle dans ses yeux, Jinan finit par avancer, lâchant la branche une fois qu'il fut passé. Là, elle s'arracha de la contemplation de la Lune pour le regarder, ses cheveux nouées, lui tombant sur son épaule gauche, lui cachant un sein. Jinan s'approcha d'elle, lui tendant les mains. Elle les saisit avec délicatesse, lui faisant un petit sourire attendri, ravie, comme si elle réprimait une folle envie de lui sauter au cou, et là, il se pencha vers elle pour l'embrasser.

Lorsqu'ils s'échangèrent un baiser d'une intensité comme il n'avait jamais embrassé personne, un étrange bruit les interrompit, et là, il ouvrit les yeux. Ce n'était qu'un rêve. Mais quel rêve... Jinan se redressa dans son canapé, le regard ailleurs, avant d'entendre de nouveau la sonnerie. Il se passa une main dans les cheveux, puis sur le visage, avant de contempler le bordel partout. Oh, putain. Il se redressa, en caleçon, cherchant son pantalon qu'il ne trouvait pas, ni même son tee-shirt. Nouvelle sonnerie. Putain de merde, mais c'était qui ?! Il pesta, se dirigeant vers la table basse, tentant de camoufler au passage deux, trois conneries, se prenant les pieds dans ses chaussures, pour finir par se rattraper in extremis à l'encadrement de la porte menant au hall. Encore un passage de sa main dans ses cheveux comme pour tenter de réduire le massacre, il s'approche de la porte, et l'ouvre.

« Oh, euh... Moony ! » Machinalement, il essaya de se cacher derrière la porte.
« Qu'est-ce qui se passe ? Vas-y, euh, rentre ! » Il était rouge, ne sachant pas vraiment comment se mettre, essayant jusqu'à agrandir son caleçon comme pour lui cacher un peu plus que les hanches. De son regard, il cherchait toujours son pantalon ou son tee-shirt, mais rien à faire. Finalement, il poussa tout le bazar qu'il y avait sur le canapé pour qu'elle puisse s'asseoir en le balançant par terre. Se retournant vers elle, il lui dit : « Désolé, c'est mon jour de repos, et... Et je dormais... Hum. » Il se gratte l'arrière du crâne avec sa main, avant de trouver à ses pieds son pantalon. Il se maudit, avant de s'approcher d'elle pour le ramasser. Il l'enfila tant bien que mal, avant de se redresser. Son regard s'arrêta quelques instants sur sa poitrine qu'il avait juste devant les yeux, avant de relever complètement la tête pour voir qu'il n'était qu'à dix centimètres de ce dernier. Il aurait presque pu sentir son souffle. Jinan se recula, l'air mal à l'aise.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Lun 19 Aoû - 0:25


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
Après la journée de folie qu'elle avait passée suite au deuxième cambriolage, Moony n'avait pas trop revu Jinan. D'une part parce qu'elle ne savait pas trop comment l'aborder et d'autre part parce qu'elle s'était retrouvée avec une surcharge de travail considérable. Elle était retournée l'oreille basse à la bibliothèque, persuadée que M. Afez l'y attendait pour la licencier. En fait, M. Afez n'avait pas montrer le bout de son nez et c'était Moony qui avait dû gérer toute seule la paperasse qu'elle avait consciencieusement pré-rempli pour le vieux conservateur. Il avait fallu une fois de plus faire tout le ménage pour pouvoir réouvrir et s'excuser auprès des clients mécontents car ils n'avaient pas pu consulter tel ou tel ouvrage et avaient dû se débrouiller pour leur exposer ou s'étaient ennuyé sans rien à lire chez eux. Moony s'était confondue en excuse, essayant d'expliquer la situation sans trop dramatiser pour ne faire fuir personne. Dans l'ensemble elle s'en était bien tirée mais la première journée après le cambriolage lui avait paru interminable. Au début, elle s'était dit que s'était sa punition pour avoir laissé ce cambriolage arriver.

Le deuxième jour, M. Afez n'était toujours pas là et un rappeltout ministériel attendait à la porte. Il fallait qu'il signe les papiers au plus vite. D'ordinaire il passait au moins une fois dans la journée. Il n'était plus dans sa prime jeunesse et c'était d'ailleurs pour ça qu'il avait engagé et formé Moony. Pour autant, il tenait à avoir toujours un oeil sur ce qui se passait à la bibliothèque. Sur les coups de midi, elle se permit de faire un saut chez le vieil homme. Elle frappa mais pas de réponse. Prenant son courage à deux mains, elle ouvrit avec son double et poussa timidement la porte, un brin angoissée. Mais il n'y avait absolument personne.

Elle attendit jusqu'à la fin de sa pause et se dit qu'elle repasserait le soir en partant de la bibliothèque. L'idée que le conservateur ait pu disparaître était déjà présente quelque part dans son esprit mais elle ne fit pleinement surface que le lendemain matin quand, avant d'aller à la bibliothèque elle passa chez lui pour la troisième fois pour trouver l'appartement toujours aussi désespérément vide.

A cet âge, personne ne partait comme ça sans rien dire à personne. Surtout pas M. Afez qui n'avait jamais pris de vacances depuis que Moony le connaissait. Prise de panique, Moony ne réfléchit pas une seconde et transplana directement devant chez Jinan. Elle savait pertinemment que personne ne la prendrait au sérieux au bureau des aurors mais Jinan lui, la croirait. C'était sûr.

Elle se pendit à la sonnette, un peu désespérée mais quand il ouvrit la porte elle se calma tout de suite. Dans l'urgence de la situation elle avait mis un peu de côté la gêne qui s'était installée de son côté depuis qu'elle avait eu se geste malheureux au bar quelques jours auparavant. L'apparition d'un Jinan en caleçon se chargea de remettre tous ses sens en alerte.

Holy c- regarde pas, regarde pas, regarde pas...

« Oh, euh... Moony ! »

dis quelque chose, dis quelque chose vite avant que ça fasse suspect, t'as qu'à t'imaginer que c'est M. Afez en caleçon, oh euuurk, ouais voilà...

« Hey! » , fut tout ce qu'elle réussit à articuler spontanément, heureusement Jinan enchaînait sans se rendre compte de rien, enfin elle espérait. Il avait l'air aussi embarrassé qu'elle.

« Qu'est-ce qui se passe ? Vas-y, euh, rentre ! »
« Merci, euh... je suis vraiment désolée de débarquer comme ça à l'improviste. », fit-elle en le doublant sans regarder.

Il fallait dire que malheureusement pour son petit coeur d'artichaut qui n'avait besoin de rien pour s'enflammer, Jinan avait énormément changé physiquement depuis la dernière fois qu'ils étaient allés se baigner au lac, il y avait seulement trois ans de ça. Le petit gringalet dont se moquait un peu son cousin Neil avait été pris en main par les aurors et cela se ressentait (pour le meilleur) sur sa musculature. Il était beaucoup plus solide qu'il ne l'avait été et beaucoup moins regardable aussi...

regarde pas Moony, regarde pas, tu vas passer pour une perverse ou je sais pas quoi, ça serait pire que tout

D'ordinaire elle aurait vu le bordel et elle lui aurait dit qu'il menait le même train de vie qu'un raton laveur dans un terrier mais là elle en perdait un peu son latin. Il dégagea le canapé et elle s'y rangea d'elle même, comme si elle avait voulu occuper le moins de palce possible jusqu'à disparaître totalement avant qu'il ne se rende compte qu'elle était rouge écarlate et qu'elle ne pouvait pas le regarder plus d'une micro-seconde.

« Désolé, c'est mon jour de repos, et... Et je dormais... Hum. »
« J'aurais dû aller au ministère, je ne sais pas où j'avais la tête, mais j'avais l'intuition qu'il y avait que toi qui... »

Elle stoppa net en avisant un jean juste à ses pieds qu'il avait lui aussi remarqué et qu'il s'apprêtait à enfiler juste sous son nez alors qu'elle faisait tous les efforts du monde pour ne pas baver devant sa plastique de super héros... pour la première fois elle trouvait que le nom marvel prenait tout son sens...

mais qu'est-ce qui te prends de penser ça ? facepalm

« T'as pris ta potion ? » , demanda-t-elle à peine flippée à l'idée qu'il ait pu entendre ce qu'elle pensait depuis le début...

Une seconde après il était presque rhabillé mais se retrouvait le visage juste à hauteur de... Moony ferma les yeux.

C'est dans ta tête ma pauvre fille il n'a pas regardé, Holy c- j'en reviens pas d'avoir pensé un truc aussi pervers... ce n'est pas son genre

Par réflexe, elle re-serra son gilet sur sa petite robe d'été, plantant son regard dans le sien comme si elle avait eu en face le magicobus près à lui foncer dessus. Un ange passa au dessus de leur tête quand, pour casser le malaise, elle lâcha de but en blanc :

« M. Afez a disparu. »



 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Lun 19 Aoû - 11:44


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
« J'aurais dû aller au ministère, je ne sais pas où j'avais la tête, mais j'avais l'intuition qu'il y avait que toi qui... » Jinan ne dit rien. Non pas qu'il était d'accord avec elle, mais parce qu'il ne savait plus comment se comporter avec elle. La révélation de Muadhnait l'avait tétanisé, et certains dommages collatéraux comme la perte de pensées tranquilles lorsqu'il était à côté d'elle se faisait ressentir. Ses rêves le poussaient également à choisir ce qui était bon pour lui, ce que son cœur voulait à tout prix. Mais sa raison persistait, signait, et argumentait pour éviter que cela ne se produise, le laissant dans le doute, la souffrance de ne pas être à cent pour cent en accord avec lui-même. Moony était essentielle dans sa vie, cela ne faisait aucun doute. Néanmoins, Muadhnait voulait plus que ce qu'il pouvait lui donner. Pourtant, il savait qu'il en était capable, son corps le réclamait. Il voulut lui dire quelque chose, mais rien ne sortit. Aucun son. Ce n'était pas faute de vouloir essayer.

« T'as pris ta potion ? » « Oh, euh... Non, faudrait que je la prenne. » Fallait déjà qu'il s'habille. Vu ce qu'elle lui avait fait, il y a deux jours, moins elle en voyait, mieux c'était. Non pas qu'il se savait beau, ou quoique ce soit, car il était plutôt du genre à trouver toujours mieux chez les autres, mais c'était une petite tenue qui, dans certaines situations comme il l'avait vu à la télé pouvait déboucher sur certaines situations quelque peu cocasses. Ce qui ne manqua pas d'arriver lorsqu'il s'était relevé à la hauteur de ses seins. Il était brûlant, et il fallait vite qu'il mette son pantalon sinon il ne répondrait plus de rien. Enfilant son pantalon, attrapant un tee-shirt qui traînait derrière le canapé, il se recula, cherchant quelque chose à dire. « Je vais déjeuner... Tu... Euh... Tu veux qu'on aille chercher quelque chose ? » Il se mordit la lèvre, il avait trop chaud sous son tee-shirt. Il fallait qu'il mette de la distance entre elle et lui, et vite.

« M. Afez a disparu. » Un seau d'eau froide lui tomba sur la tête, faisant retombé toute cette tension qu'il commençait à ressentir un peu partout dans son corps. Son visage devint tout de suite bien plus sérieux. C'était étrange... Ce cambriolage était visiblement plus qu'un simple cambriolage de bibliothèque comme beaucoup l'aurait pensé. Jinan attrapa ses chaussures, prenant ses chaussettes qu'il enfila rapidement.
« Euh... Tu n'en as donc parlé à personne, c'est ça ? » Il vint s'asseoir sur le fauteuil en face d'elle. Se grattant de nouveau l'arrière du crâne, réfléchissant à toute vitesse, il se mit à parler comme pour s'aider dans sa réflexion. « Donc, tu te fais cambrioler, mais ils ne prennent rien. Je passe une semaine avec toi, toujours rien. Je pars, et là, paf, ils reviennent à la charge, nous dévoilant une cache que l'on ne connaissait pas... Mais... Attends, c'est bizarre, non ? Ils te cambriolent pile quand je m'en vais ! Qui savait à part toi, que je partais ? Y avait que Mr. Afez, c'est ça ? » Tout semblait s'emboiter dans sa tête.
« Je sais pas toi, mais j'ai pas l'impression que ce soit un kidnapping... Puis, bon, les égyptiens, hein. »
Il se passa une main sur le menton comme pour réfléchir. Il lança un regard vers Moony, et il lui demanda: « T'es allé vérifier chez lui ? Peut-être que je m'emballe pour rien. » Il eut un petit rire avant de se frotter au dessous de l'oeil gauche, comme gêné.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Lun 19 Aoû - 12:31


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
Dans l'appartement l'atmosphère était pesante et la gêne tangible. Moony savait parfaitement que c'était de sa faute. A cause de ce qu'elle avait fait, ils ne savaient ni l'un ni l'autre comment se comporter. Est-ce qu'ils étaient trop près l'un de l'autre? Est-ce qu'ils pouvaient dire telle ou telle chose? Des questions qu'ils ne s'étaient jamais posées avant. Et inutile de dire qu'ils étaient l'un comme l'autre incapables de se lancer sur le sujet pour éclaircir la situation. A ce moment-là, Moony n'avait qu'une envie : avoir un retourneur de temps pour n'avoir jamais fait cette connerie. Pourquoi vouloir toujours plus? Ils étaient bien comme ils étaient avant. Là, plus rien ne semblait fonctionner. C'était presque une torture de rester à côté de lui, à culpabiliser de ce qu'elle avait fait ou pas fait, de ce qu'elle ressentait parce que malgré tout, même après sa tentative d'approche désastreuse, elle sentait bien que ses sentiments restaient toujours les mêmes. Elle n'avait pas besoin d'attendre de rêver de lui du fond de son lit le soir pour s'en rendre compte. Quand elle pensait à lui son coeur se mettait à battre et, même si en ce moment les petites décharges qu'il lui envoyait avaient plutôt le goût du dépit amoureux, elle se sentait plus vivante juste de savoir que Jinan existait.

Voyant qu'ils ne s'en sortaient pas à essayer de se faire la conversation comme on ferait avec quelqu'un qu'on ne connait pas ou n'apprécie pas assez, en sortant des bribes de questions décousues et sans intérêt, et redoutant qu'il ne se mette à lui parler de la pluie et du beau temps, Moony annonça de but en blanc que M. Afez avait disparu. D'une part parce qu'au moins ça justifiait sa présence chez Jinan et d'autre part parce qu'elle n'avait qu'une hâte : partir ! Aller ouvrir sa bibliothèque et s'abrutir de travail.

« Euh... Tu n'en as donc parlé à personne, c'est ça ? »

Elle secoua la tête à la négative.

« Ça fait moins de 48h, mais c'est un vieux monsieur... » , expliqua-t-elle comme si elle avait peur qu'il la rembarre et lui dise qu'il n'y avait pas de raison de s'inquiéter vraiment en dessous de ce délais que les émissions de télé avaient rendu célèbre.

Jinan vint s'asseoir en face d'elle, réfléchissant. Au moins il la prenait au sérieux et c'était tout ce qu'elle demandait.

« Donc, tu te fais cambrioler, mais ils ne prennent rien. Je passe une semaine avec toi, toujours rien. Je pars, et là, paf, ils reviennent à la charge, nous dévoilant une cache que l'on ne connaissait pas... Mais... Attends, c'est bizarre, non ? Ils te cambriolent pile quand je m'en vais ! Qui savait à part toi, que je partais ? Y avait que Mr. Afez, c'est ça ? »
« Euh oui. », répondit-elle un brin hésitante. Qu'insinuait-il? Ça n'allait pas être de la faute du conservateur puisque c'était lui la victime!
« Je sais pas toi, mais j'ai pas l'impression que ce soit un kidnapping... Puis, bon, les égyptiens, hein. »
« Tu n'insinues quand même pas que M. Afez aurait quelque chose à voir là dedans?! D'accord il n'est pas toujours très sympathique mais je le connais. C'est qu'un gentil petit vieux passionné par ses livres. C'est tout. Il a travaillé dur pour avoir tout ça Jinan. », ils n'allaient pas en plus se disputer maintenant ? Moony se calma tout de suite, se rappelant qu'elle avait besoin d'un Jinan coopératif sur le coup. Quand il faisait la gueule, on ne pouvait plus rien en tirer et là, elle avait désespérément besoin de lui. C'était à elle de mettre de l'eau dans son vin, même si elle n'appréciait pas qu'il considère le pauvre M. Afez comme un suspect.

« T'es allée vérifier chez lui ? Peut-être que je m'emballe pour rien. »
« Avant hier j'étais toute seule à la bibliothèque. Ca m'a étonnée qu'il ne soit pas là vu tout ce qu'il s'était passé mais je me suis dit que c'était peut-être aussi à moi de gérer tout ça vu que c'était moi qui avait laissé entrer les cambrioleurs. Je suis passée chez lui à ma pause de midi puis vers 20h pour lui amener les documents à signer pour le vol mais il n'y avait personne. Puis je suis repassée ce matin avant l'ouverture et comme il n'y avait toujours personne je suis venue directement ici. » , raconta-t-elle en essayant de ne rien omettre, « C'est un vieux monsieur Jinan. C'est vrai que pour son âge il est plutôt en bonne santé mais il ne partirait jamais comme ça sans rien dire. Il m'aurait laissé une tonne d'instruction à suivre. Il m'aurait rabâcher mille fois le B-A BA jusqu'à me rappeler des trucs aussi stupides que dire bonjour au revoir et merci alors que bon... Il lui est forcément arrivé quelque chose. Je le sais. »

Elle était complètement désemparée et se sentait quelque part responsable de cela aussi. Elle releva des yeux implorant vers Jinan l'air de dire tu vas m'aider ?. Ce qui était sûr c'était que si il ne l'aidait pas elle allait chercher M. Afez toute seule, ce qui n'était pas très malin quand on savait ce qui pouvait traîner dans les rues de Londres...



 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Lun 19 Aoû - 14:18


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
Muadhnait semblait croire qu'il exagérait sensiblement sur la réelle situation de Mr. Afez. En se mettant à sa place, Jinan comprit pourquoi sa meilleure amie voyait les choses comme ça. Peut-être qu'il aurait même partagé sa vision des choses avant d'avoir commencer sa formation d'Auror. Seulement, voilà. Il était désormais en troisième année de formation chez les Aurors, avec, pour formateur, l'un des Aurors les plus chiants, les plus taciturnes que l'on pouvait avoir en commençant sa carrière : Milan Hatcher. Sa précision dans son travail voulait que tout soit toujours parfait afin d'être sûr de là où l'on avançait sans jamais rien omettre. C'était peut-être pour cela que Jinan ne voyait pas les choses comme Moony. Pour lui, c'était bien trop étrange, trop de coïncidence pour le moins... Surprenante. Jinan ne répondit pas, la laissant continuer de raconter ce qu'elle avait fait. Peut-être allait-il entendre un détail qui pourrait l'aider dans son raisonnement ? « Avant hier j'étais toute seule à la bibliothèque. Ca m'a étonnée qu'il ne soit pas là vu tout ce qu'il s'était passé mais je me suis dit que c'était peut-être aussi à moi de gérer tout ça vu que c'était moi qui avait laissé entrer les cambrioleurs. Je suis passée chez lui à ma pause de midi puis vers 20h pour lui amener les documents à signer pour le vol mais il n'y avait personne. Puis je suis repassée ce matin avant l'ouverture et comme il n'y avait toujours personne je suis venue directement ici. »

Jinan se tapota le bout du nez, avant de se relever pour ouvrir un tiroir dans son bureau d'étudiant où il sortit un gros classeur avec tout un tas de parchemins et de notes sur des brouillons qui tentaient de s'échapper de ce dernier. Jinan le posa lourdement sur la table, recherchant visiblement quelque chose, un cours, sûrement, sur les diverses questions et raisonnements que l'on se devait avoir lorsque l'on était un bon auror consciencieux. Jinan finit par se redresser, les mains sur les hanches. Elle ne l'avait pas vu depuis quarante-huit heures, et il ne lui avait rien laissé comme trace. Visiblement, sa maison n'avait pas été fracturé car sinon, Moony lui en aurait fait mention. Donc, ça rejetait d'un bloc le kidnapping. Un sorcier protégeait toujours sa maison de tout un tas de sortilèges, donc personne n'aurait pu y entre à moins d'avoir forcer la porte d'entrée. Il se repencha, bougeant les parchemins avec rapidité, faisant tomber des notes au sol qu'il ne ramassa même pas, pressé d'aller un peu plus loin dans son raisonnement.

Et si... Et si Mr. Afez ne s'était pas fait kidnappé, mais qu'il avait été complice de tout ça ? Cela revenait à son premier raisonnement qu'il avait balayé d'un revers de la main en se disant qu'il s'emballait un peu trop. Il se mâcha la langue, les bras tendu sur la table, autours du classeur. Il se redressa, lançant un regard à Muadhnait et lui dit : « C'est vraiment trop bizarre, je... Je vais aller faire un tour chez lui, mais... Faut que j'aille vérifier un truc au boulot. Tu veux venir Moony ? » Tout la liait. Si ça se trouve, elle était peut-etre en danger... Non, il s'affolait. Sûrement son sixième sens lié à ses origines. Il s'approcha d'elle, prenant sa baguette magique, avec un air de quelqu'un qui s'apprête à mettre la lumière sur quelque chose particulièrement obscure, dévoilant ainsi moults réponses peut-être même insoupçonnées.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Lun 19 Aoû - 15:27


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
Elle le regardait tourner et virer suspendue à ce qu'il allait dire. C'était la première fois qu'elle était mêlée à un truc pareil. Déjà en temps normal, elle avait tendance à se tourner vers lui quand elle avait un problème et en règle général, il faisait toujours exactement ce qu'il fallait (comme elle avait eu le malheur de le lui rappeler au bar l'autre fois).

« C'est vraiment trop bizarre, je... Je vais aller faire un tour chez lui, mais... Faut que j'aille vérifier un truc au boulot. Tu veux venir Moony ? »
« Euh non... », il y eu un petit silence. Depuis qu'elle avait fait sa connerie au bar c'était comme s'ils n'allaient plus jamais être sur la même longueur d'onde... « ... je vais ... il faut que j'aille ouvrir la bibliothèque et euh, si jamais il revient... »

C'était probablement la première fois de sa vie que Moony se justifiait devant son meilleur ami. C'était juste horrible et elle aurait voulu disparaître dans un trou de doxy, là tout de suite.
Elle regarda ses pieds. Cette situation n'en finirait jamais. Cinq minutes plus tard ils étaient partis chacun de leur côté avec à peine un mot...

Moony resta encore un petit peu dans la rue, esquissant un profond soupir. Elle avait tout foiré avec Jinan. Avec la bibliothèque. Et maintenant M. Afez avait disparu Merlin sait où. Il fallait qu'elle se change les idées de toute urgence sinon elle allait se mettre à pleurer... Elle avait déjà une heure de retard pour ouvrir. Pour compenser, elle transplana directement dans la petite ruelle derrière la bibliothèque et se faufila à l'intérieur pour aller faire l'ouverture. Elle traversa la réserve, comme d'habitude mais quand elle voulut en sortir la porte était fermée...

« ... »

Sans trop savoir pourquoi Moony eut un mauvais pré-sentiment. Elle chercha dans son sac mais avant d'y avoir vu quoi que ce soit elle sentit ses bras se coller le long de son corps, ses jambes se serrer. Elle se sentit partir vers l'arrière et ferma très fort les yeux anticipant le coup qu'elle allait prendre à l'arrière du crâne en tombant...

***

Elle se réveilla dans un endroit sombre et humide. Quelque part, un robinet fuyait. Elle pouvait entendre le goutte à goutte, c'était même ça qui l'avait réveillée. Elle plissa les yeux. Comme elle s'y était attendue, elle avait un mal de tête carabiné. Elle renifla avant de se relever. Elle n'avait plus sa baguette ni son sac. Le temps que ses yeux s'habituent à l'obscurité, elle fit le tour du réduit dans lequel elle se trouvait. Il semblait n'y avoir ni porte ni fenêtre ni aucun moyen d'entrer ou de sortir. Moony n'était pas claustrophobe mais quand même.

« HEY!!!! Laissez-moi sortir !!!»

Elle s'égosillait dans le vent. Ça ne servait à rien.


 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Lun 19 Aoû - 20:03


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
« Euh non... » Quoi ? Jinan resta figer, comme s'il venait de prendre la foudre. « ... je vais ... il faut que j'aille ouvrir la bibliothèque et euh, si jamais il revient... » Jinan lui balança un : « Comme tu veux. » Son ton de voix était lourd de reproche, de ressentiment, et de colère. C'était pas lui qui avait bu une bière de trop et qui l'avait embrassé, hein. Il n'avait pas à vivre ce qu'elle lui faisait endurer. Pourquoi lui en voulait-elle ? Il ne savait même pas pourquoi elle la jouait comme ça, à vouloir à tout prix le fuir sans qu'ils aient eut leur discussion. Jinan la regarda se lever, puis quitter la pièce. Avant qu'elle n'ait fermé la porte, il donna un grand coup de pieds dans son bureau, envoyant sa chaise valdinguer à l'autre bout de la chaise. Pourquoi avait-elle tout détruit entre eux, hein ? Et pourquoi lui faisait-elle payer ? Avant tout ça, elle aurait été ravi et elle l'aurait suivi sans hésiter, n'hésitant même pas à se faire petite lorsque la situation l'exigerait pour éviter qu'il ait des soucis. Il pesta en turc, comme il avait si souvent vu son père le faire, se mordant l'index replié lorsqu'il essaya de se calmer avant de transplaner à son tour.


(...)
Il réapparut dans l'Atrium, et il se mit à courir dans les couloirs, esquivant les membres du ministère qui devait sûrement se demander si cela n'était pas devenu une habitude chez les Aurors que d'apparaître en trombe en plein milieu pour se mettre à courir comme un dératé. Il glissa entre les portes de l'ascenseur qui se refermèrent sur lui, appuyant comme un demeuré sur le niveau 2. L'ascenseur s'ouvrit, et il se remit à courir, entendant des : « Jinan, mais t'es pas en repos aujourd'hui ? »  mais il ne se retourna pas. Il lui fallait consulter des informations sur Mr. Afez pour Moony. Il entra dans la salle de recherche, saluant rapidement des Aurors présent dans la pièce, avant de se jeter sur l'intermage. Jinan prit une plume, et écrivit : Salim Afez.

Alors qu'il s'apprêtait à voir apparaître la tête de Mr. Afez, il ne vit... Quasiment rien. Il ouvrit la page sur Salim, tournant une page du grimoire Intermage, pour lire ce qu'ils avaient sur lui. Pas grand chose. Il y avait des factures qu'il payait des locaux de la Bibliothèque au Ministère, deux, trois documents pas très intéressant, et une photo de lui, ouvrant sa bibliothèque pour la première fois. Jinan se redressa, l'air pensif. Quelque chose clochait. Rien sur sa date de naissance, sur ses origines si ce n'est une hypothèse égyptienne. Il tourna la page antérieur, tout en conservant l'autre avec son autre main. Il attrapa un marque page qu'il glissa derrière. Prenant sa plume, il se mit à chercher des informations en rentant diverses mots-clés. Au bout d'une demi-heure à ne rien trouver, il releva la tête, agacé. C'est là qu'il vit sur les murs la tête des Mangemorts extrêmement recherchés par le Ministère.

Sans réfléchir plus de dix secondes, il se pencha de nouveau dans sa recherche, et il glissa la photo de la page précédente dans la base de donnée des personnes recherchés sur le dernier siècle. Au bout d'une dizaine de minutes, la reconnaissance faciale proposa un nom : As'ad Al Saab. L'homme était très jeune, peut-être pas plus de trente ans. Jinan resta sceptique. C'était il y a une bonne paire de decénnies pour ne pas dire un demi-siècle. Il se tapota le nez, tandis qu'il restait appuyé avec l'autre sur la table, il lut rapidement les informations sur As'ad Al Saab : Recherché depuis 1930 dans le nord de l'Afrique et le reste du monde pour vol, pillage des différents patrimoines arabes, et égyptiens ainsi qu'un délit de fuites, en faisant croire à un braquage de son cinéma pour justifier sa disparition le temps d'occuper les autorités. Jinan écarquilla profondément ses yeux noirs. Il se passa la langue sur les lèvres, avant de lancer un sortilège de vieillissement sur la tête d'As'ad pour voir la correspondance.

Jinan se recula, croisant ses bras. Quelques minutes passèrent avant qu'il ne regarde de nouveau. « Oh, putain de merde ! » Les Aurors levèrent la tête vers lui, des regards interrogateurs, avant de le voir filer comme une flèche vers le bureau de Milan Hatcher. Là, il entra sans taper à la porte, le dérangeant probablement - il le dérangeait toujours - et il s'écria, à bout de souffle : « Vous n'allez pas me croire, mais je viens de retrouver As'ad Al Saab, un criminel mondialement recherché pour divers vols des patrimoines arabes d'Afrique du Nord ! » Il lâcha la poignet de la porte, mettant ses mains sur ses genoux, comme pour reprendre son souffle. « Et... Et faut que j'aille prévenir Muadhnait Mc Gil Fhaolain pour qu'elle nous appelle dès qu'elle le croise, non ? » Un éclair traversa ses yeux, le terrifiant tout à coup. Et s'il revenait pour enlever Moony ? Jinan ferma les yeux, prêt à entendre Milan et sa mauvaise humeur pour l'aider à s'enlever cette idée de la tête. Il ne préférait même pas y penser.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Mar 20 Aoû - 15:51


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 39
Origine : Britannique.
avatar
Milan Hatcher

Dans sa voiture civile, roulant sur le trottoir moldu, Milan Hatcher réfléchissait. A ce qu’il allait faire aujourd’hui, à ce qu’il ferait demain, aux différents ordres et travaux que ses élèves avaient, ou non, rendus, et à toutes ses petites choses qui rythme la vie d’un professeur sur terrain. Il n’avait pas cette place chaleureuse et sans danger à Poudlard. Il avait choisi la pire place pour un homme avec autant de flegme, et pour autant, il se débrouillait bien jusqu’à maintenant, même vraiment bien.
Cette semaine de vacances lui avait permis de placer toute son équipe, avec confiance, sur différentes affaires. Il était partit sans dire un mot à quiconque. Un voyage d’affaire. Un voyage payé par le Ministère de la Magie argentin. Ce n’était pas rare pour Milan, mais c’était rare qu’il n’en dise rien du tout à ses élèves. Sa règle d’or était la transparence, l’honnêteté. Mais il fallait bien les rendre indépendant, pas vrai ? Et si pendant une semaine ils n’étaient pas capable de se passer de lui, alors ils ne servaient à rien de les garder en deux et troisième années.

Son ventre serré à l’idée d’apprendre que Regulus ou Jinan - les pires - aient rencontré quelques difficultés fut vite avorter. Anderson lui apporta un dossier propre. Rien de nouveau, rien de particulier. Londres était propre et silencieuse en ce moment, mais Hatcher savait pertinemment que le calme cachait toujours une tempête.

« Hatcher ! Ton apprenti là, Jinan, il devait pas… être en repos aujourd’hui ? »

Milan haussa un sourcil, curieux. Ah. Étrangement, il ne pouvait pas dire que ça lui avait manqué.
Il s’enferma dans sa bureau, découvrant une pile impressionnante de petits courriers. Là, on voyait deux nouveaux plaintes au nom de Regulus Wilde. C’était toujours mieux que les douze de première année. Et là, une lettre de Goldsworth, la jeune, pour se plaindre de sa non-présence. Bien sûr. Toujours la même paperasse… Milan se posa allègrement dans son fauteuil, un sourire amusé à retrouver ce bureau dans son état, sans rien de changer. Il ouvrit le tiroir et y glissa les lettres qu’il lirait après. Il n’eut le temps de savourer le repos et la grâce du moment car déjà la porte s’ouvrait sur un Jinan surexcité, le regard crépitant d’étincelle. Ça voulait dire “bienvenue au bercail”, pas vrai ?

« Vous n'allez pas me croire, mais je viens de retrouver As'ad Al Saab, un criminel mondialement recherché pour divers vols des patrimoines arabes d'Afrique du Nord ! »

Milan Hatcher resta de marbre. Autant il ne le croyait pas, autant ce con de Jinan n’était pas bien connu pour mentir ou tricher, alors avec un peu de bol… Il se releva. Il n’y avait jamais de répit dans son métier. Heureusement sa femme était compatissante. Heureusement.

« Et... Et faut que j'aille prévenir Muadhnait Mc Gil Fhaolain pour qu'elle nous appelle dès qu'elle le croise, non ? »
« On respire cinq secondes, Jawhari. » Milan Hatcher attrapa sa veste, ainsi que sa baguette. Le but premier de la formation d’auror, c’était aussi d’apprendre les règles de base, dont la foutue sécurité. « Imaginons que tu dis vrai... Il ne faut pas qu’elle le croise, car je ne suis pas sûr qu’elle ait le temps de t’appeler avant qu’il ne capte son jeu. Si tu as réussi à flairer sa piste, c’est soit qu’il prépare quelque chose, soit qu’il a déjà fait quelque chose. S’il se sent menacé, il ne fera pas de prisonnier. Muadhnait ou pas. On va aller sur le terrain, pour voir s'il rôde toujours, et s'il rôde, on l'arrête, retour au bercail, avec interrogatoire. » Il allait s’arrêter là mais sa langue claqua. Il allait oublier. « CEPENDANT. On y entre pas pour sauver la veuve et l’orphelin comme un gros bourrin. Au premier pas de travers, trop précipité, je te renvois au Ministère illico, Jinan. »

Il utilisait rarement les prénoms de ses élèves. C’était une question de respect, premièrement, et surtout il fallait toujours mettre une barrière entre l’élève et lui. Milan était un vraie saint-bernard. Il avait cessé de se mettre véritablement en danger à la naissance de sa première fille. Il n’était pas question qu’il ne la voit pas se marier.

Milan Hatcher sortit de son bureau, son vieux manteau de cuir défoncé et pourri claquant derrière lui. Il siffla, et les deux têtes blondes des Goldsworth dépassèrent des bureaux. « Vous deux, au boulot. » Le regard de Milan passa au dessus de son épaule, se posa sur Jinan : « Aujourd’hui on te suit. Ce n’est qu’une mission de repérage, entendu ? »

Il y avait quand même peu de chance qu’ils tombent véritablement sur As’ad Al Saab après tout.



 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Mar 20 Aoû - 20:34


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
« On respire cinq secondes, Jawhari. » Jinan était à bout de souffle. Courir à droite, à gauche l'avait mis sur les rotules. Il lui faudrait sûrement reprendre un peu les entraînement pour palier à ce soucis, mais il y reviendrait plus tard. Pour l'instant, la seule chose qui l'importait, c'était de savoir si Milan allait le prendre au sérieux, et s'il le faisait, s'il allait l'aider dans cette tâche pour le moins ardue qui s'annonçait à lui. Arrêter l'un des criminels les plus recherchés pendant les années 30, 70ans plus tard, c'était quelque chose qui révélait plus de l'exploit que du savoir faire. Avoir échapper à la justice pendant plus de 70ans, était peut-être un record en matière de fuite. Jinan se redressa, croisant les doigts pour qu'il ne l'envoie pas chier. C'était, d'ailleurs, la seule chose que Jinan pouvait faire avec Milan, et son caractère si... Particulier. « Imaginons que tu dis vrai... Il ne faut pas qu’elle le croise, car je ne suis pas sûr qu’elle ait le temps de t’appeler avant qu’il ne capte son jeu. Si tu as réussi à flairer sa piste, c’est soit qu’il prépare quelque chose, soit qu’il a déjà fait quelque chose. S’il se sent menacé, il ne fera pas de prisonnier. Muadhnait ou pas. On va aller sur le terrain, pour voir s'il rôde toujours, et s'il rôde, on l'arrête, retour au bercail, avec interrogatoire. » Jinan sentit son coeur se serrait à l'annonce du potentiel sort qui était réservé à Moony. Alors, certes, leur relation était tendu actuellement, mais il ne pouvait ressentir autre chose qu'une peur indéfinissable l'envahir. Il hocha la tête, acquiesçant les paroles de Milan, tout en espérant que Moony n'ait rien, avant de soupirer toute l'air de son corps, comme pour évacuer un stress qui semblait le ronger.

« CEPENDANT. On y entre pas pour sauver la veuve et l’orphelin comme un gros bourrin. Au premier pas de travers, trop précipité, je te renvois au Ministère illico, Jinan. » Milan venait de l'appeler par son prénom, chose rare qui eut pour effet de sécuriser toutes les craintes qu'il pouvait alors avoir depuis sa recherche. Son formateur, bien qu'il soit le dernier des crétins selon Jinan, était quelqu'un qu'il respectait beaucoup pour son expérience, pour son savoir et pour son attitude quelque peu désobligeante à l'égard de ses élèves. Malgré ça, Jinan lui était loyal, et ce que Milan venait de faire prouver bien qu'il avait eut raison d'avoir confiance en lui. Jinan se mit au garde-à-vous, touché par l'attitude de son formateur. « Bien entendu, Monsieur. » Il suivit du regard Milan qui attrapait son vieux manteau de cuir tout rapiécé (Jinan se demandait parfois si ce type était au courant qu'en été, on ne portait pas ce genre de vêtements) pour enfin le contourner et sortir de son bureau.

Il s'arrêta à la porte de son bureau, puis se mit à siffler. Aussitôt deux têtes blondes apparurent de derrière les box, et Milan aboya : « Vous deux, au boulot. » Jinan s'approcha de Milan qui se retourna pour lui dire : « Aujourd’hui on te suit. Ce n’est qu’une mission de repérage, entendu ? » Jinan sentit son ventre se contractait sous la pression. Jinan hocha de la tête, comme si son estomac allait exploser, avant de s'avancer et de passer devant son formateur. Il regarda ses collègues, puis Milan, et il leur dit :
« Muadhnait est allé voir chez lui, et il n'y avait rien. Tout était laissé comme tel. J'ai pas encore eu le temps de vérifier, car j'avais ce doute qu'il fallait que je vérifie dans l'Intermage... Je pense que nous devrions d'abords aller à la bibliothèque, puis chez lui. Il a d'ailleurs un appartement au-dessus de la bibliothèque où j'ai séjourné pendant ma planque. Je vous attends devant. » Jinan tourna sur lui-même et disparut dans un volute de fumé blanche.


(...)
Lorsqu'il réapparut devant l'entrée principale de la Bibliothèque, Jinan fut surpris de voir cette dernière fermée. Il secoua la porte, comme s'il espérait la voir s'ouvrir, mais rien ne se passa. Elle resta fermée, et Jinan sentit son coeur se serrait. Où était Moony ? Il se retourna au même moment où Milan et ses collègues apparurent, et il leur dit : « C'est pas normal. On s'est quitté y a deux heures, elle devait l'ouvrir en espérant voir Mr. Afez apparaître. » Jinan inspira, puis expira plusieurs fois, reprenant son self-control. Il reprit : « Monsieur, il y a une autre entrée par là-bas, je suggère qu'on y aille tous les deux, pendant que vous deux, vous entrez par là. Si je me souviens bien, c'est des sortilèges de fermeture et de sécurité basique. » Son stress était toujours là, mais il semblait se reprendre, se contenir. Cela avait sûrement avoir avec ce que Milan lui avait dit. Il fallait réfléchir, savoir se contrôler. Jinan, baguette au poing, contourna l'entrée principale pour s'enfoncer dans la petite ruelle derrière la bibliothèque. Là, il s'arrêta devant une petite porte de bois qu'il tapota avec sa baguette à plusieurs reprises, incantant tous les contres-sorts de verrouillages mineurs qu'il connaissait.

Lorsqu'il entendit un cliquetis, baguette tendu à la hauteur de sa tête, prêt à tirer, il poussa la porte, avant d'illuminer le bout de sa baguette pour lui éclairer la pièce. Il s'avança, sans un mot, jusqu'à traverser la réserve, ces sens en alerte. Tout à coup, il trébucha, manquant de tomber. Il se rattrapa à l'une des bibliothèques à côté, puis, il pointa de sa baguette le sol pour voir le sac de Muadhnait, ainsi que sa baguette. Son cœur rata quatre ou cinq battements. Il se baissa pour ramasser la baguette de Moony qui se mit à crépiter amoureusement, lâchant des étincelles de couleur bleu et rose. Jinan sentit ses yeux lui piquer, mais les Goldsworth apparurent à ce moment-là, lui évitant de trop se sentir seul. Jinan se releva, regardant Milan, et il lui demanda : « Je crois que vous aviez raison, Monsieur. On fait quoi, maintenant ? » Jinan avait cette expression farouche sur son visage, comme si plus rien ne pourrait l'atteindre. Dans ses yeux, il y avait une étrange lueur de vengeance qu'il ne parviendrait sûrement pas à cacher de son formateur.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Mer 21 Aoû - 2:44


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 39
Origine : Britannique.
avatar
Milan Hatcher


Visiblement, la porte ne s’ouvrait pas. Milan pour autant n’intervint pas. Si en général il menait d’une main de fer la moindre des filatures, cette fois-ci - et peut-être car il était d’une étrange bonne humeur suite à son voyage couronné de succès - il laisserait la main à Jinan, du début jusqu’à la fin… si aucune encombre, bien sûr. « Monsieur, il y a une autre entrée par là-bas, je suggère qu'on y aille tous les deux, pendant que vous deux, vous entrez par là. Si je me souviens bien, c'est des sortilèges de fermeture et de sécurité basique. » « Vous n’êtes pas mon élève aujourd’hui Jawhari, mais le chef d’équipe. Pas de je suggère. Pas de vous. Seulement des ordres, vifs, concis, directes. Si vous faites mal, je vous reprendrais, n’ayez aucun soucis là dessus... » Le sourire de Milan indiquait qu’il avait déjà du le faire des centaines de fois. Après avoir passer deux à trois pour certains à donner des autres, il concédait que ces derniers étaient au moins rentrer dans la caboche de la moitié d’entre eux. Et Jinan en faisait partit.
Sur le terrain, le garçon qui voulait trop bien faire continuait à être là, derrière le petit garçon stressé à l’idée de perdre son amie. Qu’on ne s’y trompe pas, Milan savait mieux que personne ce que c’était, que ce sentiment là.

Dans la bibliothèque, aucun signe de vie. Pas l’ombre d’une personne, sauf un sac, dans lequel Jinan se prit les pieds. Milan leva les yeux au ciel avec un sourire amusé. Jusqu’à maintenant, il ne croyait pas vraiment à l’épisode de l’égyptien voleur de jeune de fille, et encore moins à ce que l’on retrouve à Londres même un être particulièrement dangereux. Milan fit une petite grimace. Sa bonne humeur et son entrain revenu au galop lui avait fait oublier la plus ultime des sécurités : le mandat magique.

« Je crois que vous aviez raison, Monsieur. On fait quoi, maintenant ? »

Milan Hatcher regarda autour de lui. Ils avaient un cartable disparu, et un égyptien introuvable. Tout ça dans la même journée, sous le même toit. Soit ils s’étaient donnés le mot et étaient sortit tous les deux pour une raison x ou y, soit… Soit il s’était véritablement passé quelque chose. La question était : quoi ?

« On ne s’enflamme pas Jawhari. Nous sommes déjà ici sans aucune commission ou mandat… Première erreur. » Bien sûr, elle était presque minime, mais cela serait un vice de procédure qu’on leur dirait tôt ou tard.

Milan jeta un regard aux alentours et finalement fit sortir tout le petit cortège qui lui servait d’élève.

« Alors, Goldsworth un, tu vas aller au Magenmagot, et tu vas aller voir le juge Vanna Syl. Tu lui demandes un mandat de comparution devant auror au nom d’Afez. Goldsworth deux, tu iras dans l’intermage, et je veux une copie formelle et tamponnée du portrait d’Afez avant et après vieillissement sur trois formats. Quant à toi Jawhari... » un petit doute plana. Est-ce qu’il était assez grand pour ça ? Non. Il ne fallait pas que cette histoire prenne une trop grande ampleur. « Tu dois bien connaître McGill Fhaolain, alors remonte la filière. Tu refais le chemin inverse, pour voir si elle n’est pas rentrée chez elle, aller dans un café qu’elle aime bien. Elle a peut-être rebroussé chemin, reçu un appel important, quelque chose. D’ici trente minutes, je veux vous tous ici de nouveau. Pendant ce temps... » Il inspira, et soupira. Trente minutes, c’était long. « Je reste ici pour cueillir Afez si jamais il revient. Vous me tenez au courant, je vous tiens au courant. Pas de relâchement, et pas de précipitations. Les minutes sont importantes, mais les secondes deviendront des heures à la moindre faute.
Si jamais ça bouge, je vous bip, vous rappliquez dans la seconde. De même dans vos cas. Go. »


Il fit un petit geste de la main et les laissa vaquer chacun à leur mission. Son regard glissa sur la bâtisse, un air étrange sur le visage. Son instinct de chien, peut-être, comme disait souvent Cornelius. Pour autant… tout ça était étrange.





 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Mer 21 Aoû - 12:08


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
« LAISSEZ-MOI -»

Moony se tut tout d'un coup. A force de cogner contre les murs crépis et mangés de moisissures, elle en avait les paumes toutes écorchées. Elle s'essuya sur son jean, retenant sa respiration autant qu'elle pouvait. Tendue à l'extrême, elle tourna vaguement la tête pour voir par dessus son épaule malgré l'obscurité dense de la pièce où elle se trouvait. Il y avait quelque chose ou quelqu'un avec elle. Quelqu'un qui ne se trouvait pas là il y a cinq minutes.

« La clé! Où tu as caché la clé ? », souffla une voix tout contre son oreille.

Elle voulut faire volteface mais soudain une main l'empoigna et la colla au mur. Contre son dos, le corps de l'inconnu faisait bloc, l'empêchant même de bouger.

« La clé? Mais quelle clé? Je sais pas de quoi vous parlez ? Je - », bafouilla-t-elle, prise de panique.
« La clé du coffre!!! BORDEL! », rugit l'homme, perdant patience.
« Vous!! », s'écria l'écossaise en reconnaissant parfaitement bien la voix d'un des types qui s'étaient introduit à la bibliothèque deux semaines auparavant. Cette découverte lui redonna un brin de courage, l'homme était moins terrifiant maintenant qu'elle savait qui il était. Ça n'était pas rationnel mais c'était tout ce qu'elle avait pour le moment,
« Lâchez-moi! Vous me faites mal! Je sais pas de quoi vous me parlez! J'ai pas de - »

...clé, pensa-t-elle. Une clé. Bien sûr qu'elle en avait une de clé. Fermant à nouveau les yeux, elle revit M. Afez lui remettre cette minuscule petite clé d'or qui n'ouvrait probablement rien. Cette clé symbolisait son rôle de gardienne du savoir écrit, avait-il annoncé solennellement en la lui remettant. Elle l'avait toujours, attachée à son poignée avec deux sortilèges de peur de la perdre...

« Je n'ai que les clés de chez moi et les clés de la bibliothèque... », tenta Moony espérant qu'il goberait le truc.
« TU MENS!!!! », tempêta l'homme en la poussant encore un peu plus contre le mur avant de s'écarter, excédé. « Donne les clés! »

Moony hésita un peu. Elle n'avait pas envie que ces types aillent tout saccager - encore - à la bibliothèque. En chez elle il n'y avait pratiquement rien. Ils pouvaient au mieux piller le frigo. Mais à la bibliothèque il y avait tout ce que M. Afez avait amassé au cours de sa vie et pas que les livres. Il y avait aussi les vieilles bobines de film qu'elle avait regardées avec Jinan...


« DONNE!!!!! »

Moony sursauta, passant sa main sur le côté pour attraper... son sac. Merde son sac. Elle était tellement paniquée qu'elle en avait oublié avoir perdu son sac... Elle déglutit, sentant que ça allait chauffer pour son matricule.

« Elles... sont dans mon sac... »

« IL EST OU LE SAC ?!! »
« Je - je sais pas. J'ai dû le perdre à la bibliothèque? Je vous jure que c'est la vérité. », à force de l'embobiner, elle avait peur que le type perde patience et ne lui en colle une pour lui faire passer le goût de lui faire perdre son temps. « C'est la vérité... », couina-t-elle désespoir de cause.
« Si je reviens et que j'ai pas trouvé la clé... », menaça l'homme avant de transplaner.

Il n'allait pas trouver la clé, c'était sûr. Moony posa son front contre le mur. Dans quoi M. Afez l'avait-il embarquée en lui confiant cette clé? Et si Jinan avait raison ? Si d'une manière ou d'une autre le vieux conservateur était mêlé à tout ça ? Non, ça Moony ne pouvait pas le croire. Il devait y avoir quelque chose d'important pour lui dans ce coffre. Quelque chose qu'il avait voulu protéger. S'il lui avait vraiment donné la clé qui ouvrait le "coffre" (elle découvrait seulement que c'était ce que les cambrioleurs avaient délogé du mur du rayon des lupins malins), c'était probablement parce qu'il s'était dit que personne ne penserait à elle. S'il avait su...

***

Shane avait attrapé Lazlo par le colback. Pas question de traîner ici cent sept ans. La vieille baraque coincé entre obscurus books et barjow et beurk, minuscule, n'était qu'une planque de repli. Il fallait qu'ils ouvrent ce maudit coffre au plus vite et qu'ils encaissent les dividendes. Ce que le client faisait de la fille dans le sous-sol après, ça n'était pas son problème. A lui, on avait simplement demandé de ne pas trop l'amocher, dans la mesure du possible.
Les deux hommes quittèrent la vieille bicoque, l'air de rien. Aussitôt, les murs de Barjow et Beurk et Obscurus Books redevinrent mitoyens, effaçant jusqu'à l'existence de leur voisine commune. C'était souvent comme ça dans les rues commerçantes sorcières. Lorsqu'un bâtiment été désaffecté, on le dissimulait pour ne pas que le quartier pâtissent d'une mauvaise image. La planque idéale donc.

« Tu vas chez la gamine, moi je retourne à cette putain de bibliothèque. On se retrouve à la planque d'ici une heure. »

Le petit gringalet acquiesça. Lazlo n'était pas bien courageux. Il ne la ramenait jamais devant Shane et faisait ce qu'on lui disait. Par contre son fort instinct de survie en faisait un élément clé de cette petite équipe qu'ils avaient formée avec d'autres petites frappes des rues de Londres.

Shane grommela, prenant le chemin de la bibliothèque. Il savait pertinemment que personne n'allait le gêner là-bas. Et pour cause, la gamine n'avait même pas eu le temps de retourner l'écriteau "désolé, nous sommes fermés". S'il s'était attendu à voir une petite troupe de gamins estampillés ministère de la magie... Prudent, Shane rabattit son chapeau de paille un peu plus sur son visage, passant son chemin comme si de rien était pour ne pas attirer l'attention. Il allait se fondre à la foule sur le chemin de traverse tout proche et transplaner vite fait bien fait. Il ne comptait bien sûr pas que les gamins soient gardé par un chien de berger qui avait du flair...

Pendant ce temps, Lazlo n'avait pas perdu de temps. Retourner les matelas, tirer les meubles, renverser les tiroirs, ça le connaissait. Il avait même fini par trouver quelque chose d'intéressant. Une boîte à bijou bizzaroïde qui ne payait pas de mine. Le problème c'était qu'il n'arrivait pas à l'ouvrir. Après quinze minutes à s'acharner dessus à coup de sortilèges, il finit par balancer le truc contre le mur, à travers la pièce sans plus de succès... si la clé était là-dedans... ça promettait.


 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Mer 21 Aoû - 14:42


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 39
Origine : Britannique.
avatar
Milan Hatcher

Jinan s’exécuta comme le reste de la petite troupe. Maintenant que tout le monde était prêt et partit, Milan pouvait de nouveau s’accorder un petit instant à lui. Enfin, presque. Comme un véritable chien, son sixième sens le dérangeait sur le moment. Était-ce l’odeur qu’il avait sentit sur le sac et qu’il sentait encore sur le garçon qui venait de passer, ou tout simplement cet air de coupable-qui-cherche-à-fuir, il l’ignorait, mais dans tous les cas, rares étaient les fois où Milan Hatcher s’était trompé dans sa vie.
Son instinct lui disait de tout faire maintenant, mais sa raison tentait de calmer les brusqueries. Il fallait qu’il se calme pour mieux agir.

Son regard suivit, curieux, le garçon qui passait. Un chapeau de paille. Une dégaine de garçon mal famé. Le cliché de la petite frappe. Il n’avait pas vu son visage, mais rien qu’à l’odeur ...Oh, et puis merde ! Ses patrons allaient encore grincer des dents, mais si Jinan avait raison, ce serait peu cher payer contre la tête d’un fugitif.

Ses pas suivirent à peine quelques instants le garçon, avant de s’accélérer un peu. Il y avait du monde, trop de monde, mais il savait aussi qu’un transplanage illégal et trop rapide sans assez de détermination tuerait aussitôt le poursuivi. Dans tous les cas, il avait une baguette au poignet et savait encore s’en servir.

« Hey, vous ! » La voix résonna et fit écho. La main lourde de Milan Hatcher se posa sur l’épaule du personnage et serra cette dernière. « Par le Ministère, j’aurais quelques questions à vous poser … »

Bien sûr, en général, cette seule phrase ne suffisait pas. Dans le pire des cas, un stupéfix était si vite sortit. S’il y avait bien une chose qui ne manquait pas à Milan, c’était de courir.





 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Mer 21 Aoû - 20:57


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
« On ne s’enflamme pas Jawhari. Nous sommes déjà ici sans aucune commission ou mandat… Première erreur. » Jinan serra le poing, en se maudissant d'avoir oublié ça. Comment avait-il pu oublier cet élément ? C'était sûrement le plus important, d'autant plus qu'il fallait trouver le bon juge pour avoir ce genre de choses assez facilement sans trop rechigner. Milan avait une prédilection pour la Juge Vanna Syl. À chaque fois qu'il avait envoyé un de ses élèves, c'était chez elle. Et à chaque fois, elle leur en donnait un sans trop rechigner. Le juge Vanna Syl faisait parti des ces juges complètement amoureux de la justice, et, qui n'hésiterait pas une seule seconde à proclamer la mort d'un suspect, ou à le condamner au baiser du détraqueur. Pour Jinan, elle était complètement effrayante. Jinan hocha donc de la tête, comme pour se faire rentrer cette information avec force. Fallait bien que cela rentre un jour ou l'autre, mais le plutôt était le mieux. « Alors, Goldsworth un, tu vas aller au Magenmagot, et tu vas aller voir le juge Vanna Syl. Tu lui demandes un mandat de comparution devant auror au nom d’Afez. Goldsworth deux, tu iras dans l’intermage, et je veux une copie formelle et tamponnée du portrait d’Afez avant et après vieillissement sur trois formats. Quant à toi Jawhari... » Jinan pria toutes les divinités qu'il connaissait sans se soucier de la religion qu'il fallait pour les invoquer à son aide. Il fallait à tout prix qu'il puisse rester avec lui pour mettre ces fils de catins en taule, et sauver Moony.

« Tu dois bien connaître McGill Fhaolain, alors remonte la filière. Tu refais le chemin inverse, pour voir si elle n’est pas rentrée chez elle, aller dans un café qu’elle aime bien. Elle a peut-être rebroussé chemin, reçu un appel important, quelque chose. D’ici trente minutes, je veux vous tous ici de nouveau. Pendant ce temps... » Bon, c'était bien. Ca aurait pu être pire, et se sentir mis de côté dans une pareille affaire, surtout lorsqu'elle concernait Muadhnait l'aurait rendu chèvre. Il était déjà entrain d'énumérer les diverses endroits que Moony adorait, en rajoutant une visite rapide chez ses parents quelque part en Écosse pour savoir si elle ne s'y trouvait pas. Elle était tellement différente de ce qu'il l'avait connu en ce moment, q'il se mit à douter de ses propres connaissances sur sa meilleure (ancienne ?) amie. Il se mordit la lèvre, tandis que Milan continuait de donner ses instructions. « Je reste ici pour cueillir Afez si jamais il revient. Vous me tenez au courant, je vous tiens au courant. Pas de relâchement, et pas de précipitations. Les minutes sont importantes, mais les secondes deviendront des heures à la moindre faute. Si jamais ça bouge, je vous bip, vous rappliquez dans la seconde. De même dans vos cas. Go. » Jinan hocha de la tête, se mettant au garde-à-vous, puis disparut dans un volute de fumé doré.


(...)
Elle n'était pas au Sherazade, elle n'était pas chez Florion Fortarôme, elle n'était pas chez Mocca Cacao, ni même chez Fleury et Bott (vu qu'elle aimait les livres). Il avait retourné toute sa chambre chez ses parents - en signalant la disparition de Muadhnait au clan Mc Gil Fhaolain avant de transplaner avant qu'il ne lui pose la moindre question, non pas pour éviter d'avoir à leur mentir, mais parce qu'il était beaucoup trop pressé pour s'arrêter plus de quelques minutes dans un même endroit. À bout de souffle, il transplana devant chez Moony, ouvrant la porte d'entrée d'un passage de son index sur sa serrure.

C'est alors qu'il entra dans l'appartement, et qu'il vit un bordel sans nom. Un bordel que lui-même n'était pas capable de faire dans son propre 35m². Faisant jaillir sa baguette dans sa main gauche, il se mit à marcher silencieusement, observant chaque pièce avec parcimonie, baguette en joug, prêt à dégainer le moindre sortilège si l'occasion s'en présentait. Il finit par arriver à hauteur de la chambre de Moony, entendant des bruits de tiroir tirés, tombant au sol, et pleins de petits bruits sourds. Jinan entra silencieusement, baguette en joug. « T'es qui ? » Il n'avait pas encore l'habitude de crier en fracassant les portes : AUROR. Puis bon, il fallait bien une entrée en matière quelqu'elle soit. Disons que Jinan optait pour la simplicité pour le moment. Au moindre mouvement, il lui jetterait un stupéfix. Au bout de sa baguette, on voyait déjà le rayon du sortilège prêt à partir. Jinan avait le stress, mais aussi le goût du sang dans sa bouche. Il se battrait coûte coûte et lui arracherait toutes les informations dont il avait besoin pour retrouver Muadhnait.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Mer 21 Aoû - 22:22


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
« Hey, vous ! »

Shane avait parfaitement bien entendu l'homme qui le hélait. Mais il n'en montra aucun signe. Il était bien trop malin pour prendre ses jambes à son cou en pleine rue comme ça. Autant se coller une cible dans le dos et entrer chez le premier tatoueur se faire marquer "coupable" sur le front. Le malfrat continua donc son chemin l'air de rien, jusqu'à ce qu'une main lui tombe sur l'épaule. Là, il se retourna, interrogeant l'homme du regard comme s'il tombait des nues.

« Euh... oui? »
« Par le Ministère, j’aurais quelques questions à vous poser … »

Feignant toujours de ne pas comprendre, Shane répondit le plus courtoisement du monde :

« Excusez-moi mais... je ne comprends pas bien là. Vous cherchez des témoins pour ... quoi déjà ? »

Shane s'était souvent sorti de ce genre de situation en restant courtois, et en cultivant son air débonnaire. Dans le même temps, il avait plus qu'intérêt à trouver comment se sortir de ce mauvais pas. Pas question d'aller faire le poireau au bureau des aurors même si ce type n'avait probablement rien contre lui...

***

Lazlo n'avait toujours pas réussi à ouvrir cette maudite boîte. Plus il s'acharnait, plus il semblait que la boîte se portait bien. Elle le narguait la maudite breloque!!! Soudain, Lazlo entendit le couinement caractéristique d'une porte qui couine. Trouillard comme pas deux, le gringalet fit de son mieux pour ravaler un hoquet de panique.

« T'es qui ? »
« Le copain de... », il ne se rappelait même plus comment s'appelait la fille. Chassant un petit rire nerveux comme il avisait, la main tremblante, la baguette que l'autre type pointait sur lui, Lazlo feignit d'être chez lui en posant sa main sur un meuble, qui se cassa la gueule presque juste après qu'il a posé cette question : « Et toi t'es qui ? »

A nouveau un petit rire mal à l'aise. Ca n'allait pas le faire du tout. D'un geste incroyablement vif, Lazlo lança la boîte à bijou à la gueule de l'autre gars et tira sa baguette :

« Tarentallegra !! »

Le sortilège fusa droit vers l'autre, en même temps que la boîte à bijou, ce qui allait lui donner le laps de temps suffisant pour se barrer. Du moins il l'espérait.

***

Cela faisait un petit moment que Moony était seule dans le noir. Quelque part elle préférait et elle espérait que la prochaine personne qui rentrerait dans cette maudite pièce viendrait la sauver. Jusque là, elle n'avait pas encore pleuré mais elle avait mal au coeur à force d'angoisser. Et si personne ne la retrouvait jamais...

Tout d'un coup, la lumière s'alluma. Moony plissa les yeux, incommodée par la luminosité soudaine. Un grand type à l'air peu commode s'avança vers elle. Moony se carapata dans un coin, dardant l'inconnu du regard. Qu'est-ce qu'on lui réservait encore....





 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Mer 21 Aoû - 23:01


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
L'homme semblait pas valeureux pour un sous. « Le copain de... » Le visage de Jinan se mit à rougir. Une bouffée de chaleur, le coeur qui se met à battre la chamade, le turc se mit à souffler comme un buffle avec pour seul idée : Lui arracher la langue de sa bouche pour oser avoir dit ça. Qui était-il pour se permettre de s'auto-procclamer copain de Muadhnait ? En plus, c'était qui, putain ! C'était la première fois qu'il le voyait, et connaissant Moony, elle avait quand même plus de goûts ! Jinan ne savait plus quoi faire : Écouter ses sentiments et lui exploser la tronche contre le rebord de la commode, ou rester calme, et attendre afin d'attaquer au bon moment pour frapper fort et précis. « Et toi t'es qui ? » « Son copain ! » Lui balança-t-il avec une certaine argne protectrice.

Il se mit à rire, démontrant sa nature de peureux tant son rire était forcé et peu assuré. Jinan fronça les yeux, percevant d'étranges murmures sans qu'il ne sache d'où ils venaient, lorsque brusquement, il lui balança une boîte à bijoux avant de lui lancer un sortilège de danse forcé. Alors que les jambes de Jinan se mettaient à bouger dans tous les sens, le jeune turc ne put s'empêcher de tirer une tête de six pieds de longs pour plusieurs raisons. Tout d'abords, lancer un sortilège de danse forcée dans une situation pareille démontrée une certaine faiblesse d'esprit, mais ce n'était pas tout. Il sentit monter une colère en lui complètement démesuré. Il se mit à hurler : « JE SUIS ANGLAIS PAS HINDOU PUTAIN DE MERDE ! »

Il pointa sa baguette sur ses jambes qui se figèrent pour qu'il puisse en reprendre le contrôle, et en même temps qu'il balançait la boite à bijoux sur le lit, il se jeta sur le peureux qui essayait de s'échapper en le laquant au sol, avant de lui mettre un coup de poing monumentale. Il lui prit la baguette des mains qu'il envoya derrière lui, avant de lui plaquer la sienne sous la gorge. « Réponds à mes questions, demeuré. Qui es-tu et pour qui tu travailles ? » Ne pas parler de Moony, ne pas parler de Moony. Respecter ce que Milan avait dit. On parle boulot et après on laisse exprimer ses sentiments.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Jeu 22 Aoû - 16:31


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
L'autre type lui jetait des regards de buffle enragé. Après dix secondes, Lazlo comprit pourquoi : « Son copain ! » « Ah? héhé... merde. »

Le petit voleur s'était lourdé sur le coup, du coup, en désespoir de cause, il balança sur le copain de la fille la boîte sur laquelle il s'escrimait depuis deux heures et le sortilège le plus ridicule du monde. Bien sûr il ne prit pas le temps de regarder le petit numéro de danse de Jawhari. Il fallait qu'il se tire et vite...

« JE SUIS ANGLAIS PAS HINDOU PUTAIN DE MERDE ! »
« J'POUVAIS PAS L'SAVOIR!!!! », couina notre "héros" en détalant.

Se rendant compte qu'il ne fallait pas non plus qu'il revienne bredouille, il dérapa pour s'arrêter, cherchant du regard un truc avec une clé. Un soutien gorge qu'il avait jeté négligemment sur le lit en vidant les tiroirs. Ca ferait l'affaire. De toute façon il n'avait pas trouvé d'autre clé dans l'appartement et la petite boîte à bijou était trop près de l'autre type pour aller la chercher. Un soutif avec une petite clé de pacotille cousue sur le devant : il allait vraiment passer pour un con! Mais merde !! Il avait pas signé pour se prendre des gnons.

Juste à ce moment-là, l'autre se jeta un contre-sort et balança la boîte à bijoux sur le lit. Lazlo eut une petite hésitation qu'il devait regretter deux secondes après en voyant l'hindou se jeter sur lui. En une seconde, il se retrouvait plaqué au sol et voilà qu'il s'en prenait une. Il leva les pour se protéger le visage et voilà que l'autre en profiter pour lui piquer sa baguette!!

« Réponds à mes questions, demeuré. Qui es-tu et pour qui tu travailles ? »

A nouveau un petit rire étranglé. Saleté de tick nerveux. Lazlo jetait des oeillades anxieuses à la baguette pointée sous sa gorge...

« Je suis personne. Je travaille pour personne. C'est juré. J'ai même pas touché ta copine. Je sais rien. Je sais rien. »

La pauvre petite chose tremblait et se tortillait pour essayer de se s'échapper mais il n'était pas si bête. Un coup de genoux dans les parties et voilà qu'il rampait hors d'atteinte embarquant avec lui le soutif de Moony et la boîte à bijoux avant de se jeter par la fenêtre en transplanant...

***

« Alors, elle n'a rien à me dire la petite bibliothécaire ? »

Moony tortillait ses poignets dans leurs liens trop serrés. Sa situation avait évolué depuis la petite pièce sans issu. Maintenant elle était dans une pièce plus grande en sous-sol, bien éclairée. Le coffre était en face d'elle et autour d'autres types essayaient en vint de le forcer. Elle recula son visage du type qui s'était penché vers elle pour l'intimider. Ça marchait très bien d'ailleurs. Secouant la tête à la négative, elle se demandait jusqu'à quand sa chance de leprechaun allait lui épargner les baffes. L'idiot qui l'avait attachée à cette chaise, un sous-fifre probablement, n'avait pas remarqué la petite clé attachée à son poignet et elle espérait bien qu'elle allait pouvoir garder pour elle se petit secret jusqu'à ce que quelqu'un arrive pour la sauver...

« Bien. Peut-être que M. Afez aura quelque chose à me dire lui... »
« M. Afez ? »
« On ne va pas être sentimentale maintenant... », fit l'homme en lui tournant le dos pour aller dans une autre pièce.
« Non!! Non attendez!! »

Peine perdu, il avait refermé la porte. Là Moony sentit qu'elle craquait. M. Afez avait plus de quatre-vingt ans, on lui devait le respect, c'était du moins ce qu'on apprenait dans les Highlands. Elle renifla tout en continuant de se tortiller pour se libérer les mains. Un peu trop sans doute parce qu'elle finit par attirer l'attention d'un type baraqué. Il s'approcha à grands pas et la secoua un peu pour qu'elle se tienne tranquille. Par acquis de conscience, il vérifia les liens de la gamine...

« Hey Dude, va chercher le boss, je crois qu'on l'a la clé... »

Moony soupira profondément, son menton retombant doucement sur sa poitrine.



 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Sam 24 Aoû - 21:13


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
Son rire lui mettait les nerfs à vif. Peut-être pour la première fois de sa vie, le désir d'employer la force pour obtenir ce dont il avait besoin se fit ressentir dans chaque cellule de son corps, comme si une décharge électrice de faible intensité le traversait de part et d'autres. Son regard devint beaucoup plus sombre, tandis que son visage devenait de plus en plus terne, rappelant ainsi l'épisode de la bibliothèque avec Muadhnait lorsqu'il avait comprimé sa lumière pour la décharger dans toute l'étendue de la bibliothèque. Le contour de ses yeux qui se noircit, son regard devenant beaucoup plus perçant, il se mordit la langue pour ne pas brandir sa baguette dans un unique but de faire du mal. Il ne l'avait jamais fait, cela n'allait pas arriver maintenant. « Je suis personne. Je travaille pour personne. C'est juré. J'ai même pas touché ta copine. Je sais rien. Je sais rien. » Jinan eut un sombre sourire. La potion qu'il prenait habituellement pour être tranquille et seul dans sa tête sans avoir à entendre les pensées des autres, ne faisait plus effet depuis un petit moment déjà. Il ne pouvait plus lui mentir. « Menteur. » Murmura-t-il, prêt à bondir sur l'homme.

Il fallait qu'il le touche pour faciliter les choses. Avoir des images l'aiderait sûrement à comprendre beaucoup plus facilement ses pensées. Pour le moment, à part une peur folle de se faire tuer s'il l'ouvrait, il n'y avait rien de bien intéressant. Alors qu'il levait la main pour lui maintenir la mâchoire, Jinan ressentit une vive douleur au niveau de son entrejambe, lui faisant automatiquement lâché prise. Il tomba sur le côté, le maudissant, et jurant comme pas permis avant de se relever tant bien que mal pour le poursuivre dans sa fuite. Lorsqu'il le vit sauter, Jinan ne réfléchit pas deux secondes, effectuant une prouesse à la Mustang : Il sauta, lui attrapant la cheville.


(...)
Lorsqu'ils réapparurent sur l'allée des Embrumes, dans une des ruelles sombres, Jinan se releva immédiatement avant de lui envoyer un coup de pieds dans les fesses pour le projeter au sol. Il s'approcha de lui, le soulevant par sa chemise pour le plaquer contre le mur. Jinan lui envoya un coup de tête dans le nez, lui brisant à l'impact, avant de lever la main pour lui toucher la tempe. Et alors, tout un flot d'informations lui vint en tête. L'étrange petite boîte qu'il sortait d'une cache dans la bibliothèque de Muadhnait, la cachette qui se trouvait non loin de là, ainsi que le visage de Moony, attachée à une chaise, puis... Le visage de Mr. Afez. Jinan lui mit un coup de poing dans le ventre avant de le laisser glisser contre le mur. Il baissa son regard sur ses mains, saisissant le soutif de Moony, puis sa boîte à Bijoux qu'il fit disparaître pour les reprendre plus tard. Il pointa alors sa baguette sur Lazlo et l'endormit avant de sortir de la ruelle pour trouver Barjow & Burk.

Lorsque ce fut fait, il s'approcha des murs qu'il touchait à tâtons, comme pour comprendre le mécanisme. Ce n'est qu'au bout d'une dizaine de minutes, qu'il comprit, passant peut-être pour le parfait des crétins aux yeux des passants. Il sortit une petite bille qu'on leur avait donné au ministère pour bloquer tous les transplanages dans les alentours de 50 mètres, avant de lancer un patronus à Milan pour lui dire qu'il avait trouvé la cachette tout en lui donnant toutes les informations nécessaires pour la retrouver. Grâce au contact de sa main sur la tempe de l'autre demeuré, il savait où la maison se trouvait, il ne lui restait plus qu'à la faire apparaître. Il attendit que la rue se vide avant de lancer un Specialis Revelio sur le mur, et le sortilège de camouflage lui apparut. Il eut un léger sourire, gravissant le perron rapidement, disparaissant alors de l'Allée des Embrumes. Il ouvrit la porte silencieusement, et tenta de se faire le plus silencieux possible.

Jinan savait qu'il était entrain de faire une connerie. Tout ce que Milan ne voulait pas qu'il fasse, il était entrain de le faire. Agissant avec le coeur, mais aussi le cerveau, il se lança un sortilège de déshillusion, disparaissant alors dans les décors d'insalubrité de la boutique désaffectée. Marchant silencieusement, baguette contre le long de sa jambe, prêt à dégainer, il passait en revue toutes les pièces avant de trouver dans l'arrière-boutique une trappe vers les sous-sols. L'ouvrant, il descendit doucement, pestant d'aller trop doucement. Les missions d'infiltration le gonflait déjà. Prenant son mal en patience, il finit par atteindre le sol, s'éclairant faiblement de sa baguette. Il lança une petit boule lumineuse en face de lui, avant de la voir éclater, lui montrant ainsi un chemin sûr. Réduisant sa respiration au minimum, il s'avança dans le couloir, avant de voir une pièce éclairée. Des bruits de pas à l'intérieur, il se cacha sur le côté gauche de la porte, camouflé ainsi par cette dernière lorsqu'elle s'ouvrit sur lui.

Dès qu'elle fut refermée, Jinan lança un : stupéfix puis se projeta en avant pour le rattraper tant bien que mal. Il le tira derrière des cartons vides, avant de tenter de percevoir les pensées de Moony. C'est alors qu'il fit un truc qui lui vaudrait sûrement des explications à cette dernière. Caché derrière les cartons avec l'homme, il parla à Moony par la pensée lorsqu'il parvint à la localiser. « Moony ? Je suis là, n'affiche rien, je vais te sortir de là. » Petite pause, tandis qu'il tâtait l'homme cherchant sa baguette qu'il brisa en deux. « Y a quelqu'un avec toi dans la pièce ? »


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Dim 25 Aoû - 1:16


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
« C'est brillant, c'est très brillant ça. Encore un peu et tu nous aurais tous bernés... »

Le type lui ébouriffa les cheveux comme on aurait fait à un enfant. Moony pencha la tête sur le côté pour se dégager. Maintenant qu'ils avaient compris qu'elle les menait en bateau depuis le début - ou presque - il y avait fort à parier que les choses allaient beaucoup moins bien se passer pour elle. Elle appréhendait particulièrement le moment où ils essayeraient de lui prendre la clé.

« Danko! La clé! »

Un sbire s'approcha d'elle pour lui délier les mains. Sur le coup sa première idée fût d'en profiter mais après avoir retourné la chose dans sa tête, elle n'avait pas de baguette, ils étaient quatre et elle ne faisait pas la moitié du poids du moins flippant d'entre eux... Tout bien réfléchi, elle se tint à carreau. Le dénommé Danko lui saisit le poignet et tira un coup sec sur la chaînette. Moony réprima une grimace contrariée. La chaînette tint bon. Et pour cause, Moony avait tellement peur de perdre cette petite clé jusque là insignifiante, qu'elle avait ensorcelé le bijou pour prévenir toutes sortes d'accident.

« Bordel allez là, on va pas y passer la nuit! Allez dégage », le premier type donna un coup de botte dans le mollet de Danko pour venir se pencher lui-même sur Moony.
« Ok. De deux choses l'une. Soit tu es une bibliothécaire pas trop conne malgré ta couleur de cheveux...  et tu me refiles la clé sans faire de (...) »
« Moony ? Je suis là, n'affiche rien, je vais te sortir de là. »

Moony fronça les sourcils. Était-ce bien la voix de Jinan qu'elle venait d'entendre dans sa tête ? A la seconde où elle se posait cette question, elle réalisa que ...

« ... que moi et là je suis obligé de te donner les bons arguments, ce qui nous fera perdre du temps à tous les deux. Owh! T'écoutes ce que je te dis ?! »
« Oui, oui pardon, j'écoute... », répondit Moony en rentrant la tête dans les épaules de peur de s'en prendre une... Elle ferma les yeux très fort espérant que les malfrats prendraient ça pour de l'intimidation et vu que par ailleurs elle tremblait comme une feuille et sentait des sueurs froides lui couler dans le dos, le tableau restait somme toute assez crédible.

« Jinan ? Jinan ?! J'ai peur... T'es là ? »

Si ça se trouvait, c'était seulement le stress et l'angoisse qui commençaient à lui attaquer le cerveau.

« Y a quelqu'un avec toi dans la pièce ? »
« Quatre. Il y a quatre types. Ils ont M. Afez, dans une pièce à côté. T'es où ? »

« Je vais vous donner la clé. Mais... ne faites rien à M. Afez... », finit-elle par répondre, clairement hésitante.
« Ça c'est une gamine pleine de bon sens... »
« J'ai besoin d'une baguette... », risqua-t-elle en sentant sa gorge se serrer. Elle n'était absolument pas armée, ça coulait de source. Sans Jinan, elle n'était absolument pas quelqu'un de belliqueux. Elle ne s'était jamais trop intéressée aux duels, même si elle était plutôt bonne en sortilèges et en DCFM à l'époque. Elle était beaucoup trop aimable pour pointer sa baguette sur quelqu'un et le menacer pour tout dire, en témoigner la façon dont elle avait tenu les cambrioleurs en échec la première fois. Si elle avait eu ses livres à portée de main, elle aurait pu aider Jinan... « ... pour défaire le charme... »

Le type la regarda d'un air sceptique. Puis il prit sa baguette à Danko et la lui offrit, sans omettre de pointer la sienne sur la tempe de Moony qui sentait que les larmes montaient tout d'un coup sous l'effet de la panique.

« Pas d'embrouille. On veut juste la clé, ça nous avancerait à rien de te refroidir. Tout ce que tu risques c'est un léger sortilège d'Oubliettes une fois qu'on aura ouvert ce putain de coffre. »

Moony acquiesça, les lèvres scellées d'effroi. La baguette de Danko vibrait bizarrement dans sa main. Elle ne voulait pas obéir. Ou plutôt Moony n'arrivait pas à la faire obéir parce qu'elle avait un mal fou à se concentrer.

« Juste la clé et après tu es libre. »

La main du type se referma sur son épaule en guise d'encouragement. Doucement, Moony tourna son poignet, prononçant quelques mots dans son gaélique écossais, il y eut un petit clic métallique et la chaînette tomba.

« T'es toujours là? », pensa-t-elle morte de trouille...


 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Dim 25 Aoû - 11:27


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
Jinan sentait son cœur se comprimait si fort qu'il se demandait encore combien de temps il allait survivre à cette pression qui lui prenait le torse. Il se mâchouillait la langue, espérant que Muadhnait puisse lui répondre sans que ça ne lui attire trop de soucis, sinon, il s'en voudrait. Après tout, il ne lui avait jamais montré l'étendu de ses dons que lui procuraient son métissage avec... Jinan retourna l'homme qu'il venait de stupéfixer, s'agenouillant derrière les cartons vides, réfléchissant à un moyen d'attirer l'attention afin de lui ouvrir une fenêtre pour sauver Moony. Il fallait bien jouer son coup, car s'il le ratait, ils risquaient tous les deux d'y laisser leur vie. Autant vous dire que si Jinan ne pouvait plus revoir le visage de Moony souriant avant de s'éteindre comme ils étaient tous censés le faire de manière naturelle, il allait mourir la peine au cœur. « Jinan ? Jinan ?! J'ai peur... T'es là ? » Dieu merci. Jinan ne put réprimer un soupir de soulagement, tandis qu'il se redressait doucement dans l'obscurité. Toujours sous l'enchantement de déshillusion, sa cachette semblait parfaite. Il lui répondit : « Oooh, ma Moony, Dieu merci. »

Jinan eut un léger sourire, regardant tout autours de lui, tout en se grattant l'arrière du crâne. Fallait savoir combien ils étaient maintenant. Ce qu'elle ne tarda pas à lui répondre : « Quatre. Il y a quatre types. Ils ont M. Afez, dans une pièce à côté. T'es où ? » Quatre ? Jinan se mit à mâchouiller un peu plus intensément sa langue. Son mal de cœur n'allait en arrangeant, il lui fallait prendre quelques instants pour se calmer. Inspirant, expirant profondément, Jinan sentit son rythme cardiaque enfin se calmer, et aussitôt un flot d'idées lui traversa l'esprit. Il retenue la métamorphose, et entra dans une pièce voisine pour trouver des objets un peu plus solide. Ce qu'il trouva. Différentes vitrines de plusieurs tailles, un mannequin tellement poussiéreux qu'on se demandait encore comment il tenait encore debout, et diverses babioles inutiles. Maniant sa baguette comme un chef d'orchestre, il métamorphosa les vitrines et le mannequin en cinq superbes dobermans de tailles absolument respectables. Ils se mirent à tourner autours de Jinan qui sortit de la pièce, se remettant dans le couloir, baguette tendu. Il provoqua une détonation avec le bout de sa baguette avant de murmurer à Moony : « Prie pour que ça marche... » La peur, puis le goût du sang dans la bouche, Jinan reprit comme pour se donner du courage : « Bon, je suis un Jawhari, ça va bien se passer. » Avoir un grand-père général, et un père gardien des ombres, ça devait être génétique, non ?


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Dim 25 Aoû - 18:34


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
« Prie pour que ça marche... », entendit-elle dans sa tête. Elle n'eut pas le temps de demander ce qu'il allait faire et c'était peut-être mieux ainsi. Elle n'était pas sûre de pouvoir cacher bien longtemps sa petite conversation en off avec son meilleur ami. Qui savait ce que ces types pouvaient lire sur son visage...

« Putain c'est quoi ça encore ? », jeta le chef.

Au moment où il allait ramasser le petit pendentif de Moony, un fracas épouvantable s'était fait entendre dans une des pièces voisines. Tout d'un coup, elle n'était plus le centre d'intérêt du petit groupe d'homme. Le chef s'écarta d'elle sans manquer de prendre la petite clé.

« Danko. Jones. Vous allez voir ce que c'est que ce merdier. »

Les deux sous fifres s'exécutèrent, baguette en main. Le troisième, qui était près du coffre depuis le début ne bougea pas mais il sortit lui aussi sa baguette quant au chef, il l'avait déjà sortie pour rendre la petite bibliothécaire bien docile.

« C'est peut-être Lazlo et Shane, chef. »
« Quelle bande de bras cassés ceux-là... Magnez-vous de voir ce qui se passe... »

Danko poussa la porte, s'écartant précautionneusement des fois qu'une mauvaise surprise les attendre de l'autre côté. Tout était calme, en dehors de la poussière que la porte vomissait à grosses volutes. Il s'apprêtait à dire qu'il n'y avait rien quand Jones passa la porte. Une ombre énorme lui bondit dessus. Danko ne perdit pas de temps et s'engouffra dans la pièce pour venir en aide à son camarade qui gueulait comme un damné.

L'armoire à glace donnait de la baguette et quelques coups de poings à l'aveugle. Dans la mêlée il entendit le couinement significatif d'un chien qui vient de prendre un coup dans la truffe. Sans perdre de temps il envoya un sectumsempra puis tourna le dos pour jeter un sortilège à l'interrupteur mais avant qu'il ne l'ait atteint un stupéfix siffla juste à côté de son oreille. Jones était hors jeu.

« Bordel! Y a de la fouine patron!! », alerta Danko en cherchant d'où était venu le sortilège...

Moony sentit qu'on l'empoignait pour la traîner dans la salle d'à côté, les pieds toujours liés à sa chaise. De sa main libre, elle se débrouilla pour attraper la baguette du chef qui se laissa surprendre, distrait par le bordel qui venait de la pièce d'à côté. Elle eut juste le temps de faire sauter les plombs d'un coup de baguette et de se carapater comme elle put en rampant sur ses coudes.
Le chef ne tarda pas à lui mettre la main dessus, récupérant sa baguette brusquement. Mais il ne s'intéressa pas d'avantage à elle. Il fallait remettre la lumière et débusquer la sale petite fouine qui était à l'origine de tout ce remue-ménage.


 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Dim 25 Aoû - 20:05


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 39
Origine : Britannique.
avatar
Milan Hatcher


Ce qu’on pouvait dire de Milan en terme général, c’est qu’il avait du chien. Une certaine apparence le rendait austère et froid, mais il avait grandi avec le plus fou des vampyrs - dans le bon sens du terme - et parfois, dans un éclair de génie le frappant - il arrivait à être horriblement… imprévisible. Une phrase, un geste. Milan était aussi limpide que de l’eau, mais comme la petite rivière entre deux vallons, il pouvait parfois un coup de sang, et un remous moins fluide aurait bien vite fait de transformer la rivière en torrent.
Et son instinct ne le trompait jamais. Ses yeux perçants se posèrent sur la gueule du jeune homme. Rien à dire, rien que d’un coup d’oeil, il cachait quelque chose. Le sourcil gauche n’allait pas avec la bouche. Il feignait. Ça se sentait d’ici sans même avoir besoin de renifler.

« Euh... oui? »
« Par le Ministère, j’aurais quelques questions à vous poser … »

C’est ce genre de personne, pense Milan, ce genre de personne qui vous prend pour des pigeons, qui vous vend de la merde en prétextant le bon. C’est le pire des rats. Ce genre de rat qui n’a pas beaucoup d’ambitions accomplies, et n’en aura de toute façon jamais vraiment.

« Excusez-moi mais... je ne comprends pas bien là. Vous cherchez des témoins pour ... quoi déjà ? »
« Excusez-nous tout d’abord de vous importuner, mais comme il y a eu visiblement quelques vandalismes ces derniers temps dans la rue où nous nous trouvons, et que le propriétaire de la Bibliothèque est aux abonnés absents, le Ministère m’a dépêché afin de faire une enquête de voisinage, rien de vraiment très pointu. Est-ce que vous vous souvenez par exemple s’il y a eu des agitations ces derniers jours ? Autour de la Bibliothèque, ou même plus loin. Des mouvements de foule, des animations… ce genre de chose. »

Courtois et poli comme un anglais, Milan regardait le jeune homme. Son regard pour autant se décomposa littéralement quand le patronus de Jinan arriva quand le gamin finissait de répondre à la question. Rien qu’aux premières paroles prononcés, et surtout au Barjow&Beurk, il y eu comme un frisson dans l’air, quelque chose d’étrange. Peut-être que c’était la peur, ou son instinct qui lui jouait des tours, mais de toute façon, il était bien trop en retard comparé à Jinan.
Peu après, Alecto et Alberfoth arrivèrent de nouveau. Milan dépêcha cette fois-ci Abelforth à détenir et contenir surtout Shane. C’était très partial, mais pour ainsi dire, l’auror n’était pas d’humeur. C’était assez important puisqu’un auror en formation se retrouvait seul sur place. Il prit Alecto avec lui et transplana sur place, connaissait que trop bien les ruelles de tout Londres et de tout Pré-au-Lard pour y avoir longtemps circuler. Il se demandait même si quelque fois, il n’en avait pas rêvé la nuit.

« On reste en position normal. Tu fermes la marche, j’avance de cinq mètres en avant. »

Pourtant, pour une rare fois, Milan préféra revêtir son apparence toute animale. Un lourd pelage et un corps robuste qui pourtant, grâce à la joie canine, ne faisait aucun bruit quand il avançait. Ni pas craquant, ni raclure de griffe sur le paquet, il avançait à pas de loup dans la vieille bâtisse. Alecto la première avait compris le stratagème de la porte dissimulée, même si Milan n’avait pas vraiment eut besoin qu’on lui dise.
Ils avancèrent l’un derrière l’autre. Milan suivit l’odeur de Jinan grâce à une truffe noire et expérimentée. Il apprenait ainsi de chaque pas de son élève, de chaque ralentissement, chaque hésitation. Un grand “BOOM” le fit s’arrêter brusquement, les oreilles droites, en alerte. Ses pupilles s’étaient rétrécies sous le choc.

Il changea aussitôt de forme. Les volutes de poussière ramenaient à eux les débris. Ça sentait aussi le chien. Il avait pu le sentir avant même d’être de nouveau ainsi.

« Jinan... » marmonna t-il, dents serrés.

Ce petit con allait peut-être se faire démonter, voir mourir, et qu’est-ce qu’il allait dire ? Je te l’avais bien dis ? N’avance pas sans tes collègues ? Ne te prends pas pour le héros car sur le terrain, le héros est le seul qui va dans une tombe ? Un héros mort sert moins qu’un homme vivant ? Bordel de merde. Trois années pour en arriver là, c’était le summum. La colère grimpa aussitôt, gonflant à bloc un Milan Hatcher qui, s’il était de nature calme, avait quelques défauts… et la colère noire des Hatcher était une légende vérifiée.

Il passa à travers la poussière et la fumée. Un chien rôda autour de lui mais ne semble pas l’attaquer. Peut-être à cause de l’odeur. Peut-être car baguette en main, Milan faisait plus peur que le dernier des bourreaux du Roi.

Il fit un geste à Alecto pour se diriger vers la gauche. Ils allaient agir en meute, et rabattre le gibier. Milan était le plus à découvert, car en face, mais il en faudrait beaucoup pour le toucher lui, et ça laisserait de quoi aux ailiers de mettre à terre les quelques hommes qui étaient là.

« Bordel! Y a de la fouine patron!! »

Un sort fila, mais le Finite Incantatem de Milan était d’un niveau bien supérieur à ce que l’on aurait pu attendre d’un formateur, aussi la boule lumineuse éclata. L’obscurité était douce. L’obscurité était leur amie. Une ombre bougea devant lui, et son odeur était sensiblement différente de celle de Jinan. Elle avait un relent chaud. Ni Alecto, ni Jinan. C’était donc une proie, un ennemi. La voix forte de Milan trancha dans les airs, sifflant un « Petrificus totalus ! » et un nouveau boom, bruyant, donna raison à Milan. C’était bien un ennemi, et il ne risquait pas de faire grand chose à présent.

Les pas du limier avancèrent rapidement. Jinan avait du repéré sans trop de mal sa position, et Alecto était derrière lui. Il resta dans la nuée sombre de poussière et appela la baguette de Danko à lui, comme il était figé. Il la brisa tout simplement avant de la jeter sur le sol plus en arrière.

Un Reducto! soigneusement posé dissipa entièrement la poussière de l’explosion autour de Milan et aux alentours. Il ne restait alors plus que deux pièces, et des chiens. Milan était du côté de la porte, juste derrière elle, et Danko encore dans l’encadrement n’avait pas pu voir d’où venait le coup. Jinan et Alecto le regardaient. C’était dans ces moments là que tout se jouer. A la fois la formation mais aussi leur vie. Plus largement, celle de la prisonnière. S’il s’était trompé sur eux et leur sang-froid, alors cette mission pourrait avoir un dénouement tragique.

Il inspira profondément, et on pu lire sur ses lèvres qu’il comptait jusqu’à trois. Il était toujours le premier à entrer, préparant un sort de bouclier large. Il recula le pieds, attendant que tous les dobermans ne soient rentrés dans la seconde pièce et finalement passa la porte. Un bouclier, baguette tendue à hauteur du visage. Il suffisait pour lui d’interrompre ou de faire dévier les sorts, sans en oublier un seul… Et c’était bien ça le plus dur du métier.





 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Dim 25 Aoû - 22:14


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
Jinan avait tiré son éclair rouge pile sur tête du premier homme, tandis que les chiens qu'il avait créé attaquer le deuxième avec rage. Un ou deux jappèrent de douleurs, avant de reprendre leur forme initiale de vitrines maintenant brisées par le coup de poing du colosse. Jinan s'apprêtait à s'avancer, baguette tendu au dessus de son avant-bras comme pour viser lorsqu'il aperçut Milan, son formateur, suivi d'Alecto. Aussitôt, Jinan sentit une goutte de sueur perlait quelque part entre ses omoplates pour couler le long de son échine lui faisant l'effet d'un véritable retour à la réalité, et à ce que Milan allait sûrement lui faire pour n'avoir suivi aucune de ses règles qu'il avait tenté de lui inculquer en trois années de formation. Jinan eut un sourire gêné, avant de reprendre son sérieux. Maintenant que Milan était là, c'était à lui de prendre le contrôle de la mission en cours. Jinan savait que maintenant, il ne risquait plus rien de lui arriver. Milan avait beau être le pire formateur du monde sur un plan social, il était quand même un des aurors les plus prometteurs de sa génération en compagnie de Cooper Matthews et d'Ansgard Mustang pour ne citer qu'eux.

Milan leur fit signe de se préparer, puis, il se mit à compter silencieusement jusqu'à trois. À trois, il brandit sa baguette, un bouclier apparut comme un mur inébranlable, puis il pénétra dans la pièce. Alecto le suivit, baguette en joug, comme Jinan l'était tout à l'heure avant qu'il ne les repère, puis, Jinan entra silencieusement, se fondant dans le décors, profitant ainsi de son sortilège de déshillusion qui était toujours actif. Milan et Alecto commençaient à donner l'assaut, tandis que Jinan se faisait discret, passant sur le côté pour rejoindre l'autre pièce, se fiant à son instinct et aux pensées de Muadhnait. Une fois arrivée, il pénétra dans la pièce avec douceur, s'approchant de Moony qui était au sol, les cheveux plein de sang. Jinan sentit son estomac se serrait, pointant sa baguette vers les liens de la jolie blonde pour les rompre d'un seul mot. Il réapparut alors, aidant Moony à se relever, faisant ainsi dos à une porte fermée. Baguette tendue, il était prêt à le payer de sa vie pour protéger sa meilleure amie. Ne sachant pas quoi faire, il s'exécuta à couvrir les arrières de Milan et Alecto, lançant de temps à autres un sortilège de protection sur Alecto, pour combler ses lacunes qu'elle avait (tout comme lui d'ailleurs) étant donné qu'elle donnait l'assaut en compagie de Milan.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Dim 25 Aoû - 23:30


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 296
avatar
Muadhnait McGill Fhaolain
Jouer les héros, ce n'était pas forcément la meilleure chose à faire dans pareille situation. Moony avait eu largement son compte d'actes presque héroïque pour la semaine. Entre le premier cambriolage et cette histoire de clé. Personne jusque là n'avait jamais pointé une baguette sur sa tempe et rien qu'avoir eu le cran de piquer cette même baguette ne serait que pour faire sauter la lumière, c'était plus que Moony se serait cru capable de faire.

Dans l'indescriptible bordel, elle entendait les sortilèges fuser tout en s'escrimant, dans son coin, un peu à l'abri pour défaire ses liens. Sans baguette ça n'était pas gagné. Sa mère lui avait répété un nombre incalculable de fois qu'il n'y avait pas vraiment besoin de baguette mais jusque-là, Moony n'avait jamais fait autrement.

Quand elle vit Jinan apparaître dans l'obscurité tout près d'elle, Moony sut qu'elle n'avait plus rien à craindre et ce, même si le sous sol dans lequel ils se trouvaient ressemblait plus à l'apocalypse qu'à autre chose. C'était irrationnel mais au moins ça lui donner le courage de se remettre sur ses jambes et de lui faire comprendre qu'elle n'avait rien du tout.

A quelques distances de là, le chef et son dernier sbires jouaient des baguettes pour se débarrasser des aurors et essayer de remettre sur pied Danko! Les chiens y passèrent en premier puisqu'ils n'avaient aucune protection particulière. Les sortilèges se fracassaient plus violents les uns que les autres sur le bouclier du chef d'équipe jusqu'à ce que la tête pensante des malfrats ne tire un confrigo d'une puissance assez exceptionnelle sur le plafond dont tout un pan s'effondra sur Milan et sa protéger. La troisième petite fouine s'était faufilée ailleurs.

Moony retourna un visage sans expression sur cette scène. Pendant ce court laps de temps, la porte dans le dos de Jinan s'ouvrit. C'était M. Afez ou plutôt Asad Al Saab, qui en sortait, baguette pointée à bout touchant dans le dos du jeune auror.

« M. Af - »

Moony ne reconnaissait pas le vieux conservateur. Ce n'était pas l'homme de qui elle avait tout appris et quand elle comprit quelles intentions il avait pour Jinan, elle pensa fort, très fort... « Jinan baisse toi... » sans vraiment savoir si il allait l'entendre ni comment ce tour de passe passe fonctionnait.

Elle n'avait rien à portée de main, sinon la chaise à laquelle on l'avait attachée et qui était tout près. Jamais de sa vie elle n'avait eu aussi peur et peut-être que c'est ça qui lui prêta assez de vitesse pour frapper le pauvre vieux conservateur qu'elle aimait tant en pleine tête. Le coup à peine donné, elle lâcha l'arme du crime couvrant sa bouche de sa main pour masquer l'horreur qui déformait son visage. M. Afez gisait inconscient. Pour sûr, il ne s'était pas attendu à un coup pareil venant de son apprentie. Muadhnait sentait les larmes couler à flot à présent. Jinan n'avait rien.

« Il faut que tu ailles les aider, ne t'occupes pas de moi... », dit-elle à contre coeur en approchant du vieil homme inconscient.

Il fallait que tout se finisse au plus vite et qu'ils l'emmènent à Ste Mangouste. S'il mourrait là dans la poussière, peu importe ce qu'il avait fait, Moony ne s'en remettrait jamais. Elle n'était pas un assassin.


 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Lun 26 Aoû - 23:17


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 39
Origine : Britannique.
avatar
Milan Hatcher

Un petit “boom” explosa près de lui. Milan eut à peine le temps de relever la tête qu’un pan de mur menaçait déjà de s’écraser sur lui et sur Alecto. Plus précisément, sur le moment même, Milan Hatcher ne pensa qu’à Goldsworth. Il pointa le mur, se mettant volontairement à découvert sur le moment.

« REPARO ! »

La puissance du sort fit que le mur recula aussitôt, prêt à se remettre en place dans ses fondations. Seules quelques pierres tombaient ici et là, n'assurant pas pour le futur un mur solide et stable pour autant. L’unique problème au même moment fut que ce court instant laissa aux agresseurs le temps de lancer quelques sorts. Face à trois - Danko venait justement de se relever - Alecto ne faisait pas le poids. Si elle ne fut pas blesser, Milan sentit le sang coulait de son épaule mais n’y jeta pas un seul regard. Le sang effrayait plus qu’il n’aidait.
Il se retourna aussitôt, annulant un sort d’un finite rapide, avant d’enchaîner par un sortilège de découpe informulé. C’était aussi traite que nécessaire en vue de la situation. Une gerbe de sang éclata dans la poussière et l’homme qui était resté près du coffre tomba à genoux, se tenant la main où il n’y avait plus qu’une chaire rouge et vermillon. Il avait tranché net, mais certainement.

Alecto eut le temps de recoucher de nouveau Danko sans la moindre effluve.

Il n’en restait qu’un, et il rôdait. La poussière du mur pour autant ne rendait pas très simple la vision autour d’eux. Milan jeta un regard à Moony et le fameux Afez avant d’entendre un sort fusé. Il se recula, et le pan du mur accueillit un trou béant entre les deux pièces - celle où étaient les deux aurors et celle où était Moony et Jinan - agrandissant ainsi la porte. Il pointa l’ombre qui venait de se dessiner avant de siffler un stupéfix! Un corps raide tomba sur le sol, lourdement...

Le silence retomba. Il ne restait plus que les pleurs lourds et douloureux de l’homme qui avait perdu sa main. Milan jeta un regard à Alecto qui comprit et appela en renfort par patronus une équipe d’auror expérimenté, ne serais-ce que pour avoir le prestige de l’arrestation.
Le regard sombre du formateur se posa sur Jinan, au travers de la porte qui donnait dans l'autre pièce, détruite par les sorts, et même s’il restait silencieux, il était facile de savoir ce que réservait la suite des évènements au jeune homme.




 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   
Mar 27 Aoû - 20:24


Voir le profil de l'utilisateur

Nombre de messages : 272
Age : 28
Origine : Anglo-Turc.
Préférence Magique : Lumineuse !
avatar
Jinan Jawhari
Lorsque le plafond commençait à s'effondrer, la première réaction de Jinan fut de brandir sa baguette au dessus de leur tête pour les aider à colmater les pierres tombantes. Mais son geste fut prit de court lorsqu'il sentit, dans le bas de son dos, dans le creux de ses reins, une pointe s'enfonçait dans sa chair. Il n'avait pas besoin de se retourner pour savoir de quoi il en retournait. À ce moment-là, Jinan ferma les yeux, voyant tout passer devant ses yeux : Des leçons de Milan sur la sécurité et la façon de se tenir en mission, en passant par les crises de rire qu'il partageait avec son père et son grand-père depuis quelques temps, jusqu'aux moments de la semaine passée avec Muadhnait dans l'appartement au dessus de la bibliothèque, jusqu'à la tentative avortée de cette dernière pour l'embrasser. Là, son estomac se contracta férocement, tandis que son cœur se mit à saigner. Il se mordit la langue, à l'idée d'être tuer devant elle, mais il ne bougea pas, bloquant jusqu'à sa respiration. Il savait que s'il bougeait, l'homme qui le tenait en joug pouvait le tuer en moins de temps qu'il ne lui faudrait à lui, à se retourner pour pouvoir se défendre.

Comment allait Muadhnait ? Peut-être l'avait-il assommé ou un truc du genre ? Après tout, il n'avait pas pu se focaliser sur la porte alors qu'au milieu de la grande pièce, un combat de sorciers faisait rage, jusqu'à détruire le plafond et les murs de la pièce. Jinan sentait de grosses gouttes de sueurs perlaient sur son corps, roulant le long de sa peau dorée, lui faisant hérisser les poils sur sa nuque. Il ne lui avait rien dit... Il ne lui avait pas dit qu'il rêvait d'elle chaque nuit, il ne lui avait pas dit que tout son corps semblait la consumait sous ses coups de reins, il ne lui avait pas dit qu'il était perdu dans ses sentiments, et que tout portait à croire que lui aussi, était fou d'elle. Jinan continuait de se mâcher la langue avec de plus en plus d'intensité. Le stress de la situation prenait des échelons avec une rapidité quasi-similaire à la vitesse de la lumière, car très peu de secondes s'étaient écoulés depuis qu'il avait sentit le bout de la baguette de son agresseur dans le creux de ses reins.

Tout à coup, il entendit comme un meuble de bois léger se fracassait sur une personne. Là, il se retourna baguette tendu tout en incantant un expelliarmus qui fit voltiger la baguette des mains de... Mr. Afez !?!! ?! Jinan le vit tomber, assommer par le coup que... Moony ?! lui avait mit sur la tête. Jinan sentit le vent dans ses cheveux, ainsi qu'une petite musique douce et sucrée retentir dans ses oreilles. Il la regarda avec un sourire plein d'admiration, un de ses sourires à faire fondre une vieille fille prude, avant de l'attirer contre lui pour la serrer fortement dans ses bras. Une envie de lui dire son amour lui frôla les lèvres, mais il se retint, lui embrassant les cheveux avec force dont on percevait cependant une étrange douceur. Jinan la regarda, droit dans les yeux, avant de l'attirer de nouveau contre lui. Il tendit alors sa baguette sur le vieux Afez, et lança un incarcerem qui le noua de la tête au pieds de corde.

Jinan se retourna vers Milan. Alecto était un peu plus loin faisant apparaître un magnifique patronus qu'elle devait sûrement envoyé au ministère. Baguette pointée sur Afez, il murmura un : Levilicorpus, et le corps de l'égyptien devint une marionnette qui bougeait au grès des volontés de Jinan. Il ne disait rien, ne sachant pas quoi dire, ni même ce qu'il devait dire. Jinan, en voulant sauver Moony, avait merdé sur toute la ligne. Par chance, tout s'était bien déroulé, ou presque... Jinan baissa alors le regard lorsqu'il croisa celui de Milan. L'après allait être violent pour son matricule.


- DONT LOOK BACK, JUST GO -

I'll be here without you, Babe.
But You're still on my lonely mind.
I think about you, with all of my heart.
But, just let me now, and go ahead.
(merci silver lungs.)

 
MessageSujet: Re: Blue Moon Shines.   



Contenu sponsorisé
 
 

Blue Moon Shines.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» San Jose Sharks && Columbus Blue Jackets (2)
» armée bad moon
» SAGA TWILIGHT- Twilight, New Moon, Eclipse, Breaking Dawn
» Rapport Bad Moon versus KO, comme promis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AD NOX : THE AURORS. :: L'Angleterre :: London City.-